AccueilBlogSexualitéOrgasme masculin : tout ce qu’il faut savoir

Orgasme masculin : tout ce qu’il faut savoir

Orgasme masculin : tout ce qu’il faut savoir

On considère l'orgasme masculin comme plus facile à atteindre que l'orgasme féminin et moins complexe. Cependant, il s'avère qu'il est plus diversifié qu'il n'y parait.

Analysons l'orgasme masculin de plus près.

Comment fonctionne l’orgasme masculin ?

L’orgasme est la réponse physiologique à la plus haute phase d’excitation sexuelle. Les caresses, les mots doux, les pensées érotiques, la stimulation visuelle ou physique peuvent amener à l’orgasme et, ainsi, atteindre le septième ciel. Le plaisir intense procuré par l’orgasme se manifeste par une tension musculaire et une accélération du rythme cardiaque et respiratoire.

Toutefois, l’orgasme ne conditionne pas le plaisir. Faire l’amour sans orgasme permet également de ressentir du plaisir et une satisfaction sexuelle.

L’excitation se manifeste chez l’homme par une pénis en érection. L’orgasme, lui, est souvent symbolisé par l’éjaculation. Les muscles du périnée et de l’appareil génital externe se contractent pour expulser le sperme. Toutefois, nous allons voir qu’orgasme ne rime pas forcément avec éjaculation. D’ailleurs, celle-ci ne le conditionne pas ; l’orgasme et l’éjaculation sont deux phénomènes distincts et indépendants bien qu’ils coïncident souvent.

Il se passe également beaucoup de choses dans le cerveau au moment de l’orgasme. Pendant l’orgasme, on observe un pic de libération d’hormones de l’attachement (ocytocine) et d’hormones du plaisir (endorphines, sérotonine). Cette explosion hormonale est à l’origine de sensations d’extase, de détente et de bien-être, généralement ressenties juste après les relations sexuelles.

L’orgasme féminin

Du côté des femmes, l’activité dans le cerveau est la même. Physiquement, l’orgasme féminin se manifeste différemment. L’entrée du vagin se gonfle et se resserre, et on observe une dizaine de contractions involontaires du fond du vagin, de l’utérus et des sphincters.

On distingue l’orgasme clitoridien (obtenu par stimulation du clitoris) de l’orgasme vaginal (obtenu par pénétration dans le vagin, via des va-et-vient par exemple). L’orgasme associé au point G est à part ; il est dit que le plaisir ressenti est plus diffus et intense.

Chez la femme, il n’y a pas de période réfractaire. Cela signifie qu’elle peut avoir un orgasme, puis un autre, puis un autre, etc. Contrairement à l’homme, la femme peut enchaîner les orgasmes dans un même rapport sexuel.

Youtube Video

Les 3 types d’orgasme masculin

On a tendance à réduire l’orgasme masculin à une éjaculation mécanique. La situation est en fait plus complexe et notamment psychologique. On connaît l’orgasme "classique", qui se manifeste par l’éjaculation masculine, mais il existe aussi d’autres types de jouissance masculine.

L’orgasme éjaculatoire

Lorsqu'on pense à l’orgasme masculin, on pense à “éjaculation”. L’orgasme éjaculatoire est le type d’orgasme le plus connu. C’est l’orgasme classique qui se concrétise par une éjaculation suite à une stimulation sexuelle.

L’éjaculation coïncide dans ce cas avec le paroxysme du plaisir sexuel : l’orgasme.

Peut-on augmenter la quantité de sperme de son éjaculation ?

En moyenne, une éjaculation aboutit à l’émission de 4 ml de sperme, soit l’équivalent d’une cuillère à café. Lorsque les éjaculations sont rapprochées dans le temps, le volume de sperme diminue. Il faut 1 à 2 jours pour retrouver un volume normal.

On considère que le volume de sperme est anormalement bas à partir de 1,5 ml : on parle alors d’hypospermie ou de petite éjaculation et d’aspermie sous le seuil de 0,5 ml.

Le sperme humain est composé de différents fluides nourriciers destinés à assurer la survie des spermatozoïdes avant la fécondation. Comme la plupart des fluides humains, ils sont essentiellement composés d’eau. Pour optimiser la quantité de sperme, on recommande de maintenir un bon niveau d’hydratation.

Par ailleurs, la production de sperme, est liée à la production de testostérone. Pour maximiser la production de testostérone, nous recommandons d’observer les règles classiques de bonne hygiène de vie : activité sportive régulière, alimentation saine, éviter le tabac et l'alcool, les sodas.

La mise en pratique de ces conseils permettra de maximiser la quantité de sperme produite. Il faut toutefois préciser que la quantité de liquide séminal n’atteindra jamais les spectaculaires éjaculations que l’on peut voir dans les films pornographiques.

Dans la très grande majorité des cas, le désir d’accroître la quantité de sperme relève du mimétisme pornographique.

Il faut donc en premier lieu se rappeler que le porno… C’est du cinéma ! La plupart du temps l’éjaculation à l’écran n’est pas réelle. Il ne s’agit pas du sperme de l’acteur mais d’un mélange de blanc d’œuf, de lait concentré et de sucre glace actionné à l’aide d’une petite pompe dissimulée sous la verge de l’acteur.

L’orgasme masculin sans éjaculation

Dans certains cas l’homme peut ressentir les sensations de l’orgasme, sans qu'on expulse le sperme. On parle d’anéjaculation ou encore d’orgasme à sec. Il existe 2 cas bien distincts.

Ejaculation contrôlée

Dans le premier cas, cette absence d’éjaculation est recherchée par le sujet. On est alors en présence de techniques qui s'inspirent des traditions orientales tantriques et taoïstes. La méthode allie techniques de respiration ventrale et exercices de maîtrise des muscles éjaculateurs. La survenance de l’éjaculation peut être bloquée par la pression d’un doigt (squeeze) sur un point précis entre le scrotum et l’anus. Le sperme est alors bloqué dans la prostate, les muscles éjaculateurs se contractent à vide et il n’y a pas de perte d’érection. 

On appelle les hommes qui maîtrisent ces techniques “hommes multi-orgasmiques”. Les études sur les hommes multi-orgasmiques ont montré que l’environnement et la qualité de la relation avec la partenaire sont primordiaux pour aboutir à ce niveau d’épanouissement.

Par ailleurs, il convient d’user de la technique du squeeze avec beaucoup de prudence car mal exécutée, elle peut aboutir à des inflammations, voire à des lésions sur les muscles éjaculateurs.

Youtube Video

À lire aussi : les différents moyens de retarder son éjaculation.

Anéjaculation indésirée

Dans le second cas, l’anéjaculation n’est pas désirée. Les muscles éjaculateurs se contractent, la sensation d'orgasme est présente mais le sperme n'est pas expulsé.

Il peut y avoir à cela 2 causes : l’absence d’émission de sperme (l’aspermie) ou une mauvaise direction du sperme dans le système éjaculatoire (l’éjaculation rétrograde).

L’aspermie désigne le cas où l’individu ne produit pas de sperme. Il n’y a pas de sperme à expulser, car il n’y a pas de sperme produit. La cause peut être congénitale (malformation d’un organe urogénital) ou iatrogène (prise de médicament ou conséquence d’une chirurgie).

Dans le cas de l’éjaculation rétrograde, il y a bien du sperme produit mais il n’est pas expulsé par la verge en raison d’un dysfonctionnement du circuit éjaculatoire. Il s’agit le plus souvent d’un dysfonctionnement du sphincter de la vessie. Le sperme au lieu de partir dans l’urètre est alors envoyé dans la vessie “mal fermée”. Les causes sont les chirurgies de la zone urogénitale, les neuropathies causées par certaines maladies telles que le diabète ou encore la prise de certains médicaments psychiatriques ou antihypertenseurs.

L'orgasme prostatique : comment fonctionne cet orgasme masculin ?

L’orgasme prostatique est un orgasme qui s’obtient par stimulation de la prostate, sans stimulation de la verge.

La jouissance de la prostate peut survenir lors d'un massage appliqué par voie rectale. Une fois la technique du massage maîtrisée, on peut aboutir à un orgasme avec ou sans éjaculation.

Certains hommes décrivent cet orgasme comme plus profond et plus intense. Cependant, il semble que tous les hommes ne soient pas réactifs au massage prostatique de la même façon.

Anorgasmie : les difficultés à atteindre l’orgasme masculin

Dans certains cas, les hommes peuvent avoir des difficultés à atteindre l’orgasme : ils n’ont pas de pic de plaisir et n’arrivent pas à éjaculer. Dans d’autres cas, il y a bien un sentiment d’orgasme, mais pas d’éjaculation.

Définition de l’anorgasmie : la difficulté à jouir

L’anorgasmie se définit de la manière suivante : l'absence ou l'insuffisance d’orgasme au cours de l’acte sexuel. Le trouble d’anorgasmie peut être primaire ou secondaire. On parle de trouble primaire lorsqu’un homme n’a jamais eu d’orgasme au cours des rapports sexuels. Le trouble est dit secondaire lorsque la difficulté à jouir se présente au cours de la vie sexuelle du patient après une période de “normalité”.

Les causes de l’anorgasmie

La plupart du temps, les causes de l’anorgasmie masculine sont psychologiques (psychogènes). On parle d’anorgasmie totale lorsque l’homme ne jouit jamais, même lors de la masturbation.

L’anorgasmie peut être psychogène “relationnelle” c’est-à-dire que l’homme arrive à jouir lorsqu’il est seul.

Enfin, l’anorgasmie peut être coïtale, lorsque le coït ne procure jamais d’orgasme mais que d'autres actes sexuels le permettent.

Dans les cas d’anorgasmie d’origine psychologique, on trouve souvent dans le passé du patient une éducation très stricte, fréquemment en lien avec la religion, et d’importants tabous autour de la sexualité (conscients ou inconscients).

L’alcoolisme est également un facteur d’anorgasmie.

Il existe également des causes iatrogènes telles que la prise de certains médicaments psychiatriques ou anti-hypertenseurs. Il est tout à fait possible de trouver une solution en modifiant le traitement du patient. Malheureusement, au lieu d’en parler au médecin prescripteur, les patients arrêtent souvent le traitement sans en parler lorsqu’ils constatent un trouble sexuel.

Enfin, il est à noter que l’anorgasmie peut être une conséquence physique de certaines chirurgies de la zone uro-génitale.

Orgasme masculin : comment guérir de l’anorgasmie ?

Les cas d’origine purement physique sont en pratique assez rares. Une perte d’érection pendant le rapport précède souvent l'anorgasmie. C’est ainsi le problème d'érection que l'on va traiter en premier.

Pour la grande majorité des cas qui sont psychogènes, le traitement à apporter est d’ordre psychologique. En fonction de la situation il peut s'agir d’une thérapie de couple chez un psychothérapeute, d’une sexothérapie chez un sexologue. Bien souvent, une psychothérapie individuelle un peu poussée est nécessaire.

L’hypnose peut donner de très bons résultats, particulièrement pour la libération des tabous sexuels inconscients et dans l’apprentissage du lâcher-prise.

Anorgasmie et addiction au porno

L'addiction à la pornographie peut être une cause d'anorgasmie. En effet, chez certains addicts au porno, le développement des fantasmes dans le virtuel, fait perdre au sujet son excitation dans le réel. 

L’individu aura beaucoup de mal à jouir lors de ses rapports sexuels mais une fois retrouvé le monde du fantasme au cours de la masturbation il arrivera à obtenir un orgasme.

Un suivi psychologique pour se réapproprier son excitation sexuelle est souhaitable et très efficace.

Aspermie vs anorgasmie : l'absence de production de sperme.

Dans le cas de l’aspermie, il y a bien un orgasme dans le sens d’une sensation de jouissance. Les muscles responsables de l’expulsion du sperme se contractent mais il n’y a pas de sperme à expulser car le sperme n’est pas produit. Les causes sont à rechercher dans l’historique du patient, intervention chirurgicale, prise de médicament, éventuelle malformation…

Anéjaculation vs anorgasmie : difficulté à éjaculer

L’anéjaculation est l’absence d’éjaculation, c’est-à-dire l’absence de sortie de sperme. Les muscles éjaculateurs se contractent, il y a la sensation de l’orgasme mais le sperme ne s’extériorise pas par l’urètre.

L’anéjaculation est donc soit un orgasme sec issu d’une aspermie (non-production de sperme) soit une éjaculation rétrograde (le sperme part dans la vessie au lieu de l’urètre).

Quand faut-il consulter en cas d'anéjaculation ou d'anorgasmie ?

Les troubles liés à l’éjaculation ou à l’orgasme sont encore un sujet tabou. De nombreux hommes n’osent pas se confier. Pourtant, ces troubles peuvent être une source de souffrance psychologique. Il est important de consulter un médecin afin de trouver une solution et retrouver une vie sexuelle épanouie et satisfaisante. Certains hommes ont peur de se rendre en cabinet : peur de croiser une connaissance, peur du jugement, du regard des autres… Pour pallier cela, Charles.co propose des téléconsultations, depuis votre domicile, avec des médecins sexologues. N’ayez crainte, avec ce système vos données personnelles sont protégées, et votre discrétion aussi. Cela peut être une bonne façon de franchir le cap.

Ainsi, quels que soient les symptômes, aspermie, anéjaculation, anorgasmie, nous vous recommandons de consulter un médecin sexologue, urologue ou bien andrologue. Une fois le diagnostic précisément établi, le médein oriente le patient selon les cas vers le professionnel le plus à même de le prendre en charge (psychothérapeute, urologue, médecin sexologue, etc).

Absence d'orgasme, d'éjaculation ou de plaisir ? Parlez en à un médecin médecin sexologue

Consultation (téléphone, vidéo ou messagerie privée) avec un médecin sexologue.

Délivrance d’une ordonnance si nécessaire.

Sources

  • Idir Ouzaid, François Giulano, "Chapitre 05 - Sexualité normale et ses troubles", AFU.
Qui veut être mon associé
icone croix
Découvrez nous sur 
M6
Découvrez le passage de Charles.co sur 
M6
Voir le replayfleche-droite-fine-picto