AccueilBlogÉrectionComment reconnaître une dysfonction érectile ?

Comment reconnaître une dysfonction érectile ?

Comment reconnaître une dysfonction érectile ?

La dysfonction érectile se définit comme étant " l’impossibilité ou la difficulté à obtenir (ou à maintenir) une érection suffisante pour un rapport sexuel satisfaisant ".

Le critère n’est donc pas objectif : il n’y a pas de degré de rigidité ou de durée de l’érection ; et c’est tout à fait normal. Alors, comment prévenir la dysfonction érectile et reconnaître ses symptômes ?

Quand parler de dysfonction érectile ?

Chez certains hommes, une érection un peu moins rigide ou qui dure un peu moins longtemps, n’empêche pas d’avoir une vie sexuelle épanouie : ils peuvent même développer d’autres manières d’avoir des rapports sexuels, à travers des jeux érotiques, ou d’autres pratiques que la pénétration.

Une dysfonction érectile ne veut donc pas nécessairement dire impuissance ; cependant, pour de nombreux hommes, une diminution de la rigidité ou de la durée de l’érection, est un vrai problème et une gêne pour la sexualité.

Pour beaucoup, la pénétration est un aspect important de la sexualité. Mais il est normal, que selon les périodes de notre vie, la qualité de notre érection ne soit pas toujours la même.

Beaucoup de facteurs impactent la qualité d’une érection – et non uniquement (ou nécessairement) l’âge. Dans tous les cas, à partir du moment où un homme estime que son érection n’est plus suffisante pour avoir des rapports sexuels satisfaisants, il est préférable d’avoir l’avis d’un médecin sexologue. De plus, les chiffres sur les troubles de l'érection montrent que c'est un trouble fréquent.

Youtube Video

Dysfonction érectile : les différents troubles

Comme nous l’avons dit, il n’y a pas de définition objective de la dysfonction érectile : plusieurs cas de figures sont donc possibles.

Par exemple, l’érection peut être complètement absente, du début à la fin du rapport ; ou bien l’érection est présente, mais pas suffisamment rigide ; ou encore une perte d'érection pendant le rapport

Il existe d’autres cas de figures où l’érection est impossible seulement lors des rapports sexuels. L’homme conserve alors ses érections matinales, nocturnes, ou une érection lorsqu’il est sexuellement excité.

Enfin, l’érection peut être absente dans tous les cas : lors des rapports sexuels, la nuit, le matin, ou pendant toute autre situation.

Qui est concerné par la dysfonction érectile ?

Tous les hommes connaîtront au moins une fois dans leur vie une panne sexuelle.

D’ailleurs, d’après un sondage récent réalisé à l’occasion des 20 ans du Viagra, on s’est rendu compte que 67 % des hommes avaient au moins eu une difficulté érectile au cours des 12 derniers mois.

C’est logique, c’est normal, et c’est humain : personne ne peut être performant tout le temps. L’état de fatigue, d’humeur, de stress ou d’anxiété, impacte par exemple fortement la qualité de l’érection.

Il se peut que des troubles érectiles surviennent aussi lorsque notre vie de couple va mal, ou bien lorsqu’on est malade, ou que l’on prend un nouveau médicament… De nombreux facteurs peuvent troubler l’érection.

Un conseil si ce cas de figure vous arrive : une difficulté érectile ne doit pas être vécue comme une tragédie ; laissez passer ce moment-là et profitez du rapport sexuel autrement que par la pénétration. Il existe plein d’autres jeux sexuels que l’érection et la pénétration.

En revanche, si les pannes sexuelles se répètent et que vous avez l’impression que l’érection est de moins en moins bonne (sur une période de 3 à 6 mois), il peut être important de consulter un médecin sexologue (surtout si vous en souffrez).

C’est peut être le début d’une dysfonction érectile et il est important de faire des examens, pour en identifier les causes.

Quelles sont les causes de la dysfonction érectile ?

Les enquêtes récentes montrent que la dysfonction érectile peut toucher les hommes de tous les âges. Pourtant, les causes des problèmes d'érection varient quand même selon l'âge.

