AccueilBlogCheveuxFinastéride : quelle efficacité contre la calvitie ?

Finastéride : quelle efficacité contre la calvitie ?

Finastéride : quelle efficacité contre la calvitie ?

A l’origine, le principe actif du Finastéride servait à traiter des cas d’hypertrophie bénigne de la prostate. Constatant son effet sur la pilosité des patients, un dosage plus faible a été proposé pour répondre à la forte demande de traitements contre la calvitie. En effet, 7 français sur 10 présentent une alopécie plus ou moins prononcée.

Contre-indiqué chez la femme, le Finastéride est l’un des deux médicaments les plus prescris chez l’homme contre une perte de cheveux chronique. Alors que le Minoxidil est une lotion qui doit être appliquée deux fois par jour, le Finastéride lui, est un comprimé à prendre une fois par jour.

Bon à savoir : si vous utilisez du Minoxidil, soyez vigilent au dosage. Le Minoxidil 5 % est uniquement pour les hommes alors que le Minoxidil 2 % est plus adapté au femmes.

Son mode d’administration par voie orale et sa posologie simple, en ont fait une des solutions médicamenteuses les plus sollicitées face à des situations de perte de cheveux. Mais le Finastéride est-il vraiment efficace contre la calvitie ? Voici quelques pistes de réponses.

Ce qu’il faut savoir sur la calvitie ?

La chute de cheveux liée à l’âge est une situation assez normale chez les hommes comme chez les femmes. Mais les individus affectés l’acceptent plus ou moins bien. Plutôt diffuse, elle se manifeste d’abord sur le dessus du crâne avec une perte progressive de densité capillaire qui s’étend avec le temps.

Youtube Video

L’alopécie androgénétique

La calvitie, aussi appelée alopécie, est souvent liée à des causes génétiques et dans ce cas, on parle d’alopécie androgénétique. C’est la forme de calvitie la plus répandue. D'ailleurs, l'alopécie androgénétique chez la femme existe aussi. Elle est due une prédisposition génétique des follicules pileux à réagir de façon défavorable en présence des hormones mâles.

Ces androgènes désorganisent l’activité des follicules pileux et provoquent une chute précoce des cheveux, puis une certaine inactivité des cavités folliculaires. Ce qui se passe en réalité est que, sous l’effet d’une enzyme, la 5 alpha-réductase, la testostérone est transformée en dihydrotestostérone encore appelée DHT.

Cette DHT est presque deux fois plus puissante que la testostérone et son incidence sur la sexualité et les fonctions reproductives est très importante. C’est cette forme de testostérone en particulier qui est principalement active dans l’apparition de la calvitie. 

L’hypersensibilité des follicules pileux à la présence de DHT varie d’un individu à un autre. Elle induit une hyperactivité des follicules pileux qui épuisent précocement leur capital, réduisant ainsi irrémédiablement la durée de vie du cheveu. 

De plus, la DHT entraîne une surproduction de sébum qui rend le cuir chevelu plus épais et donc moins bien vascularisé. Moins bien ravitaillées en oxygène et nutriments, les racines des cheveux s’atrophient alors, puis le cheveu s’affine et tombe.

Les différentes étapes de la calvitie

On estime que 60% des cas de perte de cheveux sont héréditaires. L’alopécie androgénétique commence en principe autour de 40 ans mais une calvitie précoce peut apparaître chez certains dès la fin de la puberté ou autour de 18-20 ans. Il existe plusieurs stades d’évolution de la calvitie chez l’homme

La perte de cheveux s’installe plus ou moins rapidement, d’abord sur le haut du crâne puis sur les tempes, délimitant une couronne caractéristique qui va d’un côté à l’autre du crâne en passant au-dessus de la nuque. Cette couronne de cheveux persiste presque toujours quelle que soit l’importance de l’alopécie. 

Le dégarnissement commence d’abord par l’apparition d’un duvet en lieu et place d’un cheveu épais. Puis ce duvet lui-même disparaît suite à une destruction du follicule pileux ou à son inactivité totale. En résumé, on peut retenir la classification de Hamilton qui définit 7 phases :

Phase 1 :Aucun signe particulier.
Phase 2 :Creusement léger des zones temporales et frontales.
Phase 3 :Net recul de la ligne antérieure et creusement au sommet du crâne.
Phase 4 :Zone du tourbillon nettement dégarnie.
Phase 5 :Sommet du crâne et front totalement dégarnis mais présence de duvet.
Phase 6 :Disparition du duvet.
Phase 7 :La calvitie atteint la nuque et ne persiste que la couronne de cheveux.
Les 7 phases de la perte de cheveux d'après la classification de Hamilton.

Les autres causes de la calvitie

En dehors de cette forme héréditaire, diverses autres causes, dont des pathologies, peuvent aussi engendrer de la calvitie :

  • certaines affections cutanées ;
  • des maladies auto-immunes ;
  • la ménopause ;
  • des carences alimentaires ;
  • de mauvaises routines de soins capillaires ;
  • des changements de saisons ;
  • certains troubles hormonaux ;
  • le stress et certains chocs émotionnels.

Pour connaître avec précision les causes d’une alopécie il est recommandé de consulter un médecin généraliste ou en dermatologie. Grâce à un diagnostic capillaire, il pourra qualifier votre alopécie et déterminer son stade d’évolution. Des apports de vitamines pour cheveux sous forme de compléments alimentaires ou des lotions peuvent aider à freiner la chute ou faire repousser les cheveux. Le Finastéride est une des solutions médicamenteuses proposées face à la calvitie.

C’est quoi le Finastéride ?

C’est un médicament anti calvitie, plus précisément un anti-androgène synthétique, disponible en pharmacie sous forme de comprimés de 1 mg. Les individus de sexe masculin, plutôt d’âge jeune, sujets à une perte de cheveux massive ou chronique peuvent se voir prescrire le Finastéride, parfois sous le nom commercial de Propecia ou de Proscar. 

C’est d’ailleurs un des produits les plus plébiscités dans cette catégorie pour des stades peu évolués de la chute de cheveux. Le traitement à base de finastéride se prend à très long terme, et vise à stopper la chute de cheveux dans un premier temps puis à stimuler la repousse dans un second temps. 

Ce n’est qu’au bout de 3 à 6 mois que son effet limitant sur la chute de cheveux commence à se faire sentir. Mais il faut attendre un an ou deux pour constater un début de repousse et encore plus pour réellement remarquer qu’une densité capillaire significative se remet en place.

Ce traitement n’est pas indiqué en cas d’alopécie chez la femme en raison de ses effets possibles sur les fœtus masculins. Toutefois, en cas d'alopécie féminine, d'autres traitements existent.

Comment agit le Finastéride ?

En général, les quelques traitements disponibles pour stopper la perte de cheveux opèrent soit par une stimulation de la microcirculation sur le cuir chevelu, soit par une réactivation des follicules pileux. L’action spécifique du Finastéride se situe au niveau hormonal.

Les études cliniques ayant démontré que la calvitie était due à l’influence délétère des androgènes sur les follicules pileux, l’action de ce médicament consiste à agir sur la prolifération de ces hormones mâles. Il contribue à réduire nettement le taux de dihydrotestostérone dans les zones dégarnies en bloquant l’enzyme responsable de son activation, la 5 alpha-réductase 2.

Il est donc inhibiteur sélectif de la conversion de testostérone bio disponible en DHT mais n’intervient pas sur l’action normale de la testostérone dans le désir sexuel. Idéalement prescrit à un stade précoce, les effets positifs de ce médicament se remarquent surtout sur le dessus du crâne. 

La molécule est métabolisée au niveau du foi et présente une demi-vie d’élimination de 6 à 8 heures. Son efficacité est empiriquement démontrée chez les hommes chauves encore modérément affectés. Mais ce médicament doit être pris à vie pour maintenir et améliorer ses effets favorables sur la chevelure. 

Les impacts du Finastéride sur l’évolution de la chute de cheveux étant réversibles, en cas d’arrêt du traitement, l’effet bénéfique du produit disparaît peu à peu et les cheveux peuvent de nouveau se remettre à tomber au bout de 9 mois ou un an. Il ne doit pas être manipulé par une femme enceinte.

Le Finastéride en complément à une pose d’implants capillaires

Les patients ayant une calvitie peuvent choisir de se raser totalement le crâne ou de faire recours à des perruques. S’ils optent pour une greffe de cheveux face à une chute de cheveux chronique ou à une alopécie androgénétique précoce, le Finastéride est un traitement complémentaire fréquemment prescrit. La prescription de compléments alimentaires aussi n’est pas rare dans cette configuration. Le Luxéol, par exemple, est bien connu pour  aident à fournir aux follicules pileux les substances nécessaires pour réparer, fortifier et améliorer durablement la pousse des cheveux.

Chez des patients jeunes, ce médicament peut d’abord être prescrit pour atténuer le rythme de chute des cheveux. Ensuite l’approche chirurgicale interviendra pour installer une couverture capillaire suffisante. En général, les cheveux greffés commencent d’abord par tomber, puis de nouveaux cheveux repoussent. 

C’est à ce moment que le traitement médicamenteux à base de Finastéride peut être utile pour stimuler la repousse. La méthode qui consiste à prélever greffon par greffon sur la zone de la couronne pour les réimplanter sur les espaces dénudés est la plus efficace. Elle permet, sur des calvities légères ou moyennes, d’obtenir un rendu naturel, visuellement plus esthétique.

Quelques effets secondaires du Finastéride

Disponible sous différents noms commerciaux, le finastéride existe depuis quelques années déjà sous des formes génériques. Comme indiqué sur les notices, outre l’acné et les démangeaisons, chez certains hommes traités, des effets secondaires de type psychiatrique ainsi que des troubles du sommeil et de la libido ont été signalés. 

Selon la physiologie des personnes concernées, les cas de troubles de l’humeur peuvent passer de la simple anxiété à des cas de dépression proprement dite. Une certaine apathie et un état asthénique ainsi que des troubles de la mémoire peuvent se combiner pour détériorer la santé mentale des patients et produire des idées suicidaires.

En plus des douleurs aux testicules, des cas plus ou moins graves de perturbation de la fonction érectile ont été rapportés. La libido des patients traités passerait de normale à faible et silencieuse pour devenir quasiment nulle. Exceptionnellement, les perturbations de la libido peuvent persister bien après l’arrêt du traitement et même engendrer une dysfonction érectile non réversible.

On parle aussi d’altération de la qualité du sperme. Il faut noter que la molécule de finastéride passe faiblement dans le sperme. Ces perturbations des érections et de la fertilité ne sont pas à prendre à la légère. La prise de finastéride peut aussi affecter le taux de psa lors des analyses.

Dès qu’un de ces signes se manifeste, il convient d’interrompre immédiatement la prise du médicament et de le rapporter à votre médecin.

Remédiez à votre chute de cheveux avec un médecin spécialiste sur Charles.co.

Télé-consultation (téléphone, vidéo ou messages) avec un médecin spécialiste de la perte de cheveux (35€).

Délivrance d’une ordonnance si nécessaire.

Découvrez le passage de Charles.co sur 
M6
Voir le replayfleche-droite-fine-picto