Circoncision : un impact pour la sexualité ?

Je n'arrive pas à décalotter

La circoncision concernerait environ 30% de la population mondiale masculine. Le plus souvent, on réalise cette intervention pour des motifs religieux ou par tradition. Plus rarement, en cas de phimosis ou de paraphimosis.

On estime que 0,6 à 2% des patients peuvent avoir des complications. Même si le risque de contracter des IST ou une infection à VIH est sensiblement réduit chez les hommes circoncis.

De même, le risque pour une partenaire-femme de contracter le VIH, le papillomavirus ou une infection à Chlamydia, est légèrement moindre.

Quelles sont les indications médicales à la circoncision ? Pratique-t-on la circoncision préventive ?

Retrouvez votre libido avec l'aide d'un médecin sexologue sur Charles.co

Consultation (téléphone ou messagerie privée) depuis chez vous avec un médecin sexologue français (35€). Consultation seul ou en couple & délivrance d’une ordonnance pour des traitements si nécessaire.

Circoncision : un peu d’histoire

D’origine latine, circum veut dire « autour » et caedere « couper » : le terme de circoncision signifie donc « l’ablation partielle ou totale du prépuce ».

Même si la question de l’origine de la circoncision fait encore débat, elle est souvent attribuée à une pratique de l’Égypte ancienne – selon les analyses d’œuvres d’art (des peintures tombales) datant de 2300 ans avant  J-C.

Dans la religion juive, on réalise généralement la circoncision au 8ème jour qui suit la naissance de l’enfant. Elle symbolise l’Alliance entre Abraham et Dieu. C’est donc le plus souvent un rabbin, ayant reçu une formation appropriée, ou un médecin, qui réalise cette opération.

Cette pratique considérée comme traditionnelle est aussi très répandue chez les musulmans. On retrouve aussi ce même rituel chez d’anciennes communautés chrétiennes. De même que la circoncision est largement pratiquée dans les communautés subsahariennes.

Chez ces derniers, on retrouve cette intervention au cœur de motifs ethniques ou sociaux. 

S’agissant des chiffres actuels, on estime que 30% des hommes de plus de 15 ans de la population mondiale sont circoncis, dont plus des deux tiers pour des raisons religieuses.

Qu’est-ce que le prépuce ?

Mince repli de peau et de muqueuse, le prépuce recouvre partiellement ou complètement le gland, lorsque le pénis est à l’état flaccide.

Ce repli de peau doit coulisser, afin de découvrir le gland, notamment lors de l’érection – ou pour la toilette.

La muqueuse du prépuce est une zone assez fragile, et peut facilement subir des microtraumatismes.

Elle est vulnérable à l’action de pathogènes qui pourraient franchir la barrière cutanée : c’est le mécanisme de la pénétration du VIH dans le corps humain.

L’environnement chaud  et humide sous le prépuce peut en effet favoriser le développement de micro-organismes ; le smegma en est la résultante. Il s’agit d’une substance blanchâtre, « fromageuse », provenant des glandes sébacées et de certaines cellules épithéliales.

L’accumulation de smegma, en cas de surinfection, peut provoquer une irritation chronique, conduisant parfois à une balanite ou un phimosis.

L’absence d’hygiène ne participe pas à améliorer la situation.

On recommande donc d’éviter l’utilisation de produits de toilette agressifs, et de simplement rincer à l’eau claire (douce) le prépuce – en le tirant doucement en arrière.

Indications de la circoncision

On peut pratiquer la circoncision pour des raisons médicales :

  • Phimosis
  • Le paraphimosis
  • Des balanites récidivantes

Le phimosis

Il s’agit de l’indication chirurgicale la plus fréquente de la circoncision. Le phimosis est définit comme l’impossibilité à rétracter le prépuce derrière le gland.

Ce phénomène est considéré comme physiologique jusqu’à l’âge de 3 ans environ, mais apparaît pathologique, lorsqu’un anneau cicatriciel inélastique se forme.

Le plus souvent, l’évolution de ce phimosis est favorable : seulement 1 à 6% des adolescents ont encore des difficultés à décalotter.

En revanche, des manipulations brutales (notamment lors de l’érection du pénis et de la masturbation) et des infections à répétition, conduisent parfois à l’évolution d’un phimosis pathologique, autant chez l’enfant que chez l’adulte.

Le traitement visant à conserver le prépuce cherchera à associer des mouvements doux de rétractation du prépuce, le plus souvent à l’aide de crèmes corticostéroïdes.

Lorsque le traitement échoue, la chirurgie (la circoncision donc) s’impose.

Paraphimosis, balanites récidivantes et précancéreuses

Le paraphimosis amène à l’effet inverse du phimosis : il est impossible de « calotter » le gland car l’anneau du prépuce est considérablement réduit.

Cela peut conduire à des douleurs sévères et un risque de malformations vasculaires ; il est donc inévitable d’opérer.

De même lorsque les balanites sont trop fréquentes, la circoncision est une indication médicale.

Pratique-t-on la circoncision pour prévenir certains risques ?

Dans les pays européens et industrialisés, la circoncision n’est recommandée que chez des enfants victimes de malformations urologiques, pouvant mener à des infections de l’appareil urinaire.

Par contre, la situation n’est pas la même en Afrique subsaharienne où la circoncision participe à des mesures préventives visant à freiner la propagation du VIH, en plus du préservatif.

Pour résumé, la circoncision est pratiquée par le corps médical (en dehors des raisons religieuses) uniquement si le patient souffre d’une malformation ou d’une atteinte au niveau du prépuce.

C’est la notion de souffrance ou le diagnostic d’un risque médical qui peut amener à devoir pratiquer cette intervention. 

Aucune instance médicale ne recommande la circoncision par prévention.

Que faut-t-il retenir ? La circoncision favorise-t-elle la satisfaction sexuelle ?

Les avis sont contradictoires à ce sujet, subjectifs, et ne reposent sur aucun argument scientifique.

Au contraire, les études scientifiquement ne montrent pas de différence significative du point de vue de la satisfaction sexuelle au sein des couples, en comparaison des hommes circoncis et non circoncis (Tobian AAR, Gray RH, « The medical benefits of male circumcision » JAMA 2011;306:1479-80.).

En conclusion, la circoncision est une pratique courante, le plus souvent réalisée pour des raisons religieuses.

Réalisée de manière adéquate, elle comporte peu de risques.

Si elle est indiquée pour certaines pathologies (phimosis, etc.), elle n’est pas aujourd’hui pratiquée à des fins préventives (limitation des IST).

Certains médecins jugent même que la circoncision ne diminue que très faiblement le risque de contamination aux IST.

[Vidéo] : Comment consulter sur Charles.co ?

Consultez en ligne un médecin sexologue sur Charles.co

Consultez immédiatement un médecin sexologue sur Charles.co

Charles.co est une plateforme de santé dédiée aux hommes. Elle regroupe des spécialistes, médecins sexologues, et pharmaciens français pour construire une solution de qualité, sûre et accessible à tous.

Charles est une société immatriculée 844 332 130 en France au RCS de Paris. Ses données sont collectées et traitées chez un hébergeur agréé et certifié pour les données de santé au sens des dispositions de l’article L. 1111-8 du Code de la santé publique.

La plateforme vous permet de consulter en ligne parmi 15 médecins titulaires d’un DIU en sexologie (voir notre équipe médicale). La consultation en ligne peut se dérouler par messages écrits, téléphone ou visioconférence. Elle regroupe l’ensemble des avantages suivants :

  • Consulter un médecin spécialiste en sexologie (qui traite ce type de troubles quotidiennement)
  • Payer sa consultation 35€ au lieu de 90€ (prix constaté pour des consultations en physique avec un sexologue)
  • Obtenir un RDV en 24h (l’attente moyenne constatée pour obtenir un RDV avec un sexologue en France est de plusieurs mois)
  • Commander votre traitement en ligne et être discrètement livré à domicile par une pharmacie française

Consulter immédiatement un médecin sexologue en ligne sur Charles.co

Consultation (téléphone, vidéo ou messagerie privée) depuis chez vous avec un médecin sexologue français (35€). Délivrance de fiches conseils ainsi que d’une ordonnance pour des traitements si nécessaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *