Problèmes de prostate : causes, symptômes et solutions

vasectomie

La prostate est une glande de la taille d’une châtaigne en forme d’anneau qui est située sous la vessie. Elle est au cœur du circuit urinaire et du circuit sexuel.

Consultez un médecin et commandez votre traitement depuis une pharmacie dès maintenant sur Charles.co

Consultation (téléphone ou messagerie privée) depuis chez vous avec un médecin sexologue français (35€). Délivrance d’une ordonnance et livraison de médicaments à domicile depuis une pharmacie française.

À quoi sert la prostate ? Qu’elle est sa fonction dans l’organisme

La prostate joue un rôle majeur dans la continence, la reproduction et l’activité sexuelle. Elle est responsable de la production du liquide prostatique qui entre dans la composition du sperme pour environ 30 %. Elle entoure le canal urinaire et a donc une incidence sur la continence. Enfin les muscles de la prostate (entre autres) jouent un rôle direct au moment de l’éjaculation.

Où se situe la prostate ?

La prostate est située sous la vessie à l’avant du rectum. C’est une petite glande en forme de châtaigne elle entoure le canal de l’urètre qui est le canal par lequel l’urine et le sperme sont extériorisés.

Hypertrophie bénigne de la prostate (Adénome de la prostate)

Avec l’âge le volume de la prostate a tendance à augmenter (à partir de 40 ans). On parle alors d’hypertrophie prostatique ou d’adénome prostatique. Chez certains hommes l’augmentation de la taille de la prostate ne crée aucun trouble. Dans d’autres cas en devenant trop volumineuse la prostate rétrécit le canal urinaire et gêne l’évacuation de la vessie.

[Vidéo] : Hypertrophie Bénigne de la prostate et érection

Consultez en ligne avec le docteur Gilbert Bou Jaoudé sur Charles.co

Hypertrophie bénigne de la prostate : causes, symptômes et dépistage

On ne connaît pas la cause physiologique du gonflement de la prostate, on sait juste que le phénomène est lié au vieillissement.

Parmi la liste des symptômes on trouve : difficulté à uriner, réduction de la puissance du jet d’urine, des gouttes retardataires à la fin de la miction. Les envies d’uriner se font plus fréquentes et parfois très pressantes.

Hypertrophie bénigne de la prostate : conséquences

On observe chez les hommes atteints d’une HBP une augmentation des infections urinaires. En effet dans une vessie qui ne se vide pas bien les bactéries peuvent plus facilement se développer.

Il y a également des risques de rétention aiguë d’urine. Il s’agit d’une impossibilité totale à uriner en raison d’une obstruction totale de l’urètre. Une intervention en urgence est nécessaire pour vider la vessie par la pose d’un cathéter.

On compte également Parmi les conséquences le possible développement de calculs de la vessie. Il s’agit de dépôts minéraux qui se font dans la vessie et qui peuvent causer des infections et des irritations de la vessie.

L’adénome de prostate peut également causer une diminution du tonus de la vessie, rendant les contractions de la vessie moins efficaces.

Enfin les rétentions partielles d’urines et les fréquentes infections urinaires peuvent causer des dommages aux reins.

Hypertrophie bénigne de la prostate : solutions & traitements

Il existe 2 manières de traiter l’hypertrophie bénigne de la prostate : les traitements médicamenteux et les traitements chirurgicaux.

Les traitements médicamenteux

Pour les traitements par médicaments on trouve 3 types de médicaments : Des extraits végétaux, les alpha bloquants et les inhibiteurs de la 5-alpha-reductase.

En premier lieu des médicaments à base d’extraits végétaux ont une action anti-inflammatoire sur l’adénome .

Les alpha bloquants quant à eux ,ont pour effet de relâcher les muscles de la vessie, permettant ainsi une meilleure vidange de la vessie. Les effets se font sentir au bout de 1 à 2 jours de traitement.

Enfin les inhibiteurs de la 5-alpha-reductase agissent au niveau hormonal. Les effets atteignent leur maximum au bout de 3 à 6 mois. On observe une diminution du volume de la prostate de l’ordre de 25 à 30 pour cent. Ces médicaments entraînent des troubles érectiles dans 4 % des cas.

De plus en plus le traitement prescrit est une combinaison des deux types de médicaments. On obtient ainsi un meilleur résultat en supprimant rapidement les symptômes urinaires et une diminution du volume de la prostate en quelques mois.

Les traitements chirurgicaux

Il existe 3 types d’intervention chirurgicale pour le traitement de l’hypertrophie bénigne de la prostate.

La première opération est la résection transurétrale de la prostate. Il s’agit d’une procédure endoscopique dont le but est de raboter  le tissu prostatique. Les petits copeaux de prostate obtenus sont récupérés pour analyse et le canal urétral est restauré.

Cette intervention est réalisée par endoscopie c’est-à-dire à l’aide d’une microcaméra et d’un instrument de résection introduit par le canal de l’urètre.

C’est l’intervention la plus utilisée et la plus efficace. À la suite de cette intervention 80 % des patients présentent une éjaculation rétrograde. Le sperme n’est plus éjaculé par l’urètre mais envoyé dans la vessie.

La seconde opération est l’incision cervico-prostatique. Au lieu de réduire la taille de la prostate comme dans la résection transurétrale on cherche ici à agrandir l’urètre en incisant  le col de la vessie. Tout comme la résection transurétrale il s’agit d’une opération endoscopique c’est-à-dire réalisée par les voies naturelles à l’aide d’une caméra. Il n’y a donc pas besoin d’ouvrir l’abdomen du patient.

Cette technique permet d’améliorer la vidange de la vessie. Elle présente l’avantage de ne pas causer d’éjaculation rétrograde et il semble qu’elle soit un peu plus efficace avec les prostates de petites tailles. Il faut fréquemment procéder à une nouvelle chirurgie au bout de 5 ans.

Dans les cas les plus importants il peut être nécessaire de recourir à une chirurgie ouverte afin de retirer une partie de la prostate. Cette procédure plus lourde présente le désavantage de favoriser l’éjaculation rétrograde et l’incontinence urinaire et d’être plus hémorragique .

Cancer de la prostate

Le cancer de la prostate est le cancer le plus répandu chez les hommes, chaque année on découvre 70 000 nouveaux cas de cancer de la prostate.

[Vidéo] : Cancer de la prostate et érection

Consultez en ligne avec le docteur Gilbert Bou Jaoudé sur Charles.co

Cancer de la prostate : causes, symptômes et dépistage

Le cancer de la prostate est ce qu’on appelle une maladie silencieuse. En effet c’est un cancer qui évolue très lentement et lorsque les 1er symptômes apparaissent il est déjà très tard. C’est pourquoi le corps médical recommande de faire un suivi de la prostate à partir de 50 ans.

Le test consiste en un toucher rectal et un dosage de PSA. Les PSA sont des protéines produites uniquement par la prostate. Lorsque leur dosage est anormal cela signale qu’il y a une anomalie au niveau de la prostate. Cela ne signifie cependant pas que cette anomalie soit un cancer.

Il est recommandé un 1er test à 50 ans. Si le dosage est inférieur à 1 c’est très bon signe, on estime que le risque est très faible. Si le dosage est supérieur à 1 en revanche il est recommandé de faire un suivi régulier (une fois par an) de la prostate car le risque de développer des problèmes de prostate (cancer ou autre) devient plus conséquent.

Cancer de la prostate : conséquences

Le cancer de la prostate est principalement asymptomatique mais il peut toutefois se révéler par des saignements. S’il n’est pas détecté à temps le cancer risque de se développer hors de la prostate et toucher d’autres organes c’est pourquoi il faut être vigilant sur le dépistage.

Cancer de la prostate : solutions & traitements

À l’exception de certains cas exceptionnellement rapides, le cancer de la prostate évolue très lentement. Un grand nombre d’hommes de plus de 60 ans sont touchés par un cancer de la prostate. La maladie évoluant très lentement la plupart des hommes touchés ne mourra pas des suites du cancer de la prostate mais d’une autre cause. Il n’est donc pas impératif de traiter tous les cancers de la prostate.

Le traitement du cancer de la prostate comporte effectivement des effets secondaires non négligeables qui justifient de ne pas traiter tous les cas.

Les différents traitements

Les principaux traitements du cancer de la prostate sont la chirurgie, la radiothérapie externe, la curiethérapie, l’hormonothérapie et le suivi actif.

Le choix entre les différents traitements est orienté par les caractéristiques du cancer, en particulier la taille de la tumeur, l’atteinte ou non des ganglions lymphatiques et l’existence de métastase dans d’autres parties de l’organisme.

Les interventions chirurgicales ont pour but l’ablation de la prostate, elles sont adaptées pour les cancers localisés.

La radiothérapie externe utilise des rayonnements pour détruire les cellules cancéreuses en les empêchant de se multiplier. Elle est parfois utilisée en complément d’une chirurgie.

La curiethérapie est un traitement par rayonnement mais interne. On implante près des cellules cancéreuses des sources radioactives qui les détruisent.

La surveillance active est adaptée pour les cancers à évolution lente et dont le développement n’est pas très avancé. En raison de la lenteur de l’évolution de la maladie et de la gêne importante pouvant résulter du traitement il est parfois préférable de différer ce dernier.

Les hormones masculines stimulent l’évolution du cancer de la prostate. L’hormonothérapie a pour but de neutraliser l’effet de ces hormones. Elle est associée à la radiothérapie pour une efficacité optimale.

Enfin dans le cas des cancers métastasés, le traitement indiqué est la chimiothérapie.

Prostatite

La prostatite est une inflammation de la prostate. On en distingue deux types : la prostatite peut être aiguë ou chronique. La prostatite est le plus souvent d’origine bactérienne.

L’infection peut se développer lentement avec tendance à la récidive et on parle alors de prostatite chronique. Elle peut également se développer rapidement et l’on est alors en présence de prostatite bactérienne aiguë. La prostatite aiguë peut être sexuellement transmissible.

Prostatite : causes, symptômes et dépistage

On ne connaît pas toujours bien la cause de la prostatite. La plupart du temps la cause est bactérienne mais ce n’est pas toujours le cas.

La prostatite cause des douleurs pelviennes, particulièrement au niveau du pénis, du périnée et des testicules. On retrouve également parmi les symptômes des envies pressantes d’uriner ainsi que des douleurs pendant la miction. Il peut également se trouver des difficultés d’érection et d’éjaculation voire des douleurs au cours de celles-ci.

Dans le cas de la prostatite aiguë les symptômes sont plus prononcés (fièvre, sang dans l’urine). Une culture urinaire permet généralement de mettre en évidence la bactérie en cause. Le dépistage de la prostatite chronique reste moins évident.

Prostatite : conséquences

La prostatite peut entraîner une rétention d’urine  avec nécessité de pose d’un cathéter afin de vider la vessie.

Il peut également y avoir des formations d’abcès sur la prostate.

Enfin la prostatite lorsqu’elle est bactérienne peut entraîner une extension de l’infection au reste du système urinaire (vessie, rein) voire  un choc septique si les bactéries migrent dans le sang du patient.

Prostatite : solution & traitements

Les prostatites d’origine bactérienne sont traitées par antibiotiques. Dans tous les cas il convient de traiter rapidement afin d’éviter la survenance de complication.

Dans les cas des prostatites aiguës le traitement d’antibiotique est administré par voie intraveineuse (au cours d’une hospitalisation) les premiers jours. Puis le traitement est poursuivi par voie orale en respectant posologie et prescription.

La prostatite étant en partie une conséquence du vieillissement elle ne disparaît pas toujours totalement et l’on tâche d’en traiter les symptômes au mieux.

Prostatectomie : types & conséquences

En cas de cancer de la prostate de stade avancé on peut être amené à enlever la prostate du patient pour obtenir la guérison . Cette ablation de la prostate est appelée prostatectomie.

Principes de la prostatectomie

La prostatectomie peut se réaliser de 2 manières :

La première possibilité est une chirurgie ouverte par voie rétro-pubienne. Elle est effectué par ouverture de l’abdomen sur le pubis. 

La seconde possibilité est la prostatectomie coelioscopique. Cette technique permet de ne faire que de très petites incisions sur l’abdomen . Le chirurgien opère grâce à un endoscope relié à un écran extérieur et des appareils chirurgicaux. Dans ce type de chirurgie le chirurgien peut également opérer à l’aide d’un robot. 

Les 2 techniques sont  d’efficacité comparable. Bien sûr la coelioscopie présente l’avantage  de plus petites incisions.

Les effets secondaires de la prostatectomie

La prostatectomie a 2 grands effets secondaires : l’incontinence et la dysfonction érectile.  

L’incontinence urinaire est assez rare, elle concerne 10 à 15 % des cas. Le trouble n’est pas sévère ni définitif sauf dans 3 % des cas.

La prostatectomie cause assez fréquemment des troubles érectiles. Il faut préciser qu’environ 50 % des hommes atteint d’un cancer et non opérés souffrent également d’impuissance. 

La récupération de la puissance sexuelle du patient peut prendre jusqu’à 2 ans après l’opération.  Cette récupération est bien meilleure lorsque le patient avait une vie sexuelle régulière avant l’opération.

Les traitements du trouble érectile se font par injection dans les corps caverneux ou par prise orale.

Prostate et troubles de l’érection

La prostate est au cœur du système urinaire et du système sexuel. Le dysfonctionnement ou l’infection de la prostate peut par conséquent avoir des répercussions au niveau sexuel. Cependant au-delà de l’aspect purement physique les troubles de l’érection liés à la prostate sont souvent multifactoriels. La gêne occasionnée à la zone pelvienne a souvent un impact psychologique chez les hommes. Ces derniers perdent alors en qualité de leur érection mais sans que la cause soit réellement physique.

Pour éviter ce genre de désagrément la prise d’un traitement contre les troubles de l’érection peut  permettre de surmonter une mauvaise passe. 

[Vidéo] : Les causes d’une baisse de libido

Consultez en ligne avec le docteur Gilbert Bou Jaoudé sur Charles.co

Consultez un sexologue et commandez vos traitements en toute sécurité sur Charles.co

Charles.co est une plateforme de santé dédiée aux hommes. Elle regroupe des spécialistes, médecins sexologues, et pharmaciens français pour construire une solution de qualité, sûre et accessible à tous.

Charles est une société immatriculée 844 332 130 en France au RCS de Paris. Ses données sont collectées et traitées chez un hébergeur agréé et certifié pour les données de santé au sens des dispositions de l’article L. 1111-8 du Code de la santé publique.

La plateforme vous permet de consulter en ligne parmi 15 médecins titulaires d’un DIU en sexologie (voir notre équipe médicale). La consultation en ligne peut se dérouler par messages écrits, téléphone ou visioconférence. Elle regroupe l’ensemble des avantages suivants :

  • Consulter un médecin spécialiste en sexologie (qui traite ce type de troubles quotidiennement)
  • Payer sa consultation 35€ au lieu de 90€ (prix constaté pour des consultations en physique avec un sexologue)
  • Obtenir un RDV en 24h (l’attente moyenne constatée pour obtenir un RDV avec un sexologue en France est de 6 mois)
  • Commander votre traitement en ligne et être discrètement livré à domicile par une pharmacie française
  • Eviter la gêne dans la salle d’attente ou dans la pharmacie

[Vidéo] : Comment se déroule une télé-consultation sur Charles.co ?

Consultez en ligne avec le docteur Gilbert Bou Jaoudé sur Charles.co

Consultez un médecin et commandez votre traitement depuis une pharmacie dès maintenant sur Charles.co

Consultation (téléphone ou messagerie privée) depuis chez vous avec un médecin sexologue français (35€). Délivrance d’une ordonnance et livraison de médicaments à domicile depuis une pharmacie française.

3 Commentaires sur “Problèmes de prostate : causes, symptômes et solutions

  1. de ligne lucien says:

    bonjour voila je pence que cela pourrais venir de la prostate j ai des trouble d erection et plus d pression quand j urine mais pas de sang dans les urine je me demande se que j ai je vais consulter un urologue au ou

    • Tristan Chevrier says:

      Bonjour Monsieur,

      En effet, la meilleure chose à faire pour vous est de vous rapprocher d’un urologue, afin de procéder à des examens. Nos médecins sont aussi à votre service en ligne sur le site Charles.co.

      Avec notre considération,

      L’équipe de Charles.co

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *