AccueilBlogSommeilLorazépam pour dormir : efficacité, posologie et effets secondaires de ce médicament

Lorazépam pour dormir : efficacité, posologie et effets secondaires de ce médicament

Lorazépam pour dormir : efficacité, posologie et effets secondaires de ce médicament

Le Lorazépam pour dormir est un médicament souvent prescrit en cas d’insomnie. S’il permet de retrouver un bon sommeil rapidement, il n’est pas sans danger ! Effets secondaires, contre-indications, dépendance, sevrage… On vous dit tout.

Lorazépam pour dormir : quel est ce médicament ?

Le Lorazépam est commercialisé par le laboratoire Mylan. Il s’agit d’un médicament générique de Temesta, un anxiolytique de la famille des benzodiazépines. Il est utilisé en traitement de l’insomnie aiguë et passagère (donc pas de l’insomnie chronique) et en traitement de l’anxiété.

Comment fonctionne le Lorazépam concrètement ? Les benzodiazépines augmentent l’activité du neurotransmetteur GABA (acide gamma-aminobutyrique) ; il s’agit d’une substance chimique apaisante présente dans le cerveau. Elles provoquent aussi de la somnolence, favorisant le déclenchement et le maintien de l’état de sommeil.

Le médicament existe en deux dosages différents : Lorazépam 1 mg et Lorazépam 2,5 mg. Il est disponible en pharmacie, uniquement sur ordonnance. La sécurité sociale prend en charge son coût à hauteur de 65 % ; le reste est généralement amorti par la mutuelle santé.

Bon à savoir : il existe une autre famille de benzodiazépines, les benzodiazépines hypnotiques. Il s'agit par exemple de Zolpidem, Stilnox, Lormétazépam, Imovane, Havlane... Ils permettent de provoquer le sommeil rapidement.

Dans quels cas utiliser du Lorazépam pour dormir ?

Comme nous vous le disions, le Lorazépam est indiqué dans le traitement des troubles anxieux et de l’insomnie. En cela, il est particulièrement efficace dans le cas d’une insomnie liée au stress. Son utilisation est justifiée en cas de difficultés à s’endormir, de mauvaise qualité de sommeil et de multiples réveils nocturnes.

En revanche, le Lorazépam ne peut pas traiter l’insomnie chronique. En effet, son utilisation doit être limitée dans le temps (4 semaines maximum) au risque d’en devenir dépendant. Seules les insomnies aiguës, ponctuelles et passagères peuvent donc être traitées de la sorte.

De même, les benzodiazépines ne peuvent pas traiter une insomnie liée à la grossesse. En effet, ce médicament favorise l’apparition d’une fente labio-palatine chez le fœtus (malformation congénitale), mais aussi le développement d’anomalies cardiaques, respiratoires ou musculaires. Il est donc préférable de ne pas consommer ce traitement médicamenteux si vous êtes enceinte.

Enfin, rappelons que quoi qu’il en soit, le Lorazépam traite les symptômes de l’insomnie, mais pas ses causes profondes. Il est alors conseillé de toujours privilégier une thérapie cognitivo-comportementale (TCC) afin de réellement soigner ce problème de sommeil.

Youtube Video

Quelle est la posologie du Lorazépam pour dormir ?

Pour le traitement de l’anxiété, la posologie usuelle chez l’adulte se situe entre 2 à 4 mg par jour, répartis en plusieurs prises. En remède contre l’insomnie, on prend plutôt une seule prise, avant le coucher.

En fait, la posologie d’une benzodiazépine est très variable et personnelle. Cela dépend du souci à traiter, de vos données personnelles (poids, âge, habitudes, etc) et de votre historique médical. Dans tous les cas, le médecin prescrit la dose minimale efficace ; rien ne sert d’en prendre plus, le traitement n’en sera pas plus efficace mais le sevrage, lui, en sera d’autant plus difficile.

À noter : le médicament agit environ 20 minutes après la prise.

Quels sont les effets secondaires de Lorazépam ?

Le principal effet secondaire de ce médicament est la somnolence diurne. Celle-ci peut parfois être intense chez certains, notamment s’il y a une consommation d’alcool en parallèle. Ainsi, il convient d’éviter la conduite d’un véhicule ou l’utilisation de machines dangereuses dans les heures suivant la prise du médicament.

De plus, comme tout traitement pharmacologique, le Lorazépam peut avoir des effets indésirables légers comme des maux de tête, une sensation de faiblesse musculaire ou encore une baisse de libido. Ceux-ci doivent s’estomper rapidement ; si tel n’est pas le cas, consultez votre médecin.

Enfin, l’effet indésirable qui présente le plus de risque est la dépendance. En effet, le Lorazépam peut entraîner une dépendance, c’est pourquoi il est important d’être très vigilant avec la prise de ce traitement. Nous en parlons davantage plus bas dans cet article.

Y a-t-il des contre-indications à la prise du Lorazépam pour dormir ?

Oui ! Les professionnels contre-indiquent la prise de Lorazépam dans certaines situations :

  • En cas d’insuffisance hépatique grave ;
  • en cas d’insuffisance respiratoire grave ;
  • si vous souffrez d’un syndrome d’apnée du sommeil ;
  • et en cas de myasthénie (maladie des muscles entraînant une fatigue intense pendant l’effort).

Enfin, les femmes enceintes et allaitantes ne doivent pas consommer ce médicament. Il présente un risque pour le fœtus durant la grossesse. De plus, il est important de préciser que cette molécule passe dans le lait maternel ; cela représente donc un danger pour le bébé nourri au sein par sa maman sous benzodiazépine.

Dépendance au Lorazépam : quelles précautions prendre pour l’éviter ?

Le Lorazépam, comme les autres benzodiazépines, présente un risque de dépendance. C’est pourquoi les spécialistes ne le recommandent pas en première intention dans le traitement des troubles du sommeil. Il faut envisager d’autres solutions avant d’en arriver à la prise de médicaments pour dormir : la thérapie cognitivo-comportementale, la phytothérapie pour le sommeil, les compléments alimentaires pour le sommeil, les exercices de sophrologie, etc.

En effet, la durée de prescription doit être la plus courte possible, à la dose efficace la plus faible. Or, l’effet immédiat et très efficace du médicament pousse les patients à poursuivre le traitement bien au-delà de la période recommandée et à augmenter les doses. Ce comportement est dangereux ; l’utilisation prolongée du Lorazépam, surtout à fortes doses, entraîne une dépendance. Par ailleurs, sachez que le risque de dépendance est d’autant plus présent chez les personnes qui ont déjà une autre addiction à une substance, à une drogue ou à l’alcool.

En cela, les spécialistes recommandent de se tourner vers une solution moins risquée et, si vous prenez tout de même ce traitement, soyez extrêmement prudent et suivez à la lettre les directives de votre médecin.

Le syndrome de sevrage, conséquence de la dépendance

Si, malheureusement, vous finissez par développer une dépendance au Lorazépam, l'arrêt du médicament contre l’insomnie sera difficile et fastidieux.

En cas d’arrêt brutal du médicament, vous ferez face à un syndrome de sevrage. Celui-ci se traduit par des tremblements, de l’agitation, de l’irritabilité, des maux de tête, des douleurs musculaires, etc. Ces symptômes dureront jusqu'à ce que votre corps ne soit plus en manque de cette substance.

Pour éviter le syndrome de sevrage, ou pour l’estomper au maximum, les médecins recommandent d’arrêter le traitement petit à petit. Le mieux est de vous faire accompagner par un médecin afin de mettre en place un calendrier. L’idée est de diminuer les doses et d’espacer les prises, progressivement, jusqu'à l'arrêt total du traitement. Cette période de transition est plus ou moins longue, en fonction des patients. Plus vous aurez consommé du Lorazépam de manière prolongée, plus cette période sera étalée dans le temps. En cela, le traitement doit vraiment être le plus court possible ; on parle de 4 semaines maximum, période de diminution des doses inclue.

Sur quoi s'appuyer pendant la période de sevrage ?

La période de sevrage peut être difficile ; il est possible d’avoir de nouveau des insomnies alors que le sommeil réparateur était de retour tout au long du traitement… Il convient alors de s'appuyer sur des solutions sans dépendance pour accompagner cette période délicate

Les compléments alimentaires peuvent aider à s’endormir plus vite et plus facilement. Il en existe beaucoup sur le marché : Arkorelax sommeil, Ergystress sommeil, Euphytose nuit, ZzzQuil sommeil, Mag2 sommeil, etc.

Les références ne manquent pas et les ingrédients non plus ! Vitamines, minéraux et plantes aux vertus sédatives font souvent partie de ces compositions naturelles qui favorisent l’endormissement et le sommeil de qualité.

D’ailleurs, ces synergies sont généralement associées à la mélatonine, l’hormone du sommeil naturellement sécrétée par l’organisme. Une supplémentation en mélatonine juste avant le coucher permet de favoriser l’endormissement, sans dépendance, sans accoutumance et sans somnolence le lendemain.

Youtube Video

Comment gérer ses insomnies sans médicament ?

En dehors de l’aide médicamenteuse apportée par le Lorazépam pour dormir, il existe plusieurs façons de lutter contre l’insomnie :

  • La TCC, Thérapie Cognitive et Comportementale : il s’agit d’un véritable suivi qui change en profondeur votre rapport au sommeil. La thérapie vous aide à modifier vos pensées et à appréhender le coucher plus sereinement.
  • Les compléments alimentaires : vitamine D, magnésium, Passiflore, Tilleul, Camomille, Valériane… De nombreux ingrédients qui vous permettent de traiter vos problématiques au naturel pour des nuits plus reposantes.
  • La sophrologie : cette discipline vous aide à vous ancrer dans le moment présent. Faire une séance de sophrologie à la maison, avant le coucher, est particulièrement efficace sur les insomniaques stressés et anxieux. La sophrologie aide à se libérer des tensions et à se détendre.
  • Une bonne hygiène de sommeil : eh oui, c’est même par là qu’il faut commencer ! Un rythme de sommeil fixe, une alimentation adaptée, une literie confortable… Ce sont autant de petites choses qui, mises bout-à-bout, ont un grand impact sur la qualité de vos nuits.

Quoi qu’il en soit, nous vous recommandons de toujours consulter un médecin spécialiste du sommeil en cas de troubles qui impactent votre quotidien et votre santé ou en cas de doutes quant à une pathologie du sommeil : syndrome des jambes sans repos, paralysie du sommeil, apnée centrale du sommeil, hypersomnie, etc. Un bon sommeil est essentiel au bon fonctionnement de l’organisme. Ainsi, un manque de sommeil prolongé peut avoir de lourdes conséquences ; prenez-en soin.

Redécouvrez le sommeil avec un médecin spécialiste sur Charles.co.

Télé-consultation (téléphone, vidéo ou messages) avec un médecin spécialiste du sommeil.

Délivrance d'un plan de traitement personnalisé si nécessaire.

Qui veut être mon associé
icone croix
Découvrez nous sur 
M6
Découvrez le passage de Charles.co sur 
M6
Voir le replayfleche-droite-fine-picto