IST

Articles

Herpès génital chez l’homme : traitements, protection et prévention
Herpès génital chez l’homme : traitements, protection et prévention

Deux virus sont responsables de l’herpès : le type 1 (ou HSV 1), responsable des infections à la bouche (le fameux « bouton de fièvre »), sur les lèvres ou à l’œil ; et le type 2 (HSV2), responsable particulièrement de l’herpès sur le pénis.

Comment soigner les boutons sur le pénis ?
Comment soigner les boutons sur le pénis ?

Des boutons sur le pénis peuvent avoir plusieurs causes : parfois, il s’agit simplement d’une mycose du gland (balanite), mais il peut aussi s’agir d’une IST, qui sont nombreuses à avoir ce genre de symptômes.

Mycose du pénis : quelles sont les causes et comment se soigner ?
Mycose du pénis : quelles sont les causes et comment se soigner ?

Le terme exact pour parler d’une mycose génitale masculine (mycose du pénis) est balanite. En fait, cette affection est due à un champignon : le C. Albicans (dans de rares cas tropicalis et kruse) et se localise plutôt sur les muqueuses – le gland du pénis.

Tout savoir sur les autotests VIH
Tout savoir sur les autotests VIH

Un autotest VIH contribue à dépister du virus du sida (VIH), par un prélèvement de sang au bout du doigt, grâce à un autopiqueur.

Son prix est variable, selon les pharmacies, entre 25 et 30euros.

Papillomavirus : symptômes, causes, traitements
Papillomavirus : symptômes, causes, traitements

Il y a à l’origine du papillomavirus, qu’on nomme aussi HPV (Human Papilloma Virus), deux classes de virus : ceux à l’origine des verrues (condylomes acuminés) et ceux responsables de condylomes plans, des verrues non visibles à l’œil nu.

VIH : où en sommes nous ? Quelle prévention et quels traitements ?
VIH : où en sommes nous ? Quelle prévention et quels traitements ?

Le VIH fait partie des pires pandémies de l’histoire de l’humanité avec des millions de morts.

Découvert dans les années 1970, l’épidémie est vite devenue un problème sanitaire mondial.

Il n’existe actuellement aucun vaccin, et tout repose sur la prévention ou les traitements, permettant notamment à une personne infectée de ne plus être contaminante et de mener une vie « normale ».

Pour autant, les traitements ne permettent pas encore de guérir du VIH ; ils peuvent cependant stopper la prolifération du virus dans l’organisme, sans toutefois le détruire.

Gonorrhée : symptômes, causes, traitements
Gonorrhée : symptômes, causes, traitements

La gonorrhée ou blennorragie ou encore « chaude-pisse » ou « chtouille » dans le langage familier, est une Infection sexuellement transmissible (IST) très répandue.

L’infection est due à une bactérie appelée gonocoque de Neisser ou Neisseria gonorrhoeae.

Elle porte le nom de son découvreur, le scientifique Albert Neisser.

Cette infection touche principalement les organes génitaux et urinaires. Elle est souvent accompagnée de douleurs au niveau de ces organes, du rectum, de l’anus ou de la gorge.

Non-traitée, elle engendre des complications.

Depuis quelques décennies, la gonorrhée présente de plus en plus de souches résistantes aux antibiotiques ; elle se guérit bien, mais cela reste inquiétant au vue de l’augmentation des cas dans le monde.

Chlamydia : symptômes; causes, traitements
Chlamydia : symptômes; causes, traitements

L’infection uro-génitale à chlamydia trachomatis est très fréquente. Elle touche un public plutôt jeune ; les 15-34 ans, aussi bien les hommes que les femmes.

Souvent asymptomatique, elle rend son diagnostic compliqué ; on peut transmettre cette infection sans le savoir à un partenaire.

Lorsqu’elle s’installe et persiste, la chlamydia peut pourtant entrainer de sévères complications : stérilité, prostatite, épididymite…

Charles dresse le portait de cette IST bactérienne la plus répandue.

Hépatite B : symptômes, causes, traitements
Hépatite B : symptômes, causes, traitements

L’hépatite B se transmet par un virus (VHB) et se caractérise par une infection du foie ; elle est la maladie sexuellement transmissible (MST) la plus répandue dans le monde : 2 milliards de personnes ont été contaminées.

Même si elle guérit généralement d’elle même, beaucoup de personnes peuvent ignorer qu’elles sont infectées par le virus de l’hépatite ; chronique, elle peut être la cause d’une cirrhose ou dans les cas les plus sévères, d’un cancer du foie.

Il existe un vaccin préventif obligatoire pour tous les nourrissons.

L’hépatite B fait chaque année entre 700 000 et 1 million de morts et n’est donc pas à prendre à la légère.

On estime par ailleurs que 240 millions de personnes sont porteuses de l’hépatite B, sans le savoir, et que leur infection est chronique.

Syphilis : symptômes, causes, traitements
Syphilis : symptômes, causes, traitements

L’origine de la syphilis fait encore débat de nos jours ; ce qui est sûr, c’est que cette infection sexuellement transmissible (IST) est très ancienne.

