Pénétration : les 4 erreurs à ne pas faire !

Tout savoir sur le pénis

Ce n’est pas toujours aussi simple, le moment venu, de pénétrer sa ou son partenaire.

Outre le stress ou l’angoisse liée à la performance, la taille du sexe ou encore la pose du préservatif (qui peut faire redescendre l’érection), beaucoup d’entre nous s’y prennent mal ou se précipitent.

Et surtout oublient que la pénétration n’est pas la pratique sexuelle qui procure le plus de plaisir aux femmes !

En ayant ces quelques notions à l’esprit, l’objectif de Charles dans cet article est de vous aider à ne pas commettre d’erreurs et vous permettre de donner du plaisir à votre partenaire !

Consulter immédiatement un médecin sexologue en ligne sur Charles.co

Consultation (téléphone, vidéo ou messagerie privée) depuis chez vous avec un médecin sexologue français (35€). Délivrance de fiches conseils ainsi que d’une ordonnance pour des traitements si nécessaire.

La pénétration n’est pas (forcément) la pratique préférée des femmes

Si la pénétration est bien une histoire masculine (la reproduction engage la pénétration et cette pratique se retrouve très souvent dans nos sexualité : pénétration vaginale, anale, buccale, etc.), le plaisir féminin comporte une palette bien plus large.

Car la pénétration n’est pas une porte d’entrée privilégiée pour toucher du doigt l’orgasme féminin, lorsque 95% des hommes ont un orgasme par ce biais.

On estime en effet que 20 à 30% des femmes obtiennent un orgasme uniquement par la pénétration vaginale. C’est donc logique que 50% d’entre elles aimeraient une sexualité avec plus de sensualité, comme les caresses (sondage ifop, 2019).

En fait tous les chiffres autour de la pénétration sont en demi-teinte : si 74% des femmes ont eu un orgasme lors de leur dernier rapport (ifop, 2019), elles sont aussi 49% à évoquer avoir des difficultés à atteindre l’orgasme, selon une autre étude ifop de 2015.

Plus révélateur, selon le Journal of Sexual Medicine (2015), 30% des femmes ont eu mal lors de leur dernier rapport sexuel, sans que le partenaire ne change de comportement dans la moitié des cas…

La « faute » à qui ? Déjà à une mauvaise communication entre les partenaires ; car de nombreuses femmes n’osent pas évoquer ce problème. Ensuite, il est certain que nous devons repenser nos mentalités en matière de sexualité, particulièrement autour de la pénétration.

En clair, il n’y a pas UN responsable : les femmes doivent plus communiquer, et les hommes changer.

Ces changements de part et d’autres impliquent particulièrement notre premier point et conseil pour les hommes : la pénétration n’est pas la pratique qui procure le plus de plaisir aux femmes.

La première erreur à éviter est donc de penser l’inverse !

[Vidéo] : Les principales zones érogènes

Consultez en ligne un médecin sexologue sur Charles.co

Les erreurs à éviter lors de la pénétration : ne pas être connecté à sa/son partenaire

La sexualité est partagée : ce n’est pas « chacun prend du plaisir de son côté » indépendamment de son partenaire !

Au contraire, il faut réagir, s’adapter en fonction de l’autre ; être dans la réponse et non pas déconnecté des ressentis de son partenaire.

Particulièrement pendant la pénétration ! Car comme nous l’avons dit, la pénétration n’est pas toujours agréable et peut même être douloureuse.

Cet instant doit être une communion des sens : il ne faut pas être uniquement focalisé sur son sexe ou ses parties génitales ; tout le corps de l’autre est à explorer !

On peut vivre cet instant à deux, expirer, inspirer en même temps, jouer sur les regards, faire vivre tous nos sens et non pas uniquement le mouvement de pénétration.

Nous avons des mains, elles servent à quelque chose ; même pendant la pénétration ! Touchez, caressez, embrassez toutes les parties que vous désirez, bref, VIVEZ la pénétration au delà de la pénétration.

Et n’oubliez que les maîtres mots en sexualité sont la communication et le partage.

Les erreurs à éviter lors de la pénétration : ne pas varier les mouvements

Si la mécanique du « mouvement à piston » semble bien huilée pour le plaisir masculin, il n’en est pas de même pour le plaisir féminin !

Variez les mouvements donc ! Le mouvement naturel est certes le va-et-vient ; mais si la pénétration prend uniquement la forme des va-et-vient, avec des mouvements rapides de surcroît, eh bien… La ou le partenaire risque de s’ennuyer ou de se lasser.

Pour l’homme, c’est normal, les mouvements rapides vont procurer davantage de sensations, de plaisir, car le gland subit plus de frottements : mais ces mouvements « mécaniques » ont une fâcheuse tendance à ne pas susciter énormément d’excitation et de plaisir pour les femmes.

Il faut donc alterner les mouvements, les pauses, le degré de profondeur ; vivez cet instant différemment à chaque rapport : chaque relation sexuelle peut se différencier d’une autre, car sinon nous ne serions que des machines !

Un terme peut-être intéressant, mais pas dans le champ de la sexualité…

Prenez le temps de jouer avec votre sexe, de stimuler différentes zones de la vulve du partenaire : glisser le long de ses lèvres, chatouiller son clitoris avant de la pénétrer ; vous pouvez aussi faire des mouvements circulaires, tenter d’accéder au point G avec votre pénis par des frottements…

Ce point n’est qu’à 3 ou 4 cm de l’entrée du vagin !

Bref, soyez naturel mais aléatoire et imprévisible. Vous n’êtes pas un robot ou un sextoy programmé selon différentes vitesses.

Ressentez vos mouvements et le plaisir de votre partenaire, en cherchant à vous adapter à ses envies.

Les erreurs à éviter lors de la pénétration : changer de position tout le temps

Pour qu’une femme prenne du plaisir, évitez de changer de position tout le temps.

Ça peut paraître contre-intuitif, mais il faut généralement plus de temps à une femme pour atteindre l’orgasme. Or, si vous changez de positions tout le temps, les sensations elles aussi changent ! Et l’excitation et le plaisir peuvent retomber.

Donc, il vaut mieux trouver une position qui plaise à votre partenaire, et trouver les gestes ou les mouvements qui lui procurent du plaisir ; et continuer en ce sens ! Bien sûr, si vous sentez que votre partenaire ne prend pas de plaisir du tout : CHANGEZ !

Mais lorsqu’une femme a du plaisir à un certain moment, continuez dans cette position : son plaisir s’accentuera progressivement.

L’idée est de trouver le mouvement, le rythme et la position idéale pour le plaisir de votre partenaire : si votre partenaire est une femme, cela peut être avoir accès au point G, au col de l’utérus, etc.

Mais l’orgasme féminin n’a rien à voir avec une histoire de vitesse ou de va-et-vient.

En conclusion : communication, partage… Comment penser au delà de la pénétration ?

Déjà en ne faisant pas de la pénétration votre seule carte à jouer ! Car le champ de la sexualité (notamment féminine) est bien plus vaste.

Ce n’est pas un hasard si les lesbiennes ont plus d’orgasmes (86% en moyenne sur une étude récente) que les hétérosexuelles : leurs pratiques sont plus variées et ne tournent pas qu’autour de la pénétration.

Selon l’étude Differences in Orgasm Frequency Among Gay, Lesbian, Bisexual, and Heterosexual Men and Women de 2006, plus les pratiques sexuelles sont variées, plus une femme a de chances d’avoir un orgasme.

Les chiffres sont révélateurs : 50% des femmes avaient un orgasme lors de leur dernier rapport sexuel uniquement avec la pénétration vaginale ; alors que 73% de celles cumulant la pénétration avec des caresses atteignaient le même état.

En rajoutant le sexe oral (cunnilingus), on arrive à 86% de jouisseuses ! Un score presque aussi élevé que les hommes.

Bilan de l’histoire : diversifiez vos pratiques, respectez l’anatomie, entretenez vos relations avec l’autre, soyez inventifs. Le plaisir féminin est peut être moins mécanique mais loin d’être inaccessible !

Et point essentiel : donnez un renouveau à la pénétration !

Consultez immédiatement un médecin sexologue sur Charles.co

Charles.co est une plateforme de santé dédiée aux hommes. Elle regroupe des spécialistes, médecins sexologues, et pharmaciens français pour construire une solution de qualité, sûre et accessible à tous.

Charles est une société immatriculée 844 332 130 en France au RCS de Paris. Ses données sont collectées et traitées chez un hébergeur agréé et certifié pour les données de santé au sens des dispositions de l’article L. 1111-8 du Code de la santé publique.

La plateforme vous permet de consulter en ligne parmi 15 médecins titulaires d’un DIU en sexologie (voir notre équipe médicale). La consultation en ligne peut se dérouler par messages écrits, téléphone ou visioconférence. Elle regroupe l’ensemble des avantages suivants :

  • Consulter un médecin spécialiste en sexologie (qui traite ce type de troubles quotidiennement)
  • Payer sa consultation 35€ au lieu de 90€ (prix constaté pour des consultations en physique avec un sexologue)
  • Obtenir un RDV en 24h (l’attente moyenne constatée pour obtenir un RDV avec un sexologue en France est de plusieurs mois)
  • Commander votre traitement en ligne et être discrètement livré à domicile par une pharmacie française

Consulter immédiatement un médecin sexologue en ligne sur Charles.co

Consultation (téléphone, vidéo ou messagerie privée) depuis chez vous avec un médecin sexologue français (35€). Délivrance de fiches conseils ainsi que d’une ordonnance pour des traitements si nécessaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *