AccueilBlogÉrectionProblèmes d’érection à 40 ans : les causes et solutions

Problèmes d’érection à 40 ans : les causes et solutions

Problèmes d’érection à 40 ans : les causes et solutions

Les problèmes d'érection à 40 ans répondent souvent aux mêmes causes. Pendant longtemps, on a pensé que les troubles érectiles concernaient les hommes de plus de 45 ou 50 ans. Et que les jeunes étaient moins touchés. 

Mais comme nous informe Gilbert Bou Jaoudé, médecin sexologue, “les enquêtes récentes montrent que les problèmes d’érection peuvent tout autant toucher les hommes de moins de 30 ans, que les hommes de plus de 50 ans. Mais si la dysfonction érectile peut toucher des hommes de tous les âges, sa cause n’est pas la même en fonction de l’âge.

Alors, quelles sont les causes principales des problèmes d’érection lorsqu’on est quarantenaire, et surtout, quelles sont les solutions ?

Problèmes d’érection à 40 ans : comment cela se manifeste ?

Les hommes de tout âge peuvent parfois vivre une panne sexuelle. Liée à la fatigue ou aux tracas du quotidien, elle n’est pas grave et ne doit pas vous inquiéter. Notons tout de même qu’avec l’âge grandissant, elles peuvent se faire de plus en plus présentes.

En revanche, lorsque ces pannes sexuelles se répètent et s’installent, on parle alors de dysfonction érectile. De causes variées, le dysfonctionnement érectile se manifeste par une difficulté à obtenir et maintenir une érection. À chaque relation sexuelle, depuis au moins 3 mois, l’homme n’arrive pas à “bander dur”. Parfois, c'est une perte d'érection pendant le rapport qui arrive.

Des conséquences psychologiques négatives découlent souvent d’une telle situation. L’homme éprouve de la honte et un sentiment de gêne au moment des rapports sexuels. Il peut alors avoir tendance à les éviter de peur de ne pas voir son pénis en érection. Dans ce contexte, il est très important d’ouvrir le dialogue et de verbaliser les choses.

Nous vous recommandons de consulter un professionnel en médecine générale ou en sexologie pour en discuter. Si le cap est difficile à passer pour vous, vous pouvez vous diriger vers les téléconsultations proposées sur la plateforme Charles.co. Elles permettent de consulter un véritable médecin sexologue, à distance, qui pourra déterminer les causes de votre souci et le traitement à mettre en place. Rappelons que ces consultations sont strictement confidentielles, encadrées par le secret médical, et que vos données personnelles sont protégées.

Les principales causes des problèmes d’érection à 40 ans

Entre 30 et 55 ans, on retrouve globalement à l’origine de la dysfonction érectile une accumulation de plusieurs facteurs bénins, psychologiques et organiques (physiques). 

En réalité, chaque facteur pris séparément n’est pas suffisant pour causer un trouble de l’érection ; par contre, leur accumulation va finir par dégrader le système érectile.”, précise Gilbert Bou Jaoudé. Voici quelques exemples, pour mieux comprendre. 

Prenons par exemple un homme quadragénaire, de 40 ou 45 ans, qui traverse une période difficile professionnellement, qui est en proie à des sources de stress ou d’anxiété, et qui, sur les dernières années de sa vie, a pris un peu de poids.

Chacune de ces causes n’est pas suffisante pour provoquer une complication de l’érection ; mais si on accumule tous ces facteurs ensemble (période de vie difficile, stress, surpoids, etc.), ils peuvent être à l’origine d’un trouble érectile.

On peut aussi imaginer un homme de la quarantaine, qui fume, et qui ne présente a priori aucun problème. Puis une séparation dans un couple peut être alors mal vécue, avec une période de dépression qui s'ensuit chez cet homme. 

En rencontrant une nouvelle personne, il risque de rencontrer une difficulté érectile : est-ce que c’est alors lié à la dépression et à la pression de rencontrer une nouvelle personne, ou alors est-ce plutôt lié au tabac ?

En fait, il y a des chances pour que ce soit un mélange de tous ces facteurs. Le plus souvent, un problème d’érection chez un homme jeune est une accumulation de facteurs, plutôt qu’une seule cause bien délimitée.  

Rappelons que certaines maladies, telles que le diabète, l’hypertension artérielle ou des maladies métaboliques, peuvent aussi causer une dysfonction érectile lorsqu’elles se déclarent chez des hommes jeunes.

Problèmes d’érection à 40 ans : que faire ?

Plus on est jeune et plus l’impossibilité d'avoir une érection est en lien avec des facteurs psychologiques. Et avec l’âge, le problème est plus souvent médical ou mécanique. 

À 40 ans, on considère qu’un homme est encore jeune et a donc globalement peu de complications médicales. 

C’est-à-dire que les causes sont le plus souvent cérébrales et qu’aucune maladie chronique ne perturbe l’érection. Donc les médecins sexologues conseillent d’abord d’agir sur ces facteurs psychologiques, et à plus large échelle sur tous les petits facteurs qui peuvent s’accumuler et perturber le système érectile : 

  • On prend du temps pour soi en pratiquant des activités de détente : méditation, exercices de pleine conscience, sophrologie, etc ;
  • On tente au maximum d’éviter les sources de stress ou d’anxiété ; une aide psychologique est possible en cas de dépression ;
  • Si on a pris un peu de poids, on cherche à en perdre ; faire du sport est toujours bénéfique pour la santé ;
  • On fait attention à notre alimentation (pas trop riche en graisses, en sucres ou en sel) ; 
  • On prend le temps de bien se reposer ;
  • Et on réduit sa consommation de tabac ou d’alcool, etc.

Donc, lorsqu’on a des difficultés à avoir une érection à 40 ans, l’accent sera mis d’abord sur l’hygiène de vie. Il est prouvé scientifiquement que tous ces aspects sont bons pour l’érection. Ils améliorent le système cardiovasculaire et permettent d’entretenir les artères afin de conserver une sexualité épanouie.

Si bien sûr, les troubles de l’érection perdurent, notamment à cause de facteurs psychologiques, alors n’hésitez surtout pas à demander de l’aide à un médecin sexologue. En plus de travailler sur toutes les causes au fur et à mesure, un traitement de l’érection (Viagra, Cialis, Sildénafil, Tadalafil, etc.) pourra favoriser le retour des érections.

Les traitements des troubles de l’érection

En plus d’un travail psychologique, il est possible de traiter les problèmes d’érection en fonction de leur nature. 

D’ailleurs, les médecins sexologues recommandent souvent d’associer les traitements plutôt que de les opposer ; c’est-à-dire que l’on peut travailler sur les facteurs psychologiques de la dysfonction érectile et réenclencher le système érectile à l’aide d’un médicament. 

Cela comporte 2 avantages :

  • Premièrement, le fait de suivre un traitement permettra de résoudre les difficultés d’érection dans 95 % des cas ; 
  • Ce qui laisse par conséquent plus de place pour résoudre les problèmes psychologiques ou les facteurs qui gênent l’érection, sans devoir se soucier ou être focalisé sur les troubles érectiles.

Donc, l’association d’une approche psycho-sexologique en plus d’un traitement, permettra non seulement de rendre le travail psychologique plus intéressant, car le fait de retrouver des érections participera à rassurer un patient, mais aussi avec le temps de pouvoir se passer d’un traitement. 

Nous détaillons pour vous les traitements possibles par ordre de première intention.

Les inhibiteurs de la phosphodiestérase de type 5 (IPDE5) 

C’est le traitement de première intention et qui apporte les meilleurs résultats. Il s’agit de la classe de médicaments bien connue, comprenant par exemple le Viagra, le Cialis ou leurs génériques (Sildénafil et Tadalafil). 

Ces médicaments facilitent l’érection, mais ils ne provoquent pas l’érection mécaniquement : il est nécessaire d’avoir de l’excitation ou une stimulation sexuelle pour déclencher l’érection du cerveau vers le pénis.

En réalité, ils agissent sur les artères au niveau du pénis. Ils dilatent les vaisseaux sanguins afin de mieux laisser circuler le sang. Ainsi, l’afflux sanguin dans la verge est intensifié, de même que l’érection.

Selon la nature des troubles de l’érection et la vie sexuelle d’un patient, il sera possible de prendre ce traitement par comprimés, à la demande ou quotidiennement. À la demande, le comprimé se prend au moins 1 heure avant le rapport sexuel. Il agit pendant 6 à 8 heures en général (jusqu’à 36 heures pour le Cialis !).

Ces traitements médicamenteux se trouvent en pharmacie, sur présentation d’une prescription médicale. En cela, nous vous recommandons de vous méfier des sites en ligne qui vous promettent du Viagra sans ordonnance. Ces médicaments sont des contrefaçons ; en plus d’être sûrement inefficaces, ils sont dangereux pour votre santé.

Pour davantage d’informations sur les IPDE5, notamment sur les effets secondaires et les contre-indications, demandez conseil à un médecin sexologue.

Les injections intracaverneuses ou intra-urétrales

Lorsque les IPDE5 n’ont pas fonctionné, il est possible d’avoir recours à des injections intracaverneuses (dans le pénis) ou intra-urétrales juste avant un rapport sexuel pour provoquer mécaniquement l’érection

Il est nécessaire d’être en présence d’un médecin lors de la première injection pour apprendre le protocole. Les traitements par injections comprennent à ce jour :

  • Le Caverject ou Alprostadil (EDEX) ;
  • Ou une injection intra-urétrale : Alprostadil (MUSE).

Pompe à pénis, implant pénien, prothèse…

Un autre procédé mécanique permet de provoquer l’érection : il s’agit du vacuum ou de la pompe à pénis.

Ce dispositif comprend un cylindre à placer sur la verge jusqu’à sa base. À l’aide d’une pompe manuelle ou électrique, il est possible d’obtenir une érection en provoquant une dépression d’air à l’intérieur du cylindre. Ce système permet de redonner de la rigidité au pénis des hommes souffrant de troubles érectiles.

Ensuite, un anneau pénien doit être positionné à la base de la verge pour bloquer la circulation sanguine et ainsi maintenir l’érection. Ce dispositif est efficace mais nécessite un apprentissage et peut être inconfortable à réaliser. Plus important, l’anneau pénien doit être retiré après 20 à 30 min, sous peine de créer des lésions irréversibles au niveau du pénis par manque d'oxygénation.

Implant et prothèse pénienne

Lorsque rien n’a fonctionné, il s’agit du traitement de dernière intention. Plusieurs modèles d’implants péniens ou de prothèses péniennes existent : semi-rigides, malléables ou gonflables. Ce procédé, une fois mis en place, est irréversible. 

Comme il s’agit d’une opération chirurgicale, elle présente néanmoins des risques ; et il ne sera pas possible d’avoir la même verge qu’avant l’opération.

Quant à l’érection, si elle devient possible grâce à ce mécanisme, elle ne permet pas pour autant l’érection du gland du pénis, puisque le dispositif est placé sur les corps caverneux.

Près de 300 prothèses péniennes seraient posées chaque année.

Problèmes d’érection à 40 ans : ce qu’il faut retenir

Pour conclure, lorsqu’on est jeune et qu’on souffre de troubles de l’érection, il ne faut surtout pas hésiter à consulter un médecin sexologue en ligne. Beaucoup d’hommes attendent longtemps, par peur ou par gêne ; et pourtant, plus on attend et plus le cercle vicieux risque de devenir pénible et difficile à rompre. 

Un problème sexuel tel que l’impuissance est un problème de santé comme un autre ; il mérite d’être soigné dès lors qu’une souffrance psychologique est ressentie. Un sexologue, en plus d’identifier clairement les causes d’une difficulté sexuelle, pourra apporter de nombreux conseils et prescrire le meilleur traitement. Et il n’est jamais trop tard pour adopter une bonne hygiène de vie : notre corps nous le rendra toujours bien !

Bon à savoir : vous pouvez tout aussi bien faire face à :

Problèmes d'érection ? Consultez un médecin sexologue en ligne sur Charles.co

Télé-consultation (téléphone, vidéo ou messages) avec un médecin sexologue (35€).

Délivrance d’une ordonnance si nécessaire.

Qui veut être mon associé
Découvrez le passage de Charles.co sur 
M6
Voir le replayfleche-droite-fine-picto