AccueilBlogSommeilZolpidem : indication, posologie et effets secondaires

Zolpidem : indication, posologie et effets secondaires

Zolpidem : indication, posologie et effets secondaires

Le Zolpidem est le médicament générique du Stilnox. Il s’agit donc d’un somnifère qui permet de traiter l'insomnie aiguë. Toutefois, ce traitement médicamenteux doit être utilisé avec vigilance, car il peut entraîner une accoutumance et une dépendance. Quelle est la posologie du Zolpidem ? Quels sont ses effets et ses indications ? On vous dit tout.

Le Zolpidem : une benzodiazépine hypnotique

Le Zolpidem est le médicament générique du Stilnox. Il s’agit donc d’un hypnotique de la famille des benzodiazépines dont la substance active est le Zolpidem tartrate. Les hypnotiques aident à s’endormir et, parfois, ils permettent de maintenir le sommeil (en fonction de leur durée d’action).

Le Zolpidem existe en un seul dosage : Zolpidem 10 mg. On le trouve en pharmacie, en boîte de 14 comprimés sécables. Il n’est fourni que sur ordonnance médicale et la prescription est limitée à 4 semaines.

De nos jours, la plupart des somnifères prescrits font partie de la famille des benzodiazépines. Il y a également les benzodiazépines anxiolytiques qui permettent de traiter l’anxiété, comme Lorazépam ou Temesta. Leur effet sédatif permet, dans le même temps, de rétablir un sommeil de qualité. Ils sont donc parfaitement indiqués pour les insomnies liées à un stress passager.

Il existe différents benzodiazépines hypnotiques pour induire le sommeil. Ceux-ci peuvent être classées selon leur durée d’action :

Durée d’action courteDurée d’action moyenneEt durée d’action longue
- Stilnox et ses génériques (Zolpidem)
- Imovane et ses génériques
- Havlane
- Lormétazépam
- Mogadon
- Nuctalon
Durée d’action des benzodiazépines hypnotiques.

Les médicaments pour dormir à durée d’action courte sont indiqués pour les insomnies de début de nuit ou les insomnies occasionnelles. Le traitement se fera alors sur 2 à 3 jours maximum, en cas de décalage horaire par exemple. Les médicaments à durée d’action moyenne sont parfaits pour les insomnies de milieu de nuit. Quant aux médicaments contre l’insomnie à durée d’action longue, ils sont efficaces sur les insomnies de fin de nuit.

Dans quels cas prendre du Zolpidem ?

Le Zolpidem est indiqué dans le traitement des insomnies aiguës et passagères. Ce médicament ne peut donc pas constituer un traitement à l’insomnie chronique (qui dure depuis plus de 3 mois). En effet, la HAS (Haute Autorité de Santé) a estimé le rapport efficacité/effet du Zolpidem faible à court terme et insuffisant au-delà de 4 semaines de traitement.

Ce qu’il faut comprendre, c’est que le somnifère ne doit pas être prescrit en première intention dans le traitement de ces troubles du sommeil. Les risques de dépendance et d’accoutumance en font une solution de dernier recours. De plus, son usage doit être strictement limité à 28 jours pour le bien de votre santé.

Youtube Video

Quelle est la posologie usuelle de Zolpidem ?

La posologie type de Zolpidem est un comprimé par jour, au moment du coucher. Toutefois, il est très important de préciser que la posologie de ce médicament est en réalité individuelle ; elle varie d’un individu à l’autre. En effet, elle dépend de vos données personnelles (âge, problème à traiter, historique médical, etc). De plus, le médecin prescrit toujours la dose la plus faible possible ; dès que le médicament est efficace, rien ne sert d’augmenter la dose. Cela n’aurait pour effet que d’augmenter le risque d’accoutumance.

Bon à savoir : le Zolpidem, une fois avalé, fait effet en 20 minutes environ. Ainsi, les spécialistes recommandent d’être au lit dans ce délai pour ne pas risquer de tomber.

Quelles sont les contre-indications à prendre du Zolpidem ?

Comme pour de nombreux traitements pharmacologiques, il existe des contre-indications à la prise du Zolpidem. Ainsi, ne consommez pas ce médicament si vous êtes concerné par l’une de ces situations : 

  • Insuffisance respiratoire grave ;
  • syndrome d’apnée du sommeil ;
  • insuffisance hépatique grave ;
  • myasthénie (maladie musculaire).

De même, la prise du Zolpidem pour lutter contre l’insomnie est incompatible avec la grossesse. En effet, cette substance active présente un danger pour le fœtus ; il faudra donc trouver une autre solution pour soulager une insomnie liée à la grossesse. De plus, le Zolpidem passe dans le lait maternel. En cas d’allaitement, les spécialistes déconseillent de consommer ce médicament car il présente également un danger pour l’enfant.

Quoi qu’il en soit, il ne faut jamais prendre de somnifère sans un avis médical. Consultez votre médecin ; lui seul est capable de décider si une prescription de benzodiazépines est opportune ou non. S’il vous reste des somnifères dans votre pharmacie personnelle, ne les prenez pas de votre propre initiative ; l’automédication est vivement déconseillée, parlez-en à votre médecin avant.

Effets secondaires du Zolpidem : entre somnolence et dépendance

Comme tous les somnifères, le Zolpidem peut entraîner une somnolence diurne. Cela se manifeste par une envie de dormir et une baisse de vigilance au cours de la journée. Les troubles de la vigilance et de l’attention sont surtout présents au réveil, ce qui accentue le risque d’accidents de la route au moment de se rendre au travail. Ainsi, nous vous recommandons de respecter un délai d’au moins 7 à 8 heures après la prise du médicament avant de faire une activité qui nécessite de la vigilance (conduite, utilisation de machines dangereuses, etc).

Ensuite, rappelons que le Zolpidem est un traitement médicamenteux de courte durée. En effet, utilisé sur une trop longue période, il présente un véritable risque d’accoutumance (besoin d’augmenter la dose pour maintenir l’effet) et de dépendance. Avec son efficacité immédiate, il peut être difficile pour certains insomniaques de s’en passer ; ceux-ci sont donc tentés d’augmenter la dose et de prolonger le traitement au-delà de 4 semaines. Or, cela est très dangereux, particulièrement si vous avez déjà une autre addiction (alcool, tabac, etc). Votre corps risque de ne plus savoir s’en passer et l’arrêt n’en sera que plus éprouvant.

Il existe en effet un risque de rebond, semblable au syndrome de sevrage. Lorsque vous stoppez le traitement, votre corps est en manque et vous le fait savoir : insomnies, agitation, irritabilité, etc. Ces symptômes durent généralement quelques jours. Toutefois, ils peuvent être plus intenses et durer plus longtemps si vous preniez du Zolpidem à fortes doses ou sur une longue période.

En cela, il est très important de respecter scrupuleusement la dose efficace la plus faible ainsi que la durée du traitement pour ne pas subir ces désagréments.

Youtube Video

Comment traiter l’insomnie autrement ?

Pour traiter l’insomnie, les somnifères ne sont pas la seule réponse. Il y a même de nombreuses solutions à essayer avant d’en arriver à l’aide médicamenteuse !

Tout d’abord, il paraît intéressant de traiter les causes de votre insomnie. S'il s'agit du stress par exemple, une thérapie avec un psychologue peut vous permettre de mieux gérer vos émotions en toute circonstance. Ainsi, vos insomnies liées au stress se calmeront en parallèle.

Une TCC, Thérapie Cognitive et Comportementale, est le meilleur remède à l’insomnie puisqu’elle traite votre problème de sommeil en profondeur. Cette solution permet de modifier votre rapport au sommeil et de mieux l’appréhender.

Ensuite, notons qu'il est primordial pour avoir un sommeil réparateur de se créer une bonne hygiène de sommeil et un environnement de sommeil optimal. Cela permet de faciliter l’endormissement et de rendre le sommeil plus qualitatif. Voici quelques conseils pour mettre toutes les chances de votre côté :

  • Créez vous une routine du soir pour faire la transition entre la veille et le sommeil : lumières tamisées, activité calme, boisson relaxante, etc.
  • Maintenez un rythme de sommeil régulier en vous couchant et vous levant à la même heure tous les jours.
  • Évitez de consommer des excitants (café, thé, cola) et de regarder des écrans générant de la lumière bleue avant le coucher.
  • Isolez vous au maximum du bruit et de toute source de lumière durant votre sommeil.
  • Gérez au mieux la température de votre chambre : entre 16 et 18 degrés Celsius, voilà la température idéale pour dormir.

La sophrologie

Enfin, il est vrai que la relaxation par la sophrologie permet de s’endormir plus vite. Si cette discipline ne constitue pas un traitement à proprement parler, la sophrologie en aide plus d’un à trouver le sommeil. Les exercices de sophrologie permettent de relâcher les tensions pour se laisser aller dans les bras de Morphée.

Les compléments alimentaires

En cas de trouble du sommeil ponctuel, sachez qu’il est possible de booster votre facilité d’endormissement grâce à des compléments alimentaires pour le sommeil. Les laboratoires ont en effet développé des synergies aux actifs relaxants.

On retrouve donc des vitamines (Vitamine D par exemple), des micronutriments (Magnésium par exemple) et des extraits de plantes (Passiflore, Eschscholtzia, Valériane...).

Souvent, ces ingrédients sont associés à la mélatonine, l’hormone du sommeil naturellement sécrétée par le corps, pour un endormissement facile et rapide.

Il en existe beaucoup : Arkorelax sommeil, Euphytose nuit, ZzzQuil sommeil, Mag2 sommeil, Ergystress sommeil, etc. Tous ont donc une composition 100 % naturelle qui permet de favoriser le sommeil. Concernant la posologie d’Euphytose nuit et ses concurrents, elle est souvent d’un comprimé par jour, 30 minutes avant le coucher.

Bon à savoir : la phytothérapie pour le sommeil peut aussi s’utiliser pour vous donner un coup de pouce en cas de décalage horaire ou de travail de nuit.

Redécouvrez le sommeil avec un médecin spécialiste sur Charles.co.

Télé-consultation (téléphone, vidéo ou messages) avec un médecin spécialiste du sommeil.

Délivrance d'un plan de traitement personnalisé si nécessaire.

Qui veut être mon associé
icone croix
Découvrez nous sur 
M6
Découvrez le passage de Charles.co sur 
M6
Voir le replayfleche-droite-fine-picto