AccueilBlogÉrectionÉjaculation sans érection : faut-il s’inquiéter ?

Éjaculation sans érection : faut-il s’inquiéter ?

Éjaculation sans érection : faut-il s’inquiéter ?

Il arrive parfois que l'éjaculation se produise sans érection, tout comme l’érection peut survenir en dehors d’un rapport sexuel ou d’une stimulation sexuelle (érections nocturnes et matinales, involontaires…). L’éjaculation peut aussi se produire la nuit, on appelle ça une “éjaculation nocturne”. 

Pourtant, l’éjaculation masculine et l’orgasme sont souvent associés d’un point de vue physiologique. En réalité, ce sont deux mécanismes complexes et différents. 

Toutefois, il est vrai que lorsque l’éjaculation survient, le pénis masculin est le plus souvent en érection. Comment expliquer alors une éjaculation sans érection lors d’un rapport sexuel ? Faut-il s’inquiéter ? Et comment différencier un trouble de l’érection d’un trouble de l’éjaculation ? 

Charles fait le point. 


Problèmes d'érection ? Consultez un médecin médecin sexologue en ligne sur Charles.co

Télé-consultation (téléphone, vidéo ou messages) avec un médecin sexologue (35€).

Délivrance d’une ordonnance si nécessaire.


Éjaculation sans érection : définition, troubles de l’éjaculation

Le schéma classique amenant l’homme à l’éjaculation ou à l’orgasme comprend généralement :

  1. une phase de désir ;
  2. Une phase d’excitation ;
  3. Puis une phase de résolution : l’orgasme. 

Si l'éjaculation est souvent considérée comme la concrétisation de l’orgasme, nous savons depuis quelques années que le moment d'excitation le plus fort, d’un point de vue physiologique, n’est pas nécessairement celui de l'éjaculation.

En d’autres termes, le pic de l’orgasme (s’il est défini comme l'apogée de l’excitation sexuelle) peut aussi se produire avant l’éjaculation. Et donc nécessairement, l’érection n’est pas une condition sine qua non à l’orgasme ou à l’éjaculation. 

D’ailleurs, il existe différents types d’orgames (prostatique, éjaculatoire…) de différentes intensités. Mais plus précisément, comment fonctionne l’éjaculation ?

Éjaculation masculine : définition 

L’éjaculation désigne l’expulsion du sperme (2 à 5 ml) à travers l’urètre jusqu’au méat urinaire. Cette éjaculation s’accompagne le plus souvent de l’orgasme, caractérisé par le pic de l’excitation sexuelle

Ce réflexe répond à un mécanisme qui implique le système hormonal, le système nerveux, ainsi que plusieurs structures glandulaires, des canaux et des muscles lisses ou striés. 

L’éjaculation est en fait le résultat d’une réaction en chaîne progressive : naissance du désir, phase d’excitation (qui se caractérise par l’érection), la survenue de l’orgasme et de l’éjaculation de sperme. 

Cette réaction en chaîne, plus ou moins contrôlable, se manifeste en deux temps : 

  • Suite à une stimulation sexuelle des organes génitaux et notamment du pénis, le liquide séminal (composé des spermatozoïdes) s’accumule dans l’urètre postérieure : on parle de la phase d’émission de l’éjaculation ; 
  • Puis la phase d’expulsion : le sphincter strié de l’urètre s’ouvre, permettant au sperme d’être expulsé à travers le méat urétral lors des contractions des muscles du périnée ; 

La commande physiologique de l’éjaculation est orchestrée par des centres nerveux, du cerveau à la moelle épinière.

Un trouble de l’éjaculation peut donc venir d’un déficit dans le processus de production de sperme, ou alors d’une défaillance des mécanismes menant à l'expulsion du sperme vers l’extérieur. 

Les différents troubles de l’éjaculation 

Le principal trouble de l’éjaculation concerne l’éjaculation précoce. On parle d’éjaculation précoce lorsque l’éjaculation chez un homme survient 1 à 2 min avant ou après la pénétration, de manière incontrôlée, depuis au moins 3 à 6 mois. 

Ce trouble peut induire une souffrance psychologique et émotionnelle et cause parfois d’autres troubles sexuels, comme une dysfonction érectile

Mais à l’inverse, une dysfonction érectile peut aussi être à l’origine d’une éjaculation précoce. On peut l’expliquer par le manque de confiance ou l’état de stress lié à la difficulté à obtenir une érection satisfaisante. 

Ce qui explique que parfois, l’éjaculation puisse se produire sans avoir érection (nous reviendrons plus loin sur cet aspect). 

Les autres troubles de l’éjaculation (en dehors des troubles de l’orgasme) sont assez rares et concernent :

  • L’aspermie : il s’agit de l’absence d’émission de sperme, malgré la phase d’expulsion qui s’ensuit correctement ; on peut aussi parler “d’orgasme à sec” ;
  • L’éjaculation rétrograde : l’orgasme est aussi conservé, mais à la différence de l’aspermie (absence de sperme lors de l’éjaculation), le sperme est expulsé dans la vessie lors de la phase d’expulsion. Elle peut être confondue avec l’aspermie sans diagnostic médical ;
  • Une anéjaculation ou l’éjaculation retardée : la définition est subjective et dépend aussi des hommes, mais il s’agit de “l’absence complète d’éjaculation pendant l’activité sexuelle, malgré des érections normales et des émissions (éjaculations) nocturnes”. En fait il s’agit de la difficulté à éjaculer lors des rapports sexuels, malgré un bon fonctionnement organique de la fonction éjaculatoire et de l’érection. Souvent, l'éjaculation est possible dans d’autres situations (lors de la masturbation, involontaires la nuit, etc.) ;   
  • Une éjaculation douloureuse : ce cas nécessite une prise en charge particulière. Notamment pour distinguer si la douleur survient avant ou après l’éjaculation.

Éjaculation sans érection : définition, trouble de l’érection

L’érection peut être définie simplement comme “un gonflement et mise sous tension du pénis pour permettre la pénétration : elle est donc initialement prévue pour la reproduction, comme beaucoup de choses sexuelles”, nous informe Gilbert Bou Jaoudé, médecin sexologue. 

Or, nous savons depuis longtemps que sexualité et reproduction sont des choses bien distinctes. Si la pénétration est nécessaire pour se reproduire, elle ne l’est pas nécessairement pour prendre du plaisir sexuellement.

En résumé, un trouble de l’érection sera aussi considéré de façon subjective et propre à chaque homme. Il n’y a pas donc dans la définition de la dysfonction érectile des critères objectifs, de rigidité ou de durée de l’érection. 

Et c’est normal, puisque selon les hommes, la pénétration peut occuper plus ou moins de place. Et il est tout à fait possible de s’adapter et développer d’autres pratiques sexuelles ou jeux érotiques. 

A l’inverse, certains hommes sont gênés à la moindre diminution de la qualité de l’érection, si la pénétration joue un rôle important dans leur sexualité. 

Comment fonctionne l’érection ?

L’érection est tout d’abord déclenchée par le cerveau, suite à une stimulation sexuelle, une excitation, une pensée ou encore une pulsion ; cela est très variable d’un individu à l’autre. 

En tous cas, cette stimulation sexuelle déclenche dans le cerveau un influx nerveux. Cet influx va transporter l’information jusqu’au pénis, en passant par la moelle épinière. Cet influx nerveux va ensuite libérer plusieurs molécules chimiques, et en particulier le monoxyde d’azote (NO). 

Le monoxyde d’azote déclenche à son tour toute une cascade chimique aboutissant à la diminution du calcium dans les cellules des muscles qui entourent les artères du pénis. Et quand le calcium diminue, les muscles des artères du pénis se relâchent, et les artères s’ouvrent. Le sang s’engouffre ensuite dans le pénis et provoque son gonflement, sa mise sous tension. 

Le sang continue ensuite d’entrer et sortir du pénis, pour permettre son oxygénation. Et cela permet aussi au pénis en érection de se maintenir dans la durée.

Donc, pour avoir une bonne érection, il faut :

  1. Avoir de l’excitation et du désir ;
  2. Un système neurologique qui fonctionne  correctement pour transmettre l’information du cerveau vers le pénis par la moelle épinière ;
  3. Un système cardiovasculaire, notamment des veines, des artères et les muscles autour du pénis qui fonctionnent bien. 
  4. Et dernièrement, un bon équilibre hormonal est nécessaire à l’érection. 

Tout ce qui peut venir perturber l’un de ces différents points, peut perturber l’érection. 

Troubles de l’érection : définition 

Au sein même de la définition de la dysfonction érectile, la notion de subjectivité est donc très importante avec des critères assez précis, sans pour autant être objectifs. Il s’agit de “ l’impossibilité ou la difficulté à obtenir ou à maintenir, une érection suffisante pour un rapport sexuel satisfaisant.

