AccueilBlogSommeilComment soigner l’apnée du sommeil sévère ?

Comment soigner l’apnée du sommeil sévère ?

Comment soigner l’apnée du sommeil sévère ?

Il y'a l'apnée du sommeil est l'apnée du sommeil sévère. L’apnée du sommeil est une interruption ponctuelle ou régulière de la respiration qui se produit pendant le sommeil. Elle est qualifiée de sévère lorsque la fréquence des troubles respiratoires (apnées/hypopnées) est supérieure à 30 fois par heure d’enregistrement de sommeil. Elle est donc tout à fait capable de créer des dommages irréversibles sur le rendement des personnes affectées. Heureusement, il existe aujourd’hui d’excellents traitements qui permettent de soigner ou de réduire au maximum les conséquences liées à l’apnée du sommeil sévère. De quels traitements s’agit-il ? Cet article propose des pistes.

L’apnée du sommeil sévère : comprendre les causes pour se soigner 

L’apnée du sommeil se manifeste par des arrêts respiratoires de 10 à 30 secondes plusieurs fois par nuit. Cela se traduit par des perturbations du sommeil profond susceptibles d’engendrer des somnolences, pannes au réveil, des maux de tête et une fatigue extrême pendant la journée. Mais avant d’aborder les différents traitements de ce trouble du sommeil, il faut déjà en connaître les causes. Quels sont donc les symptômes de l'apnée du sommeil ?

L’affaiblissement des muscles de la gorge

La première cause de l’apnée du sommeil est anatomique : l’affaiblissement des muscles la gorge. Les difficultés respiratoires viennent du manque de tonicité et du relâchement de la langue ou des muscles, provoquant une obstruction ou un rétrécissement des voies respiratoires. Ainsi, lorsque la personne concernée essaie de respirer pendant son sommeil, l’air ne trouve plus de passage vers les poumons. Le débit d’air est réduit et l’oxygénation en est difficile. Cela engendre des difficultés respiratoires relativement similaires à une sensation de suffocation ou d’étouffement.

Cette forme d’apnée (Syndrome d’apnée obstructive du sommeil) ne survient en général que sur les personnes obèses ou du troisième âge. Il n’existe que de rares cas de syndrome d’apnée obstructive chez des personnes bien portantes. D’ailleurs, selon l’INSERM, l’apnée du sommeil ne touche que 7,9 % des personnes en prime jeunesse et 19 % des personnes en début de vieillesse. Par contre, plus de 30 % des personnes de plus de 65 ans subissent des crises respiratoires.

Youtube Video

Le mauvais fonctionnement du cerveau

Bien que le syndrome d’apnée obstructive du sommeil soit la principale cause de la survenance de l’apnée, il faut dire que cette crise peut aussi être engendrée par des dysfonctionnements cérébraux. Dans ce cas, on parle d’apnée du sommeil central et son niveau de sévérité est généralement plus élevé.

Pour l’apnée du sommeil central, le système cérébral oublie tout simplement de demander aux muscles de respirer. Cela engendre donc une cessation de toute activité respiratoire pendant une période de 10 à 30 secondes. Toutefois, ce type d’apnée est d’une grande rareté. Elle ne s’observe que chez les personnes souffrant de problèmes cardiaques, de maladie neurologique ou d’obésité importante.

Les facteurs de risques de l’apnée du sommeil

L’apnée du sommeil engendre des conséquences fâcheuses sur les personnes qui en sont victimes. Si elle n’est pas rapidement diagnostiquée et traitée, elle est susceptible de provoquer un accident vasculaire, des maladies cardiovasculaires en général (hypertension, AVC, infarctus), l’irritabilité ou des dépressions dues au manque de sommeil.

Elle peut aussi causer des accidents dans l’activité quotidienne due à une fatigue extrême ainsi que des complications en cas de chirurgie. Il est donc extrêmement important de faire attention aux signaux d’une éventuelle apnée. Il s’agit notamment :

  • des nycturies ;
  • des menus-sommeils ;
  • mais aussi, des réveils en sursaut ;
  • des pauses respiratoires ;
  • des ronflements bruyants (voir Ronfless) ;
  • une prise de poids non justifiée ;
  • des efforts respiratoires difficiles ;
  • ou des sensations de fatigue au réveil.

Cela est encore plus important quand on sait que plus de la moitié des personnes victimes d’apnée du sommeil n’en ont pas conscience. Les diagnostiques ne surviennent qu’en cas de consultation pour fatigue extrême ou pour trouble de la libido.

Les traitements médicaux de l’apnée du sommeil sévère

Lorsqu’on connaît les signes annonciateurs et les causes de l’apnée du sommeil sévère, il est beaucoup plus facile de choisir le traitement qui convient le mieux. Évidemment, le suivi et l’exécution du traitement se font par un médecin spécialiste du sommeil. Mais il est toujours intéressant de connaître les principales méthodes utilisées dans la médecine du sommeil. Pour soigner l’apnée du sommeil sévère, il est possible de choisir entre les propulseurs mandibulaires, la pression positive continue (PPC) et différentes chirurgies.

La pression positive continue (PPC)

La pression positive continue est le traitement de référence pour l’apnée du sommeil sévère. Elle consiste à utiliser un système d’appareillage (CPAP) pour insuffler de l’air avec une légère surpression par le nez au moyen d’un masque à gaz. L’air est fourni par une machine généralement placée tout près du patient pour assurer une bonne ventilation. Ce dernier devra alors la porter pendant son sommeil afin de maintenir l’ouverture des voies respiratoires et de prévenir les éventuelles apnées.

Toutefois, ce procédé est contraignant et inconfortable. Il est donc important de s’habituer à l’appareil et de suivre un processus évolutif. Le plus souvent, 4 à 6 semaines de traitements intensifs permettent de ressentir les premiers bienfaits. En outre, il existe de nombreux modèles d’appareils et de masques respiratoires. Cela permet de réduire les risques d’inconfort et d’insomnie.

A lire aussi : Quand et comment bien prendre la mélatonine 5 mg et la mélatonine 1 mg ?

Youtube Video

Les propulseurs mandibulaires

Les propulseurs mandibulaires sont des gouttières qui augmentent l’espace entre la base de la langue et le pharynx. Elles permettent de maintenir la mâchoire inférieure et la langue du patient quelques millimètres en avant pour faciliter le passage de l’air et réduire les risques d’obstruction.

De plus, elles sont conçues avec les caractéristiques dentaires du patient pour limiter les douleurs aux articulations temporo-maxillaires qui pourraient découler de son utilisation. Cela dit, cette solution est destinée aux personnes souffrant d’apnées du sommeil légères. Mais en cas d’échec de la pression positive continue, elle peut être adaptée pour des soins plus agressifs.

La chirurgie

En général, la PCC permet de traiter efficacement l’apnée du sommeil sévère. Malheureusement, il arrive parfois que les bouffées d’air ne suffisent pas à contenir ou prévenir les crises respiratoires. Dans ce cas, la chirurgie représente la dernière option de traitement.

Elle consiste à supprimer un obstacle ORL qui empêche le passage ou réduit le débit d’air ou à corriger des défauts physiques. Ainsi, elle peut intervenir sur les amygdales, les voies du palais ou encore la trachée.

L’uvulo -palato-pharyngoplastie

C’est la chirurgie de référence sur le palais. Elle consiste à enlever la luette et le tissu mou responsable du ronflement. À défaut d’empêcher l’affaissement de la gorge, elle permet de libérer les voies respiratoires pour empêcher la survenue d’épisodes d’apnées.

L’amygdalectomie

L’amygdalectomie est la suppression des amygdales et des végétaux adénoïdes de la gorge. Elle n’est recommandée que lorsque ces muscles sont gonflés et empêchent le passage de l’air. Cela permet à la fois de soulager la gorge et de faciliter la circulation de l’air.

La trachéotomie

La trachéotomie est la chirurgie contre l’apnée la plus complexe qui soit. Elle consiste à créer une ouverture en dessous de la gorge (dans la trachée) pour alimenter les poumons sans passer par la gorge. En journée, ce passage sera bouché et rouvert pendant la nuit.

En raison de la délicatesse du procédé, cette chirurgie est rarement recommandée. Cependant, elle peut s’avérer nécessaire pour les apnées très sévères qui sont insensibles à la pression positive continue (PPC).

Les solutions naturelles pour soigner l’apnée du sommeil

Il existe également des solutions naturelles qui permettent de traiter l’apnée du sommeil sévère. On distingue entre autres les plantes, les huiles essentielles et l’hygiène de vie.

Soigner son hygiène de vie

Comme précédemment évoqué, l’obésité est l’un des éléments pouvant engendrer l’affaissement du muscle de la gorge et provoquer l’apnée du sommeil. Il est donc particulièrement important d’avoir une bonne hygiène de vie.

Cela dit, bien qu’il ne soit pas évident de perdre 10 kg en quelques jours, il est conseillé de faire des régimes stricts. Ainsi, il faut éviter les aliments gras et les repas copieux. Il est important d’arrêter la consommation d’alcool ainsi que le tabagisme. En plus de détériorer l’état des poumons et du foie, ces éléments engendrent un sommeil de mauvaise qualité. Cela ne fera que favoriser les crises respiratoires. 

Adopter les bonnes habitudes

Le plus souvent, les maladies du sommeil découlent de mauvaises habitudes au lit. Pour traiter l’apnée sévère (ou non), il est important d’améliorer la qualité du sommeil. En ce sens, il est recommandé d’avoir un rituel de sommeil bien défini.

Par exemple, l’usage de la technologie devra être banni au moins une demi-heure avant le sommeil. Cela réduira les distractions et les sources de lumière susceptible d’empêcher le sommeil après un micro réveil.

Par ailleurs, le traitement de l’apnée peut passer par la pratique d’activités relaxantes pour s’endormir. Il peut s’agir de la méditation, du yoga, du tai-chi, de la marche ou encore des activités physiques.

Les plantes et huiles essentielles

Au-delà de l’hygiène et des bonnes habitudes, il existe des plantes et des huiles essentielles particulièrement efficaces dans la quête à la qualité du sommeil et dans le traitement de l’apnée. 

Ainsi, l’huile de valériane est régulièrement utilisée pour dormir sans avoir recours à une solution médicamenteuse. Elle agit un peu comme des somnifères et favorise un sommeil réparateur. Il en est de même pour la camomille. Enfin, il est possible de lutter contre les difficultés respiratoires et les congestions nasales grâce à l’huile de primevère, de lavande ou d’eucalyptus.

À défaut, l’ail, le gingembre et la noix ont des propriétés intéressantes. Ces plantes sont utilisées depuis des milliers d’années dans la lutte contre les infections nasales. Elles conviennent donc parfaitement à la libération des voies respiratoires responsables de l’apnée du sommeil. Pour les utiliser, il est possible de les consommer directement ou de les joindre à l’alimentation classique.

Redécouvrez le sommeil avec un médecin spécialiste sur Charles.co.

Télé-consultation (téléphone, vidéo ou messages) avec un médecin spécialiste du sommeil.

Délivrance d'un plan de traitement personnalisé si nécessaire.

Qui veut être mon associé
Découvrez le passage de Charles.co sur 
M6
Voir le replayfleche-droite-fine-picto