AccueilBlogISTFaut-il une ordonnance pour un dépistage IST ?

Faut-il une ordonnance pour un dépistage IST ?

Faut-il une ordonnance pour un dépistage IST ?

Lorsqu’on souhaite savoir si l’on est porteur d’une infection génitale, on peut légitimement se demander si une ordonnance pour dépistage IST est nécessaire. Eh bien, oui et non. Tout dépend de l’endroit auquel vous vous rendez pour effectuer vos tests.

On vous explique comment réaliser un test IST et, surtout, on vous dit comment le faire sans ordonnance de dépistage MST entre les mains.

Pourquoi le dépistage des IST/MST est-il important ?

Une IST est une infection sexuellement transmissible, qu’on appelle aussi MST (maladies sexuellement transmissibles). Par définition, elle se transmet par voie sexuelle, lors de rapports sexuels non protégés. Souvent, ces infections génitales sont silencieuses et ne provoquent aucun symptôme. En cela, il est très facile de passer à côté !

Pourtant, non diagnostiquée, vous transmettez l’infection à vos partenaires et, ainsi, elle circule activement. De plus, non traitée, une IST peut être dangereuse pour votre santé. Il est important de noter que certaines infections, une fois contractées, ne vous quittent plus ! La guérison est impossible. D’autres ont parfois des conséquences plus ou moins graves (notamment la stérilité masculine ou féminine). Pour ce qui est du VIH, il va sans dire que son évolution sans traitement est dramatique.

Ainsi, les professionnels recommandent de réaliser un dépistage IST à des moments clés (prise de risque, changement de partenaire, etc) ou de manière régulière si vous avez plusieurs partenaires sexuels, des partenaires occasionnels ou si vous êtes un homme qui a des relations sexuelles avec des hommes (population à haut risque).

Rappelons au passage que le dépistage doit s’accompagner du port systématique du préservatif. Il s’agit de la seule façon de vous protéger de toutes les infections génitales. Toutefois, celui-ci doit être porté correctement : du début à la fin du rapport sexuel, lors des pénétrations vaginales, pénétrations anales, fellations et cunnilingus.

Une ordonnance pour dépistage IST est-elle obligatoire ?

Si vous souhaitez vous rendre dans un laboratoire, public ou privé, alors une ordonnance est nécessaire pour avoir une prise en charge de la sécurité sociale. Sans quoi, vous devrez avancer les frais et ceux-ci ne donneront lieu à aucun remboursement. Par ailleurs, un dépistage IST coûte entre 17 et 25 euros.

L’ordonnance peut être fournie par différents professionnels de santé : médecin traitant, gynécologue, sage-femme, etc.

Bon à savoir : le dépistage du VIH, virus de l’immunodéficience humaine, fait exception à la règle. Il est possible de dépister ce virus sans ordonnance et gratuitement dans tous les laboratoires. Aucun frais ne sera alors à votre charge.

À noter : la durée de validité d’une ordonnance dépistage IST est illimitée.

Quels sont les différents types d’ordonnance pour dépistage IST ?

En fonction des symptômes décrits, votre médecin pourra vous faire différentes ordonnances, en fonction de l’IST suspectée :

  • Un examen clinique des parties génitales : par exemple, l’herpès génital et le papillomavirus peuvent se diagnostiquer de cette manière. En effet, le premier provoque des boutons sur le pénis et la vulve, tandis que le second engendre des condylomes (verrues génitales).
  • Un prélèvement local ou une analyse d’urine : la chlamydia, la gonorrhée, la trichomonase… de nombreuses IST, notamment d’origine bactérienne ou parasitaire, sont détectées de cette manière.
  • Une prise de sang : l’analyse sanguine permet de diagnostiquer certaines IST d’origine virale comme le VIH ou l’hépatite B (VHB), mais aussi la syphilis (sérologie TPHA VDRL).

Ces différents examens permettent donc de dépister les 4 IST les plus fréquentes, mais pas que !

Youtube Video

Dans quels cas demander une ordonnance pour un dépistage IST complet ?

Certains moments de la vie sont de bonnes occasions pour réaliser un bilan IST. L’idée est de faire le point sur votre santé sexuelle afin de dépister une infection qui serait passée inaperçue. Puisque de nombreuses MST sont silencieuses, il ne faut pas attendre d’avoir des symptômes pour faire un check-up.

Ces moments clés sont les suivants :

  • Arrêt du préservatif avec votre partenaire actuel ;
  • nouveau partenaire ;
  • après un rapport sexuel non protégé ;
  • en cas d’accident d’exposition au sang.

Ce sont donc de bonnes opportunités pour demander une ordonnance à votre médecin afin de réaliser des tests.

Toutefois, sachez qu’il est possible d’effectuer un test IST sans ordonnance et gratuit dans certaines structures. D’ailleurs, le dépistage est souvent réalisé sans RDV et de manière anonyme. De quoi permettre à certains de dépasser leurs blocages : honte, peur d’être reconnu ou que l’information soit transmise à l’entourage, etc. D’ailleurs, rappelons qu’être atteint d’une infection génitale n’est pas une honte et qu’il n’y a pas à culpabiliser : une très grosse partie des personnes sexuellement actives rencontreront une infection génitale à un moment ou un autre de leur vie. L’important est qu’elle soit dépistée et traitée.

À lire aussi : qu’est-ce que le traitement PrEP ?

Où se faire dépister gratuitement et sans ordonnance ?

Comme nous le disions, il existe des structures dont l’objectif est de faciliter l’accès au dépistage des IST. Ainsi, il est possible de réaliser des tests sans ordonnance pour dépistage MST dans différents endroits. Ceux-ci sont particulièrement utiles 

Les CeGIDD

Les CeGIDD se définissent comme des Centres Gratuits d’Information, de Dépistage et de Diagnostic des infections par les virus de l’immunodéficience humaine, des hépatites virales et des infections sexuellement transmissibles. Ainsi, il est possible d’y faire un dépistage IST gratuitement et sans ordonnance.

Le dépistage est anonyme. Toutefois, en cas de test positif, il est possible de lever l’anonymat, si vous êtes d’accord, pour assurer un meilleur suivi médical.

Outre les dépistages, les CeGIDD proposent de nombreux services :

  • Consultation d’un sexologue ou d’un psychologue ;
  • Prescription d’une contraception ;
  • Vaccins hépatite B et papillomavirus ;
  • Traitements gratuits pour soigner les IST ;
  • Consultation pour recevoir la PrEP ;
  • Distribution de préservatifs gratuits, etc.

Il existe au moins un CeGIDD par département, ouvert a minima 4 demi-journées par semaine. N’hésitez pas à vous renseigner sur la situation géographique du CeGIDD le plus près de chez vous.

Les CPEF

Les CPEF sont les Centres de Planification et d'Éducation Familiale. Ce sont des lieux d’accueil, d’écoute, de conseils autour de la sexualité. Il est possible d’y réaliser un dépistage IST mais aussi de s’y faire prescrire une contraception ou consulter pour une IVG. Il y en a un peu partout sur le territoire.

Les centres de PMI, associations et PASS

Si les CeGIDD et les CPEF sont les principales structures où réaliser un test sans ordonnance pour un dépistage MST, il en existe d’autres.

En effet, il y a aussi les centres de PMI (Protection Maternelle et Infantile) où sont réalisées des consultations pour la mère et l’enfant, ainsi que des actions de prévention, notamment autour des IST.

Les associations de lutte contre le sida permettent aussi un dépistage gratuit, notamment du VIH. Il s’agit de lieux très engagés autour de la prévention.

Enfin, les PASS (permanences d’accès aux soins de santé) sont là pour permettre aux personnes en situation de précarité d’avoir accès à des dépistages réguliers.

Le cas du VIH, virus d’immunodéficience humaine

Le VIH est une IST puisqu’il s’agit d’une infection génitale d’origine virale qui se transmet principalement lors de relations sexuelles non protégées. Ce virus est souvent silencieux ; il s’installe dans l’organisme et détruit les cellules du système immunitaire, petit à petit, sans que vous ne vous en rendiez compte. Le VIH est responsable de la maladie du sida, le stade final de l’infection. Le système immunitaire est alors impuissant face aux pathologies opportunistes et celles-ci finissent par causer la mort du patient.

Ainsi, le VIH est l’une des IST les plus agressives puisqu’elle est impossible à guérir et que ses conséquences sont très graves, allant jusqu’à la mort. Toutefois, un traitement existe : la trithérapie. Il permet de ralentir l’évolution de l’infection et parfois même d’inhiber la charge virale de sorte que le virus ne soit plus transmissible. C’est là que l’importance d’un diagnostic précoce de l’infection par le VIH prend tout son sens.

Le dépistage du VIH est l’un des enjeux majeurs de la prévention contre le sida. Ainsi, pour le faciliter au maximum, nous avons vu que les laboratoires le réalisent gratuitement et sans ordonnance, de même pour les CeGIDD et les CPEF. Mais ce n’est pas tout !

Les autotests VIH

Pour rendre le dépistage du VIH simple et accessible à tous, il y a les autotests VIH. Ils permettent un auto-dépistage, seul, à domicile. Ils s’achètent en pharmacie, sans ordonnance, permettant à de nombreuses personnes de dépasser la barrière de la consultation. Plus besoin de se rendre en laboratoire ou dans une structure dédiée, le test VIH en pharmacie permet de se rassurer facilement et rapidement puisque le résultat est obtenu en 15 minutes.

Il suffit de prélever une goutte de sang au bout du doigt à l’aide d’un autopiqueur puis de la déposer sur le test avec une dosette de diluant. Le résultat apparaît après 15 minutes, à la façon d’un test de grossesse pour faciliter la compréhension.

Ces bilans sanguins VIH sont efficaces et fiables lorsqu’ils sont réalisés 3 mois après la prise de risque. Un résultat de sérologie HIV1 et HIV2 négatif peut donc vous rassurer si vous n’avez pas été de nouveau exposé au virus dans les 3 derniers mois.

Bon à savoir : les autotests sont en fait des TROD (Tests Rapides d’Orientation Diagnostique) réalisés seul. En effet, le TROD doit être fait par un accompagnateur formé.

Consulter immédiatement un médecin sexologue en ligne

Consultation (téléphone, vidéo ou messagerie privée) avec un médecin sexologue.

Délivrance de fiches conseils et d’une ordonnance  si nécessaire.

icone croix
Qui veut être mon associé
Découvrez le passage de Charles.co sur 
M6
Voir le replayfleche-droite-fine-picto