Qu’est-ce que le tantrisme ?

Tantrisme

Vaste sujet que nous abordons aujourd’hui : les origines du tantrisme (tantra) et ses différents rituels, à travers l’hindouisme et le bouddhisme.

Car l’aspect sexuel du tantrisme n’est qu’une branche infime de ce que l’enseignement du tantrisme (terme inventé au XIXème siècle en occident) suppose : notamment par la complexité de sa religion et de sa spiritualité.

Le terme « tantrisme » est dérivé du mot sanskrit tantra signifiant « règle » ou « traité ».

Il désigne un ensemble de textes, de doctrines, de rituels et de méthodes initiatiques qui ont influencé de part et d’autre la plupart des branches de l’hindouisme ; le bouddhisme en faisant partie.

Le tantrisme peut s’exprimer à travers différentes pratiques : yoga, enseignement initiatique ou rites ; pour n’en citer que quelques-unes.

Consulter immédiatement un médecin sexologue en ligne sur Charles.co

Consultation (téléphone, vidéo ou messagerie privée) depuis chez vous avec un médecin sexologue français (35€). Délivrance de fiches conseils ainsi que d’une ordonnance pour des traitements si nécessaire.

Tantrisme : les origines

Le terme tantra correspond à un système métaphysique pratique (tourné vers l’action) dont les origines viennent d’Inde. Il y a dans ce système deux principes symbolisés par le masculin et le féminin, comme base de l’univers.

Le tantra traditionnel est une « voie de transformation intégrale de l’être humain », passant par le corps et les cinq sens.

Alors que le védisme (civilisation importée en Inde antique par un peuple d’Iran) plaçait le désir (Kama) à l’origine de la Création, le brahmanisme développa à l’inverse une idéologie restrictive.

Le tantrisme voulu donc restaurer le désir au centre de sa voie de libération, reposant sur deux principes essentiels : une « présence » omnisciente et une « action de prise de conscience ». Shiva (masculin) symbolisait cette « présence » et Shakti (féminin) représentait un principe actif et extériorisé de la divinité masculine.

Aujourd’hui, le terme de « tantra » donne parfois libre cours à des pratiques très éloignées de l’esprit originel du tantrisme.

Doctrine du tantrisme

Pour atteindre la délivrance, il fallait intégrer à la spiritualité la notion de désir, par des pratiques de rituels et d’exercices autour de la méditation et du yoga. L’idée étant de transformer son corps pour l’intégrer aux lois de l’univers. Et pour y parvenir, on utilisait le désir, symbolisant l’énergie du monde.

Le tantrisme voulait donc par le prisme du désir, permettre à l’homme de se libérer sans renoncer au monde. Le tout étant très emprunt d’une manifestation avec la divinité.

Cette divinité avait deux symboles autour :

  • D’un dieu (Shiva),  représentant le masculin : action de prise de conscience mais inactif
  • Et d’un féminin, Shakti : principe actif (extériorisé de Shiva) et créateur d’énergie

Tantrisme et sexualité

Tantrisme et énergie vitale

Le tantrisme est souvent perçu comme un moyen d’augmenter sa satisfaction sexuelle. Pourtant, la sexualité ne représente qu’une petite partie des écrits tantriques.

Parce qu’elles sont situées dans les mêmes zones anatomiques, on associe l’énergie sexuelle et l’énergie de vie ensemble : la source de cette énergie de vie se situerait dans le coccyx.

En théorie, en prêtant attention aux zones génitales, on permettrait par différentes pratiques (yoga par exemple) d’éveiller et de libérer l’énergie de vie,  afin de la diffuser dans le corps pour atteindre l’extase.

C’est dans cet instant que le tantrisme est tourné vers la satisfaction sexuelle. Petite remarque importante : cette satisfaction sexuelle passe d’abord par l’intérieur.

C’est l’attention que l’on prête différemment à certaines zones du corps, qui permettent ensuite leur éveil, et plus tard une satisfaction sexuelle. Le plaisir intervient en second lieu et de l’intérieur du corps (non de l’extérieur).

Tantrisme : entre spiritualité et sexualité

Le tantrisme doit donc être perçu comme une voie d’épanouissement de l’être dans sa globalité. À travers différentes techniques, il est censé apporter un éveil des sens, en permettant notamment de mieux se connaître, de libérer des tensions ou d’affiner ses perceptions.

En ce sens, il peut aider à résoudre des problématiques sexuelles (comme les « pannes », souvent psychologiques).

Pour autant, tout comme le Kâmasûtra, la sexualité n’est qu’un fragment de l’enseignement tantrique : il enseigne un mode de vie bien plus large. Et la méditation, le massage ou l’exploration des sens, sont des techniques ou des moyens d’atteindre un niveau de conscience plus élevé à travers l’extase.

On retrouve l’idée que la diffusion de l’énergie vitale dans le corps favorise un état de bien-être et d’épanouissement personnel.

La place du massage dans le tantrisme

Le massage permet notamment aux deux corps de se rapprocher par l’éveil des sens ; c’est en fait une invitation à l’Amour de soi par les sens.

Aussi, puisqu’il est censé éveiller l’énergie de vie (ou l’énergie sexuelle), le massage tantrique peut être considéré comme érotique.

En fait, l’attraction et l’excitation sexuelle sont des phénomènes naturels ; si le massage tantrique n’a pas cette fonction première, il peut tendre vers ces sensations. Mais il n’est pas une recherche de l’orgasme. C’est un massage entre 2 personnes désintéressées.

