AccueilBlogSommeilComment la pleine lune influence-t-elle les cycles du sommeil ?

Comment la pleine lune influence-t-elle les cycles du sommeil ?

Comment la pleine lune influence-t-elle les cycles du sommeil ?

Pleine lune et sommeil sont-ils liés ? La pleine lune constitue une phase lunaire pendant laquelle l’astre est visible dans son entièreté. Visuellement, elle peut être assimilée à l’inverse de l’éclipse lunaire. Ce phénomène naturel se produit tous les 29 jours lorsque soleil, terre et lune sont quasiment alignés.

Tout comme pour le cycle menstruel et d’autres aspects de la santé, la croyance populaire veut que cette phase astrale ait un impact sur le sommeil. Insomnies, fatigue, endormissement difficile, sommeil agité, troubles du sommeil, manque de sommeil, réveils nocturnes, etc., sont autant de signes que signalent de nombreuses personnes à l’approche et pendant la pleine lune.

Mais qu’en est-il réellement ? Les cycles du sommeil sont-ils réellement influencés par la pleine lune ? La réponse ici.

L’horloge circalunaire : une explication de l’effet de la pleine lune sur le sommeil

En 2013, une étude publiée par des chercheurs suisses dans la revue Current Biology a démontré que la période de pleine lune s’accompagne de troubles du sommeil (apnées du sommeil, sommeil léger, sommeil lent, somnambulisme, narcolepsie, etc.). Spécialisés en chronobiologie (étude des rythmes des fonctions biologiques), ces scientifiques de l’université de Bâle ont basé leurs recherches sur des données déjà existantes.

L’impact de la pleine lune sur la durée du sommeil

Les données utilisées comprenaient des enregistrements polygraphiques réalisés durant les phases de sommeil (endormissement, sommeil lent, sommeil profond, sommeil paradoxal) de 33 volontaires. Les scientifiques ont constaté que durant les quatre jours précédant ou suivant la pleine lune, la durée du sommeil était diminuée de 20 minutes. De plus, il fallait environ cinq minutes de plus aux participants pour s’endormir.

L’impact de la pleine lune sur la phase de sommeil profond

Ces mêmes recherches ont démontré que la phase de sommeil profond était écourtée de 30 % en moyenne en période de pleine lune. À noter que le sommeil profond est une phase déterminante dans la qualité du sommeil.

De plus, le sommeil profond accueille de nombreux processus biologiques dont la mémorisation et la régénération cellulaire. Autant dire que si cette phase est perturbée, les risques de passer une mauvaise nuit sont décuplés.

Youtube Video

L’impact de la pleine lune sur la sécrétion de la mélatonine

À tout cela s’ajoutent les variations observées au niveau de la mélatonine (hormone fondamentale de régulation du sommeil). En réalité, des dosages sanguins avaient été réalisés en parallèle aux enregistrements nocturnes. Les résultats des analyses ont révélé que la sécrétion de la mélatonine était impactée en pleine lune.

L’horloge circalunaire

Face à ces résultats, les chronobiologistes ont émis l’hypothèse de l’horloge interne « circalunaire ». Selon eux, cette horloge serait assimilable au rythme circadien (qui se base sur le rythme éveil-sommeil). Il s’agit d’une horloge mise en évidence chez certains animaux marins. Elle aurait pour but de rendre le sommeil plus léger en période de pleine lune.

Par le passé, la lumière de l’astre aurait pu rendre les humains plus accessibles aux prédateurs nocturnes. Avoir le réveil plus facile aurait donc pu être un mécanisme de survie. Cela dit, l’existence d’une telle horloge chez l’être humain ne dispose d'aucune preuve.

La pleine lune : un ralentisseur de l’endormissement

Publiée le 27 janvier 2021 dans la revue Science Advances, une étude a démontré qu’à l’approche de la pleine lune, l’endormissement prend plus de temps. Des chercheurs (universités de Washington, de Yale aux États-Unis et de l’université nationale de Quilmes en Argentine) ont réalisé cette étude avec 562 personnes.

Au cours de leurs recherches, ils ont analysé les cycles du sommeil de la population à l’aide d’actimètres (bracelets connectés). Ces personnes vivaient à la campagne et en ville, avec ou sans électricité. Les résultats ont révélé que les participants se couchaient plus tardivement et dormaient 45-58 minutes en moins durant les 3 à 5 jours précédant la pleine lune.

Il faut préciser que les jours précédant sa phase de visibilité maximale, la lune arbore une luminosité plus brillante. Les chercheurs ont alors conclu que la lumière de l’astre pourrait perturber le sommeil à la manière de la lumière artificielle.

Hypothétiquement, cette lumière pénètrerait les yeux (même fermés) et ferait croire à l’horloge biologique qu’il fait jour. Une telle perturbation freine la production de mélatonine naturelle et prolonge ainsi le temps d’endormissement. Pour expliquer cet état de choses, trois raisons possibles ont été évoquées.

L’hypersensibilité

Il est important de savoir que la lumière d’une pleine lune est comparable à l’éclairage d’une bougie à dix mètres. De ce fait, un spécialiste pense que l’impact du cycle lunaire concernerait surtout les personnes hypersensibles souffrant d’insomnies.

Il s’agit de celles qui sont particulièrement dérangées par les bruits, les odeurs, la lumière et sujettes aux insomnies. Mais aucune étude n’a encore corroboré cette hypothèse.

L’adaptation

L’étude réalisée comptait des participants habitant en ville. Or, dans les grandes villes, la population dort avec des volets, rideaux occultants et autres équipements similaires. Dans de telles conditions, la lumière ne devrait donc pas avoir d’effets sur le sommeil.

L’équipe scientifique a donc pensé à une adaptation de l’être humain. L’électricité n’a pas toujours existé et à l’époque, il fallait tirer profit des jours précédant la pleine lune pour s’exposer à sa lumière le soir. L’être humain aurait donc intégré ce fonctionnement au cours de son évolution, et ce, malgré l’existence de l’électricité.

L’effet nocebo

L’effet nocebo représente le semblable néfaste du placebo. Il part de la conviction selon laquelle une substance ou pratique médicale serait nuisible et se traduit donc par des manifestations nocives au plan organique. Par exemple, des patients qui consomment des produits inertes qu’ils croient actifs peuvent ressentir des effets indésirables.

Dans la croyance populaire, le cycle lunaire a des effets incontestables sur le sommeil. Ainsi, l’effet nocebo implique que toutes les personnes qui adhèrent à cette croyance peuvent aisément ressentir les effets redoutés.

La croyance est à un point où de nombreuses personnes surveillent leur calendrier lunaire pour en connaître les phases. Elles s’exposent donc à un stress supplémentaire, notamment au moment du coucher.

En ressentant les symptômes que prédit la croyance populaire, ces personnes se retrouvent encore plus confortées dans leur position. Dans une telle situation, l’effet nocebo veut que ces personnes continuent d’avoir un sommeil médiocre au cours de la période entourant la pleine lune.

Youtube Video

Quelques astuces pour limiter les effets de la pleine lune sur le sommeil

Même s’il n’y a toujours pas assez de données, les différentes études réalisées ont démontré que le sommeil subit bien des variations en période de pleine lune. Si vous faites partie des personnes qui subissent des perturbations au cours de cette phase astrale, certaines mesures peuvent vous aider à améliorer la qualité de votre sommeil.

Le sport et le bain pour combattre l’anxiété

Le stress et tous ses semblables sont assez fréquents en période de pleine lune. D’ailleurs, ils peuvent se prolonger bien au-delà. Vous pouvez donc vous en débarrasser en canalisant l’agitation dans des activités physiques.

De même, n’hésitez pas à couler un bon bain chaud pour vous relaxer. Si vous êtes un adepte de l’aromathérapie, vous pouvez ajouter le mélange suivant à l’eau :

  • 3 cuillerées à soupe de sel de bain ;
  • 5 gouttes d’huile essentielle de marjolaine ;
  • en plus de 5 gouttes d’huile essentielle de lavandin.

Si vous utilisez ce mélange, vous pouvez prendre votre bain chaud 30 minutes avant le coucher. Surtout, ne nous rincez pas et séchez-vous de préférence au lit.

La racine de valériane au service du lâcher-prise

Avec ses propriétés neuro-sédatives et hypnotiques, la racine de valériane est connue pour son effet tranquillisant. Elle pourrait donc vous aider à lâcher prise et à vous laisser aller aux bras de Morphée. Afin de l’utiliser, vous avez la possibilité de préparer une décoction.

Pour cette dernière, vous avez besoin d’une cuillerée à café de racines par tasse d’eau. Une fois les racines dans l’eau, laissez bouillir durant 3 minutes puis infuser pendant 10 minutes. Filtrez ensuite la préparation puis buvez-en une tasse au cours de la journée et une deuxième au moment de dormir. Les racines de valériane sont également disponibles en gélules et ampoules.

La lavande fine au service de la relaxation

Encore appelée lavande officinale ou vraie, la lavande fine a des propriétés apaisantes, relaxantes et antistress. Son huile essentielle peut donc vous aider à dormir plus facilement. Pour en faire usage, vous avez le choix entre deux voies d’administration : respiratoire et cutanée.

Si vous optez pour l’inhalation, déposez-en deux gouttes sur un mouchoir en papier ou votre poignet pour inhaler. Par voie cutanée, il vous faut un massage le soir au coucher. Pour cela, mélangez six gouttes d’huile essentielle de lavande vraie à une cuillerée à café d’huile végétale d’amande douce.

Le massage s’effectue lentement au niveau de la voûte plantaire, de l’intérieur des poignets, des tempes et du plexus solaire (entre le sternum et le nombril).

Les bonnes habitudes alimentaires pour mieux dormir

Pour avoir un style de vie favorable à l’organisme, il n’est pas nécessaire d’attendre la pleine lune. Cependant, étant donné que de nombreuses personnes semblent plus sensibles au cours de cette période, il peut être avantageux de faire encore plus attention.

Pour commencer, vous devez complétement oublier l’alcool. À la place, un peu de thé vert serait bénéfique. N’oubliez pas de manger léger le soir et de boire assez d’eau (1,5 à 2 litres). En outre, privilégiez les protéines maigres (viandes et poissons blancs) et les féculents semi-complets qui sont plus digestes.

Enfin, pensez à consommer des aliments riches en mélatonine. C’est par exemple le cas de l’avoine, de l’orge, du riz, du gingembre, de la banane, des olives, des noisettes et noix et des pommes de terre.

Redécouvrez le sommeil avec un médecin spécialiste sur Charles.co.

Télé-consultation (téléphone, vidéo ou messages) avec un médecin spécialiste du sommeil.

Délivrance d'un plan de traitement personnalisé si nécessaire.

Qui veut être mon associé
Découvrez le passage de Charles.co sur 
M6
Voir le replayfleche-droite-fine-picto