AccueilBlogEjaculation précoceQuels sont les différents troubles de l’éjaculation ?

Quels sont les différents troubles de l’éjaculation ?

Quels sont les différents troubles de l’éjaculation ?

Moins connus que les troubles érectiles, il existe pourtant plusieurs troubles de l’éjaculation.

À l’exception de l’éjaculation précoce, ces problèmes d’éjaculation sont peu fréquents. Toutefois, il est important de savoir les reconnaître afin de réagir comme il faut.

Découvrez ainsi 7 troubles de l’éjaculation, leurs causes et traitements.

Comment fonctionne l’éjaculation ?

L’éjaculation masculine est un processus physiologique principalement contrôlé par le système nerveux autonome. Différents organes sexuels sont impliqués : le canal déférent, la prostate, le pénis, l’épididyme distal, la vésicule séminale, etc.

Le processus de l’éjaculation se décompose en 2 phases : 

  1. L’émission : le col de la vessie se ferme afin que le sperme ne s’y déverse pas. Ensuite, les sécrétions prostatiques et les spermatozoïdes du canal déférent rejoignent l’urètre prostatique. Ceci est complété par le liquide vésiculaire séminal, qui constitue 70 à 80 % de l’éjaculat final.
  1. L’expulsion : lorsque l’excitation sexuelle est à son paroxysme, que le point de non-retour est atteint, le sperme est éjecté par le méat urétral. Ce sont les contractions rythmiques des muscles pelviens (situés entre les testicules et l’anus) qui permettent une expulsion vigoureuse.

Parfois, un ou plusieurs de ces paramètres ne se passe pas comme prévu, il y a un dysfonctionnement ; on parle alors de troubles de l’éjaculation. Il en existe plusieurs. Charles.co vous en présente sept, et vous indique les causes et traitements de chacun d’entre eux.

Youtube Video

L’éjaculation précoce, le plus fréquent des troubles de l'éjaculation

L’éjaculation précoce se caractérise par une éjaculation qui survient bien avant le moment désiré. L’éjaculation est trop rapide et les partenaires n’ont pas eu le temps d’être satisfaits. L’homme manque de contrôle sur son éjaculation, il ne peut pas la retenir. Il éjacule ainsi avant la pénétration vaginale ou dans la minute qui suit. Pour que le trouble de l'éjaculation soit clairement défini, cela doit se produire à chaque rapport sexuel depuis au moins 3 mois et engendrer une souffrance psychologique.

Il s’agit du trouble de l’éjaculation le plus fréquent. 20 à 30 % des hommes seraient, un jour, face à une éjaculation trop rapide. Il est toutefois plus courant chez les jeunes hommes, aux prémices de leur vie sexuelle.

Les causes de l’éjaculation prématurée peuvent être très variées : facteurs psychologiques, maladie neurologique (diabète ou sclérose en plaques notamment), hyperthyroïdie, hypersensibilité du gland, etc. Il existe aussi des facteurs aggravants tels que la consommation excessive d’alcool ou de drogues.

Les traitements de ce trouble de l'éjaculation

Heureusement, il existe des traitements pour retarder l’éjaculation et ils sont bien connus des médecins.

On note un traitement médicamenteux par voie orale, le Priligy. De la famille des antidépresseurs, ce médicament est à prendre à la demande, 1 heure avant l’acte sexuel. Sa durée d’action est comprise entre 6 et 8 heures. Le dosage, Priligy 30 mg ou Priligy 60 mg, est à déterminer avec votre médecin en fonction des effets secondaires ressentis. Il coûte environ 60 euros la boîte de 3 comprimés. Les pharmaciens fixent librement son prix ; il est donc plus ou moins cher d’un officine à l’autre.

Il y a aussi le Fortacin, une crème à base de Lidocaïne. C’est un anesthésique local, à application cutanée, qui rend le gland insensible, ou en tout cas moins sensible. Ce gel retardant coûte environ 60 euros le flacon (prix variable d’une pharmacie à l’autre).

L’éjaculation rétrograde

Dans le cas de l’éjaculation rétrograde, l’éjaculation a lieu mais aucun liquide ne sort de l’urètre. Et pour cause, le sperme est expulsé dans la vessie au lieu d’être envoyé vers l’extérieur. Toutefois, l’orgasme et le plaisir qui l'accompagne restent intacts.

La plupart du temps, ce problème d’éjaculation survient après une intervention chirurgicale de la prostate, par exemple une prostatectomie (ablation de la prostate dans le cadre du traitement d’un cancer de la prostate).

La présence de sperme dans les urines n’est pas du tout dangereuse pour la santé. Celui-ci s'évacue naturellement lors de la miction.

Ainsi, les médecins ne traitent ce souci qu’en cas de désir de parentalité. Eh oui, difficile de donner lieu à une grossesse naturelle si le sperme n’arrive pas dans l’utérus. Dans ce cas, il s’agit d’un traitement médicamenteux. Et s’il ne suffit pas, le couple peut avoir recours à la PMA (Procréation Médicalement Assistée) en recueillant les spermatozoïdes dans l’urine.

L’éjaculation douloureuse

L’éjaculation douloureuse se caractérise par des douleurs pendant ou après l’éjaculation, au niveau de la zone pelvienne et urogénitale. Cela peut s’accompagner de symptômes urinaires tels qu’un besoin fréquent d’uriner, un jet qui manque de force ou des brûlures, et de symptômes sexuels tels qu’une éjaculation précoce par exemple.

L’éjaculation douloureuse est souvent due à une prostatite, une inflammation de la prostate. Le traitement de ce trouble de l’éjaculation est complexe. Ainsi, il est important de consulter un médecin dès les premiers symptômes.

L’éjaculation tardive

Si l’éjaculation précoce est très bien connue, son inverse, l’éjaculation tardive ou retardée, n’a pas la même visibilité. Ce problème d’éjaculation se caractérise par une difficulté à éjaculer. L’homme éprouve des difficultés à atteindre son point de non-retour ; les rapports sexuels sont longs et fastidieux. On distingue différentes intensités : l’homme qui n’arrive jamais à éjaculer (on parle alors d’anéjaculation), celui qui y arrive seulement en se masturbant et celui qui y arrive lors d’une pénétration très longue.

Il existe différentes causes à l’éjaculation retardée : la prise de certains médicaments (antidépresseurs, alpha bloquants tels que Tamsulosine, etc), facteurs psychologiques (manque de lâcher-prise par exemple), masturbation excessive, etc. Il s’agit souvent de traiter les causes afin de régler de problème et d’éjaculer à nouveau normalement. S’il s’agit de causes psychologiques par exemple, une thérapie peut être une solution efficace.

Youtube Video

L’éjaculation spontanée, le plus rare des troubles de l'éjaculation

L’éjaculation spontanée est un trouble de l'éjaculation très rare. Elle se caractérise par des éjaculations involontaires, à tout moment de la journée. Sans qu’il n’y ait de stimulation, de désir, d’excitation ou de pensées, l’homme éjacule sans pouvoir le contrôler et sans ressentir de plaisir associé. Souvent, c’est la miction, la défécation ou un léger frottement du gland sur les sous-vêtements qui déclenche l’éjaculation.

Les causes de ce trouble de l'éjaculation sont méconnues ; il existe si peu de cas que les médecins n’ont pas suffisamment d’éléments pour les déterminer.

Si certains éjaculent involontairement 2 fois par mois, d’autres subissent cela plusieurs fois par jour. L’éjaculation spontanée devient alors un véritable fardeau, handicapant pour le quotidien. Il est donc important de consulter un médecin sexologue dès les premiers symptômes.

Attention toutefois à ne pas confondre ce trouble de l'éjaculation avec les éjaculations nocturnes qui, elles, sont tout à fait normales et naturelles.

L’hypospermie

L’hypospermie se manifeste par un volume de sperme éjaculé inférieur à 1,5 mL. Un volume normal est davantage aux alentours de 6 mL. Lorsque le volume de l’éjaculation est inférieur à 0,5 mL, voire nul, on parle même d’aspermie.

Si l’éjaculation se fait discrète, l’orgasme lui est bel et bien là ; on parle parfois d’orgasme à sec. On peut rencontrer ce type d'orgasme lors de rapports sexuels mais également lors d'une masturbation qui ne provoque pas d'éjaculation.

Une éjaculation faible peut avoir diverses causes : prise de certains médicaments, cause congénitale (absence de canaux déférents par exemple), opération chirurgicale au niveau de la prostate, diabète, déficit hormonal (manque de testostérone), etc.

Le traitement d'une petite éjaculation passe par le traitement de ses causes. Là encore, des solutions existent dans le cas où l’homme souhaiterait avoir un enfant.

A lire aussi : comment avoir une éjaculation puissante ?

L’hémospermie

Si elle peut être impressionnante, l'hémospermie est souvent bénigne. Elle se caractérise par la présence de sang dans le sperme.

Attention, le sang dans le sperme n’y était pas forcément de base… Par exemple, cela peut être du sang de votre partenaire si celle-ci a ses règles ou encore du sang des suites d’une fracture du pénis. Ici, nous parlons bel et bien du sang qui sort avec le sperme.

Cela se produit souvent après une biopsie de la prostate. Plusieurs semaines après l’intervention, des saignements, présents dans le sperme, peuvent toujours être présents. Il en est de même pour une vasectomie. Le souci se règle spontanément avec un peu de patience.

Toutefois, cela peut aussi être le signe d’une infection telle qu’une urétrite ou une prostatite. En cela, si vous n’avez subi aucune des interventions précédemment citées, consultez un médecin afin de réaliser les examens nécessaires à la pose d’un diagnostic.

A lire aussi : Pourquoi réaliser un spermogramme après une vasectomie ?

L’impact des troubles de l’éjaculation sur le quotidien

Sujet tabou dans notre société, souffrir d’un trouble de l’éjaculation n’est pas facile à vivre. Une éjaculation parfaite, forte, conséquente, qui arrive au bon moment est perçue comme un signe de virilité et de puissance masculine. Or, ce n’est pas cela qui vous définit en tant qu’homme.

De nombreux hommes souffrent de problèmes d’éjaculation, particulièrement d’éjaculation précoce. Et beaucoup ressentent de la honte, de la gêne voire de la culpabilité. Une baisse de libido apparaît et faire l’amour n’est plus un plaisir. En cela, il est important d’en discuter avec un professionnel de santé afin de dédramatiser la situation. De plus, cela permet aussi de voir que l’on n’est pas seul et que des solutions existent.

Nous vous conseillons de ne pas laisser les sentiments négatifs s’installer pour de bon. L’anxiété et le stress ne feront qu’empirer vos difficultés sexuelles. En attendant de guérir, apprenez à profiter de vos relations sexuelles autrement. Caresses, jeux, préliminaires, ... Il existe de nombreuses façons de partager du plaisir à deux, en pimentant la vie de couple au passage.

N’hésitez pas à consulter un médecin sexologue afin de retrouver une sexualité épanouie.

Consulter immédiatement un médecin sexologue en ligne

Consultation (téléphone, vidéo ou messagerie privée) avec un médecin sexologue.

Délivrance de fiches conseils et d’une ordonnance  si nécessaire.

Qui veut être mon associé
icone croix
Découvrez nous sur 
M6
Découvrez le passage de Charles.co sur 
M6
Voir le replayfleche-droite-fine-picto