Ménopause chez l’homme : l’andropause existe-t-elle vraiment ?

ménopause homme

Par le médecin sexologue Gilbert Bou Jaoudé, directeur scientifique de la plateforme Charles.co

Existe-t-il une ménopause chez l’homme ? C’est une vaste question que nous abordons aujourd’hui, car en réalité, l’andropause n’est pas à confondre avec la ménopause.

Pourtant, les hommes aussi subissent des modifications hormonales à une certaine période de leur vie. Pourquoi l’andropause est-elle alors à tort comparée à la ménopause ?

Vieillissement, ménopause et andropause ; nous éclaircissons pour vous cette période de la vie masculine caractérisée par une baisse de la production d’androgènes.

Consulter immédiatement un médecin sexologue en ligne sur Charles.co

Consultation (téléphone, vidéo ou messagerie privée) depuis chez vous avec un médecin sexologue français (35€). Délivrance de fiches conseils ainsi que d’une ordonnance pour des traitements si nécessaire.

[amp-cta id=”6824″]

« Ménopause chez l’homme », andropause… Est-ce la même chose ? Mise au point sur l’andropause

Pour certains, l’andropause n’est en fait qu’un mythe ! On s’explique.

Lors de cette période de l’andropause, l’homme peut observer des changements sur le plan physique, psychologique et comportementaux, dus à des changements hormonaux.

Toutefois, à la différence des femmes (qui lors de la ménopause vont progressivement stopper totalement leur production de progestérone et d’œstrogènes), l’homme n’arrête jamais complètement sa production d’androgènes.

Il n’y a donc pas de « pause » à proprement parlé ; c’est pourquoi les médecins préfèrent parler de « déficit androgénique lié à l’âge ».

Andropause ou « déficit androgénique » : à quel âge survient cette diminution de l’hormone mâle ?

L’andropause touche 30 % des hommes à partir de 50 ans. On caractérise cette période par la diminution de la testostérone, l’hormone mâle responsable des caractères de l’homme.

Les conséquences de cette diminution du taux de testostérone sont :

  • Une plus grande fatigue : physique et mentale
  • Des troubles sexuels : de l’érection notamment mais aussi de la libido avec une impression d’une baisse globale « des performances sexuelles »
  • Des troubles du sommeil
  • Un manque d’élan au quotidien, avec une impression de pseudo-dépression
  • Des douleurs articulaires inhabituelles (dos, membres inférieurs, coudes, genoux)
  • Une diminution de la pilosité et un déclin des capacités intellectuelles (mémoire, concentration, vigilance)

Bien qu’on connaisse ces symptômes, tous les hommes ne sont pas affectés de la même manière par l’andropause.

En fait, dès l’âge de 40 ans, le nombre de cellules de Leydig (responsables de la production de testostérone) chute lentement, tout comme leur capacité à produire la testostérone.

[Vidéo] : Baisse de testostérone, andropause et érection

« Ménopause chez l’homme » : comment reconnaître l’andropause ?

Quand suspecter une andropause ?

Les symptômes de l’andropause, ou de ce déficit hormonal, sont parfois similaires à la dépression ; ce qui rend l’andropause parfois difficile à détecter.

Le meilleur moyen est donc de réaliser un bilan hormonal, en analysant le taux de testostérone sanguin.

On recommande particulièrement ce bilan en cas de troubles érectiles, qui surviennent généralement autour de 50 ans.

Surtout si on associe ces troubles érectiles à une baisse du désir sexuel (libido). Mais les hommes plus jeunes, doivent également réaliser un bilan en cas de trouble du désir ou d’une baisse de libido.

C’est souvent indicateur d’une baisse – ou d’un dérèglement – des hormones.

Peut-on doser le taux de testostérone ?

Oui, c’est possible, sur prescription et avis médical uniquement.

On peut en effet doser la testostérone lorsque des symptômes de fatigue, d’états dépressifs, de mauvaise humeur ou encore de troubles sexuels, sont inexpliqués.

Un taux de testostérone total inférieur à   2.5 ng/ml  doit laisser présager un hypogonadisme, c’est-à-dire  un déficit en testostérone.

Par ailleurs, la consommation excessive d’alcool ou la prise de poids avec accumulation de graisse au niveau abdominal peuvent aussi perturber le bon fonctionnement de la testostérone.

Avec pour effet une augmentation de la production d’œstrogènes (hormone féminine) et une baisse de la testostérone.

Pour autant, un faible taux de testostérone ne veut pas forcément dire « andropause ».

Pour envisage une substitution de testostérone, cette diminution ou ce faible taux doit être en lien avec des symptômes : troubles de la vie sexuelle, fatigue, baisse de la qualité de vie etc.

[Vidéo] : Comment augmenter naturellement son taux de testostérone ?

Quelques cas à part

Des cas d’andropause précoce sont aussi possibles, bien que rares avant 40 ans ; des raisons congénitales sont en lien avec ce phénomène ou parfois de façon inexpliquée médicalement

Enfin, certaines interventions chirurgicales ou certains traitements radicaux (comme pour le cancer des testicules, l’adénome de l’hypophyse) peuvent causer une baisse du taux de testostérone, qui peut alors être substituée. 

« Ménopause chez l’homme » : quels sont les traitements de l’andropause ?

Les recommandations internationales insistent sur le fait qu’un traitement peut être envisagé lorsque les taux de testostérone sont régulièrement bas (et non seulement sur un seul dosage sanguin) et que les symptômes présentés par le patient ne peuvent pas être expliqués par d’autres maladies.

Le plus souvent, le traitement repose sur une substitution androgénique. Cette substitution peut se faire par

  • Des gélules par voie orale
  • Des injections intra-musculaires
  • Ou par des crèmes à application cutanée (il existe aussi un patch de testostérone mais qui n’est plus commercialisé actuellement)

Chaque méthode d’administration de la testostérone a ses propres avantages et inconvénients.

L’efficacité est globalement identique et le choix du traitement se fait donc selon les préférences du patient et les recommandations du médecin.

Quelles sont les contre-indications à la substitution androgénique ?

Il existe en effet des contre-indications formelles à cette substitution :

  • Le cancer du sein
  • Des troubles métaboliques : une dyslipidémie non contrôlée, une hypercalcémie, un excès de globule rouge ou de fer dans le sang
  • Un état hypercoagulable
  • Une intolérance aux produits androgéniques

« Ménopause chez l’homme » : les traitements de l’andropause présentent-ils des risques ?

Si l’indication du traitement est bien établie et les contre-indications respectées, la substitution androgénique ne devrait pas présenter de risque.

À condition que le traitement soit régulièrement surveillé (d’où l’importance d’un suivi médical quand on est sous traitement).

Les principaux points pour lesquels nous avons des preuves scientifiques solides en faveur du bénéfice du traitement par testostérone sont :

  • L’ostéoporose : en effet le déficit en testostérone peut provoquer une fragilité osseuses appelée « ostéoporose » et le traitement par testostérone peut alors éviter cette fragilité osseuse
  • Les problèmes sexuels : libido, érection, éjaculation tardive

D’ailleurs, la testostérone présenterait même un intérêt récent dans le traitement de la maladie d’Alzheimer, en améliorant cliniquement les fonctions cérébrales et cognitives.

En effet, les effets bénéfiques de l’apport en testostérone chez des patients âgés sont vérifiés ; particulièrement en terme d’augmentation musculaire et de la diminution des graisses.

Cependant, s’agissant de la force musculaire, et des états dépressifs, les résultats sont plus modérés.

Les risques au long terme d’un traitement de substitution restent incertains, notamment pour le risque cardiovasculaire et prostatique.

Sur ce sujet, les avis des médecins diffèrent encore et des études supplémentaires sont nécessaires pour éclaircir ces points.

Ce qui semble évident, c’est qu’un traitement substitutif par testostérone, basé sur un diagnostic clairement établi et conduit d’une façon précise avec une surveillance biannuelle ou annuelle, semble être bénéfique de façon globale.

Les autres situations, pourraient être source d’un risque médical.

Pour certains médecins, il semblerait que ce soit plutôt la baisse d’œstrogène, en lien avec l’augmentation d’œstradiol et la diminution de testostérone, qui soit un facteur de risque de cancer de la prostate.

Enfin, une étude française récente a démontré que le déficit en testostérone (et non le traitement) pourrait même être un facteur de risque d’avoir un cancer plus sévère

« Ménopause chez l’homme » : quelle conclusion sur les traitements de l’andropause ?

Nous conclurons donc sur ce point : tant que les risques et les bénéfices au long terme de cette substitution en testostérone ne sont pas clairement établis, les patients âgés ne devraient pas faire l’objet de ce traitement, pour simple raison d’avoir une carence seule.

Cette substitution devra par contre être discutée avec un spécialiste, lorsqu’ils présentent des symptômes avérés en lien avec une carence en testostérone :

Concernant les patients présentant un risque cardiovasculaire, cardiaque ou prostatique, ils ne devraient pas être traités.

Sources

  • Jean-Yves Nau, « Normalité de la libido (andropause) ? »,Rev Med Suisse 2010; volume 6. 1518-1519
  • Rémy C. Martin-Du Pan, « Syndrome de déficit androgénique », Rev Med Suisse 2008; volume 4. 1526-1527.

[Vidéo] : Comment bien vieillir sexuellement ?

Consultez immédiatement un médecin sexologue sur Charles.co

Charles.co est une plateforme de santé dédiée aux hommes. Elle regroupe des spécialistes, médecins sexologues, et pharmaciens français pour construire une solution de qualité, sûre et accessible à tous.

Charles est une société immatriculée 844 332 130 en France au RCS de Paris. Ses données sont collectées et traitées chez un hébergeur agréé et certifié pour les données de santé au sens des dispositions de l’article L. 1111-8 du Code de la santé publique.

La plateforme vous permet de consulter en ligne parmi 15 médecins titulaires d’un DIU en sexologie (voir notre équipe médicale). La consultation en ligne peut se dérouler par messages écrits, téléphone ou visioconférence. Elle regroupe l’ensemble des avantages suivants :

  • Consulter un médecin spécialiste en sexologie (qui traite ce type de troubles quotidiennement)
  • Payer sa consultation 35€ au lieu de 90€ (prix constaté pour des consultations en physique avec un sexologue)
  • Obtenir un RDV en 24h (l’attente moyenne constatée pour obtenir un RDV avec un sexologue en France est de plusieurs mois)
  • Commander votre traitement en ligne et être discrètement livré à domicile par une pharmacie française

Consulter immédiatement un médecin sexologue en ligne sur Charles.co

Consultation (téléphone, vidéo ou messagerie privée) depuis chez vous avec un médecin sexologue français (35€). Délivrance de fiches conseils ainsi que d’une ordonnance pour des traitements si nécessaire.

[amp-cta id=”6824″]

Un commentaire sur “Ménopause chez l’homme : l’andropause existe-t-elle vraiment ?

  1. BAH Abdoul says:

    Bonjour je suis un lecteur régulier depuis deBonjour je suis un lecteur régulier depuis de nombreuses semaines et j’apprécie la qualité des articles et le service rendu par ce blog.
    Pour apporter ma contribution à résoudre certains problèmes des hommes dans le lit voici ce que je vous propose d’utiliser
    Je me permet de la poster ici car elle aide des milliers de personnes au quotidien à résoudre leur problème de sexualité.
    Merci à bientôt sur d’autres articles de la nombreuses semaines et j’apprécie la qualité des articles et le service rendu par ce blog.
    Pour apporter ma contribution à résoudre certains problèmes des hommes dans le lit voici ce que je vous propose d’utiliser
    Je me permet de la poster ici car elle aide des milliers de personnes au quotidien à résoudre leur problème de sexualité.
    Merci à bientôt sur d’autres articles de la sexualité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *