AccueilBlogEjaculation précoceVolume de l’éjaculation : doit-on s’en préoccuper ?

Volume de l’éjaculation : doit-on s’en préoccuper ?

Volume de l’éjaculation : doit-on s’en préoccuper ?

Alors qu’un volume d’éjaculation faible inquiète certains hommes, d’autres ne s’en préoccupent pas du tout. L’hypospermie est bénigne, elle n’a aucune incidence sur la santé. Toutefois, elle peut poser problème dans un projet de parentalité. D'ailleurs certaines personnes ont des rapports sexuels ou une masturbation sans éjaculation.

Alors, des inquiétudes sont-elles justifiées ? Doit-on être vigilant à son volume d’éjaculation ? On vous explique tout.

Tout savoir sur le sperme

Le sperme est un composé biologique du corps masculin. Lors de l’éjaculation, le sperme est le liquide qui est expulsé par l’urètre. Puisqu’il contient les spermatozoïdes, le sperme est un élément indispensable de la reproduction.

De quoi se compose le sperme ? En grande majorité, on retrouve dans l’éjaculat le liquide séminal. C’est un liquide fait à partir des sécrétions des vésicules séminales (75 %), du liquide prostatique (20 %) et d’un peu de liquide pré-éjaculatoire.

Le liquide séminal sert à protéger et nourrir les spermatozoïdes. D’ailleurs, les spermatozoïdes ne représentent qu’1 % du liquide spermatique final. Ils sont, pour leur part, produits dans les testicules. Il faut 92 jours au corps pour produire un spermatozoïde (spermatogenèse).

Le sperme est habituellement de couleur blanchâtre ou jaunâtre transparent. Si votre sperme est marron ou verdâtre, nous vous recommandons de consulter un médecin. Cela peut être le signe que quelque chose ne va pas.

Nous savons que le taux de testostérone influence la production du sperme. Si on ne peut pas augmenter la quantité du sperme à proprement parler, celle-ci peut toutefois baisser en corrélation avec cette hormone. Ainsi, chez les hommes âgés, la production de sperme diminue car la production de testostérone ralentit (andropause).

Enfin, il est parfois possible que le sperme présente des anomalies ; on parle alors d’altérations spermatiques. En voici quelques-unes : l’hypospermie (volume de sperme faible), l’oligozoospermie (faible concentration de spermatozoïdes), l’asthénozoospermie (faible mobilité des spermatozoïdes) ou encore la tératospermie (faible quantité de spermatozoïdes). Lorsque le sperme d’un homme présente une ou plusieurs de ces anomalies, sa fertilité en est généralement diminuée.

Quel est le volume normal de l’éjaculation ?

Selon l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé), un volume d’éjaculation normal se situe entre 1,5 mL à 6 mL.

En dessous de 1,5 mL, on parle d’hypospermie. Cela signifie que le volume de sperme éjaculé est plus faible que la normale. C’est un trouble de l’éjaculation qui se caractérise lorsqu'on constate une éjaculation faible sur 2 spermogrammes successifs.

En dessous de 0,5 mL, on parle d’aspermie. Il n’y a quasiment rien qui sort lors de l’éjaculation. Par ailleurs, l’hyperspermie existe aussi. On utilise ce terme lorsque l’éjaculation fait plus de 6 mL.

Ce sont les trois troubles de l’éjaculation liés à au volume de sperme éjaculé.

Youtube Video

Pourquoi ai-je un faible volume d’éjaculation ?

Souvent, une petite éjaculation s’explique très simplement. Lorsque vous avez très fréquemment des rapports sexuels (et particulièrement des éjaculations plusieurs fois par jour), le corps n’a pas le temps de produire le sperme nécessaire à l’éjaculation suivante. Ainsi, le volume expulsé est faible. Cela ne cache aucun problème, une consultation n’est alors pas nécessaire. Il suffit d’éviter l’hypersexualité et de réduire la fréquence des éjaculations pour retrouver un volume normal.

Inversement, après une période d’abstinence très longue, vous pouvez être face à une hyperspermie, c’est-à-dire une éjaculation trop conséquente.

Toutefois, un volume d’éjaculation faible peut aussi avoir une cause médicale. On note parfois un dysfonctionnement du réflexe éjaculatoire ou un défaut anatomique ou de fonctionnement des voies génitales et glandes génitales. Les causes de l’hypospermie :

  • Une éjaculation rétrograde partielle : le sperme est principalement expulsé dans la vessie. Du coup, seule une petite partie est évacuée à l’extérieur ;
  • L’hypogonadisme : défaut de fabrication du sperme au niveau des testicules ;
  • Une mauvaise hygiène de vie : consommation excessive de tabac, mauvaise alimentation, etc ;
  • Une pathologie neurologique : diabète, sclérose en plaques, etc ;
  • Un âge avancé : dès 25 ans, le volume de sperme diminue légèrement d’année en année. À partir de 50 ans environ, il peut aussi y avoir l’andropause ;
  • Une varicocèle : obstruction des conduits ;
  • Une insuffisance androgénique : déficit en testostérone ;
  • Certains médicaments : alpha bloquants (Tamsulosine, etc) ou psychotropes ;
  • Une chirurgie préalable : notamment une intervention chirurgicale au niveau de la prostate ;
  • Une maladie génétique : par exemple, la mucoviscidose (la mutation du gène CFTR, responsable de la mucoviscidose, cause aussi une éjaculation faible).

Comment traiter un volume d’éjaculation faible ?

Un volume d’éjaculation faible peut concerner tous les hommes, il n’y a pas vraiment de prévalence. D’ailleurs, souvent, les hommes ne se rendent même pas compte que leur volume d’éjaculation a diminué. Généralement, le trouble est découvert à l’occasion d’une consultation pour infertilité masculine.

Pour poser le diagnostic, le médecin procède à un examen clinique des parties génitales et, si besoin, demande la réalisation d’actes d’imagerie (échographie par exemple). Des analyses génétiques peuvent aussi être faites, pour déceler une éventuelle mutation du gène CFTR.

Toutefois, l’examen de référence pour l’analyse du sperme reste le spermogramme. Il permet de mettre en évidence toutes les altérations spermatiques, y compris un faible volume de l’éjaculation. Un spermogramme en laboratoire consiste en l’analyse d’un échantillon de sperme recueilli par masturbation. Les médecins préconisent une abstinence de 3 à 5 jours avant le recueil afin d’obtenir les résultats les plus fiables. Ce sont les paramètres séminaux qui vont être observés afin de déterminer la qualité du sperme. Il existe 8 paramètres séminaux :

  1. Viscosité ;
  2. Volume (normalement compris entre 1,5 millilitre et 6 millilitres) ;
  3. PH du sperme ou degré d’acidité ;
  4. Quantité de spermatozoïdes ;
  5. Vitalité des spermatozoïdes ;
  6. Mobilité des spermatozoïdes ;
  7. Présence de spermatozoïdes de forme anormale ;
  8. Présence de différentes cellules (par exemple globules blancs).

Il n’existe pas de traitement pour augmenter la quantité de sperme éjaculée. En soi, ce n’est pas grave d’éjaculer peu. Par contre, il est possible de traiter la cause de l’hypospermie, ce qui permettra aussi de retrouver une éjaculation normale.

Toutefois, quelques astuces peuvent être appliquées afin d’optimiser naturellement la production de sperme et donc d'avoir une éjaculation puissante. Tous ces conseils se basent sur l’hygiène de vie, clé de voûte d’une sexualité épanouie.

