AccueilBlogSexualitéQuel est le meilleur traitement de l’infertilité masculine ?

Quel est le meilleur traitement de l’infertilité masculine ?

Quel est le meilleur traitement de l’infertilité masculine ?

Si l’infertilité a longtemps été une affaire de femme, on admet maintenant que du côté de l’homme aussi, il peut y avoir des soucis de fécondité. D’ailleurs, pour 30 à 50 % des couples rencontrant des difficultés à procréer, il y a une infertilité masculine en cause. Heureusement, des solutions existent. Alors, quel traitement de l’infertilité masculine mettre en place en fonction de vos soucis ? On vous dit tout !

Qu’est-ce qu’un sperme sain ?

Un sperme est sain lorsque chaque paramètre spermatique est dans la norme.

  • Volume d’éjaculat compris entre 1,5 et 6 mL ;
  • PH du sperme compris entre 7,2 et 7,4 ;
  • Viscosité : liquéfaction en 30 minutes ;
  • Nombre de spermatozoïdes supérieur ou égal à 15 millions par mL ;
  • Vitalité supérieure à 58 % ;
  • Nombre de leucocytes (globules blancs) inférieur à 1 million par mL ;
  • Plus de 4 % des spermatozoïdes sont de forme typique.

À noter : ces normes sont celles données par l’OMS. Elles sont une bonne base pour lire les résultats de votre spermogramme. Toutefois, il est à noter que ces chiffres peuvent varier d’un individu à l’autre. De même, différents facteurs peuvent être à l’origine d’une variation (saison, fièvre, moment de la journée, etc). En cela, seul un médecin est à même d’interpréter avec exactitude les résultats d’un spermogramme.

Youtube Video

Comment diagnostiquer l’infertilité masculine ?

Un bilan de fertilité doit être réalisé après 12 mois d’essais sans succès (rapports sexuels réguliers sans contraception). Ce délai est plutôt de 18 mois pour les couples de moins de 30 ans. Côté homme, l’examen de référence est le spermogramme. Il est prescrit en première intention, afin de réaliser une première analyse de la qualité du sperme. En effet, pour un couple sur trois éprouvant des difficultés à concevoir, il y a un problème de spermatozoïdes.

Bon à savoir : l’homme peut aussi réaliser un auto-test à domicile. Le test de fertilité de l’homme SpermCheck permet de se faire une idée de sa fertilité rapidement. Il mesure la concentration des spermatozoïdes dans le sperme. Il fonctionne comme un test de grossesse : deux barres si la mesure est normale et une barre si elle est faible. SpermCheck est trouvable en pharmacie, sans ordonnance, pour environ 35 euros. Toutefois, cet auto-test ne remplace pas un véritable examen médical.

Bon à savoir : parfois, une infertilité arrive après une ou plusieurs grossesses. On parle alors d'infertilité secondaire.

Le spermogramme

Pour effectuer un spermogramme, il est nécessaire de faire un recueil de sperme par masturbation. Le spermogramme en laboratoire est le plus courant. L’homme est placé dans une salle dédiée dans laquelle il dispose de revues érotiques afin de faciliter le recueil. Le prélèvement de sperme est directement placé dans un récipient stérile fourni par le laboratoire. Il convient de l’amener au plus vite au secrétariat afin que l’échantillon de sperme soit conservé correctement, pour qu’il ne se dégrade pas.

Le spermogramme consiste donc à analyser la qualité du sperme au travers des différents paramètres spermatiques : consistance, numération, vitalité, etc. Les résultats de cet examen permettent de mettre en évidence d’éventuelles altérations spermatiques.

  • Aspermie : absence d’éjaculat.
  • Hypospermie : volume d’éjaculat inférieur à 1,5 mL.
  • Oligospermie : concentration de spermatozoïdes trop faible.
  • Asthénospermie : mobilité des spermatozoïdes inférieure à 40 %.
  • Azoospermie : absence de spermatozoïdes dans le sperme.
  • Nécrospermie : moins de 58 % de spermatozoïdes vivants.

Bon à savoir : une anomalie doit être observée sur au moins deux spermogrammes successifs pour être avérée. Il convient par ailleurs de laisser passer au moins 3 mois entre les deux spermogrammes afin d’analyser un nouveau cycle de production de spermatozoïdes (un cycle dure 74 jours !).

Un spermogramme s'accompagne souvent d’une spermoculture (à la recherche de germes dans le sperme), d'un spermocytogramme (analyse morphologique des spermatozoïdes) et d’un test de migration-survie des spermatozoïdes (observation de leur évolution après 24h). Le prix du spermogramme et de ces examens est pris en charge par la sécurité sociale dans le cadre d'un bilan de fertilité.

Si une anomalie est constatée, a fortiori si une altération spermatique se révèle, lors des spermogrammes, le médecin prescrit des examens plus approfondis.

Les examens complémentaires

Vous pouvez effectuer plusieurs examens complémentaires, à la recherche de différents facteurs pouvant expliquer un problème de spermatozoïdes.

  • Un spermocytogramme : une classification de la forme des spermatozoïdes.
  • Un test hormonal : celui-ci se fait au moyen d’une prise de sang. C’est souvent un dosage des FSH (hormone folliculo-stimulante) qui est réalisé.
  • Un examen urologique : il permet de vérifier l’anatomie des testicules, des vésicules séminales, de la prostate, etc. Ainsi, il s'agit parfois d'une échographie testiculaire.
  • Une biopsie testiculaire : un petit morceau de testicule est prélevé pour voir s’il y a des spermatozoïdes, autrement dit si la spermatogenèse (production des spermatozoïdes) se fait correctement.
  • Un bilan infectieux : pour déterminer s’il y a une infection ou pas.
  • Un test de Hühner (test post-coïtal) : on prélève de la glaire cervicale (près du col de l’utérus) 6 à 12 heures après un rapport sexuel. Cela permet d’observer la qualité de la glaire cervicale ainsi que l’évolution des spermatozoïdes dans ce milieu.

Quelles sont les causes fréquentes de l’infertilité masculine ?

Tout d’abord, il existe différents facteurs liés à l’hygiène de vie qui peuvent être responsables d’une baisse de la fertilité de l’homme :

  • Trop de chaleur au niveau des testicules : par exemple, des saunas, jacuzzis, hammam ou encore lorsque vous posez votre ordinateur sur vos cuisses. Les testicules doivent rester à une température de 35 degrés pour que la spermatogenèse se fasse convenablement ;
  • Une consommation excessive d’alcool ;
  • Le surpoids ;
  • La prise de certains médicaments : par exemple les stéroïdes anabolisants ;
  • Le tabagisme ;
  • Une mauvaise alimentation, etc.

Vous pouvez facilement corriger ces facteurs en changeant votre hygiène de vie, permettant ainsi de rétablir une fertilité normale.

Ensuite, certaines pathologies peuvent engendrer une infertilité masculine :

  • Une varicocèle (varices autour des veines qui entourent les testicules) ;
  • Une cryptorchidie (testicules non descendus à l’état foetal) ;
  • Un traumatisme des organes génitaux ;
  • Une torsion du cordon spermatique ;
  • L’hypogonadisme (déficit en testostérone) ;
  • Le diabète, etc.

À noter : si nous connaissons de nombreuses causes d’infertilité chez l’homme, 25 % des cas d’infertilité restent tout de même inexpliqués. Cela signifie que le couple éprouve des difficultés persistantes à concevoir mais le bilan de fertilité réalisé ne montre aucune anomalie, tant chez l’homme que chez la femme.

Heureusement, un problème de fertilité n’est pas forcément une fatalité. Il existe un traitement à l’infertilité masculine adapté à votre situation, même lorsque aucune cause n’a été déterminée.

Youtube Video

Traitement de l’infertilité masculine : soigner les causes

Dans un premier temps, lorsqu'on connait la cause de l’infertilité, les médecins tentent un traitement curatif.