Il existe deux grandes théories à ce sujet : une théorie affirme que ce sont les marins de Christophe Colomb qui ont ramené la syphilis des Antilles ; d’autres pensent que l’infection existait déjà depuis la préhistoire, mais qu’elle a été associée à diverses maladies, notamment à la lèpre.

C’est en 1905 que l’on découvre le germe responsable de la syphilis : le Treponema pallidum.

Quasiment éradiquée au XXème siècle grâce à la pénicilline, la syphilis est en recrudescence depuis quelques années, notamment à cause d’un relâchement de la prévention.

Bref retour historique sur cette IST, qui fit des ravages pendant de nombreux siècles.

PrEP : qu’est-ce que c’est ?
PrEP : qu’est-ce que c’est ?

Quelle est la taille moyenne d’un penis en France et dans le monde ? Comment mesurer son penis scientifiquement pour avoir sa vraie longueur ?

Herpès : symptômes, causes, traitements
Herpès : symptômes, causes, traitements

Il existe deux types d’herpès ; un sexuellement transmissible (HSV-2) et un autre simplement par contact buccal (HSV-1).

C’est une maladie virale et contagieuse, qui lorsqu’elle se déclare, est responsable d’affection de la peau ou des muqueuses.

Cela se traduit par une crise d’éruption vésiculeuse de petits boutons groupés.

Généralement, les crises sont plutôt espacées dans le temps et peuvent durer jusqu’à 15 jours ; des facteurs comme le stress, l’anxiété, l’exposition au soleil ou une baisse d’immunité, peuvent être des éléments déclencheurs d’une poussée d’herpès.

La maladie n’est pas grave pour une personne en bonne santé mais elle peut s’avérer plus sévère chez les patients souffrant d’immunodéficience, les femmes enceintes ou les nouveau-nés.

Une personne infectée ne se débarrasse jamais complètement de ce virus et continuera d’être potentiellement contagieuse, même en dehors des périodes de crises.

Par ailleurs, l’herpès peut être très mal vécu chez des personnes dont les poussées sont fréquentes ; il y a encore beaucoup de discrimination et de stigmatisation.

Sensibiliser sur les IST

Parce qu’elles sont en recrudescence depuis un certain nombre d’années, notamment à cause d’un relâchement du port du préservatif ou d’une prévention moindre due à la disparition de certaines IST, cette page est fondamentale pour accompagner les hommes et les femmes dans leur sexualité. La plupart des IST se soigne bien, lorsqu’elles sont découvertes à temps. Cependant, certaines sont incurables et asymptomatiques, d’où l’importance de revenir sur plusieurs d’entre elles, comme le virus du sida (VIH), les hépatites, l’herpès génital ou encore le virus du papillomavirus, qui reste dissimulé dans l’organisme.

Rappeler les bonnes pratiques

Il est donc justifié de rappeler l’importance des dépistages réguliers lorsqu’on a une sexualité active et plusieurs partenaires. Nous revenons sur les situations à risque, les populations concernées, que ce soit les hommes, les femmes, et leurs tranches d’âges. A titre d’exemple, les hommes et les femmes jeunes, au début de leur vie sexuelle, sont les individus les plus touchés par les IST. Alors, il est important de connaître les risques que l’on prend lors d’un rapport sexuel non-protégé, les symptômes qui doivent alerter, afin de permettre un diagnostic et un traitement efficace. La meilleure des protection reste encore le préservatif masculin ou féminin, mais il existe maintenant différents traitements de prévention associés : la PrEP ou les traitements post-exposition au virus du VIH, par exemple.

Combattre la stigmatisation et les fausses croyances

Enfin, nous voulons aussi lutter contre certaines fausses croyances ou mythes, qui nuisent non seulement à la prévention, mais stigmatisent encore trop souvent les individus ; être porteur ou porteuse d’une IST, ne veut pas dire que l’on restera contaminant toute sa vie. Pour cela, il faut se soigner et bénéficier des traitements adéquats. Par exemple, concernant le virus du VIH, trop peu de pays permettent un accès facile et rapide aux soins. Pourtant, sous traitement, une personne séropositive ne peut plus transmettre le VIH. Il en de même pour le virus de l’herpès, qui reste endormi dans l’organisme : hors période de poussée et de lésions, une personne infectée ne peut pas transmettre le virus.

Orienter et donner des solutions

Il faut donc connaître les bons gestes et les bonnes attitudes à avoir, et surtout ne pas retarder un éventuel dépistage à cause d’une pression sociale ou d’une quelconque stigmatisation. Nous avons la chance en France d’avoir un accès aux soins, une prise en charge et des traitements de qualité. Il existe même des Centres gratuits d'information, de dépistage et de diagnostic (CeGIDD) pour permettre à tout le monde de se faire dépister. Restez informés continuellement, et surtout, ne prenez pas de risques inutiles ! Toute l’équipe de Charles.co reste à votre entière disposition, L’équipe de Charles