Astuces pour augmenter le volume de son éjaculation

  • Bien s’hydrater ;
  • Pratiquer une activité physique régulière ;
  • Éviter l’excès de poids ;
  • Ne pas consommer de tabac, d’alcool ou de drogue ;
  • Avoir une alimentation saine et équilibrée, riche en fruits et légumes ;
  • Bien gérer le stress et l’anxiété ;
  • Veiller à bien dormir, en quantité suffisante ;
  • Profiter du soleil pour stimuler la production de testostérone.
Youtube Video

Les complications possibles d’un faible volume d’éjaculation

La principale complication d’un faible volume d’éjaculation est liée à la fertilité masculine. Avec une petite quantité de sperme éjaculée, il est plus difficile d’avoir une grossesse. Toutefois, cela reste possible ; l’homme n’est pas stérile.

Si son sperme est de très bonne qualité, une grossesse est même possible très rapidement. Après tout, il suffit d’un spermatozoïde ! En revanche, si l’homme souffre également d’autres altérations spermatiques, alors les chances d’avoir un enfant naturellement s’amoindrissent. Si les tentatives restent infructueuses, il faudra alors l’aide de la science, et notamment une assistance médicale à la procréation.

Pour les couples ayant des difficultés à concevoir un enfant naturellement, il y a la PMA (Procréation Médicalement Assistée). Celle-ci peut prendre deux formes et nécessite toujours un recueil préalable des spermatozoïdes :

  1. La FIV (Fécondation In-Vitro) : l’ovule est également prélevé, et la fécondation se fait manuellement en laboratoire. Le médecin dépose ensuite l’embryon dans l’utérus de la future maman.
  2. L’insémination artificielle : les spermatozoïdes sont directement déposés dans l’utérus de la future maman afin d’aller y féconder l’ovule seuls.

Le médecin choisit la méthode en fonction de la qualité du sperme et de ses altérations afin d’avoir le plus de chances de réussite.

Doit-on obligatoirement consulter pour un faible volume de sperme ?

Comme nous vous le disions, un faible volume d’éjaculation n’est pas grave. Cela n’a pas d’incidence sur votre santé. Toutefois, l’hypospermie peut être le symptôme d’autre chose. Il est possible que la prise en charge de l’hypospermie mette en évidence une pathologie pas encore diagnostiquée. En cela, il est tout de même intéressant de consulter un médecin si vous remarquez que le volume de votre éjaculation a diminué.

Globalement, il est important d’être attentif à votre santé sexuelle. Surveiller la couleur, le volume et l’odeur de votre sperme en fait partie. Si vous remarquez la moindre anomalie, il est bon d’en informer votre médecin traitant en premier lieu.

Enfin, l’hyperspermie, comme tous les problèmes d’éjaculation, peuvent induire une souffrance psychologique. L’éjaculation forte, conséquente et bien blanche est un signe de virilité de notre société. Cela est intimement lié à la consommation du porno, qui donne une image biaisée de la sexualité et des performances sexuelles masculines. Ainsi, un homme qui souffre d’un trouble sexuel peut vite se sentir honteux et gêné.

Dans le cas d’une infertilité, l’homme peut aussi culpabiliser de ne pas être capable de donner un enfant naturellement à sa compagne. Il est important dans cette situation de discuter et d’ouvrir le dialogue. Les tensions dans la vie de couple ne doivent pas être cristallisées.

En cas de sentiments négatifs et de souffrance personnelle, n’hésitez pas à consulter un médecin sexologue. Ne restez pas seul face à des difficultés qui, visiblement, vous pèsent et finiront par vous être délétères : repli sur soi, isolement, dépression, absence de libido, etc.

A lire aussi : Quelles sont les causes d'une éjaculation précoce, que faire ?

Apprenez à retarder votre éjaculation avec un médecin sexologue

Consultation par téléphone, vidéo ou message avec un médecin sexologue.

Recevez un programme d'exercices complets ainsi qu’une ordonnance si nécessaire.

Qui veut être mon associé
icone croix
Découvrez nous sur 
M6
Découvrez le passage de Charles.co sur 
M6
Voir le replayfleche-droite-fine-picto