AccueilBlogSexualitéQuelle est la durée moyenne d’un rapport sexuel ?

Quelle est la durée moyenne d’un rapport sexuel ?

Quelle est la durée moyenne d’un rapport sexuel ?

Les hommes et les chiffres ! Cette course à la performance se traduit à bien des égards : durée de l’érection, taille du sexe, nombre d’orgasmes ou de partenaires… Pourquoi cette dictature de la performance ?

Eh bien, peut-être parce que tous les hommes veulent être un bon amant – et c’est naturel ! Mais est-ce qu’être un bon amant nécessite de devoir tout mesurer ? Comment penser le sexe autrement ?

Nous faisons le point pour vous.

La durée moyenne d’un rapport sexuel fait-elle de nous un bon amant ?

Comment savoir si on est « un bon coup » ? À moins d’avoir des dons de divination, nous avons généralement tendance à rattacher ce critère à des facteurs restreints : avoir des organes opérationnels, faire plaisir à son/sa partenaire, être curieux…

Mais selon les codes basiques de la performance, le pénis doit déjà être dur et se maintenir dans cet état suffisamment longtemps. Or l’érection n’est pas faite pour durer indéfiniment ! Sa fonction sexuelle (en dehors de la miction) est de procréer – et donc d’éjaculer.

Même les animaux subissent cette loi : la reproduction en vue de faire perdurer l’espèce.  Pourquoi ce malentendu sur la durée ? Est-ce un facteur primordial ?

La durée moyenne d’un rapport sexuel ou le mythe de la performance

Pour approfondir ces différentes questions, penchons-nous sur les données de plusieurs enquêtes. D’abord celles du Journal of Sexual Medicine en 2005 : un rapport sexuel dure en moyenne 5 à 6 min.

La réalité est qu’un français sur deux surestime donc la durée de la pénétration.

Que disent maintenant les femmes interrogées ? Selon une autre étude de l’International Journal of Obstetrics & Gynaecology de 2017, près de 7,5 % des femmes a mal lorsqu’un rapport sexuel s’éternise…

Plus accablant encore, 50% des femmes ont déjà simulé pour faire cesser un rapport sexuel (Journal of Sex Research, 2010). Et c’est donc sans aucun mystère, que la plupart des femmes qui décrivent la durée idéale d’un rapport sexuel, donnent des chiffres inférieurs aux hommes.

Sous ces différents angles, le critère de la durée semble n’avoir guère de crédit en matière de sexualité. Attention tout de même aux sprinters : en deçà de 2 min, il est peu probable qu’un partenaire prenne du plaisir…

L’orgasme est-il un critère de « qualité » ?

Je donne des orgasmes alors je suis « un bon coup » ? Pas si sûr.

Premièrement, tous les orgasmes n’ont pas la même intensité… Et surtout, l’orgasme est finalement très accessible lors des plaisirs solitaires : la majorité des individus est capable de se faire jouir tout seul.

Donc, c’est plutôt l’aspect relationnel qui est voulu et recherché lors d’un rapport sexuel : nous voulons que quelqu’un d’autre nous fasse du bien.

D’ailleurs, lorsqu’une femme n’a pas d’orgasme, l’ego du partenaire est souvent touché, avant même d’être déçu pour sa partenaire…

Quelle est le plus important : la durée moyenne d’un rapport sexuel ou le nombre de partenaires ?

Est-ce que le nombre de partenaires est lui aussi un indicateur pour savoir si je suis « un bon amant » ? Pas vraiment non plus.

Avoir un grand nombre de partenaires peut vouloir dire qu’on est incapable d’aimer… Ou d’être aimé. Ce qui dans les deux cas n’est pas très réjouissant.

Donc, messieurs, soyez parfois un peu moins focalisés sur le nombre (ou la durée...!), et plus sur la qualité ! D’ailleurs, beaucoup d’hommes attendent d’une femme qu’elle ait connue peu de partenaires…

Pourquoi alors, se lancer soi-même dans une course folle aux conquêtes ?

Durée moyenne d’un rapport sexuel : pourquoi changer ce critère ?

Parce que la durée moyenne d’un rapport sexuel n’est pas un critère de plaisir ! Pour autant, les chiffres ne sont pas tous condamnables pour autant.

Ils permettent d’établir une norme, de se comparer, de se rassurer pour certains… Comprendre où se trouve une normalité est un bon moyen de se rassurer, et donc de se rapprocher du plaisir.

Pour autant, nous savons qu’en sexualité, les normes sont faites pour être dépassées !

Il y autant de sexualité que de routes qui mènent à Rome, pour dire les choses autrement. Ce serait triste d’être dépendant des statistiques.

Attention pour autant à ne pas trop idéaliser le sexe : amour, alchimie, symbiose ou autres pensées romantiques ; vous risquez d’être déçu lors du passage à l’acte.

La sexualité n’est ni un feuilleton à l’eau de rose, ni un remake de Titanic : elle prend ses racines dans le commun des mortels.

Que faut-il retenir sur la durée d'un rapport ?

Vouloir être un bon amant est une chose légitime : mais pas pour n’importe quelle raison. S’il s’agit de remplir un palmarès, ou flatter son ego, libre à vous… Votre sexualité doit être aussi maigre qu’une feuille de papier.

Non, la performance doit se placer ailleurs, et permettre de prendre du plaisir différemment – sans être obnubilé par la durée ou la course à l’orgasme. Par exemple, qui peut se vanter de comprendre le corps dans sa totalité (mis à part peut-être Patrick Swayze) et les relations humaines ?

Ces performances permettraient aux amants d’être autre chose que deux corps « mécaniques ». Et surtout, d’éviter une guerre futile des chiffres.

Qui veut être mon associé
icone croix
Découvrez nous sur 
M6
Découvrez le passage de Charles.co sur 
M6
Voir le replayfleche-droite-fine-picto