AccueilBlogFemmeMycose vaginale : symptômes, causes, traitements

Mycose vaginale : symptômes, causes, traitements

Mycose vaginale : symptômes, causes, traitements

Une mycose vaginale est une infection par un champignon sur la zone génitale ; elles sont assez fréquentes et banales chez les femmes.

On estime que 75% des femmes vivent au moins un épisode de mycose vaginale dans leur vie.

Voyons plus précisément les caractéristiques de cette infection.

Quelle est la définition et les symptômes d'une mycose vaginale ?

La mycose vaginale est une infection des organes génitaux par un champignon ; le plus souvent, il s’agit du candida albicans.

Pour cette raison, la mycose vaginale est appelée candidose.

Comme nous l’avons dit plus haut, elles sont très fréquentes chez les femmes, peuvent disparaître d’elles-mêmes, et sont parfois asymptomatiques.

Généralement, le champignon est déjà présent dans l’organisme et va se développer anormalement ; mais il est aussi possible de contracter une mycose vaginale par contamination lors d’un rapport sexuel, ou bien dans un lieu public, à la piscine, aux toilettes, à la plage…

On peut développer une mycose génitale, même si on n’a jamais eu de rapport sexuel.

L’infection mycosique génitale peut être épisodique ou récurrente ; à partir de 4 par an, on parle d’une infection récurrente.

Symptômes de la mycose vaginale

Chez la femme, on parle d’une infection de la vulve et du vagin : une vulvo-vaginite. Les symptômes sont :

  • Pertes blanches assez épaisses
  • Démangeaisons et brûlures
  • Douleurs pendant les rapports sexuels

A l’approche des règles, ces symptômes sont accrus.

Chez l’homme, la mycose génitale se caractérise par une inflammation du gland et du prépuce, avec des démangeaisons.

Si l’infection gagne du terrain sans traitement, cela peut conduire à un phimosis ou à un écoulement purulent.

Pour autant, l’homme ne présente généralement aucun symptôme.

Bon à savoir : une mycose vaginale peut donner une odeur à vos pets vaginaux, normalement inodores.

Mycose vaginale : facteurs de risque

La flore du vagin est composée naturellement de nombreux germes et de bactéries, qui cohabitent et maintiennent le vagin dans un milieu acide, afin de lutter contre des infections.

Lorsque cet équilibre est perturbé, des infections peuvent se développer de manière épisodique ou régulière.

Certaines femmes sont plus vulnérables que d’autres aux infections, notamment à cause :

  • D’une prise d’antibiotiques ou de corticoïdes
  • D’un état de fatigue, de stress ou d’anxiété
  • D’un système immunitaire affaibli
  • Du diabète

Certaines périodes de la vie sont également plus propices aux infections comme la période des règles, la prise de pilule, la grossesse…

Il est recommandé pendant ces périodes (en prévention) si une femme est sujette à des infections, de consommer des extraites de pépins de pamplemousse trois fois par jour, avec des probiotiques par voie vaginale quotidiennement.

Quelles sont les causes d'une mycose vaginale ?

Dans à peu près 95% des cas, la mycose vaginale est causée par le champignon candida albicans.

Ce champignon est naturellement présent dans les intestins et dans les voies génitales (vulve et vagin) par contact (toilette, caresse sexuelle). Les germes qui provoquent cette infection sont donc déjà présents dans le corps.

La mycose vaginale est la forme agressive des levures naturellement présentes dans le vagin.

Dans 60% des cas, l’origine de la mycose est interne ; elle est causée par un déséquilibre de la flore vaginale.

Dans l’autre partie des cas, la contamination est externe : contact sexuel, objet contaminé, lieu infecté…

Généralement, l’infection dépend de la qualité des défenses naturelles de la femme.

Diagnostic

Lors d’un interrogatoire médical, un.e médecin pourra procéder à un examen. Notamment, il/elle inspectera la vulve et le col de l’utérus avec un spéculum.

Cet examen standard permet de mettre en évidence une infection mycosique. Parfois, des analyses par prélèvement peuvent être réalisées, en cas de doute sur l’infection ou si elle résiste aux traitements.

En cas de vaginisme ou de vulvodynie (brûlure vulvaire), le prélèvement peut être réalisé avec un coton-tige.

Il est important d’être sûre du diagnostic avant d’utiliser une crème antifongique ; la crème serait inefficace, s’il ne s’agit pas d’une mycose, mais elle risquerait aussi de créer d’autres pathologies.

Il est préférable de réaliser des prélèvements ou d’avoir 2 avis médicaux.

Quels sont les traitements pour mycose vaginale ?

Le traitement est généralement local : comprimés vaginaux, ovules, crèmes ou gels. Il y a peu d’effets secondaires.

On préconise au partenaire de se traiter aussi mais ce n’est pas obligatoire si il/elle ne présente aucun symptôme.

Voici ce qui pourra vous êtes prescrits :

  • Des ovules vaginaux de 1 à 3 jours
  • Une crème antifongique
  • Un savon gynécologique
  • Un traitement par comprimé en cas de récidives

Si vous êtes sujettes aux mycoses vaginales de façon récurrente, il existe aussi des traitements préventifs ; parlez-en à votre médecin.

Que faut-il retenir sur la mycose vaginale ?

Il existe des mesures d‘hygiène préventives, permettant de favoriser la guérison des mycoses et d’éviter des récidives.

Notamment, laver ses vêtements à 60°, changer quotidiennement ses vêtements, éviter des savons au pH acide, ne pas laver trop fréquemment la zone touchée au risque de l’irriter davantage, changer de linge de toilette, bien sécher la vulve, ne pas introduire d’eau dans le vagin…

Ce sont des épisodes sans gravité et qui se traitent bien.

Qui veut être mon associé
icone croix
Découvrez nous sur 
M6
Découvrez le passage de Charles.co sur 
M6
Voir le replayfleche-droite-fine-picto