AccueilBlogSommeilPratiquer l’hypnose pour retrouver le sommeil ?

Pratiquer l’hypnose pour retrouver le sommeil ?

Pratiquer l’hypnose pour retrouver le sommeil ?

Hypnose et sommeil : selon les résultats de l’étude menée en 2015 par l’Institut National du Sommeil et de la Vigilance (INSV), 16 % des Français souffrent d’insomnie, 17 % ont des troubles du rythme de sommeil pendant qu’environ 4 % souffrent d’apnée du sommeil. Ces chiffres pour le moins alarmants témoignent de la difficulté que nous avons à dormir.

La gravité de la situation s’appréhende lorsqu’on sait que profiter d’un bon sommeil est sans doute le meilleur moyen de se maintenir en pleine forme et de préserver sa santé. En raison de la façon dont elle est perçue par la croyance populaire, l’hypnose n’est pas envisagée comme  moyen de lutte contre les troubles du sommeil

Et pourtant, il est possible de retrouver le sommeil grâce à l’hypnothérapie. Quel est le lien entre l’hypnose et le sommeil ? Comment l’hypnose peut-elle agir sur la qualité du sommeil ? Voici les réponses à ces différentes interrogations.

Hypnose et qualité du sommeil : quel lien entre ces deux notions ?

L’hypnose est un état de conscience dans lequel une personne se détache totalement de son environnement extérieur pour se concentrer sur son vécu intérieur. C’est un état qui va plus loin que celui du rêve, parce qu’il change littéralement la façon dont nous percevons les situations et ressentons les émotions.

En favorisant le détachement des stimuli extérieurs, l’hypnose se présente comme un excellent moyen de profiter d’un bon sommeil. L’individu pourra alors faire fi des éléments perturbateurs qui influencent négativement la qualité de son sommeil. De plus, l’hypnose favorise une grande relaxation, ce qui permet au corps de se retrouver dans un état de repos absolu.

À cette étape, on pourrait penser que le but de l’hypnose serait d’endormir une personne pendant la séance d’hypnose : il s’agit-là d’une considération erronée de la fonction de l’hypnose. L’hypnothérapie permet plutôt de se défaire des pensées et habitudes négatives liées au sommeil afin d’apprendre à mieux se reposer.

Comment l’hypnose agit-elle positivement sur le sommeil ?

L’hypnose permet de lutter contre les principaux facteurs de troubles de l’insomnie, notamment le stress et l’anxiété en favorisant la relaxation et la suggestibilité. En gros, les séances d’hypnothérapie sont d’excellents moyens pour booster la restructuration cognitive. 

Dans la pratique, le praticien de l’hypnothérapie pourra identifier toutes les causes des troubles du sommeil du patient. Il aura donc plus de facilité à agir sur ces facteurs pour les corriger. La séance d’hypnose permet également au patient de prendre conscience des points positifs liés à l’état de sommeil. En se les remémorant une fois dans son lit, il aura plus de facilité à bien dormir.

Par ailleurs, l’état hypnotique présente des caractéristiques assez communes avec celles du sommeil. La somnolence, la modification progressive de l’état de conscience et la relaxation sont des caractéristiques qui font de l’hypnose l’un des meilleurs moyens pour soigner les troubles du sommeil.

Selon des études axées sur les parasomnies et la qualité du sommeil, l’hypnose serait efficace dans le traitement de la narcolepsie, la paralysie du sommeil, le somnambulisme et le bruxisme.

Comment fonctionne l’hypnose du sommeil ?

Pour pratiquer l’hypnose, il est conseillé que le patient se fasse accompagner par un hypnothérapeute. Ce dernier est un professionnel de la santé ayant les qualifications et les compétences requises pour guider le patient à chaque étape du processus. Il saura également adapter les suggestions et les exercices en fonction des réactions du patient.

Avant le démarrage de la thérapie, le patient doit donner son consentement éclairé après avoir reçu les explications du professionnel. Ce préalable est essentiel, car il témoigne de son accord à se soumettre aux différents exercices de la thérapie. Ensuite vient la phase de la visualisation d’images apaisantes.

Pour favoriser la relaxation du patient, l’hypnothérapeute demande généralement de se focaliser sur une image ou une représentation. À ce stade, le patient se concentre et reste calme pour améliorer son attention sur l’image. Une fois le degré de concentration maximal atteint, le thérapeute pourra alors faire des suggestions thérapeutiques adaptées aux symptômes que présente le patient.

Cela signifie que la stratégie thérapeutique à adopter peut varier en fonction des caractéristiques présentées par le patient. Ainsi, si le patient présente des signes de stress et d’anxiété, l’hypnothérapeute peut axer son travail sur le lâcher-prise en suggérant des exercices de relaxation. À l’issue, l’endormissement deviendra à nouveau un processus normal et inconscient.

L’hypnose est une thérapie assez brève qui dure généralement entre deux et cinq séances. Ces séances suffisent généralement à obtenir des résultats encourageants. Cependant, la thérapie ne fonctionne pas systématiquement de la même façon pour tous les patients. 

Ainsi, les sujets dont le trouble du sommeil est la résultante d’un traumatisme ou d’une dépression plus vaste par exemple peuvent se montrer plus résistants aux effets de la thérapie. Dans ce cas, des séances supplémentaires peuvent être envisagées pour un meilleur traitement.

Quels sont les meilleurs exercices pour faire de l’autohypnose ?

Il est possible de faire des exercices d’autohypnose chez soi pour retrouver le sommeil ou en améliorer la qualité. Ces exercices vont de la respiration abdominale à la relaxation progressive. Pour qu’ils soient efficaces et aboutissent aux résultats escomptés, il est important que le patient respecte chacune des étapes.

La respiration abdominale

La respiration abdominale est sans doute l’une des meilleures solutions pour se relaxer et atteindre la zénitude. Elle est encore plus efficace dans le processus de l’autohypnose. Pour la réaliser, il faut gonfler le ventre pendant l’inspiration et souffler lentement lors de l’expiration. Cette technique permet le massage des viscères et du nerf vague, favorisant la détente et l’endormissement. La respiration abdominale est surtout utilisée pour aider les patients souffrant d’apnée du sommeil.

La relaxation progressive

Pendant la relaxation progressive, il faut se concentrer sur les différentes parties de son corps, les unes après les autres en commençant par les pieds jusqu’à la tête. Il faut ensuite imaginer à chaque étape que les membres deviennent lourds et tendent à s’enfoncer dans le matelas au point de disparaître.

Cet exercice qui semble banal a le mérite de procurer une sensation de relaxation totale et permet de se retrouver dans une bonne posture pour dormir.

Le débordement des pensées

Le moment du coucher est pour de nombreuses personnes, le meilleur instant de la journée pour cogiter. La plupart du temps, les réflexions poussées conduisent à l’insomnie, mais en laissant déborder les pensées, il est possible d’avoir l’effet inverse et donc de favoriser le sommeil.

En gros, il faut faire déborder le flot des pensées au moment de se coucher afin de saturer l’hémisphère gauche. Il faut se poser une nouvelle question chaque fois avant d’avoir pris le temps de réfléchir à la précédente. L’intérêt de cet exercice se trouve donc dans l’enchaînement des questions de sorte à saturer le système de réflexion. Cet exercice a l’avantage de mettre fin aux ruminations et de favoriser l’endormissement.

Une autre variante de l’exercice pour faire déborder les pensées consiste à multiplier à chaque expiration un chiffre par deux en partant de 1. En faisant l’exercice, l’esprit finit par décrocher parce qu’il devient difficile de déterminer le nombre à suivre.

Les autres pratiques à mettre en place pour mieux dormir

Mettre en place une routine de sommeil est essentiel pour bien dormir. Selon les prescriptions médicales, il faut environ 6 à 7 heures de sommeil par jour pour bien se reposer. Pour permettre donc à l’organisme de passer par toutes les étapes du cycle du sommeil, il est important de respecter cette tranche horaire.

En habituant par exemple le corps à s’endormir à la même heure tous les soirs, le sommeil vient plus aisément.

S’éloigner des stimulations excessives

Les écrans, les sons, les lumières et les pensées négatives sont autant de facteurs qui empêchent le cerveau et le corps de se reposer. Il est donc important de se détacher de toutes les sources de distraction au moment de se coucher. Les experts conseillent de se séparer de son smartphone et des écrans dix minutes au moins avant de se coucher.

Éviter l’abus de l’alcool et du tabac

L’abus de l’alcool, du tabac et de tout produit dopant surtout l’après-midi et le soir peut empêcher le corps de se reposer. Contrairement à la croyance populaire, ces substances excitantes tiennent l’esprit éveillé et sont susceptibles de provoquer l’apnée du sommeil.

En outre, il est toujours bénéfique de rendre sa chambre propice au sommeil en la décorant avec des couleurs douces. Au besoin, vous pouvez faire de la méditation pour améliorer la qualité du sommeil.

Pour finir, il est important de retenir que l’hypnose est contre-indiquée lorsque les difficultés à s’endormir sont liées à des maladies mentales dissociatives. Quoi qu’il en soit, il est toujours préférable de recourir à un professionnel avant d’entrevoir l’hypnothérapie.

Découvrez le passage de Charles.co sur 
M6
Voir le replayfleche-droite-fine-picto