Pour toute question vous pouvez joindre notre équipe :
icone-de-telephone
01 86 65 17 33
icone-enveloppe
contact@charles.co
AccueilBlogSommeilParalysie du sommeil : causes symptômes ou traitements

Paralysie du sommeil : causes symptômes ou traitements

Paralysie du sommeil : causes symptômes ou traitements

Survenant à l’endormissement ou au réveil, la paralysie du sommeil désigne un épisode effrayant au cours duquel la personne touchée est incapable de se mouvoir ou de parler. Seuls les muscles oculaires et respiratoires sont actifs. Lors d’un épisode de paralysie du sommeil, on ressent une sensation très réaliste de vivre un rêve tout en étant éveillé.

Si elle est beaucoup plus fréquente chez les personnes atteintes d’apnée du sommeil ou de narcolepsie, la paralysie du sommeil peut en réalité toucher tout le monde. On estime que près de 40 % de la population a déjà vécu ou vivra au moins une fois la paralysie du sommeil.

Il est donc important d’en connaître les causes, les symptômes et les éventuels traitements pour mieux appréhender la chose. Voici l’essentiel à savoir.


Les causes de la paralysie du sommeil

Pour bien comprendre les causes de ce phénomène, il faut déjà avoir quelques notions basiques sur les phases de sommeil, notamment sur le sommeil paradoxal. C’est en effet au cours de cette phase du sommeil que survient la paralysie du sommeil.

Les cycles de sommeil pour mieux comprendre la paralysie du sommeil

Pour rappel, le sommeil est constitué de 4 à 6 cycles successifs durant environ 90 minutes chacun et comportant trois phases. La première est celle du sommeil lent léger, la deuxième constitue le sommeil lent profond et la dernière (celle qui nous intéresse ici) est le sommeil paradoxal.

Elle tire son nom du paradoxe qu’il y a entre le cerveau et le corps à ce moment du sommeil. En effet, l’individu endormi présente aussi bien des signes de sommeil profond que des signes d’éveil.

Plus concrètement, c’est une phase du sommeil pendant laquelle votre cerveau est très actif avec une activité neuronale intense, tandis que votre corps est totalement relâché et immobile. On parle alors d’hypotonie musculaire.

Cela s’explique tout simplement par le fait que le sommeil paradoxal est la phase pendant laquelle le cerveau, fonctionnant à plein régime, peut créer des rêves. Il met en place un mécanisme d’hypotonie musculaire pour vous empêcher de bouger et de vous blesser à cause de vos rêves.

Tout cela se passe donc normalement pendant que l’individu est endormi. Le phénomène de paralysie survient en réalité quand vous vous réveillez en quelque sorte durant cette phase.

Paralysie du sommeil… ou du réveil plutôt !

Selon plusieurs spécialistes, on devrait plutôt parler de paralysie du réveil et non du sommeil. Cela prend tout son sens quand on comprend qu’en réalité, ce phénomène survient quand vous vous réveillez alors que vous êtes en pleine hypoxie musculaire.

De façon plus concrète, vous surprenez votre cerveau en vous réveillant alors qu’il tourne à plein régime et a de ce fait suspendu votre activité musculaire pour vous protéger. Résultat, il lui faut parfois un peu de temps pour vous redonner vos fonctions musculaires et sortir du sommeil paradoxal.

Ce temps peut durer généralement pendant quelques secondes ou quelques minutes, mais ne présente normalement aucun danger pour la personne qui en souffre. Pendant ce temps, vous êtes donc plus ou moins réveillé et logiquement effrayé de ne pas pouvoir bouger.

Par ailleurs, il faut noter que ce phénomène peut également survenir pendant la phase de l’endormissement, soit au début du cycle de sommeil.

Quel phénomène peut être à la base de cet éveil inopiné qui cause la paralysie du sommeil ?

Il y a paralysie du sommeil parce que l’individu concerné se réveille un peu trop tôt par rapport à son cycle de sommeil. Il faut donc connaître les raisons de ce réveil pour mieux appréhender les causes du sommeil paradoxal.

En réalité, cet éveil soudain peut se justifier par deux principales raisons. La première est tout simplement un sommeil de mauvaise qualité, un sommeil non réparateur. On a ce type de sommeil lorsqu’on ne dort pas dans des conditions propices. Cela peut être dû à plusieurs facteurs comme :

  • le stress et l’anxiété ; 
  • l’angoisse ;
  • le surmenage ;
  • un temps de sommeil trop court ;
  • un couchage de mauvaise qualité, etc.

La deuxième raison qui peut expliquer cet éveil soudain, c’est tout simplement la nature des rêves que vous faites durant votre sommeil paradoxal. Des rêves déplaisants ou des cauchemars peuvent donc vous pousser à vous réveiller en phase de sommeil paradoxal.

Au risque donc de se retrouver en paralysie du sommeil si votre cerveau ne réagit pas aussi vite que vous vous réveillez. C’est d’ailleurs pour cette raison qu’il n’est pas si rare de passer d’un cauchemar à la paralysie du sommeil.

