AccueilBlogSexualitéSpermogramme après vasectomie : pourquoi et quel est le moment propice pour y recourir ?

Spermogramme après vasectomie : pourquoi et quel est le moment propice pour y recourir ?

Spermogramme après vasectomie : pourquoi et quel est le moment propice pour y recourir ?

Pourquoi réaliser un spermogramme après vasectomie ? La contraception est considérée comme l’ensemble des méthodes utilisées pour rendre temporaires ou définitivement inféconds les rapports sexuels. Très souvent, elle s’utilise par la gent féminine. Ce fait est prouvé par diverses enquêtes relatives à la santé de la population. Celle menée par une équipe québécoise révèle d’ailleurs qu’environ 93,9 % des femmes âgées de 15 à 24 ans recourent à une méthode contraceptive.

Toutefois, la gent masculine aussi recourt aux moyens de contraception. Les hommes emploient les procédés de contraception comme la vasectomie. Selon les chiffres fournis par l’Assurance Maladie, 9240 hommes y auraient déjà eu recours. Mais après cette opération, il est essentiel de réaliser un spermogramme. Quel est l’intérêt de cette analyse ? Comment se déroule-t-elle ? Ce guide fait le point !

Quels sont les éléments de base à savoir sur la vasectomie ?

La vasectomie est une méthode de contraception légalisée par la loi numéro 2001-588 du 4 juillet 2001.

De quoi s’agit-il ?

Concrètement, il s’agit d’une opération chirurgicale dont le but est d’empêcher les spermatozoïdes de s’intégrer à l’éjaculat. Encore appelée stérilisation masculine, elle vise à ligaturer les canaux déférents. Ce sont les conduits qui acheminent les cellules spermiques depuis leur lieu de production vers l’urètre.

En effet, lorsque les cellules spermiques sont produites, elles sont stockées dans les canaux de l’épididyme. Après y être arrivées à maturité, elles transitent par le canal déférent et le canal éjaculateur. Durant ce passage, elles s’intègrent aux sécrétions des vésicules séminales et de la prostate pour former le sperme.

Au cours de l’opération, ce sont donc ces deux canaux qui sont sectionnés et ligaturés. L’objectif réel de la vasectomie est alors d’obstruer le passage aux spermatozoïdes et de faire obstacle à leur expulsion. Elle entraîne une azoospermie et réduit à néant les chances qu’une cellule séminale féconde l’ovule ou l’ovocyte.

Comment se déroule l’intervention ?

Forcément, cette opération a lieu après une consultation avec un spécialiste. Dans le cas présent, il s’agit de l’urologue. Durant la première séance, le patient formule sa demande et fait part des raisons de son choix.

Puis, le médecin l’informe sur tous les aspects de l’opération, notamment : 

  • les risques liés ;
  • son déroulement ;
  • et les conséquences.

Il instruit aussi le patient sur les diverses techniques employées, en mettant l’accent sur les deux méthodes les plus fréquemment utilisées. Il s’agit de la vasectomie classique et de celle dite sans bistouri.

La première implique de couper une partie des canaux déférents, de les retirer et d’en bloquer les extrémités par ligature, par suture, etc. Pour ce faire, le chirurgien effectue deux petites incisions au niveau du scrotum.

La seconde alternative aboutit au même résultat, mais emploie des instruments qui permettent de faire une micro-incision au centre du scrotum. Bien évidemment, ces deux types de vasectomie se déroulent sous anesthésie locale.

En dehors de tout cela, le médecin détaille au patient les autres moyens de contraception. Ensuite, il lui impose un délai de réflexion de quatre mois. Si, à l’issue de cette période, l’intéressé maintient son avis, il procède à une deuxième consultation où il confirme sa demande par écrit.

Il est important de souligner que la vasectomie est irréversible et entraîne une stérilité permanente. Pour concevoir, le couple du patient devra recourir aux méthodes de Procréation Médicalement Assistée. Parmi celles-ci, les plus utilisées sont la fécondation in vitro (FIV) et l’injection intracytoplasmique de spermatozoïde (ICSI).

Et après l’opération ?

Après une vasectomie, le sujet est tenu de rester en hospitalisation pendant une courte durée. Il doit aussi obligatoirement se reposer au cours de la première journée et éviter les efforts physiques.

Durant les 15 premiers jours après l’opération, il doit éviter de transporter ou de porter des objets lourds, de faire du sport et d’avoir des relations sexuelles.

On préconise également de revêtir des sous-vêtements serrés pendant le premier mois. Les bains sont aussi contre-indiqués jusqu’à la cicatrisation de l’incision.

Par ailleurs, la stérilité de l’homme ne survient pas tout de suite après l’intervention. Il faut une quarantaine d’éjaculations pour évacuer les spermatozoïdes présents dans les voies spermiques avant l’opération.

On recommande donc d’utiliser une autre méthode de contraception (le préservatif par exemple) durant 12 semaines. Ensuite, on exige un spermogramme.

Quel est l’intérêt d’un spermogramme après la vasectomie ?

Le spermogramme post-vasectomie est très utile pour confirmer ou pas la réussite de l’opération. En effet, cet examen médical permet d’évaluer la qualité du sperme. Concrètement, il analyse les différents paramètres du liquide spermique, notamment la concentration de spermatozoïdes et le nombre de cellules mortes ou vivantes.

En dehors de ces variables, l’analyse du liquide séminal permet de mettre en évidence d’autres paramètres macroscopiques et microscopiques. Il s’agit :

  • de la viscosité du liquide séminal ;
  • du pourcentage de leucocytes spermique ;
  • du pH qui est habituellement supérieur à 7 ;
  • de la motilité et de la morphologie des cellules ;
  • du volume du sperme qui ordinairement est compris entre deux et six millilitres, etc.

Pour déterminer avec précision les valeurs de ces paramètres, on recourt à plusieurs méthodes, dont la cytométrie. Elle permet d’analyser les cellules spermiques sur un volume d’échantillon plus grand que celui d’un examen au microscope. Elle permet aussi de déterminer la provenance des spermatozoïdes présents dans l’éjaculat.

L’analyse du liquide spermique est donc impérative avant l’arrêt de la méthode de contraception complémentaire.

Quand effectuer un spermogramme post-vasectomie ?

On recommande d’effectuer un spermogramme 3 à 5 mois après la vasectomie. Si l’analyse s’effectue avant cette période et se révèle positive, le patient devra en reprendre une autre à ses frais.

Cette période donne le temps à l’organisme de commencer un nouveau cycle de spermatogenèse. Elle permet aussi au patient d’évacuer tous les spermatozoïdes présents avant l’opération.

Pour ce faire, on préconise au sujet d’avoir une vie sexuelle active après les 15 premiers jours de l’intervention. Cela maximise les chances d’avoir un spermogramme stérile.

Pour augmenter ces chances, il est aussi essentiel de respecter les recommandations prescrites à ce sujet.

Quelles sont les précautions à respecter pour réaliser un spermogramme post-vasectomie ?

Comme on s’en doute, le spermogramme ne peut avoir lieu sans le sperme du patient. Pour l’effectuer, on demande donc au sujet de fournir son éjaculat. Il doit être recueilli au laboratoire pour minimiser le temps entre le prélèvement et l’analyse ou éviter que les spermatozoïdes ne soient affectés. Naturellement, tous les laboratoires disposent d’une pièce conçue pour la circonstance.

Par ailleurs, l’éjaculat doit être fourni dans un flacon stérile et par masturbation. Avant de le faire, le sujet doit uriner pour éliminer la totalité des germes présents dans le canal de l’urètre. Il doit aussi se laver les mains et les parties génitales avec une solution désinfectante fournie par le centre d’analyse.

De plus, il est essentiel :

  • de fournir l’entièreté du liquide éjaculé ;
  • mais aussi de s’hydrater convenablement la veille et le jour de l’examen ;
  • et de s’abstenir de toutes relations sexuelles ou masturbation 3 à 5 jours avant l’examen.

Mais il ne paraît pas toujours évident de pouvoir se masturber, en l’occurrence dans un tel contexte. Pour ces raisons, certains laboratoires autorisent la présence de la conjointe. D’autres centres permettent de recueillir le liquide spermique à la maison, puis de l’apporter pour analyse.

Dans ce cas de figure, il devient essentiel que la durée entre le prélèvement et l’arrivée au centre d’examen n’excède pas 60 min. On exige aussi que le flacon qui contient le liquide soit gardé à l’abri de la lumière et préservé à la température du corps.

Pour ce faire, on préconise de garder le récipient près du corps, dans la poche d’un pantalon ou d’une chemise. On conseille aussi de l’envelopper dans du papier aluminium.

Aussi, en cas de fièvre ou de traitement médicamenteux, il est recommandé de reporter le prélèvement pour un autre jour.

Que retenir ?

La vasectomie ou la stérilisation masculine est une opération chirurgicale qui vise à préserver l’éjaculat des spermatozoïdes. Pour ce faire, elle sectionne et ligature les canaux déférents. Naturellement, elle a lieu après une consultation avec un spécialiste qui instruit le patient sur tous les détails liés à l’intervention.

Par ailleurs, la vasectomie est reconnue par la loi comme une méthode de contraception définitive ou irréversible. Après cette opération, il est donc impossible de concevoir, à moins de recourir aux méthodes de procréation médicalement assistée. À la suite de cette intervention, plusieurs recommandations doivent aussi être respectées.

Les principales précautions à prendre en compte sont relatives à l’utilisation de préservatif pour avoir des rapports sexuels et la réalisation d’un spermogramme. Il permet de déterminer si l’opération a été un succès ou pas.

Pour maximiser les probabilités d’avoir les meilleurs résultats, il doit survenir 3 à 5 mois après la vasectomie. Il exige aussi de prendre en considération diverses précautions.

Si les résultats du spermogramme infirment la réussite de la vasectomie, on préconise de consulter le médecin traitant pour prendre les mesures adéquates.

Consulter immédiatement un médecin sexologue en ligne

Consultation (téléphone, vidéo ou messagerie privée) avec un médecin sexologue.

Délivrance de fiches conseils et d’une ordonnance  si nécessaire.

Qui veut être mon associé
icone croix
Découvrez nous sur 
M6
Découvrez le passage de Charles.co sur 
M6
Voir le replayfleche-droite-fine-picto