AccueilBlogSexualitéFertilité de l’homme : comment l’augmenter ?

Fertilité de l’homme : comment l’augmenter ?

Fertilité de l’homme : comment l’augmenter ?

De nombreux couples éprouvent des difficultés à concevoir un enfant. Si, par le passé, il était commun de penser que le souci venait du côté de la maman, il est maintenant parfaitement admis que les deux partenaires peuvent souffrir d’infertilité. Alors qu’en est-il de la fertilité de l’homme en particulier ? Comment la mesurer et l’augmenter ? On vous dit tout.

Comment se manifeste l’infertilité masculine ?

Les médecins estiment que 15 % des couples ont des difficultés à concevoir un enfant. Pour 20 % d’entre eux, l’origine des difficultés est masculine. Pour 40 %, c’est une origine mixte, c’est-à-dire que l’homme ainsi que sa compagne ont des soucis d’infertilité.

La stérilité correspond à l’impossibilité totale de concevoir naturellement. L'infertilité, elle, correspond à des difficultés pour procréer ; obtenir une grossesse est difficile, mais les chances ne sont pas nulles. L’infertilité, ou hypofertilité, renvoie donc à différentes situations. Il s’agit souvent d’altérations spermatiques. Voici quelques-unes des plus courantes :

  • Oligospermie : il s’agit d’une quantité insuffisante de spermatozoïdes dans le sperme. Normalement, on trouve au moins 20 millions de spermatozoïdes par mL de sperme. Si on en trouve moins de 10 millions, alors on peut parler d’infertilité.
  • Azoospermie : dans ce cas de figure, il n’y a aucun spermatozoïde dans l’éjaculat final. Cela ne signifie toutefois pas que le corps n’en produit pas.
  • Asthénospermie : il s’agit d’un défaut de mobilité des spermatozoïdes dans le sperme. Normalement, au moins 40 % des spermatozoïdes sont parfaitement mobiles. En dessous de ce seuil, on peut parler d’infertilité.
  • Nécrospermie : il s’agit d’un pourcentage élevé de spermatozoïdes morts dans le sperme (>50 %).
  • Tératospermie : il s’agit d’une quantité importante de spermatozoïdes malformés dans l’éjaculat final (>50 % de spermatozoïdes anormaux).

Bon à savoir : l'oligo-asthéno-tératospermie (combinaison de l’oligospermie, l’asthénospermie et la tératospermie) correspond à 90 % des problèmes d’infertilité masculine.

Youtube Video

Les causes de l’infertilité masculine

Commençons par préciser qu’on distingue deux types d’infertilité :

  1. L’infertilité primaire : l’homme n’a jamais été à l’origine d’une grossesse ;
  2. L’infertilité secondaire : l’homme a déjà été à l’origine d’une ou plusieurs grossesses avant de consulter pour infertilité.

Il existe de nombreuses causes d’infertilité. Seul un médecin peut déterminer les facteurs responsables de votre infertilité. Les causes peuvent ainsi être mécaniques, infectieuses, génétiques ou encore hormonales :

  • Maladies telles que le diabète, l’obésité, les cancers, la mucoviscidose, etc ;
  • Interventions chirurgicales inguino-scrotales (comme l’opération d’une hernie inguinale) ;
  • Antécédent de torsion du cordon spermatique ;
  • Tabagisme, consommation de drogues et d’alcool ;
  • Exposition à des facteurs affectant la spermatogenèse (chaleur, perturbateurs endocriniens, stéroïdes anabolisants, etc) ;
  • Traumatismes des organes génitaux externes ou du périnée ;
  • Infections urogénitales (prostatite, orchite ourlienne, urétrite, infection urinaire, etc) ;
  • Stress prolongé ;
  • Antécédents d’infertilité dans la famille ;
  • Prise de certains traitements, actuels ou par le passé (chimiothérapie, médicaments du système nerveux central, stéroïdes, alpha bloquants tels que Tamsulosine, etc).