La notion de rapport sexuel satisfaisant est relative, car elle n’implique pas nécessairement la pénétration, et surtout, parce que tous les hommes n’ont pas les mêmes critères de satisfaction d’un rapport sexuel. 

C’est-à-dire, qu’un homme qui juge son érection suffisante pour avoir des rapports sexuels (pénétrants ou non), ne souffre tout simplement pas de problèmes d’érection. 

En revanche, à partir du moment où l’on juge que son érection n’est pas suffisamment rigide ou qu’elle ne se maintient pas suffisamment longtemps, bref qu’elle gêne la sexualité et la pénétration, alors il est conseillé de consulter un médecin sexologue en ligne. 

Il existe notamment un questionnaire médical détaillé (IIEF ou l’Index International de la Fonction Érectile) permettant d’évaluer la qualité de l’érection

Dans tous les cas, la notion de subjectivité est primordiale et orientera fortement le diagnostic médical. Et comme tout problème sexuel, celui-ci doit au moins être installé depuis 3 à 6 mois pour nécessiter une prise en charge. 

Tout le monde peut en effet traverser des périodes où l’état de forme général (physique, psychologique) est moins bon, ce qui peut occasionner des difficultés érectiles, le plus souvent passagères. 

Éjaculation sans érection  : éjaculation précoce ou trouble de l’érection ?

Si nous avons rappelé les définitions, le fonctionnement, et les dysfonctions de l’éjaculation ou de l’érection, c’est parce que beaucoup d’hommes se posent des questions lorsque leur éjaculation survient en dehors du schéma classique de l’excitation et de l’érection. 

Donc, cela engage en réalité les deux définitions que nous avons soulignées : doit-on parler d’éjaculation précoce ou de trouble de l’érection ? Ou bien, est-ce normal, et faut-il ne pas s'inquiéter ? 

En fait, c’est surtout le contexte qui orientera la réponse à ces questions et la notion de gêne ou de souffrance.

L'éjaculation nocturne et indirecte

Mais rappelons déjà plusieurs situations où un homme peut éjaculer sans avoir nécessairement une érection (ou en dehors d’une stimulation directe) :

  • Lors de la nuit : c’est ce qu’on appelle les éjaculations nocturnes (ou émissions nocturnes) et cela ne représente aucun danger. Il s’agit d’un réflexe naturel tout à fait normal, qui survient le plus souvent au début de la vie sexuelle ;
  • Chez certains hommes, l’orgasme prostatique peut s'accompagner d’une éjaculation, sans que le pénis ne soit nécessairement en érection. En fait la stimulation de la prostate déclenche la phase d'émission du sperme ;

Donc, en soi, éjaculer sans avoir une érection est tout à fait possible et ne présente aucun problème si cela ne gêne pas la sexualité. En revanche, cela peut nécessiter une consultation médicale si on éprouve une gêne, voire une souffrance.

Dans le cas qui nous intéresse, un homme peut être gêné par la survenance de l’éjaculation et en même temps par la qualité de son érection. Il peut donc être intéressant de consulter un médecin sexologue en ligne si on éprouve une gêne.

Notamment parce que la dysfonction érectile peut être à l’origine d’une éjaculation précoce, tout comme l'expérience de l’éjaculation précoce peut conduire à des problèmes d’érection. Sortir de ce cercle vicieux est parfois délicat, puisque l’expérience de l'échec alimente le trouble sexuel. 

Il est donc conseillé d’en parler à un médecin pour avoir davantage de visibilité et un diagnostic.

Quels sont les traitements contre les troubles de l’érection et de l’éjaculation précoce ?

Les problèmes d’érection font partie des troubles sexuels qui se soignent le mieux. Le traitement de première intention repose sur la prescription des médicaments (comprimés par voie orale) appartenant à la classe médicamenteuse des IPDE5 (Inhibiteurs de la Phosphodiestérase de type 5). 

Il s’agit par exemple du sildénafil (Viagra) ou du tadalafil (Cialis). Mais il existe d’autres traitements, parmi lesquels : des traitements locaux (crèmes ou injections intracaverneuses) et des traitements mécaniques (vacuum ou pompe à pénis, prothèses péniennes, implants péniens…). 

S’agissant de l’éjaculation précoce, il existe deux traitements : le Priligy (comprimés par voie orale) et le Fortacin (une crème anesthésiante). 

Et bien sûr, comme pour tout trouble sexuel, un travail psychologique et sexocorporel peut être intéressant en association d’un traitement, ce qui permettra généralement de réenclencher une dynamique positive lors des rapports sexuels, en traitant l’érection ou l’éjaculation directement.  

Éjaculation sans érection : qui faut-il consulter ?

Il est conseillé de consulter un médecin sexologue en ligne, qui est spécialiste des questions de sexualité ; mais on peut tout aussi consulter son médecin traitant.

L’éjaculation et l’érection étant des mécanismes physiologiques complexes, le médecin sexologue apportera un diagnostic et rassurera son patient : le plus souvent, il existe des traitements efficaces. Et parfois, régler le problème d’érection réglera du même coup le problème d’éjaculation, et inversement. 

Donc, pas d’inquiétude, ce sont des troubles sexuels qui se soignent bien, avec des traitements efficaces, sans risques, s’ils sont prescrits par un médecin. 

Consultez immédiatement un médecin sexologue sur Charles.co

Charles.co est une plateforme de santé dédiée aux hommes. Elle regroupe des spécialistes, médecins sexologues, et pharmaciens français pour construire une solution de qualité, sûre et accessible à tous.

Charles est une société immatriculée 844 332 130 en France au RCS de Paris. Charles collecte ces données et les traitent chez un hébergeur agréé et certifié pour les données de santé au sens des dispositions de l’article L. 1111-8 du Code de la santé publique.

La plateforme vous permet de consulter en ligne parmi 15 médecins titulaires d'un DIU en sexologie (voir notre équipe médicale). La consultation en ligne peut se dérouler par messages écrits, téléphone ou visioconférence. Elle regroupe l'ensemble des avantages suivants :

  • Consulter un médecin spécialiste en sexologie (qui traite ce type de troubles quotidiennement)
  • Payer sa consultation 35€ au lieu de 90€ (prix constaté pour des consultations en physique avec un sexologue)
  • Obtenir un RDV en 24h (l'attente moyenne constatée pour obtenir un RDV avec un sexologue en France est de 6 mois)
  • Eviter la gêne dans la salle d'attente

Consulter immédiatement un médecin sexologue en ligne

Consultation (téléphone, vidéo ou messagerie privée) avec un médecin sexologue (35€).

Délivrance de fiches conseils et d’une ordonnance  si nécessaire.


Ces articles pourraient également vous intéresser :
Problèmes d’érection à 30 ans : que faire ?
Problèmes d’érection à 30 ans : que faire ?

Les problèmes d’érection font partie des troubles sexuels les plus fréquents – y compris chez les hommes jeunes.

Contre une idée fausse, les troubles de l’érection ne concernent pas uniquement les hommes de 50 ans ; on estime que près de 25% des hommes de moins de 30/35 ans pourraient être concernés par cette dysfonction.

Problèmes d’érection à 50 ans : que faire ?
Problèmes d’érection à 50 ans : que faire ?

Même si les causes d’une dysfonction érectile sont très variables d’un homme à l’autre, on identifie globalement deux types de figure chez les hommes de plus de 50 ans : une dysfonction érectile liée aux évènements de santé ou une dysfonction érectile liée à une accumulation de facteurs bénins.

Comment avoir une érection forte ?
Comment avoir une érection forte ?

Troubles passagers ou dysfonction érectile, comment avoir une érection forte ? Il arrive que l’homme vive des périodes de « moins bien » tout au long de sa vie sexuelle.

Problème d’érection : les causes et comment s’en sortir
Problème d’érection : les causes et comment s’en sortir

Solutions efficaces aux problèmes et troubles de l’érection. Tous les conseils et les produits pour retrouver une érection forte et durable.

Homme en érection : fonction, mécanismes, troubles
Homme en érection : fonction, mécanismes, troubles

Comprendre le mécanisme du pénis en érection et apprendre comment améliorer son érection facilement pour retrouver dureté et endurance.

Médicament de l’érection : quel traitement choisir ?
Médicament de l’érection : quel traitement choisir ?

Les problèmes d’érection touchent 4 millions d’hommes en France. Pourtant, beaucoup d’entre eux n’osent pas aller parler de ce problème à leur médecin ; et passent ainsi à côté de solutions médicales simples et efficaces : les médicaments de l’érection.