AccueilBlogISTRésultat de sérologie HIV1 et HIV2 négatif : qu’est-ce que cela signifie ?

Résultat de sérologie HIV1 et HIV2 négatif : qu’est-ce que cela signifie ?

Résultat de sérologie HIV1 et HIV2 négatif : qu’est-ce que cela signifie ?

Alors que le VIH fait partie des 4 IST les plus fréquentes d’origine virale, les résultats des tests de dépistage ne sont pas toujours évidents à lire. Par exemple, que signifie un résultat de sérologie HIV1 et HIV2 négatif ? La peur d’être atteint de cette infection grave rend difficile cette incompréhension. Alors, comment savoir si l’on est porteur du virus ? Existe-t-il des faux négatifs ? On vous explique tout sur la sérologie du virus du sida.

VIH : symptômes et modes de transmission

Le virus de l’immunodéficience humaine (VIH) entraîne une infection qui peut s’avérer très grave. Sa première phase est souvent asymptomatique, bien que certains ressentent des symptômes semblables à ceux d’une grippe. L’infection par le VIH passe souvent inaperçue, et on comprend pourquoi ! S’ensuit une phase silencieuse de plusieurs années durant laquelle le virus est latent dans l’organisme. En toute discrétion, il s’attaque aux cellules immunitaires. Le patient ne ressent aucun symptôme, mais il peut transmettre le virus.

La phase finale de l’infection par le VIH se déclare après 10, 15 parfois 20 ans : c’est le sida (syndrome d'immunodéficience acquise). Lorsque le patient est atteint du sida, son système immunitaire est très affaibli, le rendant alors sujet à de graves pathologies opportunistes qui, souvent, entraînent la mort.

Le VIH se transmet par le sang ou par voie sexuelle. 84 % des personnes infectées l’ont été lors d’un rapport sexuel non protégé. Ainsi, les médecins recommandent de toujours porter un préservatif afin d’être protégé du VIH, mais aussi des autres infections sexuellement transmissibles (chlamydia, syphilis, papillomavirus, etc).

Bon à savoir : vous êtes d’autant plus exposé à une contamination par le VIH si vous êtes déjà infecté par le VHB (virus de l’hépatite B), le VHC (virus de l’hépatite C) ou la syphilis.

On a tendance à penser que seule la communauté homosexuelle est exposée au virus. C’est faux ! Si les hommes ayant des rapports sexuels avec d’autres hommes représentent la population la plus touchée, il n’en est pas moins vrai que toute personne sexuellement active peut rencontrer le virus. Personne n’est à l’abri : personne en couple, femme lesbienne, homme hétérosexuel, etc. Il est important de rester vigilant en toute circonstance et de ne prendre aucun risque.

Pourquoi se faire dépister pour le VIH ?

Comme nous le disions, une infection par le VIH peut arriver à tout le monde. D’ailleurs, on compte des milliers de nouvelles infections chaque année en France. En cela, et parce qu’il est facile de passer à côté de cette infection souvent asymptomatique, il est important de se faire dépister.

Certaines situations se prêtent particulièrement à un dépistage du VIH :

  • Le début d’une nouvelle relation amoureuse ;
  • L’arrêt du port du préservatif avec son/sa partenaire ;
  • Un rapport sexuel non protégé (dès le début, ou bien si le préservatif craque ou s’enlève) ;
  • Des doutes ou des symptômes évoquant l'infection, par exemple un état grippal en dehors des périodes d’épidémie.

Par ailleurs, les spécialistes conseillent de faire un bilan sanguin VIH régulier, tous les 3 mois, si vous avez plusieurs partenaires sexuels ou des partenaires occasionnels.

Le dépistage permet un diagnostic précoce de l’infection et, ainsi, une meilleure prise en charge. On sait que concernant le VIH, il est important de mettre en place un traitement le plus rapidement possible. S’il ne peut pas guérir l’infection, il peut ralentir son développement. De plus, le dépistage permet de diminuer le risque de transmission. Eh oui, une fois que vous n’ignorez plus votre infection, vous pouvez prendre les mesures qui s'imposent pour limiter la transmission du virus aux autres.

Youtube Video

Résultat sérologie HIV1 et HIV2 négatif : comment fonctionne le test sanguin ?

Le dépistage du VIH se fait grâce à un test sanguin. Il faut donc réaliser une prise de sang, de manière classique à la différence près qu’il n’y a pas besoin d’être à jeun.

Le test sanguin recherche la présence des anticorps anti-HIV1 et anti-HIV2 dans le sang. En effet, si votre corps a développé des anticorps dirigés contre le virus, c’est qu’il a été en contact avec ce dernier. Le test recherche également la présence de l’antigène P24, c’est-à-dire qu’il recherche un “morceau du virus”. Ainsi, on parle de test combiné ou de test de 4ème génération puisque les anticorps et l’antigène peuvent être détectés simultanément.

Il existe deux techniques différentes de mise en évidence de ces éléments. Il y a le test Elisa (Enzyme-Linked ImmunoSorbent Assay), qui est généralement effectué en première intention, et le test Western-Blot ou Immuno-Blot, qui est souvent utilisé en test de confirmation, dans un second temps.

Quand réaliser un test VIH ?

Il faut attendre 6 semaines après la prise de risque pour faire un test sanguin de dépistage du VIH. En effet, avant 6 semaines, il est possible d’être porteur du virus mais que cela ne se reflète pas encore dans les résultats sanguins.

Dès 2 à 3 semaines, il est possible de voir des signes d’infection chez de nombreuses personnes. Vous pouvez réaliser le test à ce moment-là, mais il faudra confirmer le résultat au bout de 6 semaines, notamment pour éviter un faux négatif.

Où réaliser un dépistage du VIH ?

Le test sanguin de dépistage du VIH s’effectue dans un laboratoire d’analyses médicales. Si une ordonnance de dépistage IST est nécessaire pour les autres MST pour que la sécurité sociale rembourse le test, cela est totalement gratuit pour le VIH, même sans ordonnance.

Par ailleurs, certaines structures comme les CeGIDD proposent des dépistages gratuits et sans ordonnance du VIH.

Quel est le délai avant d’avoir les résultats du test ?

Le délai avant d’avoir le résultat du test est de 2 à 7 jours, en fonction des endroits. Les résultats vous sont remis en mains propres ou directement envoyés au médecin qui vous a remis votre ordonnance.

Que signifie un résultat de sérologie HIV1 et HIV2 négatif ?

Une fois vos résultats en main, il peut être difficile de comprendre et interpréter les informations inscrites.

De manière très concrète, lorsqu’il est noté “sérologie HIV1 et HIV2 négatif”, cela signifie que vous êtes séronégatif. En d’autres termes, vous n’avez pas d'infection par le virus de l’immunodéficience humaine.

Bon à savoir : HIV et VIH désignent tous deux le virus du sida. HIV correspond à la dénomination anglaise et VIH correspond à la dénomination française. De plus, il y en a deux car il existe deux types de virus du sida. Les tests recherchent donc les anticorps de ces deux types.

Par ailleurs, lorsque vous pouvez lire “antigène P24 négatif”, cela signifie que le test ne retrouve pas de particule du virus dans votre sang.

À lire aussi : qu’est-ce que la PrEP ? À quoi sert le traitement PrEP ?

Résultat sérologie HIV1 et HIV2 négatif : existe-t-il des faux négatifs ?

Le test sanguin est totalement fiable si vous n’avez pas eu de nouvelle prise de risque dans les 6 dernières semaines. Puisqu’aucun test ne peut assurer une efficacité de 100%, les faux négatifs existent mais ce sont des situations très exceptionnelles.

Est-il possible d’être positif, puis négatif sur le test suivant ? Oui, cela arrive, mais c’est très très rare. Quoi qu’il en soit, un test positif est toujours confirmé ou infirmé par une seconde prise de sang.

Youtube Video

Les tests TROD et autotests VIH

Les tests de sérologie VIH en laboratoire ne sont pas les seuls moyens de dépister le VIH. Il existe aussi les TROD, Tests Rapides d’Orientation Diagnostique. Réalisé par une personne tierce (par exemple un bénévole d’une association formé à la réalisation de ces tests), ce test permet d’avoir un résultat en 15 minutes ! Il recherche la présence des anticorps anti-VIH dans le sang. Très simple d’utilisation, il suffit de déposer une goutte de sang, prélevée à l’aide d’un autopiqueur, sur le test avec du diluant. Ensuite, il suffit de patienter 15 minutes avant de lire le résultat à la façon d’un test de grossesse.

Ces tests sont aussi disponibles en vente libre en pharmacie ; on parle alors d’autotests VIH. Le procédé est exactement le même. Ces tests VIH en pharmacie vous permettent de réaliser un auto-dépistage seul, à domicile et en toute discrétion. Il n’y a pas besoin d’ordonnance pour s’en procurer. Ils coûtent entre 10 et 30 euros, non remboursés par la sécurité sociale.

Ces tests sont tout aussi efficaces qu’une prise de sang. Le résultat est fiable si vous n’avez pas eu de nouvelle prise de risque dans les 3 derniers mois.

Que faire lorsqu’on découvre que l’on est séropositif ?

Lorsque le test VIH se révèle positif, il est normal de se sentir démuni. Que faire ? Qui consulter ? Puis-je en guérir ? Voilà autant de questions qu’il est normal de se poser.

En cas de test positif, consultez un médecin dans les plus brefs délais. Celui-ci pourra vous prescrire un test de confirmation afin de poser définitivement le diagnostic d’infection par le VIH. Ensuite, il faudra évaluer votre charge virale (ARN VIH).

Très vite, un traitement doit être mis en place : la trithérapie. Il s’agit d’une combinaison d’antiviraux qui, prise à vie, permet d’améliorer considérablement la qualité de vie des personnes séropositives. Elles peuvent alors vivre normalement et aussi longtemps que les personnes non infectées. Le traitement permet de ralentir l’évolution de la maladie et des complications qui s’y associent. Lorsque la charge virale est indétectable depuis plus de 6 mois (grâce au traitement), le virus ne peut plus se transmettre ; le patient peut alors avoir une vie sexuelle normale et même avoir des enfants s’il le souhaite.

Vous l’aurez compris, le traitement permet de freiner l’infection et de retarder au maximum la phase sida, mais il ne permet malheureusement pas de guérir l’infection. Lorsque vous avez contracté le virus du sida, celui-ci ne vous quitte plus ; une guérison du VIH n’est pas possible.

En cela, il peut être difficile pour certaines personnes d’accepter cette fatalité. Souffrir d’une maladie incurable n’est pas anodin, qui plus est lorsqu’il s’agit d’une infection sujette à de nombreuses idées reçues. Ainsi, un suivi psychologique peut être utile pour gérer au mieux cette épreuve et apprendre à vivre avec le VIH.

Consulter immédiatement un médecin sexologue en ligne

Consultation (téléphone, vidéo ou messagerie privée) avec un médecin sexologue.

Délivrance de fiches conseils et d’une ordonnance  si nécessaire.

Qui veut être mon associé
icone croix
Découvrez nous sur 
M6
Découvrez le passage de Charles.co sur 
M6
Voir le replayfleche-droite-fine-picto