Cela peut être un traitement hormonal pour améliorer la qualité du sperme. Mais aussi un traitement antibiotique, en cas d’infections du système uro-génital par exemple (prostatite, urétrite, IST, etc). Parfois, le médecin préconise un traitement chirurgical dans le cas de problèmes anatomiques (une obstruction des voies spermatiques par exemple).

Toutefois, ces traitements nécessitent d’abord de connaître avec précision la cause de l’infertilité. Ensuite, il est vrai que dans certains cas ces traitements curatifs ne suffisent pas pour obtenir une grossesse naturellement. Dans ce cas, d’autres solutions sont envisageables.

Traitement de l’infertilité masculine : l'assistance médicale à la procréation

Si les traitements curatifs ne suffisent pas ou si la cause de votre infertilité n’est pas déterminée, l’assistance médicale à la procréation peut vous permettre de tout de même donner lieu à une grossesse.

S’engager dans un parcours de PMA (Procréation Médicalement Assistée) n’est pas facile, tant pour l’homme que pour la femme. Accepter qu’une grossesse naturelle n’arrivera sûrement pas est éprouvant. Toutefois, cette solution permet à de nombreux couples infertiles de concevoir un bébé et d’accéder à leur souhait de parentalité. Ainsi, la PMA peut renvoyer à différents procédés :

  • L’insémination artificielle : le médecin prélève les spermatozoïdes puis les dépose directement à l’entrée de l’utérus afin qu’ils aillent féconder l’ovocyte.
  • La FIV (Fécondation In Vitro) : le médecin prélève les spermatozoïdes ainsi que les ovocytes et la fécondation se fait en laboratoire, en dehors du corps de la femme. Toutefois, le spermatozoïde doit passer la barrière de l’ovule seul. Une fois la fécondation réussie, le médecin dépose l’embryon dans l’utérus de la maman pour s’y développer.
  • L’ICSI (Injection intracytoplasmique de spermatozoïde) : il s’agit d’un dérivé de la FIV. Dans les cas les plus sévères d’infertilité, le médecin sélectionne le meilleur spermatozoïde et l’introduit directement dans l’ovule à l’aide d’une micro aiguille.

Le médecin choisit le procédé adéquat en fonction des chances de réussite.

Sachez qu’il est aussi possible de faire appel à un donneur de sperme. De même, il est possible de réaliser un accueil d’embryon. Le médecin transfère alors un embryon d’un couple donneur dans l’utérus de la maman. Cette solution peut servir en cas d’infertilité sévère du couple.

Enfin, en cas de chirurgie (prostatectomie) ou de traitement (chimiothérapie) dont on sait qu’ils affectent la fertilité, il est possible d’avoir recours à des techniques de préservation de la fertilité.

Traitement de l’infertilité masculine : ce qu’il faut retenir

Dans le diagnostic de l’infertilité de l’homme, le spermogramme est l’examen de référence. Il s'accompagne parfois d’autres analyses afin de trouver la cause de l’infertilité (parfois, on ne trouve aucune cause !). Vient ensuite l’étape du traitement. S’il est possible d’envisager un traitement curatif dans certains cas, c’est souvent la Procréation Médicalement Assistée qui permet aux couples de devenir parents malgré leurs difficultés.

L’infertilité est difficile à vivre pour le couple et peut même être source de tension. En cela, nous vous conseillons de bien communiquer avec votre partenaire à ce propos : exprimer vos sentiments et soyez à l’écoute des siens.

Quoi qu’il en soit, les professionnels recommandent une consultation avec un médecin spécialiste de la fertilité après 12 à 18 mois d’essais infructueux. De plus, sachez qu'une bonne hygiène de vie agit comme un traitement naturel à l'infertilité masculine.

Consulter immédiatement un médecin sexologue en ligne

Consultation (téléphone, vidéo ou messagerie privée) avec un médecin sexologue.

Délivrance de fiches conseils et d’une ordonnance  si nécessaire.

Qui veut être mon associé
Découvrez le passage de Charles.co sur 
M6
Voir le replayfleche-droite-fine-picto