AccueilBlogSexualitéStérilité chez l’homme : causes, symptômes et solutions !

Stérilité chez l’homme : causes, symptômes et solutions !

Stérilité chez l’homme : causes, symptômes et solutions !

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) estime entre 48 et 186 millions le nombre de couples touchés par des problèmes d’infertilité. 2/3 des cas recensés sont imputables aux hommes. Les causes de la stérilité masculine sont à la fois multiples et variées. La bonne nouvelle est la suivante : la stérilité chez l’homme n’est plus une fatalité. On fait le point des différentes solutions.

Stérilité chez l’homme : de quoi s’agit-il ?

L’OMS définit la stérilité par « l’incapacité totale pour un individu ou un couple de procréer naturellement ». Elle est à différencier de l’infertilité. Cette dernière est ainsi définie comme étant une « maladie du système reproducteur, une affection qui a pour conséquence l’absence de grossesse après 12 mois ou plus de rapports sexuels réguliers non protégés, avec arrêt de toute contraception ». 

Dans ce cas, il faut attendre de nombreuses années pour réussir à concevoir. Lorsque la grossesse ne survient toujours pas, on s’interroge alors sur la stérilité du couple. Ainsi, l’infertilité peut aboutir à la stérilité. Autrement dit, la probabilité de tomber enceinte de manière spontanée tombe à zéro.

Les traitements et techniques de procréation médicalement assistée ont grandement évolué. Les cas de stérilité absolue sont ainsi devenus très rares. C’est d'ailleurs la principale raison pour laquelle on préfère évoquer l’infertilité masculine, même dans des situations avérées de stérilité masculine. 

Quelles sont les causes probables de la stérilité de l'homme ?

Les causes de la stérilité masculine peuvent être classées en quatre grandes catégories :

  • les anomalies de la spermatogenèse ;
  • les causes mécaniques ;
  • les causes hormonales ;
  • les facteurs environnementaux.
Youtube Video

Les anomalies de la spermatogenèse

Les anomalies spermatiques sont de très loin les causes les plus fréquentes de la stérilité masculine. En effet, elles sont relatives à la production insuffisante ou totale de spermatozoïdes, à la motilité ou encore à la forme des spermatozoïdes. Par ailleurs, elles résultent en grande partie d’une insuffisance hormonale ou d’une anomalie au niveau des testicules

Les anomalies spermatiques peuvent être présentes de manière isolée ou combinée. Ainsi, on distingue habituellement :

  • Azoospermie : absence totale de spermatozoïdes dans le sperme ;
  • Oligospermie : quantité ou nombre insuffisant de spermatozoïdes dans le sperme ;
  • Asthénozoospermie (Asthénospermie) : faible mobilité ou difficulté à se déplacer des spermatozoïdes ;
  • Tératozoospermie (Tératospermie) : forte proportion d’anomalies dans la morphologie des spermatozoïdes ; 
  • Nécrozoospermie : présence d’une quantité élevée de spermatozoïdes morts.

La qualité du sperme n’est pas toujours en cause. En effet, le sperme peut être de bonne qualité, mais des problèmes des vaisseaux excrétoires peuvent empêcher l’homme d’éjaculer.

Les causes mécaniques de la stérilité masculine

Les causes mécaniques sont relatives aux organes génitaux. Ainsi, les principales sont la Varicocèle, la Mucoviscidose, la Cryptorchidie et l’éjaculation rétrograde.

La Varicocèle

La prévalence de la varicocèle chez les hommes est de 15 %. Elle compte pour 35 % dans les cas d’infertilité primaires, 80 % dans les cas d’infertilité secondaire masculine. Par ailleurs, elle se manifeste par une sensation de pesanteur au voisinage du scrotum. 

La varicocèle se caractérise par la dilatation variqueuse des veines du cordon spermatique. L’accumulation du sang dans la varice tend alors à faire croître la température des testicules (au-dessus de 35,5 °). 

Il en résulte l’affaiblissement des gamètes (cellule reproductrice sexuée dont le noyau ne contient qu’un seul chromosome de chaque paire et qui s’unit à une cellule reproductrice du sexe opposé). La varicocèle a ainsi pour conséquence le dérèglement du fonctionnement normal des testicules

La Cryptorchidie

Encore appelée « testicule non descendu », la Cryptorchidie est une malformation congénitale. Principale responsable des troubles de la fertilité de l'homme, elle correspond à l’état d’un individu dont les testicules ne sont pas descendus dans le scrotum. En d’autres termes, il s’agit de l’absence d’un ou des deux testicules dans les bourses. 

La cryptorchidie découlerait d’un déficit d’imprégnation en androgène pendant la gestation. Elle touche en moyenne 3 à 5 % des nouveau-nés, 2 % des nourrissons âgés de plus de 6 mois. Par ailleurs, 80 % des cas recensés concernent un seul testicule, 20 % pour les deux testicules.

La Mucoviscidose

La mucoviscidose est une maladie génétique. Elle est principalement connue pour provoquer des troubles digestifs et respiratoires chroniques. Cette maladie influe aussi sur les organes reproducteurs chez l’homme. Elle se traduit par une anomalie ou une absence des canaux déférents. D'ailleurs, 98 % des cas d’infertilité sont dû à cette infection. En outre, elle touche un nouveau-né sur 4500.

L’éjaculation rétrograde

L’éjaculation rétrograde peut constituer une cause de l’infertilité masculine. Il s’agit de l’éjaculation du sperme vers la vessie. Elle est généralement causée par la prise de certains médicaments. Elle peut également résulter de certaines interventions chirurgicales (chirurgie de la prostate, chirurgie par voie périnéale, ablation du kyste du cordon spermatique, etc.).

Les causes hormonales de la stérilité de l'homme

L’infertilité chez l’homme peut être la conséquence de l’hypogonadisme, c’est-à-dire le déficit de testostérone et la diminution de la quantité de spermatozoïdes produite. Les origines de l’hypogonadisme sont diverses :

  • les anomalies génétiques ; 
  • une maladie générale comme le diabète ou l’hyperthyroïdie ;
  • les traitements anticancéreux : radiothérapie, chimiothérapie, 
  • une tumeur hypophysaire.

Le syndrome de Klinefelter est la cause la plus fréquente (un garçon sur 600 en est atteint). Il provient de la présence d’un chromosome X supplémentaire, et ce, depuis la naissance. 

Les manifestations physiques ne sont perceptibles qu’à la puberté. Les hommes porteurs de ce symptôme souffrent alors d’Azoospermie. Le syndrome de Kallmann-Morsier provoque également l’hypogonadisme.

Les causes environnementales de la stérilité masculine

Outre les causes et pathologies suscitées, les facteurs environnementaux peuvent engendrer des problèmes d’infertilité masculine. Les éléments ci-après peuvent ainsi avoir une incidence sur la qualité du sperme :

  • le tabagisme ;
  • l’hypertension ;
  • l’addiction aux stupéfiants ;
  • une alimentation déséquilibrée ;
  • la consommation excessive d’alcool ;
  • l’exposition aux perturbateurs endocriniens ;
  • l’exposition à certains polluants environnementaux, etc.

En 2013, la revue scientifique Plos One fit paraître un article sur les conséquences du Bisphénol A (BPA) sur la santé. On pouvait ainsi y lire que la substance est particulièrement nocive pour la santé humaine. De plus, une faible concentration peut agir négativement sur les testicules. Pour rappel, le bisphénol A est une substance chimique très utilisée dans la fabrication des plastiques alimentaires.

D’autres études expérimentales ont démontré qu’une exposition fœtale aux phtalates pouvait détruire les cellules de Leydig, celles à l’origine de la production de spermatozoïdes. Tout comme le bisphénol A, le phtalate est aussi présent dans de nombreux produits plastiques.

Les conclusions d’une étude en date de 2015 sont sans équivoque : les pesticides altèrent le sperme. Ainsi, les hommes qui consomment des légumes chargés en pesticide présentent un sperme de moindre qualité, un taux de spermatozoïde inférieur de 49 % à la normale, une quantité de spermatozoïdes difformes supérieurs à 68 %.  

Bon à savoir : parfois, la stérilité n'est pas connue et est découverte par hasard lors d'un check up complet. D'où l'importance de ces bilans de santé réguliers qui permettent de faire le point sur votre capital santé.

Quelles sont les solutions possibles de la stérilité de l'homme ?

Le traitement à suivre va dépendre du diagnostic émis par le médecin traitant, et ce, après entretien détaillé, examens, analyses, échographies, voire une biopsie. De manière générale, on distingue les traitements médicamenteux, les corrections chirurgicales et les techniques d’assistance médicale à la procréation.

Les traitements médicamenteux de la stérilité masculine

Il s’agit essentiellement de traitements par antibiotiques, anti-inflammatoires ou hormonaux. Les antibiotiques sont habituellement prescrits lorsque le patient souffre d’infections du système uro-génitales. 

En cas de dysfonctionnement testiculaire, le spécialiste peut prescrire des hormones. Elles permettent alors de corriger un déséquilibre.

Les corrections chirurgicales de la stérilité de l'homme

Le recours aux interventions chirurgicales se fait en cas de problèmes anatomiques : varicocèle testiculaire, cryptorchidie, obstruction des voies spermatiques, imperméabilité des voies génitales, rupture de segments, etc. 

Ces opérations chirurgicales ont pour objectif de ligaturer les vaisseaux spermatiques. La couture se fait alors dans la portion haute des organes génitaux, de manière à amorcer une involution des veines du cordon.

La procréation médicalement assistée

Les méthodes d’assistance médicale à la procréation sont les plus plébiscitées dans le traitement de l'infertilité masculine et de la stérilité masculine. En effet, elles offrent de meilleurs résultats que les interventions chirurgicales et les traitements médicamenteux. Il existe deux principales techniques de PMA. On retrouve ainsi dans l’ordre l’insémination artificielle et la fécondation in vitro (FIV).

L’insémination artificielle

L’insémination artificielle consiste à placer des spermatozoïdes du conjoint ou d’un donneur anonyme dans la cavité utérine (ou le col de l’utérus) de la femme. Le dépôt de semence se fait obligatoirement par un médecin spécialisé en fertilité. 

Sachez qu'il arrive souvent d’avoir recours à cette méthode 3 à 4 fois. Si toutefois les difficultés persistent après ce nombre de tentatives, le médecin traitant vous oriente vers la fécondation in vitro.

La fécondation in vitro

Cette dernière méthode s’opère en laboratoire. Elle consiste à faire successivement le prélèvement et la sélection de spermatozoïdes de bonne qualité (meilleure mobilité et meilleure morphologie). Ils sont par la suite mis en contact avec des ovocytes. Ensuite, une fois le développement de l’embryon acté, il est réinjecté dans l’utérus. 

Il existe d’autres variantes de la FIV. C’est le cas de la FIV avec injection intracytoplasmique de spermatozoïdes (ICSI), une technique utilisée dans les situations les plus problématiques.

Youtube Video

Infertilité et stérilité de l'homme : quels sont les symptômes et les diagnostics ?

Le premier signal d’un éventuel problème d’infertilité dans un couple est l’absence de grossesse à la suite de plus de 12 mois de rapports sexuels réguliers non protégés.

L’infertilité masculine se constate après un spermogramme en laboratoire. Le spermogramme est un examen qui permet d’analyser la quantité, la qualité et la vitalité des spermatozoïdes. Ainsi, le résultat du spermogramme permet souvent de donner de précieuses informations dans le cadre d'un bilan de fertilité.

Dans certains cas, au-delà du test spermogramme, le médecin peut aussi prévoir des examens complémentaires : 

La dysfonction érectile est aussi une cause de l’infertilité chez l’homme.

L’infertilité féminine est généralement causée par une endométriose, une insuffisance ovarienne ou encore un syndrome des ovaires polykystiques. En conclusion, il faut retenir que l’infertilité masculine n’est plus une fatalité. En effet, les techniques modernes de la médecine permettent aux couples de surmonter cette épreuve.

Consulter immédiatement un médecin sexologue en ligne

Consultation (téléphone, vidéo ou messagerie privée) avec un médecin sexologue.

Délivrance de fiches conseils et d’une ordonnance  si nécessaire.

icone croix
Qui veut être mon associé
Découvrez le passage de Charles.co sur 
M6
Voir le replayfleche-droite-fine-picto