Le porno influence-t-il les pratiques ?

addiction au porno
Accueil / Sexualité
Rédigé par

Tristan Chevrier

Dernière mise à jour

25 septembre 2020

L’utilisation d’internet pour des pratiques sexuelles est très répandue ; on parle alors généralement de « cybersexe » pour décrire ce phénomène (porno, webcams, rencontres etc.).

Alors qu’un usage modéré ne semble pas avoir d’effets négatifs sur la sexualité (au contraire), une consommation excessive de porno semble avoir de nombreuses répercussions.

Retour sur les dangers de la pornographie, entre facteurs psychologiques (évitement des relations trop intimes) et symptômes dépressifs, et son influence de la réalité sexuelle des individus.

Consulter immédiatement un médecin sexologue en ligne sur Charles.co

Consultation (téléphone, vidéo ou messagerie privée) depuis chez vous avec un médecin sexologue français (35€). Délivrance de fiches conseils ainsi que d’une ordonnance pour des traitements si nécessaire.

Porno et cybersexe : quelle place dans nos sociétés ?

Comme le rapporte une étude de 2017 [1], la sexualité (et particulièrement la pornographie) occupe une place importante dans les moteurs de recherche : les recherches liées au sexe font même partie des plus fréquentes sur le net.

Et pour cause, l’offre est variée, le plus souvent gratuite, pour des contenus accessibles et rapides 24h/24.

De plus, le spectateur de cet « intime » peut avoir l’impression d’être seul devant son écran, favorisant ainsi la consommation de porno. Et plus besoin d’attendre 3 heures du matin, devant un sex-shop glauque d’une ruelle, pour consommer des vidéos explicites.

Internet a donc favorisé l’accès à la pornographie et l’illusion d’anonymat.

Qu’est ce que le cybersexe ?

Le « cybersexe » regroupe toutes les pratiques orientées vers le sexe liées à l’utilisation d’internet.

On peut donc identifier des comportements très différents, selon les expériences ou les interactions. Par exemple : visualisation solitaire ou en groupe de pornographie, chats, webcams, sites et applications de rencontres, réalité virtuelle sexuelle, jeux vidéos…

La principale motivation à ces pratiques est sûrement une recherche d’excitation sexuelle, ou d’informations sur la sexualité.

Le cybersexe est-il dangereux ?

Pourtant, le cybersexe n’est pas foncièrement mauvais en soi. Il peut même favoriser la communication et les interactions sexuelles entre individus, favorisant ainsi les connaissances sexuelles. 

Mais selon d’autres études récentes, il semblerait qu’une petite partie de la population ait une pratique addictive du cybersexe [2][3]. Il est cependant encore difficile de nos jours de définir une norme ou une mesure précise des addictions sexuelles.

En effet, la sexualité et la clinique de l’addiction sexuelle ont longtemps subi des valeurs morales (la définition d’une norme en fonction des pratiques ou de la fréquence reste assez subjectif en outre), retardant les études et l’apparition de mesures ou de définitions claires.

Pour autant, nous pouvons nous appuyer sur de nombreux travaux qui ont démontré l’influence négative des addictions en général : jeux vidéos, paris sportifs – sans compter les addictions à des substances… Toutes néfastes pour la santé.

On peut donc envisager, sans trop d’incertitude, qu’une addiction au cybersexe a un certain nombre de conséquences négatives pour l’individu.

L’influence du porno (ou cybersexe) sur les comportements

Nous avons surtout souligné l’influence négative du visionnage de porno lorsque cette pratique est excessive : toutes les addictions ont des répercussions sur la santé.

Le cybersexe peut particulièrement devenir problématique si cette pratique devient compulsive et addictive.

Globalement, la pornographie véhicule une certaine instrumentalisation du corps, dépersonnalisé, et très souvent dénaturé. On peut associer à une pratique excessive du visionnage pornographique un détachement quand à soi –  permettant de s’enfuir de sa réalité.

Le fantasme remplace même cette réalité ; et celle-ci devient de plus en plus fade. Nos pratiques s’adaptent et changent : elles doivent refléter l’aspect marchand vendu par la pornographie.

Ce média visuel pornographique renforce même les pulsions voyeuristes ou exhibitionnistes des spectateurs.

Mais elle reflète aussi un certain nombre de fantasmes inavoués, inconscients, où l’individu, fier de son anonymat virtuel, laisse libre court à ses pulsions ; la frontière entre cette virtualité et la réalité devient alors très mince et l’influence de la pornographie déborde ensuite jusque dans nos pratiques.

Parmi l’une des images incontournables de la pornographie, nous retrouvons évidemment le culte du phallus, représentant le pouvoir, la domination exercée par les hommes sur les femmes, mais encore la violence.

D’autres conséquences d’un usage excessif de la pornographie

Les conséquences surviennent après un usage répété et excessif.

Par exemple, la pornographie peut favoriser des problèmes émotifs (dépression, culpabilité, honte etc.), relationnels (isolement social), professionnels ou scolaires (moindre productivité ou diminution globale des performances etc.).

Mais cela affecte également la sexualité : dysfonction érectile, troubles du désir… La pornographie peut même conduire à l’infidélité ou à une perte d’intérêt pour les relations.

