AccueilBlogÉrectionÉrection difficile : 6 façons de s’en sortir

Érection difficile : 6 façons de s’en sortir

Érection difficile : 6 façons de s’en sortir

L'érection difficile est fréquente et touche bien plus d’hommes qu’on ne le pense. Environ, 1 homme sur 3 ont un problème d'érection après 40 ans, et 1 homme sur 2 après 60 ans rencontrent aussi des problèmes d'érection. Découvrez les 6 façons de vaincre la dysfonction érectile.

Avoir une érection difficile : ça veut dire quoi ?

Avoir une érection difficile, en d’autres termes, c’est souffrir d’une dysfonction érectile. Plus communément appelée impuissance, elle se caractérise par une difficulté, voire impossibilité, à avoir une érection. Les rares fois où l’érection se montre, il est très compliqué de la maintenir. L’érection retombe souvent, aussitôt. Le pénis n’étant pas suffisamment rigide, les rapports sexuels sont très fastidieux ou impossibles. En effet, l’érection molle ne permet pas une pénétration vaginale.

Rappelons qu’il est normal d’avoir une “panne sexuelle” de temps en temps. La fatigue et les préoccupations du quotidien ont parfois raison d’une érection habituellement stable et ferme. Toutefois, lorsque cela se produit à répétition, cela devient un trouble sexuel à proprement parler. Si à chaque rapport sexuel, pendant au moins 3 mois, vous n’arrivez pas à “bander dur”, alors une consultation en sexologie est justifiée.

Quelles sont les causes d’une érection difficile ?

Il existe différentes causes à la dysfonction érectile. Les médecins estiment qu’environ 20 % des troubles de l’érection sont d’origine psychologique tandis que les 80 % restants sont dus à une anomalie médicale. Certaines maladies impactent directement l’érection. Par exemple, 15 % des hommes qui souffrent d’hypertension artérielle constatent une dysfonction érectile.

6 causes fréquentes de trouble de l’érection

1. L'âge

Le corps vieillit et ça, personne ne peut y échapper. Avec le vieillissement, les tissus perdent en élasticité. Ils se détendent moins facilement et, en cela, le sang afflux moins bien dans la verge. Cela dépend de chacun mais, souvent, ce phénomène commence vers 50 ans.

2. Les problèmes de circulation

Certaines maladies entraînent une mauvaise circulation du sang, y compris dans le pénis. C’est le cas par exemple du diabète ou de l’insuffisance rénale. L’hypertension artérielle a aussi cet effet. Par ailleurs, les hypertenseurs (traitement de l’hypotension) agissent directement sur la qualité de l’érection.

3. L'opération de la prostate

Une intervention autour de la prostate, ou même une prostatectomie (ablation de la prostate), peut avoir un effet sur l’érection. En effet, les nerfs érecteurs, indispensables à l’obtention d’une érection, sont très proches de la prostate et peuvent ainsi être lésés lors de l’opération. S’ils sont détruits, l’érection naturelle devient définitivement impossible. Toutefois, les techniques de chirurgie sont de plus en plus précises et, en cela, une perte de la qualité de l’érection n’est plus systématique. 

4. L'excès de cholestérol

Quand le mauvais cholestérol s’accumule dans le sang, il forme des dépôts sur les parois des vaisseaux sanguins. On appelle cela les plaques d’athérome. Le sang a moins de place pour circuler et donc l’afflux sanguin dans la verge est amoindri.

5. Les problèmes hormonaux

Si le taux de testostérone est insuffisant, alors des problèmes d'érection peuvent apparaître. C’est par exemple le cas lors de l’andropause (déficit en testostérone lié à l’âge, sorte de ménopause masculine).

6. La cause psychologique

Il peut s’agir d’une anxiété de performance. Plus on veut être performant, plus on stresse, moins on y arrive. Le stress inhibe alors la fonction érectile. C’est un cercle vicieux qui s’installe. Ça ne marche pas, donc on stresse, donc ça ne marche pas, etc. Une dépression ou une mauvaise image de soi peuvent aussi être à l’origine de la dysfonction érectile.

On peut aussi observer d’autres causes telles que le tabagisme ou certaines maladies dégénératives (maladie de Parkinson ou encore sclérose en plaques).

Youtube Video

Les 6 façons de vaincre l’érection difficile

La première étape du traitement consiste à s’occuper de la cause médicale s’il y en a une. Ensuite, le médecin doit évaluer le niveau de dysfonction rencontré par le patient. Il peut apprécier cela sur une échelle de 1 à 4 :

  1. Absence totale d'érection ;
  2. Pénis rigide mais pas suffisamment pour permettre la pénétration ;
  3. Pénis rigide qui permet d'obtenir une pénétration de qualité moyenne ;
  4. Rigidité du pénis maximale, signifiant l'absence de dysfonction érectile.

