Tout savoir sur la vasectomie contraceptive

vasectomie

La vasectomie est une méthode de contraception masculine définitive ou permanente (il est tout de même possible de réaliser l’opération inverse, bien que son taux de réussite varie de 30 à 70%).

Pour cette raison, on conseille à l’homme de conserver du sperme avant l’opération.

Par ailleurs, la Haute Autorité de Santé (HAS) recommande de présenter l’opération comme étant « permanente et irréversible » en raison du faible taux de réussite de l’acte chirurgical visant à relier les canaux précédemment sectionnés.

En effet, si une vasectomie ne dure qu’une dizaine de minutes et représente seulement 0,15% d’échec, la vasovasostomie dure 2 heures, pour une forte probabilité d’échec.

Consistant à ligaturer le canal déférent, la vasectomie empêchera donc les spermatozoïdes de se mélanger au liquide spermatique.

Retour sur cette opération encore assez méconnue du grand public.

Consulter immédiatement un médecin sexologue en ligne sur Charles.co

Consultation (téléphone, vidéo ou messagerie privée) depuis chez vous avec un médecin sexologue français (35€). Délivrance de fiches conseils ainsi que d’une ordonnance pour des traitements si nécessaire.

[Vidéo] : Quand consulter un médecin sexologue ?

Consultez en ligne avec un médecin sexologue sur Charles.co

Vasectomie : pourquoi cette intervention ?

Les spermatozoïdes sont fabriqués par les testicules, qui sécrètent notamment la testostérone (hormone masculine).

Situés dans les bourses, un homme possède deux testicules, vascularisés par plusieurs artères, qui se drainent dans plusieurs veines.

Les spermatozoïdes sont transportés par des canalicules qui se réunissent pour former l’épididyme.

Lors de l’éjaculation, les spermatozoïdes sont conduits par les canaux déférents jusqu’au canal éjaculateur, permettant par la suite la fécondation d’un ovule et la survenue d’une grossesse.

En l’absence de spermatozoïde dans le liquide séminal, la fécondation devient impossible.

L’enjeu de la vasectomie est donc de ligaturer les canaux déférents, afin d’empêcher les spermatozoïdes de se mélanger au liquide séminal – et donc d’empêcher la fécondation.

C’est une opération que l’on peut encore qualifier de stérilité définitive ou permanente.

Existe-t-il une autre méthode de contraception masculine définitive ?

Avec le préservatif, l’homme ne dispose que d’une seule autre méthode de contraception : le traitement hormonal.

Cependant, ce traitement, peu médiatisé, est lent à mettre en place, pour une durée maximale de 18 mois ; et l’homme n’est pas réellement « contracepté » les 3 premiers mois du traitement.

Enfin, parce que ce traitement hormonal est assez contraignant (injections hebdomadaires de testostérone), la vasectomie reste le moyen le plus efficace au long terme et le choix principal des hommes qui souhaitent une stérilité permanente.

Vasectomie : préparation à l’intervention et technique opératoire

L’opération se déroule sous anesthésie locale, plus rarement sous anesthésie générale (qui nécessite une consultation préopératoire quelques jours avant l’intervention).

A savoir : fumer augmente le risque de complications chirurgicales ; on conseille d’arrêter 6 à 8 semaines avant l’opération. Un patient fumeur doit systématiquement le préciser à son médecin, son chirurgien et son anesthésiste.

Il est possible de se faire aider par Tabac-Info-Service au 3989.

La vasectomie est devenue légale et régie par une loi le 7 juillet 2001. Pour cette raison, le médecin pratiquant cette intervention doit respecter un protocole et une marche à suivre :

  • Le médecin doit obligatoirement fournir au patient l’information et les explications les plus précises sur l’opération et les méthodes alternatives
  • Il peut se permettre de refuser l’intervention, s’il estime ne pas rendre service au patient
  • Le patient doit être informé de ce refus lors de la première consultation
  • Le médecin doit orienter le cas échant le patient vers un confrère

Par ailleurs, un délai de 4 mois est nécessaire entre la première consultation et la seconde consultation qui fixera les modalités de l’acte.

Et enfin, pour terminer, le médecin est dans l’obligation de faire signer un consentement écrit au patient.

Vasectomie : est-ce réversible ?

La vasectomie est considérée comme définitive, comme le rapporte la HAS.

Pourtant, une tentative de réparation est possible, bien que le taux de grossesse chez les partenaires d’hommes ayant subi une vasectomie soit assez faible.

Pour cette raison, la stérilisation ne doit pas être considérée comme réversible. Généralement, l’homme conserve donc du sperme avant l’opération.

De plus, afin de prévenir tout regret, le médecin doit évoquer avec son patient tous les autres aspects de la contraception.

Technique opératoire

L’intervention consiste à réaliser une petite incision sur chaque bourse pour atteindre le canal déférent et le sectionner.

Après l’opération, le chirurgien referme la peau.

Cependant, il existe maintenant une autre méthode privilégiée : la No scalpel vasectomy (vasectomie sans bistouri).

Le praticien, en palpant le scrotum, localise les canaux déférents afin de les rapprocher de la peau. A l’aide d’une petite pince pointue, il pratique une mini-incision à la base du pénis dans le but de récupérer chaque canal et de les sectionner.

L’objectif de cette seconde méthode est d’écarter un risque (très faible) d’une cicatrisation du canal et d’une reperméabilisation qui rendrait à l’homme sa fertilité.

L’opération dure entre 10 et 20 minutes et le patient peut ensuite rentrer chez lui.

Vasectomie : quelles sont les suites de l’intervention ?

La vasectomie est réalisée en soins externes sans hospitalisation ou dans le cadre d’une hospitalisation en chirurgie ambulatoire.

Généralement, le patient éprouve peu de douleur au niveau de la zone opérée, ou alors minime et temporaire. Le médecin peut prescrire des antalgiques pour calmer la douleur.

Par ailleurs, le patient peut ressentir une gêne au niveau de la cicatrice pendant plusieurs jours. Il est important pendant cette période de s’abstenir d’activités pénibles ou sportives et de veiller à la propreté des incisions.

Dès lors que la douleur a disparue, les rapports sexuels sont de nouveau possibles. Pour autant, la stérilité n’est effective qu’après 12 semaines, sous réserve qu’un spermogramme confirme l’absence de spermatozoïdes dans le liquide séminal.

La vasectomie provoque-t-elle des changements hormonaux ?

Après l’intervention, les testicules continuent quand même à produire des spermatozoïdes, que l’organisme absorbe (de la même manière que chez un homme non vasectomisé).

Les glandes séminales et la prostate produisent la même quantité de liquide spermatique ; le volume de liquide ne change donc pas lors de l’éjaculation. Seulement, il ne contient plus de spermatozoïdes.

Enfin, la vasectomie ne modifie pas la production d’hormones ; l’homme n’a donc ni à craindre des troubles de l’érection, ni à craindre des troubles de l’éjaculation.

L’opération est efficace dans 99% des cas et la probabilité qu’une femme tombe enceinte avec un homme vasectomisé est très faible. Cependant, l’homme doit veiller à se protéger lors des 12 premières semaines qui suivent l’intervention.

Un spermogramme devra confirmer l’absence de spermatozoïdes dans le liquide spermatique avant l’arrêt de la méthode contraceptive supplémentaire.

Vasectomie : les risques et les complications

Dans la majorité des cas, l’opération se déroule sans complication. Mais comme tout acte chirurgical, la vasectomie comporte tout de même des risques.

Parmi les complications et les risques possibles, nous retrouvons :

  • Des complications liées à l’état de santé général et à l’anesthésie (ces complications sont présentes dans toute intervention chirurgicale)
  • Un risque d’hématome ou une infection au niveau des cicatrices
  • Un retard de cicatrisation
  • L’échec de l’opération, nécessitant parfois une réintervention

Enfin, le patient doit être averti que toute opération chirurgicale comporte des risques, y compris vitaux ; et que ces risques ne sont pas toujours prévisibles.

Discussion autour de la vasectomie : pourquoi cette opération reste encore assez méconnue en France ?

Les pays anglo-saxons ont largement démocratisé cette opération, notamment le Canada ; elle est pratiquée de façon courante. Pour autant, en France, elle n’est autorisée que depuis 2001.

Les hommes français y sont-ils réfractaires ?

Bien que peu répandue en France, elle peut permettre de réels bénéfices aux couples qui ne souhaitent plus avoir d’enfants ; elle serait même d’utilité publique afin d’éviter au maximum des grossesses non-désirées et le recours à l’avortement, souvent traumatisant pour une femme.

La vasectomie : un choix masculin de prendre ses responsabilités en matière de contraception

Au Canada, cette idée est très répandue : l’homme aussi peut décider de sa contraception, et ainsi soulager sa femme du poids de la régulation des naissances.

Mais en réalité, presque aucun homme célibataire n’a recours à cette intervention ; il s’agit donc d’une décision de couple. En fait, c’est le fruit d’une longue réflexion, lorsqu’un couple est stable depuis un certain nombre d’années.

L’homme et la femme s’interrogent souvent sur les risques et les contraintes de la contraception féminine : prise quotidienne d’une pilule, saignements provoqués par le stérilet, impact des traitements hormonaux sur la santé cardiovasculaire…

Et puis, il arrive aussi que des femmes supportent moins bien leur contraception vers la quarantaine, sans oublier les femmes hyper-fertiles qui ont déjà eu recours à l’IVG (malgré une contraception correctement suivie).

La vasectomie est donc une méthode simple, efficace et rapide, de résoudre tous ces problèmes.

Pourquoi alors une certaine réticence en France ?

La vasectomie ou l’angoisse de la castration

Interdite en France jusqu’en 2001, notamment car on estimait qu’elle représentait une atteinte à l’intégrité physique de l’homme, le taux de remboursement de la vasectomie reste extrêmement bas (entre 56 et 59 euros selon la technique).

Ce paramètre reste un frein majeur pour le patient et le praticien. Par ailleurs, selon une étude réalisée au sein du CHU de Rouen, une vasectomie réalisée au tarif de la sécurité sociale engendrerait un déficit avoisinant les 136 euros par patient.

Les praticiens privés sont donc contraints d’appliquer un dépassement d’honoraires.

Enfin, l’autre explication possible est psychologique : pour beaucoup d’hommes, la vasectomie est synonyme de castration. Dans la culture latine et dans l’imaginaire populaire, infertilité et impuissance sont intiment liés ; or, pour ces hommes, perdre sa capacité de reproduction, c’est aussi perdre son essence masculine…

En conclusion 

Ce qu’il faut retenir : une vasectomie doit être considérée comme définitive. En effet, reperméabiliser les canaux déférents est une opération possible, mais compliquée.

Pour autant, cette intervention, appelée « vasovasostomie », offre tout de même un taux de réussite acceptable (de 30 à 70%), lorsqu’elle est pratiquée dans les 3 ans qui suivent la vasectomie.

Après cette période, la probabilité pour l’homme de féconder naturellement sa compagne est très basse. Toutefois, la fécondation par in vitro reste possible lorsque l’homme a conservé son sperme, ou en prélevant des spermatozoïdes directement dans l’épididyme.

Consultez un médecin sexologue immédiatement sur Charles.co

Charles.co est une plateforme de santé dédiée a la santé sexuelle. Elle regroupe des spécialistes, médecins sexologues, et pharmaciens français pour construire une solution de qualité, sûre et accessible à tous.

Charles est une société immatriculée 844 332 130 en France au RCS de Paris. Ses données sont collectées et traitées chez un hébergeur agréé et certifié pour les données de santé au sens des dispositions de l’article L. 1111-8 du Code de la santé publique.

La plateforme vous permet de consulter en ligne parmi 15 médecins titulaires d’un DIU en sexologie (voir notre équipe médicale). La consultation en ligne peut se dérouler par messages écrits, téléphone ou visioconférence. Elle regroupe l’ensemble des avantages suivants :

  • Consulter un médecin spécialiste en sexologie (qui traite ce type de troubles quotidiennement)
  • Payer sa consultation 35€ au lieu de 90€ (prix constaté pour des consultations en physique avec un sexologue)
  • Obtenir un RDV en 24h (l’attente moyenne constatée pour obtenir un RDV avec un sexologue en France est de plusieurs mois)

Consulter immédiatement un médecin sexologue en ligne sur Charles.co

Consultation (téléphone, vidéo ou messagerie privée) depuis chez vous avec un médecin sexologue français (35€). Délivrance de fiches conseils ainsi que d’une ordonnance pour des traitements si nécessaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *