AccueilBlogISTExiste-t-il un nouveau traitement pour l’hépatite B en 2020 ?

Existe-t-il un nouveau traitement pour l’hépatite B en 2020 ?

Existe-t-il un nouveau traitement pour l’hépatite B en 2020 ?

Alors que l’infection par le VHB circule toujours en France, existe-t-il un nouveau traitement pour l’hépatite B en 2020 ? Si certaines infections guérissent spontanément, d’autres sont à ce jour toujours incurables. Comment évolue la recherche ? Aurons-nous un jour la possibilité de guérir d’une hépatite B chronique ? On vous explique tout.

Nouveau traitement hépatite B 2020 : symptômes et complications de la maladie

L’hépatite B correspond à une infection par le VHB, virus de l’hépatite B. Elle s’attaque au foie et provoque environ 1500 décès par an en France.

La plupart du temps, l’infection est asymptomatique et, en cela, de nombreuses personnes ignorent qu’elles sont porteuses du virus. Toutefois, elle peut parfois présenter une phase aiguë avec des symptômes tels qu’une fatigue extrême, des nausées et vomissements, des douleurs abdominales et parfois même un jaunissement des yeux et de la peau.

Après cette première phase, de nombreuses hépatites B guérissent spontanément alors que d’autres, au contraire, deviennent chroniques. Chez l’adulte, le passage à la chronicité ne concerne que 10 % des infections contre 90 % chez les enfants. On estime qu’une hépatite B est devenue chronique lorsque l’antigène HBs est toujours présent dans le sang plus de 6 mois après l’infection.

Cette phase chronique se manifeste de différentes façons, selon les individus :

  • Portage inactif : le virus est bel et bien présent dans l’organisme, mais il n’engendre aucune lésion du foie.
  • Hépatite chronique active : il y a une réaction inflammatoire du foie qui peut entraîner une fibrose, puis une cirrhose, puis un cancer hépatique.

Bon à savoir : dans le cas d’une hépatite chronique active, certains facteurs favorisent l’évolution de la pathologie vers le cancer. Il s’agit de la consommation de tabac, d’alcool, du surpoids ou encore d’une infection par d’autres virus comme le VHC, le VHD ou le VIH.

Comment se transmet l’hépatite B ?

L’hépatite B est due au VHB, le virus de l’hépatite B. Le VHB se transmet de différentes manières :

  • De la mère à l’enfant lors de l’accouchement ;
  • par contact entre une muqueuse et un liquide biologique contaminé tel que le sperme, le sang, les sécrétions vaginales, etc.

L’hépatite B est donc une IST, infection sexuellement transmissible. Cela signifie qu’il est possible de contracter le virus lors d’un rapport sexuel non protégé avec une personne infectée. Pénétration vaginale, pénétration anale ou sexe oral, voilà autant de pratiques à risque lorsqu’aucune protection n’est utilisée.

Le VHB a la particularité d’être extrêmement transmissible. Par exemple, le risque de contracter le virus lors d’un rapport sexuel non protégé avec une personne infectée est 100 fois plus élevé que pour le VIH. Concernant la contamination par le sang, le risque de contraction du virus lors d’une exposition à du sang infecté est de 30 % pour le VHB, contre 0,3 % pour le VIH et 3 % pour le virus de l’hépatite C. Ainsi, le pouvoir contaminant du VHB est immense.

À noter : une infection par le VHB vous expose à une contamination par le VHD. En effet, le virus de l’hépatite D ne peut vous infecter uniquement si vous avez déjà contracté le VHB.

Youtube Video

Nouveau traitement hépatite B 2020 : comment poser le diagnostic ?

C’est dans le sang que l’on peut détecter la présence du virus. Ainsi, il faut faire une analyse sanguine, en laboratoire d’analyses médicales ou en CeGIDD par exemple, pour diagnostiquer une infection par le VHB. Le test recherche précisément la présence de l’antigène de surface de l’hépatite B : l’antigène HBs ou HBsAg.

La période d’incubation du VHB est de 60 à 90 jours. Ainsi, il faut attendre 2 à 3 mois après la prise de risque pour faire le test afin d’avoir un résultat fiable. Avant cela, l’infection ne sera pas visible dans les tests sanguins.

En cas de test positif, il faudra préciser le diagnostic pour adapter la prise en charge. L’infection est-elle en phase aiguë ou chronique ? Le foie est-il touché ? Le médecin prescrit un PCR pour connaître la charge virale du patient et une échographie du foie pour repérer d’éventuelles lésions.

À lire aussi : le traitement PrEP, c’est quoi ?

Quelle est la prise en charge classique de l’hépatite B ?

Sachez qu’il est possible de guérir de l’hépatite B. D’ailleurs, dans environ 90 % des cas, l’infection guérit spontanément et le virus est éliminé. En revanche, lorsque l’infection est devenue chronique, il n’est plus possible de se débarrasser du VHB.

Il existe tout de même un traitement pour les infections chroniques. Il est généralement à base de deux antiviraux, l’Entécavir et le Ténofovir. Ils sont administrés à vie, par voie orale, à raison d’un comprimé par jour. Vous l’avez compris, le but de ce traitement n’est pas de guérir l’infection, mais plutôt de stopper la multiplication virale. En effet, cela permet une baisse de l’inflammation hépatique, une diminution du tissu cicatriciel (fibrose) et, par conséquent, une diminution des complications liées à l’infection comme la cirrhose ou le cancer hépatique. Autrement dit, le traitement permet d’obtenir une viro-suppression mais pas l’élimination virale ; le virus pose bien moins de problèmes mais il est toujours présent.

À lire aussi : que signifie un résultat de sérologie HIV1 et HIV2 négatif ?

Peut-on trouver un nouveau traitement pour l’hépatite B en 2020 ?

Tout l’enjeu de la recherche autour de l’hépatite B est désormais de parvenir à guérir l’hépatite B. En effet, il existe déjà un vaccin pour se protéger d’une infection. Cependant, en cas de contraction du virus et de passage à la chronicité, il n’existe pas encore de solution pour une guérison complète.

Ainsi, la communauté scientifique se penche actuellement sur l’identification de nouvelles cibles antivirales et d’immunothérapie pour parvenir à guérir l’hépatite B par des traitements de courte durée. Elle a déjà identifié de nouveaux agents antiviraux et de nombreuses molécules sont déjà en évaluation pré-clinique ou clinique.

Des nouvelles approches sont donc en phase d’étude. Certaines utilisent des inhibiteurs de l’entrée du virus dans les hépatocytes, d’autres des inhibiteurs de l’assemblage des particules virales et d’autres encore des inhibiteurs de la manipulation du système immunitaire de l’hôte. Ces nouvelles molécules ne devraient pas être disponibles avant 2025 mais cela donne de beaux espoirs quant à la découverte d’un traitement efficace.

Hépatite B : les moyens de prévention en 2020

Si nous n’avons pas encore les moyens de guérir l’hépatite B chronique, nous avons d’ores et déjà en 2020 des moyens de prévention efficaces. La vaccination, le dépistage et le préservatif permettent de se protéger du VHB et, ainsi, d’en limiter la propagation.

La vaccination

La communauté scientifique a développé un vaccin contre l’hépatite B. Celui-ci protège à hauteur de 98 à 100 % d’une infection par le virus. S’agissant d’une infection grave pouvant détériorer le foie, les professionnels recommandent la vaccination chez tous les individus. D’ailleurs, en France depuis 2018, il s’agit d’un vaccin obligatoire chez les nourrissons dès 2 mois.

Si vous êtes adulte et non vacciné, vous pouvez le faire en rattrapage. D’ailleurs, les médecins le conseillent vivement si vous faites partie des personnes fortement exposées au virus ou si vous prévoyez un voyage dans une région du monde où il circule beaucoup.

Quelle que soit la pathologie, le vaccin est un moyen efficace de lutter contre sa propagation. Concernant l’hépatite B, le vaccin a fait ses preuves : selon les dernières estimations de l’OMS, la part des enfants de moins de 5 ans présentant une hépatite B chronique dans le monde est passée d’environ 5 % à l’ère pré-vaccinale (1980-2000) à un peu moins de 1 % en 2019.

Le dépistage

VHB, VHC, chlamydia, gonorrhée, VIH, trichomonase, syphilis… Toutes ces infections doivent faire l’objet d’un dépistage régulier. Il est très fréquent d’ignorer son infection, notamment lorsque celle-ci est silencieuse comme l’est généralement l’hépatite B. Ainsi, pour s’assurer un diagnostic précoce, il est important de se faire dépister, même en l’absence de symptôme.

Vous pouvez réaliser un test IST, une sérologie VIH et un dépistage des hépatites virales en simultanée dans un laboratoire d’analyses médicales. Une ordonnance de dépistage IST est alors nécessaire pour se faire rembourser, sauf pour le virus du sida. Toutefois, en vous rendant dans un CeGIDD, vous pourrez bénéficier d’un dépistage de l’hépatite B gratuitement et sans ordonnance.

D’après l’OMS, en 2019, sur le total estimé de personnes infectées par le VHB dans le monde, seuls 10 % avaient connaissance de leur état ! D’où l’importance d’un dépistage tous les 3 mois pour les personnes les plus à risque (personnes immunodéprimées, multipartenaires, toxicomanes, etc) et tous les ans pour les autres.

En cas de prise de risque connue, il convient de faire un dépistage dès que possible (c’est-à-dire après la période d’incubation, au risque d’avoir un faux négatif !).

Le préservatif

Le port du préservatif est un moyen très efficace de se protéger d’une infection sexuellement transmissible comme l’hépatite B. Il convient alors de porter un préservatif masculin ou un préservatif féminin lors de pénétrations vaginales, anales ou lors de fellations.

Pour ce qui est du cunnilingus, il s’agit également d’une pratique à risque. Vous pouvez vous protéger grâce à une digue dentaire (sorte de carré de latex à poser sur la vulve en guise de barrière entre le sexe et la bouche). Sachez que si votre partenaire est en période de menstruations, le risque de contamination lors d’un cunnilingus est décuplé !

Consulter immédiatement un médecin sexologue en ligne

Consultation (téléphone, vidéo ou messagerie privée) avec un médecin sexologue.

Délivrance de fiches conseils et d’une ordonnance  si nécessaire.

icone croix
Qui veut être mon associé
Découvrez le passage de Charles.co sur 
M6
Voir le replayfleche-droite-fine-picto