Grâce à cette évaluation, le médecin peut déterminer quelle est la meilleure solution pour votre situation personnelle.

1. Prendre un traitement pharmacologique

Il existe des médicaments pour traiter la dysfonction érectile. Il s’agit des inhibiteurs de la PDE-5, qui agissent comme des vasodilatateurs, permettant un meilleur flux sanguin dans la verge. Sur le marché français, on retrouve le Viagra, le Cialis ou encore le Levitra.

Disponibles en différents dosages, il est possible de se les procurer en pharmacie, sur ordonnance médicale uniquement.

Après avoir avalé le comprimé, il faut patienter environ 30 minutes avant d’entamer l’activité sexuelle. Ces médicaments ne font effet que lors d’une stimulation sexuelle. De plus, leur durée d’action est variable. Si le Cialis fait effet pendant 36 heures, les autres ne dépassent pas les 6 heures.

Ces traitements médicamenteux permettent d’avoir une érection convenable. Ils sont efficaces sur la plupart des hommes ; certains ne voient toutefois pas d’effet. Retrouver une érection forte redonne confiance en soi et encourage à persévérer. La mémoire du corps prend ensuite le relais et va peu à peu permettre d’avoir de meilleures érections au naturel.

Néanmoins, les effets secondaires du Viagra, du Cialis et du Levitra sont nombreux. Cela peut être très contraignant pour les hommes qui les subissent. De plus, des contre-indications existent. Notamment, si vous souffrez de troubles cardiaques, il est déconseillé d’avoir recours à ces traitements. D’ailleurs, quoi qu’il en soit, un suivi cardiaque régulier est recommandé tout au long du traitement.

2. Avoir recours aux injections

avoir recours aux injections

Si le traitement pharmacologique ne fonctionne pas ou si les effets secondaires ne sont pas supportables, il est possible de réaliser des injections intra-caverneuses. Il s’agit d’une crème à injecter dans le pénis. Elle contient de l’alprostadil, une substance qui provoque localement une dilatation des vaisseaux sanguins. Ainsi, la verge est assouplie, le sang y circule mieux, favorisant l’érection. Cette crème existe aussi en application cutanée, au bout du pénis.

Les injections ont l’avantage de ne pas avoir d’effet secondaire, si ce n’est un seul, en cas de surdosage : le priapisme. Il s’agit d’une érection prolongée (plusieurs heures) qui ne veut plus redescendre malgré l’arrêt de toute stimulation. En plus d’être douloureux, le priapisme peut endommager le pénis.

Les injections se font dans les corps caverneux du pénis. C’est un médecin qui les réalise, mais il est possible à terme de les réaliser soi-même après une formation aux techniques d’injection.

3. Utiliser une pompe à pénis

utiliser une pompe à pénis

En cas de problème d’érection isolé ou après une chirurgie de la prostate, la pompe à pénis, aussi appelée vacuum, est une bonne option. Ce dispositif purement mécanique ne nécessite pas de chirurgie. Il joue sur la différence de pression : celle-ci provoque un afflux sanguin dans les corps caverneux et c’est ainsi que l’érection se crée.

Le dispositif est très simple d’utilisation. Il s’agit d’un cylindre transparent dans lequel on vient mettre le pénis, avec un anneau de construction à la base de celui-ci. Une pompe à air que l’on active crée un vide à l’intérieur du cylindre exerçant une forte pression à la base du pénis. Le cylindre peut ensuite être retiré. L’anneau de constriction, lui, reste en place afin de maintenir l’érection. Attention à ne pas le laisser plus de 30 minutes.

Il existe des pompes à pénis manuelles (il faut appuyer plusieurs fois sur le bouton pour faire le vide dans le cylindre et venir serrer la base du pénis) et des pompes à pénis électriques (il ne faut appuyer qu’une fois sur le bouton et le moteur électrique fait le reste). C’est à vous de choisir en fonction du confort souhaité.

Ce type de dispositif coûte entre 150 euros et 290 euros. Vous pouvez trouver des pompes à pénis sur internet, sur des parapharmacies en ligne par exemple. La sécurité sociale ne les rembourse pas.

4. Faire poser un implant pénien

faire poser un implant pénien

La pose d’une prothèse pénienne nécessite une chirurgie. C’est une solution durable, elle est donc plus adaptée aux hommes ayant les nerfs érecteurs détruits par exemple. Il existe deux types d’implants que l’on peut insérer dans le pénis.

Le premier est l'implant gonflable (hydraulique). Il se compose en 3 parties : 

  1. deux cylindres placés dans les corps caverneux du pénis ;
  2. un réservoir d’eau placé dans le bas de l’abdomen, à proximité de la vessie ;
  3. une pompe placée près des testicules, dans la bourse (ou scrotum).

Ces 3 parties sont reliées entre elles par des tubes en circuit fermé. Tout est en interne, c’est-à-dire que rien n’est visible à l'extérieur du corps. Son fonctionnement est simple. Il faut actionner la pompe afin que l’eau circule et gonfle les 2 cylindres qui deviennent alors rigides. Quand le rapport sexuel est fini, l’homme actionne une valve qui renvoie l’eau dans le réservoir et le pénis revient à son état au repos.

Le second est l’implant malléable. Ce sont deux cylindres malléables que le chirurgien place dans les corps caverneux du pénis. Ceux-ci ne se gonflent pas. Lors de la relation sexuelle, l’homme vient placer la verge comme il le souhaite grâce à la malléabilité de l’implant. Toutefois, le pénis n’est jamais vraiment au repos et cela peut être visible à travers les vêtements.

La pose d’un implant pénien nécessite une anesthésie générale et 24h à 48h d’hospitalisation. L’intervention dure environ 1 heure et, souvent, une seule incision est suffisante pour tout placer. C’est un chirurgien urologue expert qui réalise l’intervention chirurgicale.

Combien coûte un implant pénien ?

Les implants péniens peuvent rester en place entre 10 à 20 ans, selon l’utilisation qui en est faite. Il s’agit d’un traitement assez onéreux ; comptez environ 2 800 euros pour un implant gonflable et 1 100 euros pour un implant malléable. Lorsque cette chirurgie fait suite à une pathologie reconnue, la sécurité sociale en rembourse une partie. Toutefois, les éventuels honoraires du chirurgien restent à votre charge en totalité.

5. Suivre une thérapie

suivre une thérapie

Si la cause du trouble érectile est psychologique, une thérapie est tout indiquée. Un suivi avec un psychologue peut permettre de diminuer le stress qui engendre le trouble de l’érection. Si vous avez des blocages ou des difficultés relationnelles, il est très intéressant de travailler dessus afin de lâcher prise lors des relations sexuelles.

La santé mentale peut avoir un véritable impact sur votre sexualité, et notamment sur votre capacité à “bander dur”. Un travail sur vous-même vous permet de mieux appréhender les rapports sexuels et de vous libérer de ce qui vous pèse. Plus serein, vous aurez plus de facilité à obtenir une érection. Une thérapie est donc bénéfique pour votre santé mentale, sexuelle et globale.

Youtube Video

6. Changer ses habitudes de vie

changer ses habitudes de vie

Le surpoids peut causer un trouble de l’érection. En cela, si vous êtes concerné, il est important de prendre soin de votre forme au global afin de prendre soin de votre santé sexuelle. Bien dormir et pratiquer une activité physique régulière permet d’avoir une bonne hygiène de vie, propice à de “belles” érections.

L’alimentation est aussi un point très important. Avoir une alimentation saine et équilibrée permet de garder la forme et de donner du bon carburant à votre corps. En cas de consommation excessive de malbouffe, vous vous exposez au diabète et au cholestérol. Ces deux maladies sont bien connues pour provoquer une dysfonction érectile. Ainsi, de bonnes habitudes de vie favorisent un retour à une fonction érectile normale, permettant d’avoir des relations sexuelles satisfaisantes.

Faut-il consulter lorsqu’on est confronté à une érection difficile ?

Les hommes se sentent souvent honteux de souffrir d’un tel trouble sexuel et n’osent pas en parler. De même, avec l’âge, les hommes pensent à tort qu’une érection difficile est normale et qu’il n’y a rien à faire pour y remédier. Pourtant, c’est un souci fréquent, quel que soit l’âge, et il existe des solutions pour en venir à bout. Une consultation avec un sexologue ou un psychologue, en fonction des besoins, permet de retrouver confiance en soi lorsqu’un mal-être s’est installé.

De plus, consulter pour une dysfonction érectile permet au médecin de rechercher une éventuelle pathologie sous-jacente que l’on ne vous aurait pas encore diagnostiquée. Un trouble de l’érection peut être le symptôme d’un problème vasculaire, il est donc pertinent de le voir comme un signal d’alerte, donnant lieu à un bilan complet.

Problèmes d'érection ? Consultez un médecin sexologue en ligne sur Charles.co

Télé-consultation (téléphone, vidéo ou messages) avec un médecin sexologue (35€).

Délivrance d’une ordonnance si nécessaire.

Qui veut être mon associé
Découvrez le passage de Charles.co sur 
M6
Voir le replayfleche-droite-fine-picto