Baisse de libido : comment retrouver du désir sexuel ou augmenter sa libido ?

Baisse de libido
Accueil / Sexualité
Rédigé par

Tristan Chevrier

Dernière mise à jour

6 novembre 2020

Le terme de libido renvoie généralement à l’idée de « désir sexuel ». Pourtant, selon les individus, il est difficile d’adopter une seule définition.

En effet, les périodes de la vie [andropause, ménopause, etc.] peuvent être nombreuses où la libido est moins forte, voire absente ; et ce n’est pas problématique.

Par contre, lorsque ce manque de libido s’installe durablement, il est un motif fréquent de consultation en sexologie ; autant chez les hommes que chez les femmes.

Le désir sexuel repose donc sur des mécanismes physiologiques complexes [1] qu’il est important de comprendre : méthodes naturelles, psychologiques et/ou physiques, nous vous donnons toutes les clés pour reprendre en main votre libido.

Pour des informations concernant les traitements d’une baisse de libido, discutez-en avec un sexologue en ligne.

Retrouvez votre libido avec l'aide d'un médecin sexologue sur Charles.co

Consultation (téléphone ou messagerie privée) depuis chez vous avec un médecin sexologue français (35€). Consultation seul ou en couple & délivrance d’une ordonnance pour des traitements si nécessaire.

Libido : définition globale du désir sexuel

Le désir est un concept universel, pour de nombreuses cultures et plusieurs pays. Pourtant, sa définition varie sans cesse : selon les individus, selon les communautés, selon les pays, les facteurs socioculturels, etc.

Chez certaines personnes, l’absence de libido est une normalité ; quand d’autres ont un désir sexuel exacerbé.

Comment définir la frontière entre une libido, un désir normal, et un trouble sexuel ?

Cette question continue de faire parler la science.

À LIRE AUSSI : Comment augmenter naturellement la testostérone ?

Pour parler de trouble sexuel, il faut que le problème soit installé depuis au moins 3 mois et que la personne en souffre. Il est alors intéressant de consulter un sexologue.

Malgré tout, les études en psychologie sociale et en sexologie continuent de vouloir définir objectivement le désir sexuel.

Libido : que disent les études ?

Généralement, on définit la libido ou le désir sexuel comme l’augmentation des pensées, des fantasmes sexuels, tant en fréquence qu’en intensité [2].

Si on s’en réfère à cette idée, le désir sexuel est en fait une expérience subjective, un élan intérieur, une intention sexuelle.

Cet élan ou cette motivation pousserait une personne à rechercher une expérience, une stimulation sexuelle ; ou du moins être réceptif dans un objectif de satisfaire (concrètement ou par l’intermédiaire de fantasmes) un plaisir sexuel.

De même, nous considérons que l’excitation sexuelle est bien plus qu’une simple réponse génitale : elle peut être motivée par l’expérience du plaisir sexuel et/ou de l’orgasme.

C’est donc pour ces différentes raisons que le désir sexuel est relatif à tous les individus en fonction des expériences passées, des motivations, etc.

Si nous voulons considérer l’augmentation ou la diminution de la libido, nous devons donc considérer ces mouvements en fonction d’une norme lors d’un bilan sexologique.

Qu’est-ce qu’une libido normale ?

C’est une question complexe : celle de la normalité du désir sexuel. Pour y répondre, il faut avoir recours aux neurosciences et toujours être vigilant lorsqu’on parle de dysfonction sexuelle.

Pour comprendre ce qu’est un désir sexuel « normal », il faut étudier les différents comportements, les différentes pratiques psychologiques, biologiques, génétiques, ou encore sociales et culturelles.

Malgré tout, si la tâche semble précise, élever une norme en sexualité reste très compliqué ; on peut en effet définir une normalité de différentes manières : légale, statistique, biologique, morale, physiologique [3], etc.

Par ailleurs, cette notion de normalité peut être contradictoire du fait qu’on puisse la décrire objectivement (un critère physique comparé à une norme biologique) et subjectivement (comparaison de la fréquence du désir personnel à l’échelle d’une population).

On peut donc retrouver l’idée chez une personne que son désir sexuel est subjectivement « normal » (que ce soit vrai ou faux), lui servant de référence, alors que ce même désir est subjectivement perçu comme « anormal » chez une autre personne.

Pour cette raison, chaque consultation en sexologie considère l’individu comme un être à part entière, unique, avant d’éventuellement le comparer à différentes normes. Cette méthode permet de quantifier un comportement sexuel, et d’éventuellement le diagnostiquer comme anormal.

Comment fonctionne la libido dans le cerveau ?

L’avancée en neurosciences cognitives et sociales permet d’apporter quelques réponses.

Notamment, nous pouvons identifier un réseau cérébral normalement actif chez une personne qui ne présente aucun problème de libido et aucun trouble neurologique.

C’est-à-dire que nous pouvons voir quelles zones du cerveau sont impliquées par le désir sexuel : il s’agit des régions au niveau fronto-temporo-pariétal et sous-cortical.

Ces régions soutiennent des mécanismes d’émotion, de satisfaction, d’identification de l’autre, mais aussi d’associations mémorielles et de représentation mentale personnelle.

À LIRE AUSSI : Andropause : comment soigner une baisse de testostérone liée à l’âge ?

Par ailleurs, nous avons aussi remarqué que des facteurs génétiques pouvaient jouer un rôle dans le désir sexuel : la variation de production de dopamine par exemple.

Pour conclure, les différentes modulations du réseau cérébral et les variations génétiques sont importantes pour le désir sexuel.

Le médecin sexologue devra donc étudier l’ensemble des connaissances neuroscientifiques psychiatriques, sexologiques, neurologiques et psychologiques, afin de comprendre un manque de désir ou une absence de désir.

La prise en charge pourra ainsi être personnalisée.

[Vidéo] : Quelles sont les causes d’une baisse de libido ?

Consultez un sexologue en ligne sur Charles.co

Les causes d’un trouble du désir sexuel ou d’une perte de libido

On estime que la prévalence des troubles de la libido est de 10 à 51% dans de nombreux pays. Il s’agit même fréquemment de la première cause de consultations en sexologie.

Il est donc primordial de pouvoir prendre en charge les troubles du désir sexuel de manière spécifique et adaptée à tous les individus ; notamment pour des enjeux de santé mentale.

« Quelqu’un qui traverse une période difficile, en proie au stress ou à l’anxiété, une période de deuil, de perte d’emploi, ou encore traverse des problèmes familiaux, aura très souvent une baisse de libido significative. »

Pour Gilbert Bou Jaoudé, médecin sexologue, certaines périodes de la vie peuvent donc être à l’origine d’une baisse de libido.

Cet « épuisement mental » est aussi en lien avec des problèmes de santé chroniques.

Le médecin conclut : « Les problèmes d’érection et une baisse de testostérone impliquent aussi souvent une baisse de libido chez l’homme. En effet, un homme qui souffre de problèmes d’érection, pense souvent qu’il n’y arrivera pas, et donc inhibe son propre désir. »

Les caractéristiques d’une diminution ou d’une absence de désir sexuel

La caractéristique d’un trouble du désir sexuel est le déficit ou l’absence de « fantaisies imaginatives d’ordre sexuel (fantasmes sexuels) ou de désir d’activité sexuelle ». Ce déficit (ou cette absence) est marqué par  un changement en comparaison du désir habituel de l’individu.

Par ailleurs, pour qu’il s’agisse d’un trouble, cette diminution de libido doit être source de souffrance ou de difficultés relationnelles.

L’individu souffrant d’une perte de libido ou d’une absence de libido est donc peu motivé dans une recherche de stimulations sexuelles et ne prend généralement pas l’initiative de l’activité liée au sexe – ou avec réticence.

De nombreux facteurs peuvent être associés à une diminution de la libido : facteurs somatiques, endocrinologiques, neurobiologiques, psychologiques…

Si vous éprouvez des difficultés liées à votre désir sexuel, consultez un.e spécialiste qui saura vous apporter des solutions personnalisées.

Les causes d’une baisse de libido chez l’homme et la femme

Parmi les causes d’une baisse de libido, nous pouvons évidemment citer : les troubles anxieux, la dépression, des facteurs toxiques, des maladies, des déficits hormonaux, l’andropause, etc.

Ces causes peuvent souvent être communes aux deux sexes, mais les femmes connaissent cependant des périodes plus compliquées : cycle menstruel, lactation, ménopause etc.

Nous prendrons donc le temps de différencier et d’identifier les causes distinctes d’une baisse de libido chez les hommes et chez les femmes.

Les causes d’une baisse de libido chez les hommes

De nombreuses causes sont à l’origine d’une perte de désir chez l’homme. Nous pouvons citer :

  • L’âge : avec l’âge, le désir semble diminuer. Pour autant, il est très fréquent que des hommes âgés continuent d’avoir du désir.
  • Un déficit androgénique [andropause] : les androgènes ont une forte implication dans la fonction sexuelle masculine.
  • Une hyperprolactinémie : elle diminue le désir sexuel et peut aussi être la cause d’une dysfonction érectile. Le dosage de la prolactine fait souvent l’objet d’un bilan, lors d’une baisse de libido chez l’homme.
  • Les facteurs liés aux maladies et leurs traitements : les maladies génétiques, affections urologiques (de la prostate notamment), troubles endocriniens, maladies neurologiques (épilepsie, sclérose en plaques), IST, maladies chroniques (insuffisance rénale, cardiaque, diabète), fatigue etc.
  • Des facteurs toxiques : consommation d’alcool, de drogues, de tabac… Mais aussi certains médicaments psychotropes comme les antidépresseurs.
  • Dépression, troubles anxieux, facteurs relationnels etc.

Enfin, rappelons l’impact de l’hygiène de vie sur la libido, les habitudes, une consommation excessive de porno, ou une masturbation trop fréquente…

Il est également prouvé que les concentrations de testostérone sont liées à la libido. Pour autant, la valeur des rapports entre les patients et un faible niveau de testostérone reste discutable.

La testostérone ne fait donc pas tout mais il est important de réaliser un bilan clinique complet dans le cadre d’une baisse de libido.

Les causes d’une baisse de libido chez la femme

Des facteurs sensoriels sont à prendre en considération autant que les fantasmes et les idées sexuelles. Là encore, la notion de désir inclut une dimension cognitive, comportementale, affective, personnelle ou collective.

Il existe donc des facteurs chimiques (les hormones et neurotransmetteurs) mais aussi des facteurs psychologiques.

Par ailleurs, nous savons que le système endocrinien chez les femmes  est complexe :

  • Cycles menstruels
  • Grossesse
  • Lactation
  • Ménopause
  • L’impact des moyens contraceptifs
  • L’influence possible de certains des médicaments : antidépresseurs, anxiolytiques, antiviraux, antihypertenseurs etc.

S’agissant de la testostérone chez les femmes, son augmentation en milieu de cycle menstruel est associé à un certain nombre de modifications hormonales : on ne peut donc pas faire de distinction significative entre les niveaux de testostérone en milieu de cycle et la libido.

Par ailleurs, il y a des preuves de l’importance de l’œstradiol dans la lubrification vaginale normale ; son effet sur l’intérêt sexuel et l’excitation reste encore à démontrer.

Pour conclure, il paraît de plus en plus évident que la sexualité des femmes est particulièrement  influencée par l’humeur, le bien-être, l’énergie, et d’autres facteurs psychologiques.

Enfin, comme pour les hommes, les habitudes de vie, l’hygiène de vie, ont également une influence sur la libido des femmes.

Troubles du désir sexuel et influence des troubles neurologiques

Des déficits neurologiques – aussi bien chez les hommes que chez les femmes – comme un accident vasculaire, une épilepsie, une tumeur, la maladie de Parkinson, la maladie de Huntington ou encore la sclérose en plaques semblent être la cause de nombreuses dysfonctions sexuelles.

[Vidéo] : Comment les maladies chroniques influencent-elles la libido ?

Consultez en ligne avec un médecin sexologue sur Charles.co

Comment augmenter son désir sexuel ou sa libido ?

Stimulants sexuels, aphrodisiaques, méthodes miracles…

Nous ne rappellerons jamais assez qu’avant de parler d’une augmentation de sa libido, il faut l’entretenir à travers différents gestes et attitudes.

Il n’existe aucun produit miracle pour « booster la libido ».

Cependant, on peut de nos jours identifier les causes spécifiques selon les individus d’une diminution du désir sexuel et chercher des solutions. Pour cela, une consultation avec un médecin sexologue est indispensable. 

Augmenter sa libido lorsqu’on est un homme

On peut retrouver une libido « normale » en adoptant de bons gestes : une alimentation équilibrée, une hygiène de vie saine (sommeil récupérateur etc.), une pratique sportive régulière

Des injections hormonales (testostérone) peuvent être prescrites uniquement par l’intermédiaire d’un.e médecin, si il/elle le trouve nécessaire ; mais ce n’est pas la première option étudiée.

S’agissant de l’alimentation, privilégiez une alimentation faible en graisses et en sucres ; préférez des fruits et légumes.

Faites également attention au tabac, aux drogues et à l’alcool : ils peuvent avoir des effets directs sur la libido ou lui nuire au long terme.

Enfin, les relations affectives ont aussi un rôle sur la libido : commencez par régler vos problèmes au sein du couple avant de parler d’une baisse de libido.

Augmenter sa libido lorsqu’on est une femme

Pour les femmes, c’est un peu la même histoire que pour les hommes, sauf qu’il faut prendre en compte les cycles spécifiques : cycle menstruel, ménopause, moyens contraceptifs

Tous ces paramètres peuvent être discutés avec un médecin.

Ces cycles sont différents pour toutes les femmes : certaines auront une baisse de libido quand d’autres non ; la douleur, la durée des règles, ne sont pas vécues non plus de la même façon selon les femmes.

Enfin, les sécrétions vaginales et les hormones changent aussi en fonction de la phase du cycle.

Il est cependant possible d’anticiper ces périodes, en discussion avec un médecin, pour adapter au mieux ces différentes phases de la vie et des cycles.

Par exemple, il est possible de garder un calendrier personnel de l’évolution de la libido en fonction de la phase du cycle : il existe même des applications Smartphones !

Prise en charge médicale ou traitement des troubles du désir sexuel

La prise en charge thérapeutique des troubles du désir chez l’homme et la femme reste difficile et doit être effectuée par un spécialiste de la santé sexuelle et de la sexologie clinique.

Notamment, il est possible d’effectuer un bilan hormonal au début de la prise en charge.

Tous les facteurs physiologiques et psychologiques seront aussi étudiés. Si un trouble du désir est confirmé, il faudra en déterminer les causes précises.

Des causes somatique et psychiatriques peuvent être identifiées ; si c’est le cas, le médecin apportera un soutien éclairant aux patients et aux couples.

Enfin, avant d’envisager un traitement, le facteur âge sera étudié, souvent synonyme de déclin des fonctions sexuelles.

Les sexothérapies

Le traitement pourra prendre la forme d’une sexothérapie cognitive, comportementale et psychologique.

Ces sexothérapies peuvent être individuelles ou en couple et dépendent fortement de l’expérience, de la personnalité et de l’implication du sexothérapeute ; d’où l’importance de choisir un.e sexothérapeute de confiance et compétent.e.

De nombreuses sexothérapies sont fondées sur des bases scientifiques valides et opérantes. Par exemple, une sexothérapie peut se concentrer en plusieurs séances autour :

  • Des pensées automatiques 
  • De l’ignorance concernant la sexualité 
  • Des mythes concernant la sexualité masculine et féminine 
  • Des stratégies pour améliorer le rapprochement émotionnel du couple 
  • D’une stratégie pour améliorer la stimulation érotique 
  • Et enfin d’une « défocalisation » de la pénétration comme principale activité sexuelle

En conclusion

Nous espérons vous avoir éclairé.e un peu plus sur les différents mécanismes de la libido, et éloigné de vous les remèdes miracles. Si bien sûr, une quantité de gestes et de comportements sont à privilégier, on « augmente » pas sa libido comme on « booste » un moteur.

La libido fluctue selon de nombreux facteurs ; il faut en avoir conscience pour y remédier.

Mais ce n’est pas toujours suffisant seul.e. C’est pourquoi, nous préconisons au moins une consultation en sexologie si des problèmes de libido persistent depuis plusieurs mois.

Les médecins sexologues traitent de ces difficultés au quotidien et saurons vous apporter des solutions au cas par cas. Le tout est de dédramatiser la situation : une diminution de libido est fréquente à n’importe quelle étape de la vie, chez tous les individus.

L’important est de ne pas laisser s’installer ce trouble au long terme : plus on attend et plus les traitements sont compliqués.

Consultez immédiatement un médecin sexologue sur Charles.co

Charles.co est une plateforme de santé dédiée aux hommes. Elle regroupe des spécialistes, médecins sexologues, et pharmaciens français pour construire une solution de qualité, sûre et accessible à tous.

Charles est une société immatriculée 844 332 130 en France au RCS de Paris. Ses données sont collectées et traitées chez un hébergeur agréé et certifié pour les données de santé au sens des dispositions de l’article L. 1111-8 du Code de la santé publique.

La plateforme vous permet de consulter en ligne parmi 15 médecins titulaires d’un DIU en sexologie (voir notre équipe médicale). La consultation en ligne peut se dérouler par messages écrits, téléphone ou visioconférence. Elle regroupe l’ensemble des avantages suivants :

  • Consulter un médecin spécialiste en sexologie (qui traite ce type de troubles quotidiennement)
  • Payer sa consultation 35€ au lieu de 90€ (prix constaté pour des consultations en physique avec un sexologue)
  • Obtenir un RDV en 24h (l’attente moyenne constatée pour obtenir un RDV avec un sexologue en France est de plusieurs mois)
  • Réaliser votre consultation seul ou avec votre partenaire à votre convenance

[Vidéo] : Comment se déroule une télé-consultation sur Charles.co ?

Consultez en ligne avec un médecin sexologue sur Charles.co

Retrouvez votre libido avec l'aide d'un médecin sexologue sur Charles.co

Consultation (téléphone ou messagerie privée) depuis chez vous avec un médecin sexologue français (35€). Consultation seul ou en couple & délivrance d’une ordonnance pour des traitements si nécessaire.

Sources

[1] Stéphanie Ortigue, Francesco Bianchi-Demicheli, « neurophychiatrie du désir sexuel », Rev Med Suisse, volume 7. 653-658, 2011. https://www.revmed.ch/RMS/2011/RMS-287/Neuropsychiatrie-du-desir-sexuel

[2] Ortigue S, Bianchi-Demicheli F « A socio-cognitive approach of human sexual desire » Rev  Med Suisse, 4:768-71, 2008. https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/18476643/

[3] Pasini W, « Les normalités en sexologie » AIHUS. Strasbourg, France, 2008.

Ortigue S, Bianchi-Demicheli F. « The chronoarchitecture of human sexual desire : A high-density electrical mapping study » NeuroImage, 43:337-45, 2008. https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/18761412/

Journal of endocrinology, « The endocrinology of sexual arousal », Society for endocrinology, 2005. https://joe.bioscientifica.com/view/journals/joe/186/3/1860411.xml

The Journal of Clinical Endocrinology & Metabolism, Volume 91, Issue 7, « The Relationship between Libido and Testosterone Levels in Aging Men », 01/07/2006. https://academic.oup.com/jcem/article/91/7/2509/2656285

Aurélie Grandvallet, « Influence des médicaments sur la libido féminine », Sciences pharmaceutiques. 2008. ffhal-01732026f. https://hal.univ-lorraine.fr/hal-01732026/document

F. Bianchi-Demicheli, S. Ortigue, P. Meyer, « Désir sexuel hypoactif chez l’homme : prise en charge en médecine sexuelle », Rev Med Suisse, volume 6. 614-619, 2010. https://www.revmed.ch/RMS/2010/RMS-241/Desir-sexuel-hypoactif-chez-l-homme-prise-en-charge-en-medecine-sexuelle Stephanie Ortigue, Francesco Bianchi-Demicheli, « Neuropsychiatrie du désir sexuel », Rev Med Suisse, volume 7. 653-658, 2011. https://www.revmed.ch/RMS/2011/RMS-287/Neuropsychiatrie-du-desir-sexuel

15 Commentaires sur “Baisse de libido : comment retrouver du désir sexuel ou augmenter sa libido ?

  1. Fulgence says:

    Bonjour merci pour le super partage. J’apprecie la qualité de votre contenu, on ressent la quantiter du travaille et la passion que vous y mettez
    Au faite j’ai trouvé un moyen d’augmenter la testostérone afin de maintenir la libido et je la trouve bien
    S’il vous plais avez vous d’autre méthodes à partager ?

  2. BRAS FRANCIS says:

    une question a des hommes qui on perdu de la libido quels on etait vos demarches et votre traitement a marcher???

  3. AHOSSIN Jean Baptiste Cosme says:

    Je viens de découvrir ce blog génial que je trouve vraiment miraculeux
    Bravo à vous

    • Tristan says:

      Bonjour Monsieur,

      Merci de votre retour ! Nous espérons que vous trouvez de l’information pertinente.

      Bien à vous,

      L’équipe de Charles.co

  4. lamine says:

    bonjour et merci pour ce splandide article sur la saxualité
    pour moi ce qui a fonctionné c’est cette methode

    je me permet de la poster ici car elle aides des millier de personne au quotidien

    merci et a bientot sur d’autre articles.

  5. Delafosse says:

    Bonjour et merci pour ce merveilleux blog que je ne rate presque pas ! Pour ma part je voudrais partager avec vous une solution qui m’a été utile

    Essayez le et vous ne le regretterez pas

  6. jackprov says:

    bonjour et merci pour ce magnifique blog.je vais parler de mon expérience personnelle j’ai eu plusieurs problèmes pendant l’intimité avec ma femme, avant de lire ce livre;

    je le conseille de lire j’y ai trouvé toutes les solutions

    merci et bientôt.

  7. Hugo says:

    Article très intéressant. L’amour, le sexe, la femme, c’est tout un art, une spiritualité, un état d’esprit qui change tout. L. Ne perdez pas confiance en vous, tout est une question de savoir orienter son esprit et ses sens dans la bonne direction, cela s’apprend.

  8. françois says:

    Bonjour,
    Merci pour votre article que je trouve très pertinent.
    Je me retrouve dans cette article,
    Merci et à bientôt.

  9. Inna says:

    Bonjour, je suis lectrice de votre blog depuis quelque temps et j’aime beaucoup votre approche et votre personnalité. . Merci et à bientôt sur d’autres articles.

  10. Martial says:

    Bonjour et merci pour ce magnifique blog dont je ne rate pas les articles.
    Cependant,l’amour est toujours là, mais… Ça ne se passe pas bien, la libido n’est pas au rendez-vous. Et plus on veut faire bien, moins c’est bien.

    Merci et a bientôt.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Téléconsultez un sexologue aujourd'hui

Prendre RDV