Les causes de la dysfonction érectile chez les moins de 30 ans 

Ce sont surtout les causes psychologiques qui prédominent les troubles de l'érection à 30 ans. Effectivement, dans la plupart des cas, on est plutôt en bonne santé. Et surtout, le système mécanique de l'érection ne s'est pas encore endommagé. Le stress peut aussi provoquer un problème d'érection à 40 ans ou 30 ans.

L'influence du porno et du culte de la performance

On retrouve souvent chez les hommes jeunes, des problèmes de stress et d'anxiété excessive, de manque de confiance en soi, d'idées obsédantes qui perturbent l'érection.

De ce fait, lors des rapports sexuels, l'anxiété et le stress peuvent impacter la libido et donc l'érection.

D'autres causes psychologiques sont possibles, notamment la fameuse panne sexuelle des premières rencontres. C'est aussi lié au phénomène de vouloir bien faire, de ne pas décevoir ; à une notion de performance à accomplir lors du premier rapport sexuel.

Il y a aussi de nos jours les conséquences négatives d'un visionnage important de la pornographie. Donc cette notion de performance est centrale dans les causes psychologiques des troubles de l'érection.

L'accumulation de facteurs bénins

Entre 30 et 50 ans, les problèmes d'érection sont majoritairement causés par un mélange de facteurs psychologiques et organiques (physiques).

En fait, le plus souvent, ces facteurs pris séparément ne causent pas de dysfonction érectile ; mais leur accumulation finit par dégrader le système érectile.

Cela peut être en lien avec une période de vie difficile professionnellement, avec un peu de stress, ou un manque d'activité physique ; la combinaison de ces facteurs peut avoir un impact sur la qualité de l'érection.

Plusieurs facteurs s'entremêlent alors, psychologiques ou physiologiques.

Les causes de la dysfonction érectile après 50 ans

Chez les hommes de plus de 50 ans, ce sont surtout les causes mécaniques qui prédominent. Tout d'abord, il faut savoir que c'est tout à fait naturel qu'avec l'âge, les artères fonctionnent un peu moins bien, et que l'afflux sanguin vers la verge soit un peu moins important.

Donc, il est naturel qu'avec l'âge des changements se fassent sentir sur la qualité de l'érection, sa durée ou encore sa rigidité. Les habitudes de vie et l'hygiène de vie peuvent aussi causer des troubles de l'érection après 50 ans.

Par exemple, un homme de 55 ans peut avoir derrière lui des périodes de 10, 15 ou 20 ans de tabagisme ; ou un manque d'activité sportive ; ou encore une mauvaise alimentation.

Et malheureusement, avec les années, plus on cumule ces mauvaises habitudes de vie, plus elles risquent d'aggraver la qualité des artères.

Enfin, après 55 ans, il est aussi plus fréquent d'avoir des maladies qui elles-mêmes peuvent entraîner des troubles de l'érection : le diabète, l'hypertension artérielle, des maladies de la prostate, des maladies neurologiques, etc.

Quels sont les traitements de la dysfonction érectile ?

Le traitement dépend des causes de la dysfonction érectile. Mais généralement, un travail psychologique en même temps qu'une aide médicamenteuse apporte de meilleurs résultats.

Les IPDE-5

Le traitement de première intention des troubles de l'érection repose sur une classe de médicaments appelée les inhibiteurs de la phosphodiestérase de type 5 (IPDE5), comme le Viagra (Sildénafil), le Cialis (Tadalafil) ou le Levitra. Agissant comme des vasodilatateurs, ils permettent une meilleure circulation sanguine. Ainsi, l’afflux sanguin dans la verge au moment de l’érection est plus important.

Ce sont des comprimés à prendre à la demande ou quotidiennement. Pris à la demande, il faut patienter environ 30 minutes avant d’entamer la relation sexuelle, le temps que le médicament fasse effet. Par ailleurs, les IPDE-5 n’agissent que dans le cadre d’une stimulation sexuelle. Ils ne créent pas une érection automatique, à partir de rien. Leur durée d’action dépend du médicament utilisé : le Cialis agit pendant 36 heures, alors que le Viagra et le Levitra n’agissent que 6 heures.

Ils sont disponibles sur prescription médicale uniquement, en pharmacie. Leur utilisation doit être encadrée par un médecin car ils présentent de nombreux effets secondaires et contre-indications. Toutefois, ils sont très efficaces et permettent aux hommes de reprendre confiance en eux rapidement.

Outre un cachet pour l'érection, plusieurs autres traitements existent, parmi lesquels : les injections intra-caverneuses, des crèmes ou encore des prothèses péniennes.

Les autres traitements de l’érection

Dans le cas où les IPDE-5 ne fonctionnent pas ou que leurs effets indésirables sont trop lourds, d’autres traitements peuvent constituer une bonne alternative. C’est le cas par exemple des injections intra-caverneuses. Le principe consiste à injecter une crème dans les corps caverneux du pénis qui va provoquer la dilatation des vaisseaux sanguins localement. Le sang y circule mieux et, en cela, l’érection est de meilleure qualité.

Toutefois, les injections intra-caverneuses peuvent parfois avoir un effet secondaire très dérangeant : le priapisme. Cela se caractérise par une érection très longue, qui se prolonge souvent plusieurs heures après l’arrêt de la stimulation. Cela peut causer des dommages au pénis et être douloureux. Il convient, dans cette situation, de consulter un médecin.

L’implant pénien est une alternative sur le long terme. Il se destine particulièrement aux hommes dont les nerfs érecteurs ont été détruits. Qu’il s’agisse d’un implant gonflable (à gonfler à la demande) ou malléable (toujours en place), la pose de celui-ci nécessite une chirurgie suivie d’une hospitalisation de 24 à 48 heures. De plus, une prothèse pénienne représente un certain budget ; en moyenne 1 100 euros pour un implant malléable et 2 800 euros pour un implant gonflable.

Certains traitements mécaniques comme la pompe à pénis (ou vacuum) peuvent être utiles pour créer mécaniquement l'érection : la pompe crée une dépression d'air autour de la verge, ce qui augmente l'afflux sanguin dans la verge. Toutefois, le dispositif ne peut rester en place que 30 minutes. Son coût peut aussi être un frein : entre 150 et 290 euros.

Pour davantage d'informations, parlez-en avec un médecin sexologue.

Comment favoriser l'érection ?

Pour avoir une bonne érection, il faut :

  • Premièrement, un niveau d'excitation et de désir suffisant ;
  • Deuxièmement, un bon système neurologique qui transmet bien l'information du cerveau vers le pénis ;
  • Et dernièrement, un bon système cardiovasculaire.

Tout ce qui peut entraver ou gêner ces 3 facteurs peut diminuer la qualité des érections.

Donc, les médecins recommandent une alimentation équilibrée (faible en graisses, en sucres et sel), une bonne qualité de sommeil (nécessaire à la régulation hormonale) et la pratique d'une activité physique ou sportive régulière afin d'entretenir le système cardiovasculaire.

L'hygiène de vie est donc le premier facteur permettant de favoriser l'érection et l'afflux sanguin vers la verge.

Ce qu'il faut retenir sur la dysfonction érectile

Mêmes les dysfonctions érectiles légères méritent d’être prises au sérieux et prises en charge, pour plusieurs raisons :

  • Premièrement, parce qu’elles peuvent avoir les mêmes causes que les dysfonctions érectiles sévères ;
  • Et deuxièmement, les dysfonctions érectiles légères se soignent plus facilement et plus rapidement, et peuvent même guérir complètement.

Il est donc recommandé de ne pas laisser traîner une situation qui peut ensuite se détériorer davantage. 

Dernier point important : une dysfonction érectile a souvent différentes causes, imbriquées les unes entre les autres ; parfois bénignes, parfois plus graves.

Il est nécessaire de faire le point avec un sexologue, pour déterminer si aucune pathologie grave ne se cache derrière une dysfonction érectile.

Youtube Video

Problèmes d'érection ? Consultez un médecin sexologue en ligne sur Charles.co

Télé-consultation (téléphone, vidéo ou messages) avec un médecin sexologue (35€).

Délivrance d’une ordonnance si nécessaire.

Qui veut être mon associé
icone croix
Découvrez nous sur 
M6
Découvrez le passage de Charles.co sur 
M6
Voir le replayfleche-droite-fine-picto