AccueilBlogSexualitéQue faire en cas d’absence de libido ?

Que faire en cas d’absence de libido ?

Que faire en cas d’absence de libido ?

L’absence de libido peut toucher un sujet seul ou en couple. Les signes de cette anorexie sexuelle vont du simple manque de désir à l’absence totale d’excitabilité, de lubrification ou d’érection chez les partenaires. Un tel manque d'intérêt pour la sexualité signifie que la libido est profondément atteinte et qu’il faut réagir.

En principe, chez des sujets bien portants, le désir sexuel est instinctif et peut fluctuer selon l’humeur et les événements de la vie. La libido n’est pas une donnée figée, en quantité ou en intensité égale dans le temps chez tout le monde. Elle varie beaucoup d’un individu à un autre selon les circonstances, l’âge ou la culture.

Mais une situation de perte de libido est anormale et peut impacter négativement l’estime de soi et la vie de couple. Que faire pour y remédier et retrouver une libido rayonnante ? Nous vous proposons ici quelques solutions éprouvées pour sortir d’une absence de libido.

Qu’est-ce que la libido ?

La libido englobe toute une variété de phénomènes relatifs à la recherche instinctive du plaisir sexuel et à tous les mécanismes physiologiques et psychologiques qui sont mis en jeu pour satisfaire sa sexualité. Dans le langage commun, libido est souvent synonyme de désir sexuel.

Pour faire simple, c’est cette force, cette énergie, cette pulsion de vie qui nous pousse à rechercher une activité sexuelle et le contact avec un partenaire pour nous reproduire et préserver notre espèce. Le besoin de faire l’amour, la recherche du plaisir sexuel et de l’orgasme sont des besoins primaires et profonds.

La libido révélateur de bien-être

Chez un individu, l’état de sa libido est souvent révélateur de son bien-être global et de son rapport à la vie. Parce que l’envie de s'adonner à une activité sexuelle et de connaître un orgasme est un moyen que la nature utilise pour nous amener à nous multiplier et transmettre nos gènes. En principe c’est de l’instinct.

La baisse du désir sexuel, ou le manque de libido, n’est donc pas une situation à prendre à la légère. Chez l’homme comme chez la femme, ces dysfonctions sexuelles peuvent survenir dans des périodes de fatigue profonde, de santé fragile, de stress ou d’angoisse.

Il n’y a pas de niveau normal de la libido, chaque individu est un cas spécifique. Ce qui peut paraître satisfaisant pour une personne peut ne pas en combler une autre. Le désir sexuel n’est jamais totalement satisfait mais se renouvelle sans cesse pour perdurer quasiment toute la vie. 

Tout comme nos croyances religieuses ou nos valeurs morales, les modèles parentaux influencent beaucoup notre rapport à la sexualité. Le désir peut être inhibé par des fausses croyances sur la masturbation ou certaines pratiques sexuelles.

Des facteurs psychologiques comme l’anxiété, la dépression ou des problèmes relationnels peuvent autant étouffer la libido que des facteurs physiologiques comme un état fébrile, un faible taux de testostérone ou des médicaments du type antidépresseurs ou contraceptifs.

Quelles sont les causes d’une absence de libido ?

En général, la libido en berne est une situation passagère mais chez certaines personnes, elle perdure et installe un vide dans leur vie sexuelle. Parfois ce sont les séquelles d’expériences sexuelles précédentes qui provoquent de l’appréhension face à la sexualité.

Cela vient du fait que les structures fondamentales de la libido se constituent depuis le bas âge. Une violence, un traumatisme ou une déception lors de l’apprentissage du désir et des envies du corps peuvent, des années plus tard, laisser l’individu réfractaire aux contacts charnels.

Dans la plupart des cas, une absence de libido peut provenir de perturbations hormonales, d’une santé défaillante, de troubles de la fonction érectile, de douleurs lors de la relation sexuelle ou d’un contexte relationnel perturbé. Parfois ce sont plutôt un manque de confiance, un état anxieux ou du stress qui créent des blocages.

Rajoutons que les contraintes de la vie familiale, comme les impératifs de la vie professionnelle peuvent entamer significativement la motivation et l’excitation sexuelle. Parce qu’il faut un état de relâchement et une certaine disponibilité mentale pour permettre au désir d’émerger et au corps de le satisfaire.

Bien distinguer la baisse passagère de la libido d’une absence de libido

Il ne faut pas confondre la simple baisse de libido avec l’absence pure et simple de libido. Lorsqu’on parle d’absence, même sans troubles de l’érection, sans éjaculation précoce, sans fatigue physique profonde ou désaccords dans son couple, le sujet ne manifeste plus un besoin naturel impérieux et quasi instinctif de faire l’amour.

Lorsque cette absence de libido existe depuis le plus jeune âge, le sujet peut ne pas en souffrir étant donné qu’il est habitué à cet état. Mais lorsqu’elle survient chez une personne qui a connu une libido plus ou moins normale, elle peut induire une souffrance qui dégrade sa qualité de vie.

L’absence de libido chez des personnes seules n’a pas les mêmes conséquences que chez les personnes en couple. Une absence de désir chez un des partenaires dans le couple peut engendrer des doutes et des inquiétudes chez son conjoint qui peut se croire responsable de la situation.

Cela peut alors l’amener à se demander si il ou elle est toujours désirable. S’installent alors des doutes qui peuvent à leur tour impacter négativement les performances sexuelles. Ce cycle défavorable aura pour conséquence une certaine souffrance dans le couple et une perturbation de l’équilibre relationnel.

La libido se cultive et évolue

En principe, seul ou en couple, tout le monde nourrit des pensées érotiques et des phantasmes qui peuplent son imaginaire pour lui permettre de rester excitable et conserver sa libido en éveil. Avec l’absence de libido, ces matériaux se font de moins en moins présents et le sujet pense peu au sexe.

L’absence d’appétit sexuel, parfois appelée anaphrodisie, n’empêche pas d’éprouver du plaisir ou d’avoir des orgasmes mais les personnes atteintes ne prennent plus d’initiatives et sont moins intéressées par la sexualité. Elles n’entreprennent plus de satisfaire leurs envies, bien moins présentes d’ailleurs, et ont donc moins souvent des activités sexuelles. 

Les stimulations érotiques ou des caresses peuvent les amener à avoir une relation sexuelle mais c’est souvent sans enthousiasme et juste pour satisfaire leur partenaire. Chez des sujets masculins ou féminins, une baisse du taux de testostérone peut avoir de telles conséquences.

L’absence de libido peut s’installer avec l’âge chez certaines personnes. Après la ménopause par exemple, de nombreuses femmes peuvent voir baisser leur intérêt pour la sexualité. Les hommes aussi peuvent, au-delà d’un certain âge, voir chuter leurs performances et leur attrait pour le sexe.

Comment prendre en charge une absence de libido ? 

En l’absence de maladies ou d’affections physiques, ce sont souvent les dimensions psychologiques, affectives, émotionnelles et relationnelles qui sont en cause dans une absence de libido. 

La manifestation et la satisfaction du désir sexuel impliquent assez souvent l’image que vous avez de vous. Si vous avez des complexes, une mauvaise image de vous ou juste peur de ce que peuvent penser vos partenaires potentiels, il peut en résulter des crispations qui inhiberont votre libido.

C’est l’insatisfaction qui constitue le premier signal pour considérer une libido comme anormale. L’absence de libido comme l’excès de libido doivent d’abord être ressentis comme inconfortables par ceux qui les vivent pour provoquer une prise en charge adaptée.

Dans le cas d’une absence de libido, ce sont les causes de cette absence de désir sexuel qui vont définir les traitements à envisager. S’agit-il de carences alimentaires, de causes physiques, médicales, mentales, émotionnelles ou relationnelles ?

La perte du désir doit interpeller

Toute perturbation du désir et de l’activité sexuelle doit nous interpeller et mener à une consultation médicale ou une investigation psychologique. Si le mutisme de la libido est par exemple lié à des douleurs lors de la pénétration, comme quand une femme souffre de vaginisme, en plus de recourir à des lubrifiants, on doit consulter. 

C’est avec un psychologue, un sexologue ou un gynécologue que vous pourrez questionner les causes profondes de votre absence de libido. Sans cela la situation peut même être confondue avec une impuissance sexuelle ou de la frigidité.

Avant de décider entre une approche comportementale, un traitement naturel à base de plantes ou de compléments alimentaires et un traitement médicamenteux, il faut commencer par caractériser votre absence de libido. En effet, les facteurs psychosociaux en œuvre sont assez difficiles à analyser et appréhender par soi-même.

Parfois l'hypnose peut aider à traiter certains troubles sexuels, dus à des blocages psychiques. Après un accouchement par exemple, l'absence de libido peut se résorber sans aucun traitement après quelques semaines ou quelques mois.

User raisonnablement d’aphrodisiaques ou de stimulants naturels

On peut recourir à des désinhibiteurs ou des stimulants pour remettre en route sa libido. Tout comme le viagra, certains aliments stimulent la libido comme le gingembre ou le ginseng qui ont des propriétés toniques et stimulantes qui sont favorables au désir sexuel et à sa satisfaction.  

Ces aphrodisiaques naturels boostent l’envie physique et améliorent l’apport de sang vers les organes sexuels. Ils procurent des érections performantes et durables aux hommes et une sensibilité clitoridienne accrue aux femmes. Le chocolat aussi est réputé pour induire un état d’euphorie et d’apaisement favorable à la sexualité. 

Youtube Video
Qui veut être mon associé
Découvrez le passage de Charles.co sur 
M6
Voir le replayfleche-droite-fine-picto