AccueilBlogEjaculation précoceAspermie : qu’est-ce que l’éjaculation rétrograde ou sans sperme ?

Aspermie : qu’est-ce que l’éjaculation rétrograde ou sans sperme ?

Aspermie : qu’est-ce que l’éjaculation rétrograde ou sans sperme ?

Il existe de nombreux troubles masculins de l’éjaculation, en dehors de l’éjaculation précoce. Par exemple : l'aspermie, l'hypospermie, une éjaculation rétrograde, l'éjaculation retardée ou anéjaculation, une anorgasmie, une éjaculation douloureuse.

Il est donc important de définir l’origine de ces troubles. Un traitement peut en être la cause, une opération chirurgicale, le diabète ou encore une maladie neurologique…

Nous nous intéresserons ici à l’aspermie et à l’éjaculation rétrograde, qui ne sont pas exactement le même trouble.

En dehors de l’éjaculation précoce, ces troubles de l’éjaculation sont un motif assez rare de consultation. Cependant, ils peuvent être gênants lorsque deux partenaires veulent un enfant.

Aspermie : définition et causes

Il s’agit de l’absence d'émission de sperme lors de l’éjaculation. L’homme conserve donc tout de même son orgasme ainsi que la phase d’expulsion. Mais on parle alors d’un « orgasme à sec » ou d’une éjaculation sèche.

Les muscles responsables de l’orgasme et de l’éjaculation se contractent bien.

Les causes médicamenteuses de l'aspermie

Devant un trouble de l’éjaculation, il faut toujours rechercher les causes médicamenteuses. En particulier pour l’aspermie.

Les causes d’une anéjaculation (absence d’éjaculation), sont principalement les antidépresseurs (Paroxétine, Fluoxétine, Citalopram, Sertraline, Escitalopram, Fluvoxamine).

Les neuroleptiques peuvent également causer des anéjaculations, qui s'accompagnent le plus souvent d’une anorgasmie (impossibilité à atteindre l’orgasme), tout comme certains alpha-bloquants, bien que l’orgasme soit alors toujours présent. Si l’orgasme est présent : il s’agit simplement d’une absence d’émission (aspermie).

Il existe donc différentes causes médicamenteuses, qui auront différents effets : aspermie, anéjaculation avec anorgasmie, anéjaculation avec orgasme, mais sans émission de sperme…

Les causes congénitales

La cause la plus répandue est l’absence de canaux déférents (conduisant le sperme depuis les testicules). Ce diagnostic est assez facile.

Il peut exister de rares anomalies des canaux de Muller et des canaux éjaculateurs. Le diagnostic se fait alors par échographie prostatique ou IRM pelvienne ou prostatique.

Le traitement peut consister en une résection des canaux éjaculateurs, d’un kyste prostatique, permettant d’augmenter le volume de l’éjaculat dans 50 % des cas. Pour autant, l’amélioration n’est que transitoire.

Les causes chirurgicales de l'aspermie

Une intervention visant à retirer une tumeur rétropéritonéale ou pelvienne peut être la cause d’une aspermie.

Et on remarque également des séquelles de la chirurgie prostatique, comme la chirurgie de l’adénome prostatique, souvent liée à une aspermie.

Après une prostatectomie totale, il y a toujours un fort risque d’aspermie, avec une modification possible de l’orgasme. En effet, éjaculation et prostate sont intimement liées.

Si ces troubles éjaculatoires post-chirurgicaux sont connus, il n’existe cependant pas de moyens de les prévenir.

Le patient peut donc demander de conserver son sperme avant une opération s’il souhaite avoir des enfants par la suite.

Les causes neurologiques

Toutes les maladies neurologiques peuvent s’accompagner de problèmes d’éjaculation. Particulièrement si un patient est atteint de sclérose en plaques, de diabète ou de la maladie de Parkinson.

Une fois ces troubles présents, ils sont malheureusement le plus souvent définitifs. La prise en charge ne se fait que dans le cadre d’un projet de parentalité.

Les causes endocriniennes

L’appareil génital se développe lors de la puberté. Toute maladie touchant le développement de l’appareil génital risque de perturber son intégrité, et donc l’émission ou l’expulsion de sperme.

Parmi ces maladies, on peut citer :

Les infections urogénitales

Ces infections ont été la cause fréquente des troubles de l’éjaculation, notamment de l’hypospermie (petite éjaculation inférieure à 1,5 ml).

Cependant, les traitements sont maintenant assez efficaces, et ces situations sont maintenant rares.

Éjaculation rétrograde : définition et causes

L’éjaculation rétrograde et l’aspermie ont quasiment le même diagnostic et la même prise en charge.

La différence est que lors de l’éjaculation rétrograde, le sperme, au lieu d’être expulsé normalement, est expulsé dans la vessie. Cela ne représente pas un risque majeur pour autant.

Le blocage de l’urètre et un dysfonctionnement du sphincter sont souvent les causes de l’éjaculation rétrograde.

Les causes chirurgicales

Un curage lombo-aortique dans le cadre d’un cancer de l’endomètre, notamment, et une cure chirurgicale d’un anévrisme de l’aorte abdominale, peuvent être la cause d’une éjaculation rétrograde partielle ou complète.

Le traitement chirurgical de l’adénome prostatique présente également des risques à ce niveau, même s’il semblerait que l’anéjaculation soit le trouble le plus fréquent après cette opération.

L’éjaculation rétrograde peut parfois s’améliorer avec le temps.

Les causes médicamenteuses

Les médecins évoquent souvent les alpha-bloquants comme cause de l’éjaculation rétrograde ; en réalité, ce serait le traitement des troubles mictionnels liés à une hypertrophie bénigne de la prostate (comme la Tamsulosine et la Silodosine) qui serait principalement responsables d’anéjaculation et non d’éjaculation rétrograde.

Ce mécanisme reste encore, par ailleurs, assez méconnu. Des études récentes montrent l’effet bénéfique du changement de molécule pour résoudre ce trouble. Notamment, remplacer la Tamsulosine ou la Silodosine par l’Alfuzosine.

Les causes neurologiques

Les neuropathies peuvent être la cause de l’éjaculation rétrograde ; la prise en charge dépendra de la maladie neurologique.

Faut-il traiter l’aspermie ?

Comme nous vous l'expliquions, en fonction des causes, il est parfois possible de traiter l’aspermie et de retrouver une éjaculation normale. Par exemple, lorsque l’absence de sperme lors de l’éjaculation est due à un manque de production de sperme, il est possible de mettre en place un traitement hormonal. En cas de cause congénitale, une opération chirurgicale peut régler le problème.

Toutefois, l’aspermie n’est pas systématiquement traitée. En soi, une éjaculation sans sperme n’est pas grave et n’est pas problématique pour votre santé. Il en va de même pour l’éjaculation rétrograde. La présence de sperme dans les urines n’a pas d’impact sur votre organisme. Il s’évacue naturellement lors de la miction.

En cela, l’éjaculation sèche est souvent traitée dans le cadre d’un projet de parentalité. En effet, c’est dans ce contexte que l’aspermie peut poser problème. D’autant que, parfois, l’aspermie peut s’accompagner d’autres altérations spermatiques renforçant l’impact sur la fertilité masculine.

Plus que la quantité de sperme, c’est la qualité du sperme et son pouvoir fécondant qui, souvent, jaugent le degré d’infertilité masculine.

4 altérations spermatiques

  1. L’azoospermie : absence de spermatozoïdes dans le sperme ;
  2. L’oligozoospermie : faible concentration de spermatozoïdes dans le sperme ;
  3. L’asthénozoospermie : faible mobilité des spermatozoïdes ;
  4. La nécrozoospermie : part de spermatozoïdes vivants inférieure à 58 %.

La réalisation d’un spermogramme permet de révéler les altérations spermatiques. Cet examen est souvent prescrit après une consultation pour infertilité. Il permet d’analyser tous les paramètres spermatiques afin d’en dévoiler les anomalies.

L’échantillon de sperme est recueilli après 2 à 7 jours d’abstinence pour de meilleurs résultats. L’analyse du sperme peut être faite 2 fois, voire 3 fois, afin de confirmer les premières observations. 

L’aspermie rend-elle stérile ?

Si votre corps ne produit pas ou plus de sperme, alors oui, vous serez sûrement face à un problème de stérilité de l'homme. Toutefois, la plupart du temps, le sperme est produit, il n’est juste pas ou peu expulsé. L’homme n’est alors pas stérile, mais il peut faire face à un souci d’infertilité. Cela signifie qu’une grossesse naturelle est possible, mais qu’elle peut être difficile.

En cas d’essais infructueux pendant plusieurs mois voire années, des solutions existent pour tout de même permettre aux hommes souffrant d’éjaculation sèche de devenir père.

La reproduction assistée

Obtenir une grossesse de manière naturelle peut être difficile pour les hommes qui font face à une aspermie ou à une éjaculation rétrograde. Dans ce cas de figure, le couple peut avoir recours à la PMA (Procréation Médicalement Assistée). Celle-ci prend généralement 2 formes :

  1. L’insémination artificielle : les spermatozoïdes sont recueillis et une sélection est faite pour ne garder que les plus performants. Le médecin les dépose directement dans l’utérus de la future maman afin d’aller y féconder l’ovule.
  2. La FIV (Fécondation In Vitro) : les spermatozoïdes, mais aussi l’ovule, sont prélevés et l’insémination se fait par un professionnel en laboratoire. Le médecin dépose ensuite l’embryon dans l’utérus pour s’y développer.

Le médecin spécialiste choisit la méthode en fonction des chances de réussite.

Ce qu’il faut retenir sur l'aspermie

Ces troubles de l‘éjaculation ou de l’orgasme sont assez peu fréquents chez l’homme.

Cependant, parce qu’ils peuvent être différents (anorgasmie, éjaculation rétrograde, aspermie, anorgasmie…), il est important qu’un spécialiste sache les différencier. Un interrogatoire sera nécessaire, afin d’en faciliter la prise en charge.

Notamment, dans le cadre d’un projet de parentalité. Il est important de bien identifier le problème, pour trouver les meilleures solutions.

Pourquoi consulter un médecin sexologue ?

Bien que bénigne pour la santé, l’éjaculation sèche peut avoir des conséquences psychologiques sur l’homme qui en souffre. L’absence de sperme peut inquiéter et, souvent, l’homme se sent honteux. L’éjaculation masculine est souvent associée à la virilité et à la puissance. Il n’est donc pas rare que l’estime de soi chute lorsque l’aspermie apparaît. Les conséquences sont nombreuses : manque de libido, anxiété, évitement des rapports sexuels, etc. En cela, la consultation d’un médecin sexologue permet d’être rassuré et de dédramatiser la situation. 

Par ailleurs, nous vous recommandons d’en discuter avec votre partenaire, surtout si vous avez un projet de parentalité. La difficulté à avoir un enfant est parfois source de tensions dans le couple. La culpabilité peut vite s’installer chez les hommes infertiles. N’hésitez pas à consulter un médecin si vous éprouvez des difficultés à concevoir un enfant afin de réaliser un bilan de fertilité.

Youtube Video

Consulter immédiatement un médecin sexologue en ligne

Consultation (téléphone, vidéo ou messagerie privée) avec un médecin sexologue.

Délivrance de fiches conseils et d’une ordonnance  si nécessaire.

Qui veut être mon associé
icone croix
Découvrez nous sur 
M6
Découvrez le passage de Charles.co sur 
M6
Voir le replayfleche-droite-fine-picto