L’excitation peut être ressentie comme une vibration, un frémissement, ou encore une énergie diffuse dans tout le corps.

Histoire du tantrisme

L’hindouisme tantrique

Tantra pour l’hindouisme, signifiait autant « règle » que « traité » ou encore « méthode ». Il y a beaucoup de littérature à ce sujet.

On distingue deux traditions :

  • Une tradition vishnouite : culte de Vishnou (dieu suprême symbolisé par les mantra)
  • Et les shivaïtes caractérisés par les âgama et les tantra : respectivement la « tradition » ou le culte de Shiva

Pour accomplir les rites tantriques, on devait être initié autour d’une pratique de la méditation, de la visualisation ou du contrôle de la respiration.

Il y avait aussi des séances de récitation. Selon certains auteurs, le pivot des pratiques religieuses tantriques était sexuel ; qu’il soit symbolique ou réel.

Par exemple, certaines formes de yoga avaient pour but de permettre l’union avec l’énergie de shakti. Le yoga était donc basé sur une description subtile du corps et de ses centres d’énergies.

Il fallait donc être initié par un maitre compétent ; certaines pratiques sexuelles pouvaient, pour les plus confirmés, ritualiser des formes de yoga.

Lors de ces rites tantriques, les pratiques devaient permettre de dépasser la notion de bien et de mal, en atteignant un état de puissance et de délivrance.

Il existait donc deux voies de tantrisme, pouvant être suivies simultanément.

Le bouddhisme tantrique

Le bouddhisme tantrique émerge entre les 3ème et les 4ème siècles, sur des fondements hindouistes. Au 7ème siècle, un corpus complet rédigé en sanskrit infuse le Tibet, à travers différents maitres indiens, népalais ou afghans. 

Le bouddhisme gagne aussi certains territoires d’Asie du Sud-Est (notamment en Chine). Plus tard, il aura aussi une influence au japon.

On interprète, dans le bouddhisme – tantra – comme « continuité » ou « intégration ».

Dans la pratique, l’objectif est de développer la sagesse, de la compassion, de la mort de l’ignorance et une compréhension parfaite « des réalités intrinsèques ». Différent de l’hindouisme, le bouddhisme n’a pas de divinités ayant une nature propre.

  • Les textes tantriques se retrouvent dans une branche du bouddhisme, présentée comme supérieure aux autres pratiques. Certains yogas permettaient par exemple d’atteindre un éveil plus rapide de la conscience.

La pratique réservée à des initiés de haut niveau aura pu véhiculer une image érotique ou sexuelle du bouddhisme tantrique.

Le tantrisme en occident

Le tantrisme est souvent perçu en Occident comme une « transgression » (qui ne respecte pas forcément la loi établie), ce qui participa aussi à son succès (en Europe et ailleurs).

L’aspect sexuel de certains rites rares (réservés à des initiés) renforça le fantasme et l’aspect mystique du tantrisme auprès des occidentaux.

Le tantrisme pouvait à la fois représenter la désobéissance face à des interdits moraux et sociaux et l’utilisation d’une énergie sexuelle (ou une force).

Pour autant, même s’il suscita des fantasmes pour certains pays, il est considéré comme ayant une démarche complexe, à la fois religieuse et spirituelle.

Il alimentera (ou donnera naissance) à de nombreux milieux ésotériques ou spirituels.

Conclusion : que retenir sur le tantrisme ?

Nous avons vu que le tantrisme s’appuie, et se repose, sur un système bien plus riche que simplement subversif ou sexuel.

Notamment, le degré de spiritualité ou de religion qu’il requiert est élevé. Sans oublier enfin, qu’une initiation exigeante et longue, est nécessaire pour espérer atteindre cet état de conscience élevé.

Le corps et l’esprit sont donc intiment liés dans ces différentes religions et branches : l’aspect sexuel du tantrisme ne correspond qu’à une branche de l’être.

Cette branche ne représentant elle-même qu’une infime partie du système complexe hindouiste et bouddhiste.

Consultez un médecin sexologue immédiatement sur Charles.co

Charles.co est une plateforme de santé dédiée a la santé sexuelle. Elle regroupe des spécialistes, médecins sexologues, et pharmaciens français pour construire une solution de qualité, sûre et accessible à tous.

Charles est une société immatriculée 844 332 130 en France au RCS de Paris. Ses données sont collectées et traitées chez un hébergeur agréé et certifié pour les données de santé au sens des dispositions de l’article L. 1111-8 du Code de la santé publique.

La plateforme vous permet de consulter en ligne parmi 15 médecins titulaires d’un DIU en sexologie (voir notre équipe médicale). La consultation en ligne peut se dérouler par messages écrits, téléphone ou visioconférence. Elle regroupe l’ensemble des avantages suivants :

  • Consulter un médecin spécialiste en sexologie (qui traite ce type de troubles quotidiennement)
  • Payer sa consultation 35€ au lieu de 90€ (prix constaté pour des consultations en physique avec un sexologue)
  • Obtenir un RDV en 24h (l’attente moyenne constatée pour obtenir un RDV avec un sexologue en France est de plusieurs mois)

Consulter immédiatement un médecin sexologue en ligne sur Charles.co

Consultation (téléphone, vidéo ou messagerie privée) depuis chez vous avec un médecin sexologue français (35€). Délivrance de fiches conseils ainsi que d’une ordonnance pour des traitements si nécessaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *