AccueilBlogÉrectionQue faire en cas de fracture du pénis ? Symptômes et prise en charge

Que faire en cas de fracture du pénis ? Symptômes et prise en charge

Que faire en cas de fracture du pénis ? Symptômes et prise en charge

Nous allons parler aujourd’hui d’un traumatisme sexuel assez rare chez l’homme : la fracture du pénis. On rapporte relativement peu de cas, mais c’est la pathologie la plus fréquente, dans la catégorie des traumatismes sexuels. Elle se produit majoritairement lorsque le pénis est en érection.

Il existe cependant des traumatismes moins ordinaires, liés à une diversité des pratiques sexuelles : strangulation de la verge par des anneaux, piercing génitaux, introduction d’objet dans l’urètre…

Chez les femmes, les traumatismes sexuels sont souvent bénins cliniquement, mais surviennent lors de violences sexuelles ; ce qui nécessite une prise en charge psychologique, médicolégale, et la recherche d’infections sexuellement transmissibles.


Consulter immédiatement un médecin sexologue en ligne

Consultation (téléphone, vidéo ou messagerie privée) avec un médecin sexologue (35€).

Délivrance de fiches conseils et d’une ordonnance  si nécessaire.

Fracture du pénis : définition

La fracture du pénis est définit comme la rupture d’un ou des deux corps caverneux de la verge en érection : on parle de rupture ou de déchirure de l’albuginée des corps caverneux.

La verge ne présente pas d’os ; mais lorsqu’elle est en érection et en état d’hyper-rigidité, elle peut se casser comme un os. A l’intérieur des deux corps caverneux passent deux artères ; en érection, ces deux corps caverneux fonctionnent comme des éponges et se remplissent de sang jusqu’à saturation.

Lors d’un choc brutal ou d’une torsion, ces deux corps caverneux rigides peuvent se rompre. Plus exactement, c’est l’enveloppe fibreuse appelée « albuginée » qui casse.

Généralement, cette fracture intervient à la base de la verge et un examen clinique devra identifier si une fracture de l’urètre est aussi présente.

Fracture du pénis : symptômes

La fracture du pénis est caractérisée par un hématome impressionnant sur la verge, qui est alors de couleur violette ou noire.

Le patient décrit généralement un craquement explicite lors de la fracture. Pour autant, la douleur n’est pas spécialement l’aspect le plus traumatisant pour l’homme ; il s’agit plus de l’aspect de la verge après l’accident ou de ses circonstances.

La fracture est suivie d’une détumescence (diminution de volume d’un organe enflé ou présentant une tumeur) et de la formation d’une ecchymose.

Les causes d’une fracture du pénis

Elles peuvent être variées, en fonction de la diversité des pratiques sexuelles : anneaux péniens provoquant une strangulation, complications liées à des piercing génitaux, introduction d’objet dans l’urètre…

Les deux causes principales sont cependant « le faux-pas » lors du coït ou une mauvaise manipulation de la verge ; notamment on rapporte une pratique du Moyen-Orient et de certains pays d’Afrique du nord, appelée « taghandaan »  qui consiste à appuyer fort sur la verge pour créer une détumescence, par un craquement, généralement opéré le matin.

On ne sait pas vraiment d’où vient cette pratique et on l’associe à un rite ; elle réduirait les symptômes de la maladie de Lapeyronie, même si c’est une pratique peu recommandable et très dangereuse.

Certaines positions peuvent aussi être plus propices à cet accident.

Fracture du pénis : diagnostic clinique et examens d’imagerie

Le diagnostic clinique est associé à la perception du patient. A la suite du craquement, on remarque une détumescence et une douleur complétée d’un hématome.

La localisation de la rupture albuginéale peut être dénotée par une palpation de l’hématome qui roule sous les doigts lors de l’examen.

D’autres lésions doivent être suspectées, comme une dysfonction érectile, une fibrose (augmentation anormale de la quantité de tissu),  une sténose de l’urètre (rétrécissement) ou un priapisme (érection prolongée).

La rupture de l’urètre est fréquente lors d’un « faux-pas » du coït mais plus exceptionnelle lors d’une mauvaise manipulation.

Examens d’imagerie

Dans la grande majorité des cas, cet examen n’est pas utile ; l’exploration chirurgicale est le meilleur moyen d’avoir un bilan des lésions. 

Cependant, une échographie pourra être réalisée pour localiser la rupture. Une IRM permet un diagnostic précis de la rupture et de l’hématome, et d’une éventuelle rupture de l’urètre.

Cet examen est réalisé en cas de doute, notamment lorsqu’un sujet se présente aux urgences tardivement. En cas de suspicion de rupture de l’urètre, une urétographie peut être indiquée, suivie d’une urétrocystoscopie si le patient présente des signes de dysurie (difficulté à uriner) ou d’une urétrorragie de sang (hémorragie de l’urètre).

Les différents traitements de la fracture du pénis

Le traitement chirurgical

C’est quasiment le seul traitement de la fracture du pénis. On procède à une anesthésie  locale ou une rachianesthésie (anesthésie partielle consistant à injecter dans le canal rachidien une substance destinée à insensibiliser la partie inférieure du corps).

Une convalescence de 6 à 8 semaines, sans manipulation ni rapport, est nécessaire pour que l’albuginée cicatrise.

Le traitement conservateur

Très rare, ce traitement est réalisé si le patient refuse notamment de se faire opérer. On administre parfois des anti-androgènes, afin de bloquer toute érection et des antalgiques peuvent aussi prescrits si une IRM confirme une rupture incomplète de l’albuginée.

Les conséquences pour 30% des patients sont une dysfonction érectile, une déformation du pénis, des douleurs lors de l’érection, des abcès, une nécrose, voire une gangrène.

Traumatisme du pénis au repos

Parfois le pénis peut aussi subir un traumatisme lorsqu’il est au repos ; lors d’un choc violent qui écrase le pénis. En l’absence de rupture de l’albuginée, les hématomes doivent être suivis médicalement.

Le traitement est alors médical et une rééducation de la fonction érectile est nécessaire.

Ce qu’il faut retenir sur la fracture du pénis

Consultez rapidement en cas de doute sur une fracture du pénis afin de faciliter la prise en charge, même si généralement, le patient n’a aucun doute et consulte dans les 24 à 48 heures ; notamment à cause de l’aspect inquiétant de la verge et du craquement audible lors de la fracture.

Une possible maladie de Lapeyronie nécessite une prise en charge médicale, et des pratiques visant à redresser sa verge soi-même sont dangereuses et à éviter absolument.

Vous risqueriez d’aggraver votre situation et de provoquer une fracture du pénis. 

Consultez un sexologue en toute sécurité sur Charles.co

Charles.co est une plateforme de santé dédiée aux hommes. Elle regroupe des spécialistes, médecins sexologues, et pharmaciens français pour construire une solution de qualité, sûre et accessible à tous.

Charles est une société immatriculée 844 332 130 en France au RCS de Paris. Ses données sont collectées et traitées chez un hébergeur agréé et certifié pour les données de santé au sens des dispositions de l’article L. 1111-8 du Code de la santé publique.

La plateforme vous permet de consulter en ligne parmi 15 médecins titulaires d'un DIU en sexologie (voir notre équipe médicale). La consultation en ligne peut se dérouler par messages écrits, téléphone ou visioconférence. Elle regroupe l'ensemble des avantages suivants :

  • Consulter un médecin spécialiste en sexologie (qui traite ce type de troubles quotidiennement)
  • Payer sa consultation 35€ au lieu de 90€ (prix constaté pour des consultations en physique avec un sexologue)
  • Obtenir un RDV en 24h (l'attente moyenne constatée pour obtenir un RDV avec un sexologue en France est de plusieurs mois)
  • Commander votre traitement en ligne et être discrètement livré à domicile par une pharmacie française

Consulter immédiatement un médecin sexologue en ligne

Consultation (téléphone, vidéo ou messagerie privée) avec un médecin sexologue (35€).

Délivrance de fiches conseils et d’une ordonnance  si nécessaire.

Ces articles pourraient également vous intéresser :
Problèmes d’érection à 30 ans : que faire ?
Problèmes d’érection à 30 ans : que faire ?

Les problèmes d’érection font partie des troubles sexuels les plus fréquents – y compris chez les hommes jeunes.

Contre une idée fausse, les troubles de l’érection ne concernent pas uniquement les hommes de 50 ans ; on estime que près de 25% des hommes de moins de 30/35 ans pourraient être concernés par cette dysfonction.

Problèmes d’érection à 50 ans : que faire ?
Problèmes d’érection à 50 ans : que faire ?

Même si les causes d’une dysfonction érectile sont très variables d’un homme à l’autre, on identifie globalement deux types de figure chez les hommes de plus de 50 ans : une dysfonction érectile liée aux évènements de santé ou une dysfonction érectile liée à une accumulation de facteurs bénins.

Comment avoir une érection forte ?
Comment avoir une érection forte ?

Troubles passagers ou dysfonction érectile, comment avoir une érection forte ? Il arrive que l’homme vive des périodes de « moins bien » tout au long de sa vie sexuelle.

Problème d’érection : les causes et comment s’en sortir
Problème d’érection : les causes et comment s’en sortir

Solutions efficaces aux problèmes et troubles de l’érection. Tous les conseils et les produits pour retrouver une érection forte et durable.

Homme en érection : fonction, mécanismes, troubles
Homme en érection : fonction, mécanismes, troubles

Comprendre le mécanisme du pénis en érection et apprendre comment améliorer son érection facilement pour retrouver dureté et endurance.

Médicament de l’érection : quel traitement choisir ?
Médicament de l’érection : quel traitement choisir ?

Les problèmes d’érection touchent 4 millions d’hommes en France. Pourtant, beaucoup d’entre eux n’osent pas aller parler de ce problème à leur médecin ; et passent ainsi à côté de solutions médicales simples et efficaces : les médicaments de l’érection.