AccueilBlogSommeilQuelles sont les fonctions du sommeil paradoxal ?

Quelles sont les fonctions du sommeil paradoxal ?

Quelles sont les fonctions du sommeil paradoxal ?

Le sommeil paradoxal représente le dernier des stades par lesquelles passe le cerveau durant le cycle du sommeil. Encore appelée sommeil à mouvements rapides (REM), cette phase du sommeil aurait des fonctions essentielles, autres que celles du sommeil lent. 

De nombreuses théories et un grand nombre de postulats ont été notamment émis pour démontrer les principaux bienfaits du sommeil paradoxal. Quelles sont donc les caractéristiques de cette phase du sommeil et quelles en sont les fonctions probables ? Voici l’essentiel à retenir.

Quelles sont les caractéristiques du sommeil paradoxal ?

Le sommeil paradoxal (REM) est la phase du sommeil qui vient après celle du sommeil lent. Pour rappel, il a été démontré que trois à six cycles de sommeil se succèdent durant notre sommeil nocturne, chacun d’eux se composant de trois différents stades séparés par de courtes périodes de réveil : un sommeil léger, un sommeil lent profond et un paradoxal.

Chez l’adulte, cette dernière phase ne représente qu’environ 25 % du temps de sommeil nocturne alors qu’elle représente près de 50 % de la durée totale de la nuit chez le nourrisson. Le sommeil paradoxal possède des caractéristiques bien spécifiques.

L’hyperactivité du cerveau pendant le sommeil paradoxal

Au cours de cette phase du cycle, le sommeil est profond et se caractérise par une activité cérébrale intense et des mouvements oculaires rapides. Le nom de cette étape du sommeil vient donc du paradoxe entre l’état de l’endormissement et les signes d’éveil que nous présentons. En effet, les yeux se déplacent rapidement dans quatre directions différentes (REM).

Le sommeil paradoxal se reproduit plusieurs fois au cours de la nuit puisque notre sommeil nocturne se compose d’une succession de cycles. Le cerveau est hyperactif et l’intensité de l’activité cérébrale est assez importante. Selon de nombreux scientifiques, cette phase du sommeil est celle qui se rapproche le plus de l’éveil.

La phase des rêves les plus intenses

S’il y a bien une caractéristique qui est acceptée par tous en ce qui concerne le sommeil paradoxal, c’est qu’il s’agit de la phase où nous faisons le plus de rêves. En effet, durant cette phase du sommeil, nous faisons les rêves les plus intenses et les plus concrets. Généralement, on se rappelle encore au petit matin certains de ces songes.

Cependant, cela ne veut pas dire que nous ne rêvons pas lors des phases du sommeil lent. La nuance est que les rêves sont plus concrets et plus intenses.

Chez le nourrisson, le sommeil paradoxal constitue la phase la plus perturbée du sommeil nocturne. Les cauchemars et les terreurs nocturnes empêchent votre jeune enfant de jouir d’un bon sommeil réparateur. En conséquence, sa nuit est de mauvaise qualité et le nourrisson est sujet à un somnambulisme au cours de la journée.

La décontraction des muscles du corps

Au cours du sommeil paradoxal, nous perdons notre tonus musculaire et les muscles ne bougent plus à l’exception de ceux du visage, des doigts et des orteils qui peuvent se contracter quelques fois.

Par ailleurs, plusieurs expériences ont montré un dérèglement des fonctions de l’organisme : la pression artérielle, le pouls et la respiration semblent instables.

Pour finir, certains signes sont également liés au sommeil paradoxal. Il s’agit notamment :

  • de l’augmentation du rythme cardiaque et de la pression sanguine ;
  • de l’excitation sexuelle chez les hommes et les femmes ;
  • des changements de la température corporelle, etc.

Loin d’être des signes inquiétants, ces différentes caractéristiques témoignent d’un organisme en parfait état de repos. Qu’en est-il donc des fonctions du sommeil paradoxal ?

Quelles sont les fonctions du sommeil paradoxal (REM) ?

Selon plusieurs études, le sommeil paradoxal possède de nombreuses fonctions. Il favoriserait la créativité et serait considéré comme bénéfique pour la mémoire. De plus, cette phase du sommeil jouerait un rôle important dans le développement du cerveau des nourrissons et contribuerait à l’humeur chez l’adulte.

Amélioration des facultés d’apprentissage et de mémoire

Des expériences ont montré que les personnes incapables d’entrer en sommeil paradoxal (ou qui ont des difficultés à y entrer) ont généralement du mal à se rappeler ce qui leur avait été enseigné. C’est dire que le sommeil paradoxal améliore les facultés d’apprentissage et surtout de mémoire.

Par exemple, lorsque des sujets sont privés de sommeil paradoxal pendant environ quatre jours, on remarque que la partie du cerveau qui contribue à la mémoire est très affectée. Ce stade du sommeil est donc important pour booster la capacité d’apprentissage et de rétention.

Développement de la faculté de créativité

Le sommeil paradoxal serait également indispensable pour la créativité. Il stimulerait le cerveau en boostant notre capacité à être créatifs et à innover. En 2009, l’équipe de Sara Mednick de l’Université de Californie réussit à prouver cette hypothèse au moyen d’une expérience simple.

77 volontaires de 18 à 35 ans ont ainsi été soumis à deux tests dont le but était d’évaluer leur capacité à faire des associations syntaxiques et sémantiques de mots. Le premier test eut lieu le matin et le second dans l’après-midi après un repos éveillé ou un sommeil diurne de 90 minutes.

Les résultats du test de l’après-midi étaient bien meilleurs à ceux du matin. Cela signifie qu’un moment de sommeil paradoxal est essentiel pour renforcer l’activité du cerveau et favoriser la créativité

Développement du système nerveux central

Chez le nourrisson, le sommeil paradoxal serait important, car il contribuerait au développement de leur cerveau. En effet, certaines études permettent de conclure que cette phase du sommeil est à la base de la stimulation des neurones participant ainsi au développement de connexions neuronales matures.

À la naissance, les deux états physiologiques fondamentaux de la vie du bébé sont la veille et le sommeil. Puisque son sommeil débute par la phase paradoxale, ce processus va permettre au cerveau du bébé d’arriver à maturité et de croître normalement.

C’est d’ailleurs pour cette raison que les nourrissons ont généralement besoin de plus de sommeil paradoxal la nuit. C’est un cycle essentiel au bon développement des neurones et des facultés psychologiques. Avec l’âge le nombre de minutes de sommeil paradoxal nécessaires au nourrisson diminue.

Youtube Video

Quelles sont les conséquences d’un manque de sommeil paradoxal ?

Les principales fonctions du sommeil paradoxal étant désormais connues, il est intéressant de s’intéresser aux conséquences du manque de ce sommeil. En effet, les personnes ayant des difficultés à entrer dans la phase du sommeil paradoxal présentent des signes qui peuvent devenir inquiétants.

Réduction des capacités d’adaptation

Si le sommeil paradoxal améliore les capacités de mémorisation et de créativité, une absence de ce stade du sommeil serait à la base d’une réduction des capacités d’adaptation

Selon une étude de la recherche Trusted Source, les animaux privés de sommeil paradoxal présenteraient des anomalies dans leurs mécanismes d’adaptation. De plus, ces animaux présentent des anomalies de réponses défensives lorsqu’il se retrouvent en situation menaçante ou de danger.

Il en serait de même pour l’homme qui aurait bien du mal à s’adapter aux situations nouvelles qui se présenteraient à lui s’il ne profite pas d’un cycle de sommeil régulier. La mémoire et la faculté d’apprentissage prendraient un coup et peineraient à se développer normalement.

Développement des migraines et du surpoids

De façon générale, le sommeil joue un rôle important sur la santé. C’est pourquoi il est conseillé de dormir pendant au moins six heures durant la journée. Les personnes qui ne respectent pas les durées minimales de sommeil peuvent développer une somnolence diurne excessive et se retrouver avec des migraines favorisées par des sensations de fatigue générale. Il en est de même pour les personnes avec des difficultés à s’endormir ou à entrer en stade de sommeil paradoxal. Celles-ci peuvent développer des migraines et être sujettes au surpoids au fil du temps.

Le cas spécifique de l’alcool

De nombreuses personnes ont tendance à consommer de l’alcool dans le but de trouver rapidement le sommeil. Cependant, l’alcool peut avoir un impact négatif sur la qualité du sommeil et en occurrence sur le sommeil paradoxal.

Comment améliorer le sommeil paradoxal ?

Il est essentiel d’améliorer la qualité de votre sommeil et du sommeil paradoxal en particulier afin de profiter de toutes ses fonctions. Pour y arriver, il suffit de suivre quelques règles simples et basiques.

Établir une bonne routine au coucher

Pour bien dormir et atteindre le sommeil paradoxal, il est conseillé d’établir et de respecter un rythme de sommeil. Il faut donc habituer son esprit et son corps à un rituel du coucher qui permet de les préparer à s’endormir. Vous pourrez alors profiter d’un sommeil qualitatif et reposant.

Il s’agit également d’une excellente solution pour maximiser la durée du sommeil avec pour avantage l’augmentation des cycles de sommeil, appelés aussi trains du sommeil. Chez le nourrisson, il est davantage important de mettre en place un bon rythme de sommeil. En effet, c’est à cet âge que se constitue l’horloge biologique de l’homme. Également appelée rythme circadien, cette dernière permet à votre bébé de mieux gérer ces phases de veille et de sommeil. Il pourra alors mieux s’endormir.

Réduire les réveils et perturbations nocturnes

Pour atteindre le sommeil paradoxal et profiter d’un bon moment de repos, il est essentiel de s’éloigner de toutes les perturbations nocturnes. Il s’agit notamment des bruits sonores, des lumières vives, de la température chaude, etc.

Il est donc conseillé d’éteindre les smartphones ainsi que les appareils électroniques afin d’éviter les bruits. Les sources lumineuses doivent également être éloignées et la chambre doit être gardée à la température idéale pour dormir (entre 60 et 67 degrés Fahrenheit).

Dormir suffisamment et éviter l’alcool le soir

Pour profiter de toutes les phases du sommeil, il est essentiel de dormir pendant 7 à 9 heures chaque nuit. Dormir pendant une durée inférieure à cette tranche d’heures réduit donc le nombre de phases de sommeil et augmente les risques de somnolence diurne. Pour finir, il est préférable d’éviter la consommation de l’alcool quelques heures avant le coucher afin de mieux profiter des fonctions du sommeil paradoxal. Si vous avez du mal à trouver le sommeil, vous pouvez prendre des somnifères, sans toutefois en abuser. Vous dormirez mieux et pourrez mieux profiter de la phase de sommeil paradoxal.

Redécouvrez le sommeil avec un médecin spécialiste sur Charles.co.

Télé-consultation (téléphone, vidéo ou messages) avec un médecin spécialiste du sommeil.

Délivrance d'un plan de traitement personnalisé si nécessaire.

Qui veut être mon associé
icone croix
Découvrez nous sur 
M6
Découvrez le passage de Charles.co sur 
M6
Voir le replayfleche-droite-fine-picto