AccueilBlogEjaculation précoceQuelle est la vitesse d’éjaculation ? La vitesse moyenne du sperme

Quelle est la vitesse d’éjaculation ? La vitesse moyenne du sperme

Quelle est la vitesse d’éjaculation ? La vitesse moyenne du sperme

Qu'est-ce que la vitesse d'éjaculation ? L’éjaculation constitue un phénomène naturel chez l’homme comme chez tout animal mâle. Elle correspond à l’expulsion hors de la verge d’un liquide blanchâtre, le sperme, par de petits jets. Au cours des dernières années, cette substance expulsée hors de l’organisme lors d’un coït est devenue l’objet de bien des fantasmes. Cela est d’autant plus vrai que les films pour adultes sont très répandus aujourd’hui et présentent des contenus un peu différents de la réalité.

Ainsi, plusieurs hommes ne cessent de s’interroger sur ce fameux liquide. Certains se demandent particulièrement la vitesse à laquelle il est expulsé hors du pénis. Si vous êtes dans le cas, découvrez ici toutes les réponses à vos préoccupations.

Vitesse éjaculation : quelle est la composition du sperme ?

Pour bien comprendre le mécanisme de l’éjaculation, il est important de connaître le sperme et sa composition. De manière générale, le sperme est un liquide biologique, opaque et blanchâtre produit par les testicules. Il est expulsé par l’éjaculation lors d’un rapport sexuel, d’une masturbation ou d’un rêve érotique. C’est un cocktail essentiellement composé de plusieurs éléments.

  • Du liquide séminal (près de 70 % du volume total de l’éjaculat) sécrété par les vésicules séminales et riche en fructose et en protéines.
  • Du liquide prostatique (entre 15 et 25 % du volume de l’éjaculat) produit par la prostate et qui contient de la testostérone, du zinc et d’autres oligo-éléments.
  • Des spermatozoïdes, cellules reproductrices mâles produites par les deux testicules.
  • Des sécrétions des anses épididymo-déférentielles (environ 10 %) qui s’ajoutent lors du déplacement des spermatozoïdes vers les vésicules séminales.
  • Du liquide sécrété par les glandes de Cowper (glandes situées autour de l’urètre sous la prostate qui produisent aussi le liquide pré-éjaculatoire).

Grâce à cette composition, le sperme a pour principale fonction d’assurer la survie des spermatozoïdes. C'est ainsi qu'ils peuvent remplir leur rôle. Il contient donc une quantité assez importante de minéraux et d’oligo-éléments, des sucres, de l’hormone de croissance, de la testostérone, des globules blancs et des cellules épithéliales. 

Aussi, l’éjaculat a un pH légèrement alcalin variant entre 7,2 et 8. Chez l’homme, les premières éjaculations apparaissent à la puberté, environ un an après le premier cycle de maturation des spermatozoïdes.

Quel est le mécanisme de l’éjaculation ?

Comme vous l’aurez compris, l’éjaculat est un mélange de sécrétions issues des différents organes du système reproducteur mâle. Il se compose donc de différentes fractions, dont deux principales : le liquide pré-éjaculatoire et le sperme qui est aussi un cocktail de sécrétions.

Encore connu sous le nom de rosée du plaisir, le liquide pré-éjaculatoire est un fluide physiologique sécrété par les glandes de Cowper (glandes bulbo-urétrales) avant l’éjaculation. Il a pour principale fonction de faciliter l’expulsion de la semence en lubrifiant l’urètre et en se mélangeant au sperme. Il reste donc normalement à l’intérieur et ne contient pas de spermatozoïdes.

A lire aussi : quel lubrifiant choisir ?

Certains hommes ont un écoulement visqueux hors du pénis en raison d’une hypersécrétion naturelle liée à l’excitation et aux plaisirs sexuels. Celle-ci survient donc généralement lorsque les stimulations sont à leur maximum. Pour ce qui est de l’éjaculation elle-même, elle se compose de deux phases : l’émission et l’expulsion.

La phase d’émission

Elle correspond à l’étape de préparation et se déroule pendant l’acte sexuel. Avec le désir sexuel et les stimulations, les organes génitaux sécrètent chacun leurs produits qui viennent se mélanger et se concentrer dans l’urètre postérieur. C’est là que se forme l’éjaculat qui sera ensuite poussé hors de l’organisme.

Cette phase correspond donc à un chargement. Au fur et à mesure que le plaisir sexuel monte, le sperme se charge dans l’urètre entraînant une sensation préparatoire à l’orgasme, un point de non-retour.

La phase d’expulsion

Comme son nom l’indique, cette phase correspond à la poussée de l’éjaculat hors de verge. Cette étape est conditionnée par les contractions du muscle pubococcygien situé au niveau du périnée autour de la base du pénis et de l’anus. Dans le même temps, le sphincter strié s’ouvre pour permettre la sortie du sperme alors que le col vésical se ferme pour l’empêcher de remonter dans la vessie.

L’éjaculation se fait par saccades avec la contraction des muscles du périnée et de tout l’appareil génital interne à des intervalles de temps réguliers de 0,8 seconde. Grâce à ces différentes sensations positives qui provoquent une impression de plaisir intense, l’éjaculation est souvent associée à l’orgasme chez l’homme

Ce dernier constitue donc la réponse sensorielle et cérébrale au phénomène physiologique se déroulant au niveau du périnée de l'homme. Bien évidemment, il s’accompagne de différents signes :

  • des contractures musculaires globales ;
  • une accélération de la fréquence cardiaque, du rythme respiratoire et de la pression artérielle ;
  • la dilatation des pupilles ;
  • la libération d’hormones du plaisir, etc.

Les phénomènes qui accompagnent ce réflexe sont variés et diffèrent d’un individu à un autre. Le pénis perd généralement sa rigidité après l’éjaculation, mais peut retrouver son érection après une nouvelle stimulation. Chez certains hommes, ce processus s’accompagne d’un besoin de miction qui permet de débarrasser l’urètre des restes de sperme.

Quelle est la vitesse moyenne du sperme ?

En général, le sperme est expulsé de l’urètre à une vitesse assez importante, pouvant avoisiner 45 km/h, pour une projection de quelques centimètres à près de deux mètres selon l’individu. Pour ce qui est de l’impact du jet, il est comparé à celui d’une goutte de pluie.

Lors d’un rapport sexuel avec pénétration vaginale, la puissance de ce mécanisme physiologique permet de déposer le sperme au plus profond du vagin de la femme pour faciliter l’ascension des spermatozoïdes jusqu’à l’ovule. Bien évidemment, seuls les spermatozoïdes les plus vigoureux parviendront au terme du périple. 

Si la fécondation réussit, il se forme alors un embryon qui donnera plus tard un bébé. La force de l’éjaculation constitue donc un facteur très important dans la reproduction, quand bien même il est possible d’avoir une procréation sans éjaculer dans le vagin, mais à l’entrée.

La puissance et la vitesse de l’éjaculation varient d’un individu à un autre en fonction de plusieurs facteurs. En effet, tout dépend de l’anatomie et de la musculature puisque l’expulsion du sperme correspond aux contractions des muscles du périnée. 

Il est donc normal que la force de poussée de l’éjaculat dépende de la tonicité de ces derniers. Elle aura donc tendance à diminuer avec l’âge ou la prise de poids. La prise de certains médicaments (les anxiolytiques et les antidépresseurs par exemple) ainsi que les troubles hormonaux peuvent également avoir le même effet. 

De même, une simple déshydratation, en rendant le sperme plus sec, peut causer la baisse de la force du jet. Par contre, un périnée renforcé améliorera la pression et la contraction des muscles augmentant la vitesse de l’éjaculation.

Qu’est-ce qu’une éjaculation sans jet ?

Chez certains hommes, le sperme s’écoule sans pression plutôt que d’être expulsé par contraction des muscles. On parle alors d’éjaculation sans jet, d’éjaculation baveuse ou d’éjaculation asthénique. Une telle situation se caractérise généralement par un manque de tension à la base du pénis lors de l’éjaculation la rendant presque inexistante.

Le plus souvent, une éjaculation sans jet est causée par un manque de sperme lié aux habitudes de vie ou à une forte activité sexuelle (rapports sexuels ou masturbation trop fréquents, éjaculations à plusieurs reprises en peu de temps). Il suffit donc de quelques jours d’abstinence et d’un ajustement de son mode de vie pour que la situation rentre dans l’ordre.

Cependant, si vous ne remarquez pas de grandes améliorations au bout de quelques jours, il pourrait bien s’agir d’un trouble sexuel affectant l’un ou l’autre de vos organes génitaux. Vous ne devez pas hésiter à vous tourner vers un spécialiste : un médecin ou un sexologue. Grâce à une analyse du sperme, ce professionnel saura sans doute trouver la solution adéquate pour soigner votre mal.

Vitesse d’éjaculation : comment l’améliorer ?

Tout comme les troubles de l’érection, une éjaculation trop faible peut être une cause d’infertilité. Même si le problème peut paraître subjectif, il existe différentes astuces pour améliorer son éjaculation et sa fertilité.

Adopter une bonne hygiène de vie

Le mode de vie possède un grand impact sur la qualité et la puissance de l’éjaculation. En effet, il affecte la quantité de sperme et votre capacité à maintenir une érection.

Cela étant, vous devez réduire au maximum le stress. Vous devez également pratiquer une activité physique régulière pour renforcer votre corps et vous sentir en pleine forme. Votre organisme aura alors suffisamment d’énergie pour expulser la semence.

Par ailleurs, vous devez limiter le tabac et l’alcool. Ces deux substances réduisent considérablement la capacité de votre organisme à produire du sperme. Aussi, vous devez faire attention aux stimulants comme le Viagra puisqu’ils affectent la tonicité des muscles et votre capacité à maintenir une érection. Pensez donc à avoir une bonne hygiène de vie et réduisez si possible la fréquence de vos rapports sexuels.

S’hydrater et avoir un bon régime alimentaire

L’eau joue un grand rôle dans la composition du sperme. De fait, la quantité de celle-ci est généralement proportionnelle à la quantité de liquide ingérée. En buvant donc 1,5 à 3 litres d’eau par jour, vous parviendrez à limiter les problèmes d’éjaculation baveuse.

Pour ce qui est de l’alimentation, consommer régulièrement des fruits et des légumes assurera l’apport en vitamines et en nutriments pour la production du sperme. Privilégiez les aliments riches en zinc et en vitamines E et C. Parmi eux : les noix, les huîtres, les avocats, les viandes, les choux, l’ananas, les asperges, les œufs, etc. 

Vous pouvez également consommer de l’ail puisqu’il améliore la circulation sanguine. Surtout, limitez la quantité de matière grasse, de sucre industriel et de farine blanche.

Renforcer les muscles du périnée

C’est sans doute la meilleure solution pour avoir une éjaculation plus forte. En effet, un périnée renforcé implique des contractions plus intenses et une force de poussée plus élevée. Si vous ne savez pas comment vous y prendre, vous pouvez bien évidemment vous rendre dans une salle de sport pour bénéficier des conseils d’un professionnel. 

Toutefois, il existe des exercices, dits de Kegel, qui sont réputés pour renforcer le muscle PC. Ils permettent ainsi de réduire les problèmes de dysfonction érectile, l'éjaculation précoce et aident à retarder l’éjaculation pour obtenir plus de force de poussée et de vitesse. Ils interviennent aussi dans la rééducation urinaire, en cas de vessie hyperactive par exemple.

Apprenez à retarder votre éjaculation avec un médecin sexologue

Consultation par téléphone, vidéo ou message avec un médecin sexologue.

Recevez un programme d'exercices complets ainsi qu’une ordonnance si nécessaire.

Qui veut être mon associé
icone croix
Découvrez nous sur 
M6
Découvrez le passage de Charles.co sur 
M6
Voir le replayfleche-droite-fine-picto