Pourquoi ne parle-t-on plus de préliminaires ?

Préliminaires

En effet, longtemps, les préliminaires ont participé à renforcer une image « phallocentrée » du sexe : des caresses avant… La pénétration. Et plus particulièrement, la pénétration vaginale.

Mais pourtant, l’expérience du sexe et du corps est beaucoup plus riche que la simple pénétration.

L’acte sexuel permet de stimuler toutes les zones du corps, et non seulement les zones génitales ; ce qui explique aussi que certaines personnes ont besoin de plus de diversité pour jouir ou prendre du plaisir.

Comment redécouvrir alors ce terme de préliminaires dans la sexualité ?

Les préliminaires ou une nouvelle manière d’aborder les rapports sexuels

À « préliminaires », nous préférons le terme de « caresses », même si cela reste très subjectif.

Car, les préliminaires peuvent prendre plusieurs formes. Déjà, il faut dépasser l’aspect « prélude » du rapport : les préliminaires ne sont pas là pour « préparer » la pénétration.

C’est en fait une mauvaise approche et il faut rompre avec ce schéma « baisers – caresses – pénétration » ; le sexe n’est pas cristallisé dans un seul mode ! Il y a de nombreuses façons d’explorer la sexualité.

Vous pouvez commencer par des caresses, comme par toute autre chose.

En fait, les préliminaires prennent la forme de l’érotisation qu’on leur donne : physique ou psychologique. Ils servent à découvrir de nouvelles choses sur le fonctionnement du corps de votre partenaire, ainsi que le plaisir que peut suggérer la communication, les jeux, et tout ce qui entoure l’épanouissement de l’intimité.

Les caresses peuvent donc tout à fait être distinctes de la pénétration car elles ont à elles-seules tout un pouvoir d’érotisation  et de sensualité ! Si elles ont pour fonction de susciter de l’excitation, elles ne sont pas destinées (et figées) – comme le terme de préliminaires le suggère – à se dérouler au début de tout rapport sexuel !

Elles peuvent intervenir pendant, après – sans qu’il y ait forcément de pénétration. 

Découvrir le corps de son partenaire différemment avec les préliminaires 

Il y a d’innombrables façons de prendre du plaisir en dehors de la pénétration. D’ailleurs, hommes comme femmes, beaucoup jouissent d’une autre manière que par la pénétration : masturbation, sexe oral, jeux de rôles, de langage, mise en scène…

On ne rappellera jamais assez la force de la psychologie autour du sexe. Ce n’est pas seulement deux appareils génitaux qui se rencontrent : ce sont deux corps dans leur totalité, et on oublie trop souvent la partie pourtant primordiale du corps humain : le cerveau !

Toutes les zones du corps humain sont potentiellement érogènes et le cerveau en fait partie. Bien qu’on ne le touche pas avec les mains !

Les préliminaires impliquent donc une autre approche du sexe global. Et ils n’engagent pas forcément les organes génitaux de l’un ou de l’autre. Il faut se concentrer sur le plaisir de son partenaire, d’en faire l’événement principal, par toutes les stimulations possibles : mains, bouche, sextoys, cire chaude (adaptée aux massages), langage…

Les mains ne sont pas le seul moyen de procurer du plaisir.

Il faut donc prendre son temps, découvrir l’autre, se concentrer uniquement sur son plaisir – sans que les organes génitaux soient forcément impliqués. Cela peut prendre la forme d’un jeu avec son partenaire, et la communication des désirs à toute son importance.

À la découverte des zones érogènes !

Vous découvrirez qu’en sexualité, il y autant d’envies et de préférences, que d’hommes et de femmes ! Et les parties génitales ne sont pas les seules zones du corps à pouvoir être stimulées.

La pénétration n’est pas toujours agréable – certains préfèrent s’en passer – et c’est justement une opportunité de découvrir le sexe autrement.

Les préliminaires sont donc le moyen d’avoir des relations sexuelles autrement, en étant pleinement détaché du clivage sexe – pénétration. C’est le moment idéal pour explorer de nouvelles zones érogènes du corps.

Et le corps humain est rempli de zones sensibles, qui une fois stimulées, peuvent générer une réponse érotique et sexuelle. Même si les zones génitales sont les zones les plus accessibles et évidentes, beaucoup d’autres zones méritent d’être explorées : la bouche, le cou, les oreilles – les pieds chez d’autres !

Les préliminaires peuvent prendre la forme de caresses buccales sur toutes ces zones, des stimulations autour des mamelons… Gardez à l’esprit que l’orgasme peut survenir dans des parties du corps insoupçonnées !

En délocalisant les zones érogènes plus loin dans le corps, un simple baiser, une caresse, une morsure du ventre, du nombril ou des hanches, peuvent faire apparaître tout leur pouvoir érotique.

On néglige souvent des zones sensibles et chatouilleuses comme les aisselles, l’intérieur des cuisses ou les pieds – et pourtant ! Elles sont des zones érogènes à part entière.

L’expérience du kinky sex ou du BDSM

L’introduction de nouvelles activités comme le kinky sex (sexualité qui se revendique hors norme) ou le BDSM, permet à travers les jeux sexuels de découvrir la sexualité autrement.

C’est par exemple un excellent moyen de stimuler des parties du corps sans aucune stimulation génitale.

Pour débuter, nous vous conseillons « d’y aller doucement » afin de savoir ce qui vous plaît et ce que vous n’aimez pas.

Par exemple, le bondage, qui consiste à attacher ou restreindre certaines parties du corps (à l’aide d’un bandeau, d’un collier ou encore de menottes), des jeux de température (chauffer le lubrifiant ou refroidir des sextoys), des jeux de rôle et l’exploration du rapport entre domination et soumission…

Une fois que vous avez trouvé votre préférence, élaborez des façons différentes ou personnelles de les mettre en œuvre ! Aucune pratique n’est destinée à être figée : il faut toujours se les réapproprier pour soi-même et son partenaire.

Le discours du sexe

En modifiant votre rapport aux préliminaires, vous modifiez votre rapport au sexe. Le sexe ne consiste pas forcément à atteindre l’orgasme… Ou une éjaculation. Le début d’un rapport doit se mélanger avec la fin d’un rapport.

Il n’y a donc pas de schéma à suivre, mais plutôt une importance de se concentrer sur les ressentis, les sentiments.

Un rapport sexuel ne devrait pas être quantifiable sous des termes de « début – période de plateau – culminance et orgasme ». Là aussi, c’est une vision étroite de voir le déroulement d’une relation sexuelle.

Rien n’empêche d’alterner les pratiques, les caresses, dans l’ordre qu’on souhaite, et surtout, sans être oppressé par une « course à l’orgasme ». On peut donc à tout moment mette fin au sexe, comme on peut aider son partenaire en parlant.

La meilleure façon d’aimer ce que quelqu’un nous fait (ou pas) est de communiquer !

Et le partenaire qui « donne » doit tout autant parler pour satisfaire son partenaire au mieux, respecter ses limites etc.

Notre conclusion sur les préliminaires

Vous avez maintenaient suffisamment de pistes pour explorer les préliminaires de plusieurs façons et dépasser les clichés autour de la pénétration.

Trouvez ce qu’il vous plaît, modelez-le à votre façon, explorez vos sens et votre liberté sexuelle, mais ne faîtes pas comme tout le monde parce qu’on est censé faire comme ça !

Chacun prend du plaisir différemment, et peut se découvrir de nouveaux fantasmes ou de nouvelles sensations.

La curiosité est le commencement de la sexualité. Et les préliminaires ne sont pas l’entrée avant le plat de résistance !

Consultez immédiatement un médecin sexologue sur Charles.co

Charles.co est une plateforme de santé dédiée aux hommes. Elle regroupe des spécialistes, médecins sexologues, et pharmaciens français pour construire une solution de qualité, sûre et accessible à tous.

Charles est une société immatriculée 844 332 130 en France au RCS de Paris. Ses données sont collectées et traitées chez un hébergeur agréé et certifié pour les données de santé au sens des dispositions de l’article L. 1111-8 du Code de la santé publique.

La plateforme vous permet de consulter en ligne parmi 15 médecins titulaires d’un DIU en sexologie (voir notre équipe médicale). La consultation en ligne peut se dérouler par messages écrits, téléphone ou visioconférence. Elle regroupe l’ensemble des avantages suivants :

  • Consulter un médecin spécialiste en sexologie (qui traite ce type de troubles quotidiennement)
  • Payer sa consultation 35€ au lieu de 90€ (prix constaté pour des consultations en physique avec un sexologue)
  • Obtenir un RDV en 24h (l’attente moyenne constatée pour obtenir un RDV avec un sexologue en France est de plusieurs mois)
  • Commander votre traitement en ligne et être discrètement livré à domicile par une pharmacie française

Consulter immédiatement un médecin sexologue en ligne sur Charles.co

Consultation (téléphone, vidéo ou messagerie privée) depuis chez vous avec un médecin sexologue français (35€). Délivrance de fiches conseils ainsi que d’une ordonnance pour des traitements si nécessaire.

Un commentaire sur “Pourquoi ne parle-t-on plus de préliminaires ?

  1. BAH Abdoul says:

    Bonjour je suis un lecteur régulier depuis deBonjour je suis un lecteur régulier depuis de nombreuses semaines et j’apprécie la qualité des articles et le service rendu par ce blog.
    Pour apporter ma contribution à résoudre certains problèmes des hommes dans le lit voici ce que je vous propose d’utiliser
    Je me permet de la poster ici car elle aide des milliers de personnes au quotidien à résoudre leur problème de sexualité.
    Merci à bientôt sur d’autres articles de la nombreuses semaines et j’apprécie la qualité des articles et le service rendu par ce blog.
    Pour apporter ma contribution à résoudre certains problèmes des hommes dans le lit voici ce que je vous propose d’utiliser
    Je me permet de la poster ici car elle aide des milliers de personnes au quotidien à résoudre leur problème de sexualité.
    Merci à bientôt sur d’autres articles de la sexualité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *