Mycose du pénis : quelles sont les causes et comment se soigner ?

mycose pénis

Le terme exact pour parler d’une mycose génitale masculine (mycose du pénis) est balanite.

En fait, cette affection est due à un champignon : le C. Albicans (dans de rares cas tropicalis et kruse) et se localise plutôt sur les muqueuses – le gland du pénis.

Le terme « mycose du pénis » n’est donc pas tout à fait exact et on l’emploie plutôt pour rappeler une pathologie similaire aux mycoses vaginales.

Petite description de cette infection, qui n’est pourtant pas considérée comme une IST.

Consulter immédiatement un médecin sexologue en ligne sur Charles.co

Consultation (téléphone, vidéo ou messagerie privée) depuis chez vous avec un médecin sexologue français (35€). Délivrance de fiches conseils ainsi que d’une ordonnance pour des traitements si nécessaire.

Mycose du pénis ou balanite : distinguer une origine infectieuse ou non-infectieuse

En effet, une balanite peut être d’origine non-infectieuse : le plus souvent, il s’agit d’une réaction allergique et irritante provoquée par l’application de différents produits agressifs – ou bien d’une mauvaise hygiène intime (que ce soit une hygiène excessive ou superflue).

Lorsque cette balanite ou mycose du gland est d’origine infectieuse, il s’agit principalement d’une balanite candidosique (30 à 50% des cas) et très rarement à streptocoque B ou à anaérobies.

Toutefois, il peut aussi s’agir d’un psoriasis pustuleux ; l’examen clinique éclaircira ce point assez facilement.

La présence de pustules est caractéristique des balanites candidosiques. Enfin, parce que la balanite ou mycose du gland se transmet le plus souvent hors des rapports sexuels, elle n’est pas considérée comme une IST.

Toutefois, il est possible d’être infecté par voie sexuelle, notamment si sa partenaire souffre d’une mycose vaginale.

Mycose du pénis : facteurs de risque

Causée principalement par le champignon C. albicans (présent dans le tube digestif), la mycose candidosique peut devenir pathogène :

  • En cas de grossesse
  • De diabète
  • Ou à cause d’interactions avec des médicaments : hormones, corticostéroïdes, immunodépresseurs, antibiotiques

Un examen clinique basique suffit généralement, mais en cas de doute, le médecin pourra prélever un échantillon de la zone touchée, pour un examen microscopique (présence de levures) et mettre en évidence une culture de colonies (aspect crémeux).

Les facteurs pouvant favoriser une mycose du gland sont :

  • L’obésité
  • La macération
  • Le manque (ou le surplus) d’hygiène

Mycose du pénis : diagnostic d’une balanite du gland

Quand on suspecte une mycose génitale, et dans le cas qui nous intéresse une balanite d’origine infectieuse (candidosique principalement), des examens peuvent être nécessaires pour mettre en évidence les levures et les germes impliqués.

Lorsqu’un examen est nécessaire, aucune toilette ne doit avoir été faite au préalable. Ces 3 examens se pratiquent par écouvillonnage du sillon balanopréputial (ou du gland) et comprennent :

  • Un examen direct afin de mettre en évidence des levures ou des filaments
  • Un examen pour mettre en évidence une culture
  • Et un dernier examen à la recherche de germes

Toutefois, ces examens peuvent être difficiles à interpréter ; notamment parce une légère présence de Candida albicans sur le gland est normale.

Pour conclure sur le diagnostic, la présence de plusieurs levures  (surtout sous forme de filaments) est sûrement la meilleure façon de mettre en évidence une balanite candidosique.

Traitement de la mycose du pénis

Le praticien doit déjà rassurer son patient sur l’origine non sexuellement transmise d’une balanite.

Ensuite, il faut s’assurer qu’il n’y a pas eu des erreurs d’hygiène, vérifier si les produits de toilette sont adaptés (non irritants et non allergisants).

Le médecin pourra également conseiller une toilette avec un savon surgras en préconisant un rinçage soigneux. Il est très rare d’avoir recours aux antibiotiques (seulement pour les balanites peu fréquentes à streptocoques ou à anaérobies).

Un traitement antifongique est le plus souvent prescrit.

Cependant, il peut aussi parfois être irritant, il faudra surveiller l’évolution (parfois la pathologie guérit spontanément).

Le mieux est d’éviter les crèmes, qui peuvent favoriser la macération, et d’utiliser un topique de la famille des imidazolés en lait ou en suspension.

Enfin, en dehors des rares cas de diabète déséquilibré, pouvant causer des balanites chroniques, la balanite candidosique se soigne. Il faudra quand même surveiller les récidives, particulièrement lorsque la partenaire est sujette aux mycoses vaginales.

Ce sera donc la partenaire qu’il faudra plutôt prendre en charge.

Les balanites chroniques

Ces balanites chroniques peuvent être associées à du psoriasis ou des lichens plans, nécessitant une prise en charge particulière (une biopsie est parfois nécessaire).

Un traitement dermocorticoïde sera alors prescrit.

Le plus souvent, ces balanites chroniques concernent les hommes âgés : on parle de balanites d’irritation. Les facteurs favorisants ces mycoses sont un prépuce long, et la macération d’urine entre le prépuce et le gland.

Le traitement là aussi comporte des méthodes simples :

  • Arrêter d’utiliser certains produits irritants
  • Laver à l’eau claire et utiliser un savon surgras en séchant soigneusement (avec un linge propre).

Si malgré tout, les balanites sont trop fréquentes, une circoncision peut s’avérer nécessaire.

Quelles sont les balanites (ou mycoses génitales) dont l’origine est une IST ?

Elles ne sont pas fréquentes mais elles existent. Nous pouvons citer :

  • Le treponema pallidum
  • Trichomomas vaginalis
  • Mycoplasma genitalium

En conclusion : que retenir sur les mycoses du pénis ?

Les signes cliniques d’une mycose sont généralement facilement identifiables.

Pourtant, ne prenez pas de risques en vous auto-médicamentant : appliquer une crème non-adaptée risquera d’aggraver la situation et rendre la guérison plus longue et plus compliquée.

Comme nous l’avons décrit, il existe plusieurs germes responsables des mycoses (bien que s’agissant de la balanite, le champignon le plus impliqué est le C. albicans) : il y a donc des traitements spécifiques – il est toujours préférable d’avoir un avis médical.

Sources

Consultez immédiatement un médecin sexologue sur Charles.co

Charles.co est une plateforme de santé dédiée aux hommes. Elle regroupe des spécialistes, médecins sexologues, et pharmaciens français pour construire une solution de qualité, sûre et accessible à tous.

Charles est une société immatriculée 844 332 130 en France au RCS de Paris. Ses données sont collectées et traitées chez un hébergeur agréé et certifié pour les données de santé au sens des dispositions de l’article L. 1111-8 du Code de la santé publique.

La plateforme vous permet de consulter en ligne parmi 15 médecins titulaires d’un DIU en sexologie (voir notre équipe médicale). La consultation en ligne peut se dérouler par messages écrits, téléphone ou visioconférence. Elle regroupe l’ensemble des avantages suivants :

  • Consulter un médecin spécialiste en sexologie (qui traite ce type de troubles quotidiennement)
  • Payer sa consultation 35€ au lieu de 90€ (prix constaté pour des consultations en physique avec un sexologue)
  • Obtenir un RDV en 24h (l’attente moyenne constatée pour obtenir un RDV avec un sexologue en France est de plusieurs mois)
  • Commander votre traitement en ligne et être discrètement livré à domicile par une pharmacie française

Consulter immédiatement un médecin sexologue en ligne sur Charles.co

Consultation (téléphone, vidéo ou messagerie privée) depuis chez vous avec un médecin sexologue français (35€). Délivrance de fiches conseils ainsi que d’une ordonnance pour des traitements si nécessaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *