Comment savoir si on se masturbe trop ?

addiction au porno

La masturbation en tant que telle n’est pas malsaine pour le corps et la sexualité. Au contraire !

Elle peut permettre au sein du couple de mieux vivre sa sexualité, si des différences de désir existent ; car nous ne sommes pas toujours sur la même échelle, et c’est normal.

Toutefois, une pratique excessive est souvent le symptôme d’un stress qui, lui, peut induire des problèmes d’érection. Et le risque est de cumuler la masturbation avec un visionnage trop important de porno.

Charles fait le point.

Consulter immédiatement un médecin sexologue en ligne sur Charles.co

Consultation (téléphone, vidéo ou messagerie privée) depuis chez vous avec un médecin sexologue français (35€). Délivrance de fiches conseils ainsi que d’une ordonnance pour des traitements si nécessaire.

Comment savoir si on se masturbe trop : la question de la fréquence

La masturbation en tant que telle n’est pas une source de dysfonction érectile.

En fait, la seule fois où elle est un problème, c’est lorsque la personne se masturbe plusieurs fois dans la demie heure ou l’heure : tous les hommes ont une phase réfractaire et à partir d’un certain moment, on ne peut pas rattraper les érections les unes après les autres.

Donc, on peut se rendre compte que notre masturbation est excessive si elle est trop fréquente pour pouvoir permettre une érection satisfaisante lors d’un rapport.

Si vous avez un doute, demandez l’avis d’un médecin sexologue.

[FAQ SEXO] : Masturbation et problèmes d’érection, avec le Dr Gilbert Bou Jaoudé

Consultez en ligne un médecin sexologue sur Charles.co

Comment savoir si on se masturbe trop : le lien entre dysfonction érectile et notre besoin de se masturber

En revanche, il existe un lien, selon le médecin sexologue Gilbert Bou Jaoudé, entre une masturbation qui répond à un besoin et les problèmes d’érection :

«  Dans ce cas de figure, ce n’est pas la masturbation qui provoque des problèmes d’érection : c’est le fait de se masturber par besoin, de manière très répétée.

C’est-à-dire que cette masturbation dépasse le simple fait de prendre du plaisir occasionnellement ; elle répond au contraire à un besoin physique et/ou psychologique. »

Pour Gilbert Bou Jaoudé, cette masturbation excessive (qui peut-être espacée mais frénétique lorsqu’elle se produit) a une fonction d’anti-stress :

«  En général, la masturbation se termine par l’éjaculation.

Or l’orgasme est un puissant anxiolytique et provoque des décharges hormonales et de neurotransmetteurs dans notre corps : on peut associer ce phénomène au fait de recevoir une intraveineuse de morphine, d’antidépresseurs et de décontracturants musculaires ! »

C’est donc la masturbation comme anti-stress qui est problématique, plus précisément le stress qui amène à ce genre de masturbation, qui peut gêner l’érection lors des rapport sexuels. 

Pour résumer, si la masturbation devient répétée à cause du stress, il y a de fortes chances pour que ce même stress détériore la qualité de nos rapports sexuels.

Car ce n’est pas un remède au long terme pour soigner notre stress.

Masturbation excessive et porno : des risques ?

La pratique de la masturbation est souvent associée au visionnage de porno.

Comment savoir si je me masturbe trop souvent ou si je visionne trop de porno ? Pour Gilbert Bou Jaoudé, l’erreur est de penser en terme de fréquence.

« En effet, dit-il, même si la fréquence à laquelle on visionne du porno a un sens, le plus important est l’état d’esprit avec lequel on visionne.

Si ce visionnage est indispensable, il y a un problème ; de même que si on ressent du mal-être lorsqu’il nous est impossible d’en visionner.

Souvent, l’addiction au porno se traduit ensuite par un sentiment de culpabilité ou de honte. »

Associée à cette addiction, la masturbation trop fréquente devient aussi dangereuse : pour la sexualité du couple, elle est à l’origine de troubles du désir, voire de problèmes d’érection ; et célibataire, ces deux pratiques addictives deviennent problématiques dans nos rapports sociaux et/ou professionnels.

Tout comme une surconsommation de porno, vous pouvez juger que vous être accro à la masturbation avec les mêmes critères (au delà de la fréquence) :

  • Une masturbation « pulsionnelle » : je suis incapable de me retenir
  • Répétée dans un court laps de temps (plusieurs fois dans l’heure par exemple)
  • Un mal-être à l’origine de masturbation : on recherche l’orgasme et l’effet anti-stress. Donc la masturbation est utilisée comme « médicament »
  • Un sentiment de culpabilité et/ou de honte après la masturbation

Et bien sûr, il y a aussi des signes physiques qui traduisent une pratique excessive de la masturbation : par exemple, des problèmes d’érection lorsque je veux avoir un rapport avec un partenaire (si je me suis trop masturbé dans l’heure, la journée, etc.) ou des troubles du désir.

En effet, visionner du porno excessivement en se masturbant peut nous éloigner de la réalité des rapports sexuels et nous faire ressentir moins de désir pour notre partenaire.

Comment savoir si on se masturbe trop : que faut-il retenir ?

C’est souvent le stress comme facteur déclenchant de la masturbation qui est symptomatique d’une addiction.

Si la masturbation n’est pas le problème en soi, le stress peut conduire à des dysfonctions sexuelles. C’est-à-dire qu’il provoque des masturbations trop répétées et peut donc amener à des problèmes d’érection ou une baisse de désir dans le couple.

Ce n’est donc pas la masturbation qui donne des troubles de l’érection directement, mais cet état de stress défavorable à la détente et au bien-être.

En soignant les causes du stress, on pourra retrouver un rapport plus sain à la masturbation et éviter les pannes sexuelles.

Pour davantage d’informations ou de précisions, vous pouvez demander l’avis d’un médecin sexologue afin de déterminer si votre rapport à la masturbation est problématique. 

Consultez immédiatement un médecin sexologue sur Charles.co

Charles.co est une plateforme de santé dédiée aux hommes. Elle regroupe des spécialistes, médecins sexologues, et pharmaciens français pour construire une solution de qualité, sûre et accessible à tous.

Charles est une société immatriculée 844 332 130 en France au RCS de Paris. Ses données sont collectées et traitées chez un hébergeur agréé et certifié pour les données de santé au sens des dispositions de l’article L. 1111-8 du Code de la santé publique.

La plateforme vous permet de consulter en ligne parmi 15 médecins titulaires d’un DIU en sexologie (voir notre équipe médicale). La consultation en ligne peut se dérouler par messages écrits, téléphone ou visioconférence. Elle regroupe l’ensemble des avantages suivants :

  • Consulter un médecin spécialiste en sexologie (qui traite ce type de troubles quotidiennement)
  • Payer sa consultation 35€ au lieu de 90€ (prix constaté pour des consultations en physique avec un sexologue)
  • Obtenir un RDV en 24h (l’attente moyenne constatée pour obtenir un RDV avec un sexologue en France est de plusieurs mois)
  • Commander votre traitement en ligne et être discrètement livré à domicile par une pharmacie française

Consulter immédiatement un médecin sexologue en ligne sur Charles.co

Consultation (téléphone, vidéo ou messagerie privée) depuis chez vous avec un médecin sexologue français (35€). Délivrance de fiches conseils ainsi que d’une ordonnance pour des traitements si nécessaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *