Qu’est-ce que le syndrome des « couilles bleues » ?

Addiction au sexe

Ne pas éjaculer au sommet de son excitation a parfois des conséquences douloureuses ! Oui, vous ne rêvez pas, nous parlons bien de « couilles bleues » (blue balls pour les anglophones) ou de testicules bleus.

Rassurez-vous, bien que très douloureux, ce mécanisme physiologique n’est pas grave. Et ces douleurs s’estompent dès lors que l’excitation retombe avec l’orgasme.

Prenez soin de vos testicules avec Charles !

Consulter immédiatement un médecin sexologue en ligne sur Charles.co

Consultation (téléphone, vidéo ou messagerie privée) depuis chez vous avec un médecin sexologue français (35€). Délivrance de fiches conseils ainsi que d’une ordonnance pour des traitements si nécessaire.

Syndrome des « couilles bleues » : symptômes, causes et prévention

En fait, il s’agit d’un syndrome physiologique que les médecins nomment « vasoconstriction ».

La vasoconstriction désigne « un mécanisme physiologique correspondant à la diminution du calibre des vaisseaux sanguins par contraction de leur cellules musculaires ».

Si nous parlons plus souvent du syndrome des « couilles bleues » (quand cette vasoconstriction est liée à une tension sexuelle prise au piège), les femmes peuvent tout autant être concernées par cette frustration douloureuse (que l’on appelle aussi les « pink balls » ou « mur bleu »).

En effet, homme ou femme, quand on est excité.e, le sang afflue vers les organes génitaux, provoquant leur gonflement : le pénis se durcit, le clitoris se gorge de sang.

Testicules bleus : les causes des douleurs aux testicules

Sous l’effet de l’excitation et de la pression sanguine, les organes sexuels se gonflent, provoquant ainsi l’érection et un gonflement des testicules : c’est un phénomène physiologique tout à fait normal.

Par contre, lorsque cette tension sexuelle dure trop longtemps et n’est pas évacuée par l’orgasme, le sang peut s’accumuler et rester bloqué dans les testicules, provoquant une vive douleur, similaire à des crampes.

La couleur bleue des testicules serait par ailleurs due à cette augmentation sanguine, qui finirait par exercer une pression douloureuse. On parle aussi d’hyper oxygénation au niveau des bourses (le scrotum) et des testicules.

Peut-on prévenir le syndrome des « couilles bleues » ?

Non, à moins d’évacuer systématiquement sa tension sexuelle !

Donc si les ébats durent longtemps, que votre partenaire n’arrive peut-être pas à vous faire jouir, même si c’est gênant, n’hésitez pas à vous soulager par vos propres moyens.

Il est préférable de prendre les devants plutôt que de laisser cette tension devenir douloureuse !

Enfin, rassurez-vous, c’est un mécanisme physiologique assez rare ; et dans 95% des cas, les hommes ont un orgasme lors d’un rapport sexuel. Ce phénomène des « couilles bleues » est donc rare, mais pas impossible.

La masturbation reste votre meilleure arme pour éviter cet inconvénient.

Rappelons un point : se masturber, même en couple ou lors d’une relation sexuelle, ne doit pas être tabou ; beaucoup de personnes peuvent être gênées à l’idée de se caresser à côté d’un ou une partenaire qui a déjà eu un orgasme.

Or il n’y a rien de choquant à ça, et il ne faut pas le prendre personnellement !

Le but d’un rapport sexuel est de se faire plaisir, de partager un moment d’intimité ; la masturbation mutuelle ou partagée (vous pouvez vous masturber pendant que votre partenaire vous embrasse, vous caresse les cheveux, vous murmure des mots doux, etc.) permet à chacun de trouver son plaisir quand les tempo ne sont pas tout le temps à l’identique.

Enfin, dans certains cas très rares, le syndrome des « testicules bleus » est un effet secondaire bénin (même si douloureux) d’un traitement contre la dysfonction érectile ou le port d’un cockring inapproprié.

En conclusion, même si cette situation peut être très gênante et douloureuse, elle ne présente aucun danger pour la santé et les choses rentrent finalement dans l’ordre.

En conclusion : que faire si on éprouve le syndrome des « couilles bleues » ?

L’unique façon de remédier à cette tension sexuelle est… de l’évacuer (sans surprise !).

Masturbez-vous, faîtes-vous jouir par n’importe quel moyen (!), mais évacuez cette tension en éjaculant.

En effet, avec l’éjaculation et l’orgasme, toute la pression sanguine (ainsi que la tension sexuelle accumulée dans le scrotum) est évacuée.

L’orgasme ne vous aura (peut-être) jamais autant soulagé !

[Vidéo] : Quand consulter un médecin sexologue ?

Consultez en ligne avec un médecin sexologue sur Charles.co

Consultez un sexologue en toute sécurité sur Charles.co

Charles.co est une plateforme de santé dédiée aux hommes. Elle regroupe des spécialistes, médecins sexologues, et pharmaciens français pour construire une solution de qualité, sûre et accessible à tous.

Charles est une société immatriculée 844 332 130 en France au RCS de Paris. Ses données sont collectées et traitées chez un hébergeur agréé et certifié pour les données de santé au sens des dispositions de l’article L. 1111-8 du Code de la santé publique.

La plateforme vous permet de consulter en ligne parmi 15 médecins titulaires d’un DIU en sexologie (voir notre équipe médicale). La consultation en ligne peut se dérouler par messages écrits, téléphone ou visioconférence. Elle regroupe l’ensemble des avantages suivants :

  • Consulter un médecin spécialiste en sexologie (qui traite ce type de troubles quotidiennement)
  • Payer sa consultation 35€ au lieu de 90€ (prix constaté pour des consultations en physique avec un sexologue)
  • Obtenir un RDV en 24h (l’attente moyenne constatée pour obtenir un RDV avec un sexologue en France est de 6 mois)
  • Eviter la gêne dans la salle d’attente o

[Vidéo] : Comment se déroule une télé-consultation sur Charles.co ?

Consultez en ligne avec un médecin sexologue sur Charles.co

Consulter immédiatement un médecin sexologue en ligne sur Charles.co

Consultation (téléphone, vidéo ou messagerie privée) depuis chez vous avec un médecin sexologue français (35€). Délivrance de fiches conseils ainsi que d’une ordonnance pour des traitements si nécessaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *