AccueilBlogEjaculation précoceÉjaculation tardive : les causes et traitements

Éjaculation tardive : les causes et traitements

Éjaculation tardive : les causes et traitements

L’éjaculation tardive se caractérise par une difficulté voire une incapacité à éjaculer, lors des rapports sexuels ou de la masturbation. Faire l’amour est alors fastidieux et parfois même ennuyeux. Ce problème d'éjaculation peu fréquent peut se soigner, et nous vous expliquons comment.

L’éjaculation tardive : c’est quoi ?

L’éjaculation tardive, aussi appelée éjaculation retardée, se définit comme une difficulté voire une impossibilité à éjaculer après un long moment, malgré une stimulation sexuelle suffisante et répétée. Une stimulation pénienne intense et la pénétration du vagin n’y change rien. Le rapport sexuel dure un long moment, le pénis en érection est stable, et pourtant, l’éjaculation est difficile voire impossible. L’homme a alors le sentiment d’un acte laborieux et se sent frustré.

Évidemment, cela peut arriver à n’importe quel homme de ne pas parvenir à éjaculer ponctuellement. Cela pose problème et devient un véritable trouble de l’éjaculation lorsque cette incapacité éjaculatoire est persistante et récurrente.

On distingue 3 niveaux d’intensité dans la manifestation des éjaculations tardives :

  1. Les hommes qui n’arrivent jamais à éjaculer. On parle alors d’anéjaculation.
  2. Les hommes qui parviennent à éjaculer seulement lors de la masturbation masculine.
  3. Enfin, les hommes qui arrivent à éjaculer, mais difficilement et après une relation sexuelle particulièrement prolongée.

Par ailleurs, il existe :

  • l’éjaculation tardive primaire (celle qui est présente depuis toujours) ;
  • et l’éjaculation tardive secondaire (celle qui arrive après une période sans difficulté).

Contrairement à l’éjaculation précoce, l’éjaculation tardive est un trouble sexuel peu fréquent. Elle représente 3 % des troubles sexuels masculins.

Enfin, l’éjaculation masculine est un processus différent de l’orgasme. Bien que complémentaires, ils sont indépendants. Ainsi, les hommes n’arrivant pas à éjaculer peuvent toutefois avoir des orgasmes appelés “orgasmes à sec”.

Youtube Video

Quelles sont les causes de l’éjaculation tardive ?

Si elles sont souvent d’ordre psychologique ou comportemental, les éventuelles causes de l’éjaculation tardive peuvent être diverses et variées :

  • L’âge : des troubles de la sensibilité de la verge apparaissent. Le pénis devient de moins en moins sensible avec l’âge. La stimulation est alors plus fastidieuse et l’éjaculation plus difficile.
  • Une maladie sous-jacente : des problèmes de thyroïde ou de diabète peuvent causer l’éjaculation tardive ; de même que les maladies neurologiques comme la sclérose en plaques.
  • Une malformation : de l’appareil génital ou du gland.
  • Des médicaments : certaines molécules agissent sur le réflexe éjaculatoire. C’est le cas par exemple des antidépresseurs, des antipsychotiques ou des antihypertenseurs qui peuvent causer une éjaculation tardive.
  • L’alcoolisme : une consommation excessive d’alcool peut entraîner des troubles de l’éjaculation.
  • La masturbation : les hommes qui se masturbent beaucoup peuvent avoir plus de mal à éjaculer lors des rapports sexuels.
  • Le retardement répété de l'éjaculation : abuser de la technique du stop and go peut finalement mener à des troubles de l'éjaculation.
  • Le manque de lâcher-prise : un homme qui ne se laisse pas aller peut avoir du mal à éjaculer. Cela peut être dû à une retenue psychique ou la peur de mettre sa partenaire enceinte par exemple.

La cause de l’éjaculation tardive peut également être situationnelle (liée à une situation en particulier).

Ne pas confondre éjaculation tardive et éjaculation rétrograde

Les hommes souffrant d’absence d’éjaculation mais ayant un orgasme peuvent penser qu’ils souffrent en réalité d’éjaculation rétrograde. Ce trouble de l’éjaculation se caractérise par une éjaculation dont le sperme n’est pas expulsé. En effet, celui-ci est évacué dans la vessie au lieu de sortir par le méat urinaire. Cela peut arriver, entre autres, lorsqu’un homme subit une opération de la prostate. Toutefois, la présence de sperme dans les urines n’est pas du tout dangereuse pour la santé.