Les symptômes de la paralysie du sommeil

Pendant un épisode de paralysie du sommeil, l’individu qui en fait l’expérience ressent généralement les symptômes suivants :

  • une impression d’être à mi-chemin entre le sommeil et l’éveil (sensation de vivre un rêve éveillé) ;
  • une sensation de paralysie totale (impossibilité de bouger son corps, malgré les efforts) ;
  • une sensation d’étouffement dans certains cas (qui n’est qu’une sensation, car les fonctions respiratoires fonctionnent normalement) ;
  • une grande peur qui peut conduire à la panique, etc.

Certains témoignages font état du sentiment d’avoir une présence menaçante à leur côté. D’autres ont carrément l’impression qu’une force exerce une pression sur eux pour les empêcher de se lever.

Des cas d’hallucinations visuelles et auditives ont également été répertoriés à plusieurs reprises. Cela est tout simplement dû à la combinaison entre la peur et l’état de rêve éveillé. La perception des évènements se retrouve biaisée et les sens sont trompés.

Que faire pendant une expérience de paralysie du sommeil ?

Lorsqu’on vit un épisode de paralysie du sommeil, la réaction normale et naturelle est de paniquer et d’essayer de fuir cette situation. On tente donc tant bien que mal de se débattre et de forcer pour se réveiller et sortir de cet état. Mais en réalité, il ne faut tout simplement pas lutter contre la paralysie en s’efforçant par tous les moyens de se réveiller. Cela pourrait même prolonger inutilement la durée de l’épisode de paralysie.

Il faut plutôt se détendre, se laisser aller et essayer de ne pas paniquer pour faire passer cette situation. Il faut essayer de penser à des choses agréables et positives pour se détendre mentalement. En procédant de la sorte, soit vous retrouvez vos fonctions motrices en vous réveillant totalement, soit vous vous rendormez apaisée tout simplement.

Le calme et le sang-froid sont donc les meilleures attitudes à adopter durant une expérience de paralysie du sommeil.

Quelles sont les mesures de prévention et de traitement de la paralysie du sommeil ?

Même si la paralysie du sommeil peut toucher tout le monde et à n’importe quel moment, il existe un certain nombre de comportements à adopter pour limiter le risque d’en être victime. Certains traitements sont également envisageables lorsque la situation devient inquiétante.

Les mesures de prévention

La première démarche à mener pour éviter la paralysie du sommeil est de tout faire pour favoriser un sommeil réparateur de bonne qualité. Adopter une bonne hygiène de sommeil diminue donc le risque de vivre cette expérience. Il est aussi très important d’apprendre à gérer quotidiennement son stress et son anxiété pour s’assurer d’avoir des nuits plus paisibles.

Par ailleurs, il faut savoir qu’un simple contact extérieur suffit pour ramener à la réalité une personne en plein épisode de paralysie du sommeil. Il est donc fortement conseillé de mettre votre partenaire au courant si cela vous arrive. En cas de récidive, il saura réagir promptement pour vous épargner cette expérience assez déplaisante.

Les films d’horreur ou tout élément qui pourrait favoriser la peur sont également à éviter en soirée. Il faut plutôt privilégier les facteurs de détente comme la méditation ou des boissons relaxantes.

Les pistes de traitement dans les cas sérieux

En temps normal, la paralysie du sommeil ne survient qu’une ou deux fois en passant. Mais dans certains cas, les épisodes peuvent devenir beaucoup trop répétitifs.

Lorsque les épisodes deviennent beaucoup trop fréquents au point d’impacter la vie au quotidien (difficultés à dormir, peur de s’endormir, fatigue en journées, etc.), il est préférable de contacter un médecin pour régler le problème. À cet effet, le traitement peut passer par une approche psychologique avec un suivi régulier du patient.

Des thérapies cognitivo-comportementales peuvent être mises en place pour permettre au patient de mieux gérer son sommeil. Ceci lui permettra d’éviter les épisodes de paralysie du sommeil. Le traitement passe également par la limitation des facteurs qui favorisent le trouble. On peut donc apprendre des techniques de relaxation afin d’éliminer l’anxiété qui survient généralement lorsque le trouble devient fréquent et répétitif.

Sous des formes plus graves, le médecin traitant peut carrément préconiser un traitement antidépresseur. Il faut toutefois rappeler que ce genre de cas n’arrive que très rarement. Lorsqu’elle ne constitue pas une conséquence d’une autre maladie plus importante, la paralysie du sommeil ne survient que ponctuellement. D'ailleurs, elle devrait disparaître d’elle-même avec un peu d’efforts sur les habitudes de sommeil.

Voilà donc l’essentiel à savoir sur la paralysie du sommeil. Contrairement à certaines idées reçues, il ne s’agit pas d’un phénomène spirituel, mais bien d’une parasomnie avec une explication biologique. Ce n’est que le résultat d’un décalage entre notre éveil soudain et celui de notre cerveau.

Redécouvrez le sommeil avec un médecin spécialiste sur Charles.co.

Télé-consultation (téléphone, vidéo ou messages) avec un médecin spécialiste du sommeil (35€).

Délivrance d'un plan de traitement personnalisé si nécessaire.

À voir aussi