AccueilBlogEjaculation précoceÉjaculateurs précoces : ces hommes qui éjaculent trop vite

Éjaculateurs précoces : ces hommes qui éjaculent trop vite

Éjaculateurs précoces : ces hommes qui éjaculent trop vite

Les éjaculateurs précoces sont plus nombreux qu’on ne le pense. Eh oui, 1 homme sur 4 souffre de ce trouble sexuel. Pourtant, le sujet est encore tabou et, pour beaucoup, il constitue une source de gêne et de honte. Si vous êtes concerné par l’éjaculation précoce, n’hésitez plus à consulter car des traitements et prises en charge adaptées existent. Charles.co fait le point sur les solutions à l’éjaculation précoce.

Éjaculateurs précoces : qu’est-ce que ça signifie ?

Les éjaculateurs précoces sont des hommes qui souffrent d’éjaculation prématurée, qu’on appelle aussi éjaculation précoce. Ce trouble se caractérise par une éjaculation qui survient vite, avant ou peu de temps après la pénétration. Elle arrive plus tôt que ce que l’homme et sa partenaire souhaiteraient, bien avant que le rapport puisse devenir satisfaisant. Atteindre l’orgasme trop vite, sans pouvoir se contrôler, est le quotidien des éjaculateurs précoces. Ils sont, malgré eux, incapables de retenir leur éjaculation.

Cela provoque un énorme mal-être et un sentiment de gêne. Les hommes vivent souvent mal l’éjaculation précoce ; ils finissent alors par éviter les relations sexuelles de peur que la situation ne se répète. D’ailleurs, cet impact psychologique fait partie intégrante de la définition de l’éjaculation précoce, de même que la récurrence ; l’éjaculation précoce doit se produire à chaque rapport ou presque depuis au moins 3 mois pour justifier une consultation en sexologie.

Les médecins estiment qu’environ 20 % à 30 % des hommes seraient éjaculateurs précoces. Ce chiffre est difficile à déterminer avec précision car de nombreux hommes ne l’avouent pas par honte ou peur du regard des autres.

Éjaculateurs précoces primaires et secondaires

On distingue 2 catégories d’éjaculateurs précoces :

  1. Les éjaculateurs précoces primaires : dans leur cas, l’éjaculation rapide est présente depuis leurs premiers rapports sexuels. Ils n’ont jamais pu garder le contrôle sur leur éjaculation et faire durer les relations sexuelles.
  2. Les éjaculateurs précoces secondaires : pour eux, l’éjaculation rapide est arrivée après une période sans souci particulier. Leur sexualité est satisfaisante et, ensuite, le trouble se manifeste.

Attention aux “faux” éjaculateurs précoces

Il est tout à fait normal de vivre une éjaculation prématurée de temps en temps. Les préoccupations et évènements de la vie ont parfois un impact temporaire sur la sexualité : pannes sexuelles, éjaculations plus rapides, libido en berne, etc. Ce n’est pas pour autant que vous souffrez d’un trouble sexuel. Rappelons que la précocité sexuelle doit persister au moins 3 mois pour se caractériser et donner lieu à des inquiétudes.

Les médecins sexologues constatent également que certains hommes consultent pour ce qu’ils pensent être une éjaculation précoce alors qu’il n’en est rien. Insatisfaits de la durée de leurs rapports sexuels, certains hommes pensent éjaculer trop vite alors que la durée de pénétration est très correcte. Les films pornographiques, par exemple, peuvent induire ce genre de pensées. Rappelons tout de même que, selon une étude, la durée idéale d’un rapport sexuel se situe entre 10 et 20 minutes. De plus, le temps de pénétration est loin d’être le seul critère pour un ébat amoureux de qualité ; les caresses, jeux de regards et autres préliminaires ont tout autant d’importance.

Youtube Video

Éjaculateurs précoces : pourquoi éjaculent-ils trop vite ?

Il existe différentes causes à l’éjaculation précoce.

La plupart du temps, ce sont des facteurs psychologiques à l’origine de ce trouble de l’éjaculation. Le stress et l’anxiété sont les principaux responsables. Toutefois, on peut aussi constater un blocage psychologique, un traumatisme lié à un événement survenu précédemment ou encore des difficultés relationnelles.

Certains hommes souffrent d’une hypersensibilité du gland. Ainsi, la moindre stimulation engendre une excitation très forte et l’éjaculation est alors difficilement contrôlable.

Parfois, l’éjaculation prématurée est l’une des conséquences d’une maladie. Il peut s’agir des pathologies suivantes : 

  • Prostatite (inflammation de la prostate) ;
  • Problème de thyroïde (cela impacte directement le taux d’hormones sexuelles) ;
  • Trouble du système nerveux (à cause du diabète ou de la sclérose en plaques par exemple).

Enfin, il existe des facteurs qui favorisent l’apparition d’une éjaculation précoce :

  • Être de nature anxieuse ;
  • L’alcoolisme ;
  • L’absence d’activité sexuelle pendant un long moment.

Comment choisir son traitement ?

Dans le cas de l’éjaculation précoce, le mieux n’est pas de choisir un traitement, mais plutôt des traitements. Les médecins conseillent de combiner une thérapie avec l’utilisation de traitements pharmacologiques par de meilleurs résultats.

En effet, une étude de 2015 parue dans le Journal of Sexual Medicine a démontré une efficacité supérieure du Priligy associé à la thérapie comportementale, par rapport au médicament pris seul, dans le traitement de l'éjaculation précoce primaire.

Les inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine

Les inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine forment une famille de médicaments. Leur rôle est d’augmenter l’action de la sérotonine. La sérotonine est un neurotransmetteur qui envoie les signaux au cerveau qui déclenchent l’éjaculation. Ainsi, c’est en agissant là-dessus que cette famille de médicaments va parvenir à retarder l’éjaculation.

À la base, les inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine sont des antidépresseurs, à l’image de la Fluoxétine (Prozac) ou de la Paroxétine. C’est la Dapoxétine qui est communément utilisée dans le traitement de l’éjaculation précoce. Bien qu’elle fasse partie de la catégorie des antidépresseurs, elle est si vite absorbée et éliminée par le corps qu’elle n’a pas d’effet psychotrope tout en permettant de retarder l’éjaculation. C’est donc le principe actif le plus approprié pour cet usage.

La Dapoxétine est commercialisée sous le nom de Priligy. Ce médicament est adapté aux hommes éjaculateurs précoces âgés de 18 à 64 ans. La prise d’un comprimé 1 à 3 heures avant le rapport sexuel permet de durer plus longtemps au lit. Efficace dès la première prise, sa durée d’action est comprise entre 6 et 8 heures.

Le Priligy existe en différents dosages : Priligy 30 mg et Priligy 60 mg. La posologie la plus adaptée à votre situation personnelle est à déterminer avec un médecin bien au fait de vos antécédents médicaux et habitudes quotidiennes.

Le Priligy est disponible en pharmacie, sur prescription médicale uniquement. Il coûte environ 60 euros la boîte de 3 comprimés. Son prix étant fixé librement par les pharmaciens, il peut être plus ou moins cher d’une officine à l’autre. La sécurité sociale ne rembourse pas ce médicament.

Diminuer la sensibilité du gland

Pour les hommes souffrant d’une hypersensibilité du gland, il existe un autre traitement pharmacologique : le Fortacin. Il s’agit d’un traitement topique, sous forme de crème ou de spray à usage cutané local. À base de Lidocaïne et de Prilocaïne, il s’agit d’un anesthésique local qui va permettre de désensibiliser le gland. Les propriétés anesthésiques permettent de diminuer la sensibilité du pénis sans pour autant l'engourdir ou gâcher le plaisir sexuel. L’idée est simplement de freiner la montée de l’excitation. 

Le produit s’applique uniformément sur le gland, à la demande, quelques minutes avant le rapport sexuel. Il a donc l’avantage de conserver une forme de spontanéité dans les rapports sexuels, moins évidente avec l’utilisation du Priligy. Vous devez essuyer le produit restant sur le gland avant de commencer à faire l’amour pour ne pas désensibiliser le vagin de votre partenaire.

Vous pouvez vous procurer du Fortacin en pharmacie et, pour ce produit, une ordonnance médicale n'est pas obligatoire. Il coûte environ 60 euros le flacon et la sécurité sociale ne le rembourse pas.

Pour mieux gérer l’hypersensibilité de votre gland, vous pouvez aussi utiliser des préservatifs retardants lors de vos ébats. Conçus pour diminuer la stimulation au niveau du gland, ils permettent de retarder l’éjaculation, par exemple, lors d’un rapport que vous n’auriez pas pu anticiper. Il suffit de le mettre sur le pénis, comme un préservatif classique, et vous voilà prêt à prendre du plaisir avec votre partenaire.

Certains préservatifs sont conçus avec une épaisseur supplémentaire au niveau du gland. D’autres disposent d’une noisette de Benzocaïne (anesthésique local) dans le réservoir et fonctionnent, finalement, sur le même principe que le Fortacin. De nombreuses marques vendues en pharmacie ou en grandes surfaces proposent des préservatifs retardants. Ils coûtent environ 8 à 10 euros la boîte de 10 unités.

La thérapie comportementale

Lorsque l’on prend des médicaments et qu’ils fonctionnent, on peut avoir tendance à négliger la thérapie comportementale. Or, cela est une erreur ! Les deux approches sont complémentaires. La thérapie comportementale permet de se réapproprier son corps pour mieux le contrôler et, à terme, d’essayer de se passer des médicaments. 

Une thérapie comportementale est l’occasion de se muscler le périnée. Ce muscle situé entre l’anus et le scrotum permet, lorsqu’il est maîtrisé, de mieux gérer l’imminence de l’éjaculation. Il est donc important d’apprendre à le découvrir et à le renforcer, via les exercices de Kegel par exemple. Un périnée tonique est un véritable allié d’une sexualité épanouissante. Par ailleurs, les exercices de Kegel permettent aussi de soigner la vessie hyperactive ou l'incontinence urinaire.

Vous pouvez aussi apprendre la respiration sexo-corporelle. Elle permet, via des respirations bien précises, de faire redescendre la pression et de mieux gérer son excitation. L’éjaculation précoce est liée au niveau d’excitation qui grimpe beaucoup trop vite. Ainsi, gérer cette ascension en pleine conscience permet de retarder l’éjaculation et de ne plus être précoce.

Les techniques du stop and go (stopper les va-et-vient juste avant le point de non-retour pour faire redescendre l’excitation) ou du squeeze (comprimer le gland à l’imminence de l’éjaculation pour la bloquer) ne sont pas les plus convaincantes. Elles ne permettent pas, en soi, de mieux contrôler l’éjaculation. En revanche, elles peuvent servir, en complément, à certains hommes précoces pour ressentir l’imminence de l’éjaculation et savoir la repérer par la suite.

Le programme TIME

Le programme TIME (accessible depuis notre menu) est développé par Charles.co. Il permet lui aussi de maîtriser davantage son excitation et son réflexe éjaculatoire. Il s’agit d’une thérapie digitale sur 90 jours. Des exercices physiques et mentaux, conçus par des médecins sexologues, vous sont proposés et vous les réalisez tranquillement chez vous. Un accompagnement personnalisé est également mis en place pour répondre à toutes vos questions. Si cela vous intéresse, vous pouvez tester la première séance gratuitement.

La psychothérapie

Si votre éjaculation précoce est de cause psychologique, alors une psychothérapie s’avère nécessaire. Le stress et l’anxiété impactent fortement la sexualité et la vie quotidienne en général. En cela, se faire aider sur cet aspect est tout à fait légitime. Les thérapies cognitives et comportementales montrent de bon résultat sur la réduction du stress et ses conséquences.

Youtube Video

L’importance d’une consultation en sexologie

Selon un sondage Ifop, 90 % des hommes qui pensent être éjaculateurs précoces n’en ont pas parlé en dehors de leur couple. Cela montre bien à quel point la parole est retenue au sujet de l’éjaculation précoce et des troubles sexuels masculins en règle générale. Associée à un manque de virilité, l’éjaculation précoce fait honte et il n’est pas facile d’en discuter.

Pourtant, comme nous l’avons vu, de nombreux hommes en souffrent et il n’y a aucun mal à consulter pour cela. Les sexologues sont formés pour vous écouter avec bienveillance. Ils peuvent vous apporter des solutions et être un soutien non négligeable. Toutefois, si vous souhaitez rester discret, vous pouvez consulter un sexologue à distance, depuis votre domicile, grâce à Charles.co.

Enfin, nous rappelons tout de même que la pénétration n’est pas au centre du rapport sexuel et, surtout, elle ne le conditionne pas. Les préliminaires et les caresses peuvent constituer à eux-seuls un rapport sexuel satisfaisant. Il y a de nombreuses autres façons de prendre du plaisir, tant pour les hommes que pour les femmes (cf nos conseils pour faire jouir votre partenaire sans pénétration).

Apprenez à retarder votre éjaculation avec un médecin sexologue

Consultation par téléphone, vidéo ou message avec un médecin sexologue.

Recevez un programme d'exercices complets ainsi qu’une ordonnance si nécessaire.

Qui veut être mon associé
icone croix
Découvrez nous sur 
M6
Découvrez le passage de Charles.co sur 
M6
Voir le replayfleche-droite-fine-picto