Afin de différencier les deux situations lors du diagnostic, on peut effectuer un prélèvement d’urine après que l’homme ait éjaculé. Si un grand nombre de spermatozoïdes y sont présents, alors il s’agit d’une éjaculation rétrograde. Dans le cas contraire, il s’agit probablement d’une éjaculation tardive ou anéjaculation avec orgasme.

Comment diagnostiquer et traiter l'éjaculation tardive ?

Des examens, tels que des tests neurologiques, peuvent être menés à la recherche de causes organiques. Une éjaculation tardive peut en effet être le symptôme d’une maladie sous-jacente.

S’il s’agit d’une éjaculation tardive primaire, c’est-à-dire qui est présente depuis les premières relations sexuelles du patient, des examens morphologiques sont pertinents. Des échographies et examens d’imagerie pourront mettre en évidence une malformation par exemple.

Le plus souvent, il s’agit de causes comportementales ou psychologiques. Le patient doit alors consulter un psychologue ou un sexologue. Un travail sera alors fait sur l’inhibition psychologique pour retrouver le chemin de l’orgasme et de l’éjaculation. Cela peut se faire en apprenant à lâcher prise via des séances de relaxation par exemple. Les comportements pourront également être corrigés. Quoi qu’il en soit, il faudra y aller par étapes. Le médecin sexologue peut alors proposer un système de paliers. Le patient réapprend à éjaculer seul lors d’une masturbation ; puis il tente de jouir avec l’aide de sa partenaire ; puis il introduit une pénétration vaginale au dernier moment, juste avant l’éjaculation, etc ; jusqu’à retrouver une vie sexuelle épanouie et sans difficulté.

Par ailleurs, la survenue d’un événement stressant comme l’infidélité du partenaire ou le fait d’être surpris en plein ébat provoque parfois l'éjaculation tardive.

Si en plus de ne pas parvenir à éjaculer, le patient n’a jamais d’orgasme, alors il faut chercher une cause neurologique, endocrinienne ou médicamenteuse. Celle-ci sera alors traitée et le trouble de l’éjaculation disparaîtra par la même occasion.

En cas d’orgasme systématique mais d'absence d’éjaculation, une cause physique peut être trouvée. On constate parfois une aspermie, une obstruction des canaux ou une éjaculation rétrograde.

Quels sont les autres troubles de l’éjaculation ?

Outre l’éjaculation tardive ou retardée, les hommes peuvent souffrir d’autres troubles de la sexualité liés à l’éjaculation, plus ou moins fréquents.

L’éjaculation précoce

L’éjaculation précoce se définit par l’impossibilité de retenir l’éjaculation. Celle-ci arrive trop rapidement pour que l’acte sexuel soit satisfaisant. Cela doit être systématique et persister depuis plusieurs semaines ou mois.

Le critère psychologique a aussi une place très importante. Si le sujet vit bien le fait d’éjaculer très rapidement, sans se maîtriser, alors tout va bien. L’éjaculation prématurée n’est pas dangereuse pour la santé. En revanche, si cela est source de mal-être et/ou de souffrance, alors cela devient un trouble de l’éjaculation. En cela, l’éjaculateur précoce doit être pris en charge pour retrouver une sexualité épanouie.

Il s’agit du trouble de l’éjaculation le plus fréquent. Les études montrent que l'éjaculation prématurée concerne environ 20 à 30 % des hommes. Les jeunes hommes peuvent parfois éjaculer trop vite lors de leurs premières relations sexuelles. Dans ce cas de figure, le souci se résout de lui-même, au fur et à mesure, grâce à l’expérience. L’éjaculation va alors survenir après un délai très raisonnable.

Les traitements de l’éjaculation rapide

L’éjaculation précoce se soigne très bien. Des traitements médicamenteux efficaces et reconnus existent. On retrouve le Priligy, médicament par voie orale, disponible en pharmacie sur ordonnance. Il y a aussi le Fortacin, traitement en crème ou spray à application cutanée locale, disponible en pharmacie sans ordonnance. Ils coûtent environ 60 euros la boîte de 3 comprimés ou 60 euros le flacon de crème. Ils permettent de retarder l’éjaculation et, ainsi, d'avoir une sexualité plus satisfaisante. Nous vous recommandons de vous les faire prescrire par un médecin bien au fait de vos antécédents médicaux pour éviter des effets secondaires trop intenses ou des contre-indications.

Des solutions non médicamenteuses existent aussi. Par exemple, il est possible de tonifier le périnée (muscle situé entre le scrotum et l’anus) afin d’avoir davantage de maîtrise lors de l’éjaculation (voir exercices de Kegel).

En cas d’éjaculation rapide liée à des facteurs psychologiques, une sexothérapie est fortement recommandée. Elle permet de mieux gérer ses émotions et, ainsi, de lâcher prise lors des ébats.

La masturbation exploratoire est aussi un bon moyen de repérer votre point de non-retour, le moment où la jouissance est imminente. Vous pourrez ensuite agir avant qu’il ne soit trop tard pendant les rapports en faisant redescendre votre niveau d’excitation sexuelle.

Pour les hommes souffrant d’éjaculation précoce, Charles a développé le programme TIME. C'est une thérapie digitale qui, en 90 jours, permet de reprendre le contrôle de l’éjaculation et faire durer davantage des rapports sexuels. Sachez que vous pouvez tester la première séance gratuitement.

Youtube Video

L’aspermie

L’aspermie se définit par l’absence d’émission de sperme lors de l’éjaculation. L’orgasme et la phase d’expulsion sont pourtant bien présents. On parle d’orgasme à sec. Les causes peuvent être diverses et c’est une consultation de sexologie chez un médecin qui permettra de les déterminer :

  • Médicamenteuses : la prise de certains médicaments tels que des antidépresseurs (Paroxétine, Fluoxétine, Citalopram, Fluvoxamine, etc) ou des alpha-bloquants peut entraîner une absence d'éjaculation. Les neuroleptiques peuvent aussi être à l’origine d’une anéjaculation, accompagnée d’une anorgasmie (absence d’orgasme).
  • Congénitales : l’absence d’émission de sperme peut être due à une absence des canaux déférents (les canaux qui conduisent le sperme). S’il s’agit de la cause congénitale la plus fréquente, des anomalies des canaux de Müller ou des canaux éjaculateurs peuvent aussi être à l’origine d’aspermie dans de plus rares cas. Le diagnostic se fait alors au moyen d’une échographie prostatique.
  • Chirurgicales : l’aspermie peut faire partie des suites d’une intervention chirurgicale visant à retirer une tumeur pelvienne ou rétropéritonéale. De même dans le cas d’une chirurgie prostatique, surtout s’il s’agit d’une prostatectomie (dans le cadre d’un cancer de la prostate). La prostate joue un rôle dans l'éjaculation ; elle produit le liquide prostatique qui constitue 30 % de l'éjaculat final. Son retrait entraîne une impossibilité d'éjaculer.
  • Neurologiques : les maladies neurologiques peuvent entraîner des troubles de l’éjaculation. C’est le cas par exemple du diabète, de la sclérose en plaques ou encore de la maladie de Parkinson. 

Dans le cas d’une émission de sperme inférieure à 1,5 ml, on parle d’hypospermie ou de petite éjaculation. L'aspermie et l'hypospermie ne sont pas des troubles graves. Toutefois, ils peuvent poser problème dans le cadre d’un désir d’enfant ou être source de gêne.

L’éjaculation rétrograde

Comme nous vous le disions, dans le cas de l’éjaculation rétrograde, il existe une émission de sperme mais l’éjaculat n’est pas expulsé hors du corps ; il est entraîné vers la vessie. Cela peut faire suite à une chirurgie de la prostate, à la prise d’un traitement médicamenteux ou encore à une neuropathie.

La présence de sperme dans les urines n’est pas problématique pour la santé de l’homme. Le sperme s'évacue naturellement lors de la miction, sans douleur. Un traitement peut toutefois être mis en place lorsque l’homme souhaite avoir un enfant.

L’éjaculation baveuse

L’éjaculation baveuse se définit comme une éjaculation sans force. Le sperme coule doucement le long de la verge plutôt que d’être expulsé, par salves, avec vigueur. Par exemple, une activité sexuelle trop intense ou un manque d’excitation sexuelle peuvent causer une éjaculation faible.

De plus, une petite éjaculation (faible quantité de sperme éjaculée) peut entraîner des problèmes d’infertilité masculine.

A lire aussi : comment obtenir une éjaculation puissante ?

L’éjaculation douloureuse

Une éjaculation douloureuse est souvent liée à une prostatite, aiguë ou chronique. Elle se définit par des douleurs pendant ou après l’éjaculation, dans la région pelvienne principalement, mais aussi par des symptômes urinaires tels qu’un besoin fréquent et soudain d’uriner, des douleurs pendant la miction ou un jet urinaire sans force. Les douleurs surviennent à différents endroits (pénis, rectum, testicules, abdomen, …) en fonction du patient. Leur durée est variable.

Différents traitements de la prostatite existent mais sa prise en charge est encore assez compliquée.

L’hémospermie

L’hémospermie correspond à la présence de sang dans le sperme. Lorsqu’on observe l’éjaculat, on y trouve du sang rouge ou marron. Ce trouble concerne principalement les hommes jeunes, de moins de 40 ans.

Bien que cela puisse être impressionnant, la plupart du temps, la cause de l’hémospermie est bénigne. Il peut s’agir par exemple d’une prostatite, une urétrite ou encore une infection au papillomavirus chez l’homme. Néanmoins, s’il y a des récidives, d’autres causes doivent être recherchées : cause tumorale (présence d’une tumeur bénigne ou maligne), cause vasculaire (varices de l’urètre par exemple), cause traumatique (coup, chute), etc.

L’éjaculation tardive est-elle dangereuse ?

L’éjaculation tardive n’est pas du tout dangereuse pour la santé en tant que telle. Toutefois, elle peut être le symptôme d’une maladie sous-jacente qui, elle, doit être prise en charge.

L’éjaculation retardée, au même titre que les autres troubles de l’éjaculation, est encore tabou. Certains hommes n’osent pas en parler et ceux-ci restent non traités. S’ils ne représentent pas un danger pour la santé, ils peuvent avoir des conséquences psychologiques plus ou moins graves. Associées à un manque de virilité, les difficultés sexuelles font honte aux hommes qui en souffrent. Souvent, une anxiété de performance, à l’idée de ne pas arriver à éjaculer, s’installe, menant à un évitement des relations sexuelles. C’est un cercle vicieux qui entraîne également une baisse de la libido et du désir sexuel.

De plus, en cas de désir d’enfant, une difficulté ou impossibilité d’éjaculer devient problématique. Cela crée souvent des tensions dans la vie de couple. En cela, si vous souffrez d’un trouble de l’éjaculation et qu’il vous cause un mal-être ou une gêne, n'hésitez pas à consulter un médecin sexologue, andrologue ou urologue. Celui-ci pourra déterminer les causes du problème et, ainsi, proposer des solutions pour y remédier et prendre soin de votre santé sexuelle.

Dois-je consulter en cas de trouble sexuel ?

Éjaculation trop rapide, dysfonction érectile ou encore libido en berne, chaque trouble de la sexualité masculine mérite que l’on s’y attarde. Ils peuvent engendrer une souffrance psychologique, un manque de confiance ou un sentiment de honte. En cela nous vous recommandons de consulter un médecin s’ils perdurent plus de 3 mois.

S’il est difficile pour vous de vous rendre dans un cabinet de sexologie, sachez qu’une alternative existe. Vous pouvez consulter un sexologue à distance, depuis chez vous, grâce à Charles.co. Vos données personnelles sont protégées et vos échanges avec le médecin restent confidentiels.

Enfin, en attendant, essayez de dédramatiser la situation. Par exemple, une éjaculation tardive ne doit pas vous empêcher de partager du plaisir avec votre partenaire. Profitez des préliminaires, des caresses et des jeux afin de rester sexuellement épanoui. Tout ne repose pas sur l’érection, la pénétration ou l’éjaculation.

Consulter immédiatement un médecin sexologue en ligne

Consultation (téléphone, vidéo ou messagerie privée) avec un médecin sexologue.

Délivrance de fiches conseils et d’une ordonnance  si nécessaire.

Qui veut être mon associé
Découvrez le passage de Charles.co sur 
M6
Voir le replayfleche-droite-fine-picto