À noter : il arrive souvent que l’infertilité soit inexpliquée. Le couple n’arrive pas à concevoir, mais aucun facteur n’est mis en évidence. Il est alors plus difficile de trouver une solution et la PMA (Procréation Médicalement Assistée) est alors la meilleure option.

Comment connaître la fertilité d’un homme ?

On recommande de consulter pour infertilité après un an d’essais infructueux. Cela vaut évidemment pour un couple qui est sexuellement actif et qui n’utilise pas de contraception.

Lors de la consultation, le médecin va réaliser les deux examens de base dans ce contexte. Tout d’abord, le docteur réalise un examen clinique de vos parties génitales et vous pose quelques questions.

Ensuite, vous devrez faire l’examen de référence lorsqu’on parle d’infertilité : le spermogramme. Le recueil des spermatozoïdes se fait en laboratoire, par masturbation après période d’abstinence d’au moins 2 jours. L’échantillon de sperme est ensuite analysé selon différents critères : numération, mobilité, anomalies, etc. Le résultat du spermogramme a pour objectif est de mettre en évidence une ou des altérations spermatiques pour adapter au mieux la solution proposée.

En fonction des résultats du spermogramme en laboratoire, le médecin peut demander des examens complémentaires : une échographie scrotale ou de l’appareil génital, une spermoculture, un spermocytogramme, un bilan hormonal, voire un test de fertilité de l’homme sous forme du test post-coïtal de Hühner (observation du comportement des spermatozoïdes dans la glaire cervicale).

Paramètres d’un spermogramme normal

  • Volume de l’éjaculation compris entre 1,5 et 6 mL ;
  • Concentration des spermatozoïdes supérieure à 15 millions de spermatozoïdes par millilitres ;
  • 50 % ou plus de spermatozoïdes mobiles ;
  • 50 % ou plus de spermatozoïdes de forme normale ;
  • PH du sperme compris entre 7,2 et 7,4.

À noter : ces critères, de spermogramme normal, peuvent légèrement varier d’un laboratoire à l’autre mais ces données constituent une bonne base à laquelle se référer.

La fertilité de l’homme dépend-elle de son âge ?

On parle souvent d’horloge biologique chez la femme. Sa capacité à concevoir dépérit au fil des années et, passé un certain âge, elle n’est plus du tout en mesure de concevoir, car son stock d’ovocytes est épuisé. Qu’en est-il chez l’homme ?

Chez l’homme, les spermatozoïdes sont produits tout au long de la vie, il n’y a pas de notion de stock. Toutefois, la fertilité décline tout de même avec le temps. Les études montrent que les chances d’avoir un enfant dans les 6 mois baissent de 2 % par an à partir de 25 ans. De même, plus le père est âgé, plus la mère a du mal à tomber enceinte, indépendamment de son âge à elle. Cela montre alors que la fertilité d’un homme est plus ou moins corrélée à son âge.

Cela semble logique lorsqu’on sait qu’un phénomène appelé andropause se produit chez de nombreux hommes vers 50 ans. L’andropause entraîne un fonctionnement moins fluide de la machine. Le taux de testostérone baisse et on sait que cette hormone joue un rôle important dans de nombreuses fonctions sexuelles, y compris dans la production du sperme et des spermatozoïdes.

Youtube Video

Comment augmenter la fertilité de l’homme ?

Il est possible d’agir sur les facteurs liés à l’hygiène de vie pour améliorer la qualité du sperme. Ainsi, voici quelques conseils à appliquer pour espérer augmenter votre fertilité :

  • Perdre ses kilos en trop : l’excès de poids, et particulièrement le surpoids et l’obésité, est souvent associé à des altérations spermatiques et à des changements hormonaux qui ont un impact sur la fertilité.
  • Arrêter de fumer : le tabagisme réduit le volume de sperme.
  • Réduire sa consommation d’alcool : l’alcool augmente les œstrogènes, qui réduisent la production de sperme.
  • Arrêter les drogues récréatives (cannabis, stéroïdes, etc) : celles-ci nuisent à la production de sperme.
  • Pratiquer une activité physique régulière : cela permet d’avoir une bonne santé cardiovasculaire et de maintenir un poids idéal. On observe un nombre de spermatozoïdes plus élevé chez les hommes sportifs que chez les hommes sédentaires.
  • Mieux gérer votre stress : le stress et l’anxiété peuvent réduire le taux de testostérone, ce qui peut ralentir la production de sperme.
  • Faire attention à la température : l’augmentation de la température des testicules nuit à la production de spermatozoïdes. Il convient donc d’éviter de poser son ordinateur portable sur les genoux, les longs bains chauds, les saunas, les jacuzzis ou encore les sous-vêtements serrés.
  • Manger sainement : une alimentation riche en viande rouge, en acides gras saturés et en caféine est souvent liée à une mauvaise qualité de sperme. Ainsi, privilégiez les aliments riches en acide gras oméga-3 (noix, poissons gras) et en antioxydants (vitamine C, folate, zinc, vitamine B12). Un régime équilibré, à base de fruits, légumes, céréales et poissons, permet de favoriser la production de sperme.

Toutes ces recommandations permettent aussi d’éviter certains problèmes d’éjaculation comme l’hypospermie, l’éjaculation faible ou la petite éjaculation. Eux aussi peuvent influer sur votre fertilité.

Fertilité de l’homme : quelles sont les solutions à l'infertilité ?

En fonction de la cause, la solution à un problème d’infertilité repose sur un traitement curatif chirurgical ou un traitement hormonal. Toutefois, si ce n’est pas suffisant et que l’homme n’arrive toujours pas à concevoir naturellement, d’autres possibilités existent.

L’assistance à la procréation permet aux couples éprouvant de grosses difficultés à tout de même concevoir un bébé, avec l'aide de la science. C'est l'un des traitements de l'infertilité masculine les plus utilisés. Il s’agit généralement de deux procédures de PMA (Procréation Médicalement Assistée) :

  • L’insémination artificielle : le médecin prélève les spermatozoïdes du papa et les dépose directement dans l’utérus de la maman afin qu’ils puissent y féconder l’ovocyte seuls.
  • La FIV (Fécondation In Vitro) : le médecin prélève les spermatozoïdes du papa ainsi que l’ovocyte de la maman. La fécondation est faite manuellement en laboratoire. L’embryon est ensuite déposé dans l’utérus de la maman pour s’y développer.

Fertilité de l’homme : quand consulter ?

Lorsqu’un couple essaie d’avoir un enfant, l’excitation et l’impatience sont parfois très fortes, menant ainsi à des inquiétudes précoces. Au bout de quelques mois sans grossesse, le couple se questionne et, parfois, consulte pour infertilité. Le médecin peut alors rassurer le couple qui, probablement, verra un bébé arriver naturellement quelque temps après.

En réalité, une consultation est justifiée après 12 à 18 mois d’essais infructueux malgré des rapports sexuels réguliers.

Si, par le passé, on pensait d’emblée que l’infertilité venait de la femme, les choses ont désormais changé. Il est admis que l’infertilité peut tout aussi bien être masculine. En cela, il convient de réaliser un bilan de fertilité en couple.

La stérilité masculine est cependant encore mal vécue par de nombreux hommes. Un sentiment de honte et de culpabilité apparaît. L’homme ressent de la frustration de ne pas pouvoir donner d’enfant à sa compagne. Parfois, cela crée même des tensions dans le couple. En cela, comme dans de nombreuses situations, la communication et le dialogue sont la clé. Parlez de vos problèmes et de vos ressentis avec votre conjointe pour vous rassurer et désamorcer les tensions.

Qui veut être mon associé
icone croix
Découvrez nous sur 
M6
Découvrez le passage de Charles.co sur 
M6
Voir le replayfleche-droite-fine-picto