Par ailleurs, cet usage problématique répond souvent au besoin d’apaiser des obsessions ou des fantasmes, des émotions (colère, peur, ennui etc.) ou des besoins physiques (excitation sexuelle).

De plus, il s’avère que chez un public jeune, la pornographie favorise des attentes irréalistes de la sexualité ou des pratiques peu courantes ou déviantes.

Comment savoir si ma consommation de porno est problématique ?

La communauté scientifique partage encore un certain nombre de désaccords sur la question.

En effet, un comportement sexuel problématique peut être définit de plusieurs façons : addiction, dépendance, compulsion, impulsivité, trouble hypersexuel…

S’agissant d’un usage problématique de la pornographie, la balance penche le plus souvent entre la définition de l’addiction et celle du trouble sexuel.

En effet, les symptômes liés à l’usage excessif de pornographie sont souvent identiques à ceux des addictions comportementales : difficulté à se contrôler, conséquences négatives dans le bon fonctionnement de la vie privée, mais aussi publique.

Un trouble hypersexuel peut aussi être à l’origine d’une pratique excessive de la pornographie ; mais aussi de la masturbation, des conversations sexuelles sur internet ou d’une cybersexualité à plus large échelle.

À partir du moment où ces pratiques deviennent répétées, excessives ou envahissantes pour un individu, qui ne peut s’empêcher des les avoir, on parle le plus souvent de trouble hypersexuel.

L’individu est alors excité uniquement par ces comportements sexuels ; ce qui induit généralement de la souffrance chez elle et son entourage, et un certain nombre de comportements qui peuvent devenir dangereux.

Que faire si le porno occupe une place trop importante dans sa vie ?

Il existe différents « traitements » qui prennent la forme d’une approche cognitive et comportementale. Parmi les approches possibles, vous pouvez :

  • Placer votre ordinateur dans une pièce commune
  • Installer des logiciels de contrôle parental (y compris sur Smartphone)
  • Limiter son temps de connexion
  • En parler à quelqu’un de fiable

Ensuite, il faut retrouver des manières saines de vivre avec internet, plutôt qu’une abstinence totale. Un spécialiste de la santé sexuelle pourra identifier avec vous les comportements sexuels problématiques et leurs mécanismes (pensées, situations, facteurs déclencheurs etc.).

Quoi qu’il en soit, une prise de conscience est nécessaire pour aller vers une guérison. Consultez un spécialiste de la santé sexuelle pour vous faire aider.

En conclusion : pour ou contre l’usage du porno ?

Avoir une pratique pornographique modérée n’est pas un problème en soi.

Dès lors que cette pratique devient excessive et répétée, devenant progressivement une addiction, elle aura par contre de lourdes conséquences sur la vie d’un individu.

Il est possible de visionner occasionnellement de la pornographie sans être influencé.e, mais la limite est vite franchie où elle modifie nos comportements – sexuels parmi d’autres.

Dès lors que vous semblez avoir l’impression de perdre le contrôle et que cela influence négativement votre vie, consultez un médecin.

Sources

Consultez immédiatement un médecin sexologue sur Charles.co

Charles.co est une plateforme de santé dédiée aux hommes. Elle regroupe des spécialistes, médecins sexologues, et pharmaciens français pour construire une solution de qualité, sûre et accessible à tous.

Charles est une société immatriculée 844 332 130 en France au RCS de Paris. Ses données sont collectées et traitées chez un hébergeur agréé et certifié pour les données de santé au sens des dispositions de l’article L. 1111-8 du Code de la santé publique.

La plateforme vous permet de consulter en ligne parmi 15 médecins titulaires d’un DIU en sexologie (voir notre équipe médicale). La consultation en ligne peut se dérouler par messages écrits, téléphone ou visioconférence. Elle regroupe l’ensemble des avantages suivants :

  • Consulter un médecin spécialiste en sexologie (qui traite ce type de troubles quotidiennement)
  • Payer sa consultation 35€ au lieu de 90€ (prix constaté pour des consultations en physique avec un sexologue)
  • Obtenir un RDV en 24h (l’attente moyenne constatée pour obtenir un RDV avec un sexologue en France est de plusieurs mois)
  • Commander votre traitement en ligne et être discrètement livré à domicile par une pharmacie française

Consulter immédiatement un médecin sexologue en ligne sur Charles.co

Consultation (téléphone, vidéo ou messagerie privée) depuis chez vous avec un médecin sexologue français (35€). Délivrance de fiches conseils ainsi que d’une ordonnance pour des traitements si nécessaire.

Un commentaire sur “Le porno influence-t-il les pratiques ?

  1. Elhadji Cheikh Diankha says:

    bonjour et merci pour ce super blog sur la sexualité,
    je suis un lecteur régulier depuis de nombreuse semaines
    et j apprécie la qualité des articles. J’aimerais bien
    partager avec vous ce lien pour ceux qui veulent avoir un coach sexuel . Pour moi ce qui a bien
    marché c’est cette méthode
    je me permet de la poster ici car elle aide des milliers
    de personnes au quotidien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Téléconsultez un sexologue aujourd'hui

Prendre RDV