AccueilBlogCheveuxLa perte de cheveux est-elle un symptôme du Covid ?

La perte de cheveux est-elle un symptôme du Covid ?

La perte de cheveux est-elle un symptôme du Covid ?

Covid et perte de cheveux : existe-t-il un lien ? Alors que le coronavirus continue de sévir à travers le monde, de nouvelles données fusent continuellement à propos de la maladie. Parmi les nouveaux symptômes et séquelles potentiellement liés au Covid-19, la perte de cheveux a fait son apparition depuis 2020. En effet, plusieurs malades ou anciens malades ont signalé qu’ils perdent leurs cheveux, alertant ainsi les professionnels de la santé. Mais qu’en est-il réellement ? Le coronavirus entraîne-t-il vraiment une chute de cheveux ? Comment repousser le problème et ralentir la chute des cheveux ? On vous en dit plus.

La perte de cheveux : qu’est-ce que c’est ?

De son nom scientifique effluvium telogen (effluve télogène), ce mal se traduit par une perte de cheveux télogènes de façon temporaire et excessive. Les cheveux du souffrant deviennent donc cassants avec des zones dégarnies. Il faut savoir que chaque cheveu humain normal traverse trois phases au cours de son cycle de vie.

Youtube Video

Le stade de croissance ou anagène

Il s’agit de la phase prédominante (80 à 90 % des cheveux). C’est au cours du stade anagène que les cheveux poussent grâce à leurs follicules pileux respectifs. À l’extrémité inférieure de ces derniers, le bulbe pilaire se régénère puis produit la fibre capillaire. Au cours d’un cycle, cette période s’étend sur un à trois ans, voire plus.

Le stade d’involution ou catagène

Au début de cette étape de transition, la fibre capillaire est complètement constituée. Le follicule se rétracte alors sur le cuir chevelu, laissant ainsi le cheveu se préparer à la dernière phase de son cycle de vie. Le stade catagène dure environ deux à trois semaines au cours d’un cycle.

Le stade de repos ou télogène

Au cours de cette période, le cheveu ne pousse pas, mais demeure attaché à son follicule durant environ trois mois. À la fin de la phase télogène, le cheveu tombe. Cette chute survient généralement lors du brossage, du shampoing, du démêlage, etc. C’est pour cela que l’on remarque fréquemment une perte de cheveux très minime au quotidien.

Il est important de savoir que chaque cheveu pousse indépendamment de ses voisins. Ainsi, chacun d’eux suit son propre rythme. Autrement, tous les cheveux pousseraient et chuteraient au même moment. L’être humain se retrouverait alors chauve durant toute une période avant de retrouver une chevelure bien garnie.

Normalement, une personne ne perd que 50 à 100 cheveux chaque jour. Puis, ceux-ci sont naturellement remplacés par les nouvelles cellules en phase anagène. Cependant, des perturbations peuvent choquer le cycle de vie des cheveux et ainsi entraîner une perte anormalement abondante. 

Cette perte survient généralement deux à trois mois après le choc et disparaît trois à six mois plus tard. Et il se trouve que les personnes infectées par le coronavirus ressentent ces effets quelques mois après avoir contracté la maladie.

L’effluve télogène est reconnue comme une conséquence de diverses situations telles que : le stress, les traumatismes liés à l’accouchement, à la chirurgie, à la famine, à une forte fièvre, certains médicaments et certaines maladies. Cela dit, plusieurs scientifiques (médecins, professeurs, etc.) pensent que le Covid-19 peut en être une cause.

L’effluve télogène : quel lien avec le coronavirus ?

Tout au long de l’année 2020 et même en début de 2021, les recherches Google liées à la perte de cheveux ont augmenté de 8 %. Ces données ont été émises par la société scientifique Spate. Seulement aux États-Unis, le sujet était recherché environ 829 000 fois par mois. Parallèlement aux recherches Google qui augmentaient, des cas de perte de cheveux étaient signalés et recensés par des professionnels de santé. 

C’est par exemple le cas du dermatologue Paula Amorim (responsable de l’unité de trichologie de la clinique Juliana Piquet à Rio de Janeiro). Le médecin fait cas de rapports de cas commençant un mois après la maladie et durant de 3 à 6 mois. D’un patient à l’autre, l’intensité de la perte était variable. Il en est de même pour le docteur Esther Freeman (chercheuse à l’American Academy of Dermatology). 

D’après le Today.com, elle évoque le constat d’un nombre croissant de cas d’effluves depuis le début de la pandémie.

L’enquête du professeur Natalie Lambert

Même si de nombreuses personnes ont signalé une chute de cheveux potentiellement liée au coronavirus, ces informations nourrissaient seulement des suppositions. Par contre, une enquête menée par le professeur Natalie Lambert (professeur à l’Université d’Indiana aux États-Unis) semble confirmer l’hypothèse.

L’étude a été réalisée auprès de 1 500 personnes ayant été touchées par le coronavirus. Il faut préciser que le sondage se centrait sur les conséquences du virus et non directement sur l’effluvium telogen. Cette enquête a d’ailleurs permis d’identifier 98 symptômes qui ne sont pas forcément répertoriés sur le site du Center for Disease Control and Prevention.

Parmi les effets secondaires du Covid-19 recensés au cours de l’étude, la perte de cheveux est apparue chez 423. Il s’agit-là d’environ 1/3 de la population interrogée. Ces personnes affirment avoir subi une chute de cheveux plus importante depuis la contraction du virus.

Le stress comme cause de la perte de cheveux

Face à ces cas de perte de cheveux, de nombreux médecins soutiennent que le stress permanent lié à la crise sanitaire en est la cause. Il s'agirait donc d'une perte de cheveux liée au stress. En effet, toute forme de stress peut provoquer l’effluvium telogen. Par exemple, le docteur Abigail Cline (dermatologue au New York Medical College et chercheuse sur la perte de cheveux liée à la pandémie) fait allusion au stress corporel lié à une maladie et même au stress émotionnel lié au décès d’un proche.

Le docteur Shilpi Khetarpal (professeur de dermatologie à la Clinique de Cleveland) complète la liste des médecins qui adhèrent à la théorie du stress. Selon lui, la perte de cheveux s’explique par le stress lié à la lutte contre la maladie et non au virus lui-même. D’ailleurs, il estime que les effluves télogènes persistent parce que le stress demeure constant.

Les changements inflammatoires comme causes de l’effluve télogène

Outre le stress, le docteur Andrea Frange (dermatologue spécialisé en trichologie de la Clínica Luciana Garbelini à São Paulo) évoque les changements inflammatoires comme causes de la chute importante des cheveux. En effet, ces derniers résultant de la maladie à coronavirus pourraient expliquer la survenue d’une chute anormale de cheveux.

Comment savoir si la perte de cheveux est liée au Covid ?

Même si l’effluve télogène survient quelque temps après la contraction du virus, rien ne garantit que les deux situations sont liées. Il est donc impératif de vérifier si la chute de cheveux est réellement anormale. Pour cela, il faut passer par l’analyse d’un spécialiste des cheveux. Seul lui pourra évaluer votre cas et donner son diagnostic ainsi que les directives à suivre pour contrer et traiter la calvitie.

Par ailleurs, à côté du Covid-19, d’autres causes de perte de cheveux existent déjà. Le rôle du médecin revient donc également à analyser toutes les circonstances pouvant être impliquées dans la chute. Par exemple, le docteur Paula Amorim (dermatologue et responsable de l’unité de trichologie de la clinique Juliana Piquet à Rio de Janeiro) mentionne les autres virus pouvant être associés à une perte de cheveux. Il s’agit :

  • du VIH ;
  • de la grippe ;
  • de la dengue ;
  • du paludisme ;
  • de la pneumonie ;
  • et de la tuberculose.

Comme dans la majorité des cas d’effluvium telogen, la chute progressive commence en moyenne deux à quatre mois après l’infection. La consultation d’un spécialiste est donc incontournable dans le processus de prise en charge.

Youtube Video

Comment combattre la perte de cheveux ?

Si un effluve télogène est diagnostiqué après consultation, le médecin vous propose des solutions adaptées pour freiner la chute. Le processus de traitement de l’alopécie n’est pas spécifique pour la chute de cheveux post-Covid. Généralement, vous êtes mis sous le même traitement que pour les autres cas d’effluve télogène.

Pour traiter une perte de cheveux très intense, les médecins peuvent utiliser des traitements en clinique avec :

  • Microneedling robotique avec délivrance de médicament ;
  • MMP (Micro Infusion of Medicines on the Skin) ;
  • ou mésothérapie.

Dans un cas comme dans l’autre, les procédés utilisés agissent sur le follicule pileux pour précipiter l’entrée en phase de croissance et inverser la chute. Des traitements quotidiens (complément alimentaire pour cheveux comme le Forcapil, des gummies cheveux, shampoings, zinc, etc.), peuvent aussi être proposés. Ils consistent généralement à utiliser des lotions contenant des corticostéroïdes ou du minoxidil en fonction des indications, comme l'Alostil 5%.

Les bonnes habitudes à adopter pour freiner la perte des cheveux

En dehors des traitements médicaux, il existe un certain nombre de gestes permettant de réduire les chutes au maximum et d’arrêter la perte. L’un des traitements anti-chute consiste à garder vos cheveux propres et secs. Les spécialistes recommandent aussi d’éviter toute traction excessive et de faire un démêlage soigné.

En dehors de ces gestes quotidiens, il faut éviter de se laver les cheveux inutilement. Au besoin, vous pouvez utiliser un tonique pour renforcer la racine de vos cheveux à chaque lavage afin d’enrayer la perte. Les nutriments nécessaires à la revitalisation des cheveux sont les protéines, le fer, les vitamines B, C, D, E et F. Toutefois, leur prise nécessite la prescription de votre dermatologue ou un trichologue.

Pour finir, les spécialistes de la coiffure recommandent les coupes courtes. Selon ces derniers, une longue chevelure pourrait sembler faible et frêle à ses extrémités. Ils recommandent également d’utiliser un fard à paupières ou un spray de retouche ayant la couleur de votre chevelure. Cela permettrait de « créer de la profondeur » dans les zones où la perte de cheveux est visible (une partie du cuir chevelu par exemple).

La greffe de cheveux ou la chimiothérapie restent des solutions radicales pour les cheveux. Elles permettent de cacher la calvitie précoce.

Remédiez à votre chute de cheveux avec un médecin spécialiste sur Charles.co.

Télé-consultation (téléphone, vidéo ou messages) avec un médecin spécialiste de la perte de cheveux.

Délivrance d’une ordonnance si nécessaire.

Qui veut être mon associé
icone croix
Découvrez nous sur 
M6
Découvrez le passage de Charles.co sur 
M6
Voir le replayfleche-droite-fine-picto