Pour toute question vous pouvez joindre notre équipe :
icone-de-telephone
01 86 65 17 33
icone-enveloppe
contact@charles.co
AccueilBlogDigestionCombien de temps faut-il pour digérer ?

Combien de temps faut-il pour digérer ?

Combien de temps faut-il pour digérer ?

Combien de temps faut-il pour digérer et comment bien digérer ? Grâce aux propriétés de chacun de ses constituants, l'appareil digestif (tube digestif et annexes) s'occupe de la transformation des aliments en nutriments assimilables par l'organisme. Mais son rôle ne s’arrête pas à la modification des aliments.

Il permet aussi l'élimination des déchets issus du processus et assure le transit des nutriments vers la circulation sanguine. Afin d’assurer toutes ces fonctions, l'appareil digestif peut prendre jusqu’à plusieurs jours selon les cas. Voici l’essentiel à savoir sur la durée d’une digestion normale et les raisons qui justifient une telle période de temps.

La digestion : quelle est sa durée normale ?

On a souvent tendance à penser que le processus digestif se limite au laps de temps au cours duquel les aliments sont traités au niveau de l'estomac. Par la même occasion, on suppose que la digestion ne dure que quelques heures (trois ou quatre environ). Mais en réalité, le processus est bien plus complexe.

De façon générale, les aliments passent en moyenne 24 heures dans le tube digestif, mais cette durée peut aller jusqu’à 72 heures. C'est pendant cette même période qu'ils subissent les transformations nécessaires à leur utilisation par l'organisme.

Cette large variation de temps s'explique par deux facteurs principaux : la quantité et la nature du repas, le mode de vie (sédentaire ou sportif, etc.). Par exemple, la viande et le poisson peuvent prendre jusqu'à 2 jours pour être complètement digérés à cause des molécules complexes (protéines et graisses) qu'ils contiennent.

Par contre, en raison de leur richesse en fibres, de nombreux fruits et légumes peuvent traverser le tube en moins de 24 heures. Aussi, les aliments transformés et sucrés sont digérés plus rapidement. Il s'agit par exemple des barres de chocolat qui laissent très vite place à une nouvelle faim.

Les autres critères qui influent sur le temps nécessaire pour digérer

D'autres critères peuvent également induire une variation de la durée de votre digestion. Il s'agit de votre sexe, de votre métabolisme, mais aussi de l'existence éventuelle de problèmes digestifs pouvant ralentir ou accélérer le processus.

Au début de ce dernier, les aliments ingérés circulent relativement vite dans le tube digestif. Leur vitesse ralentit ensuite pour laisser le temps aux différents compartiments de jouer leurs rôles. Ainsi, ces 24 à 72 heures sont réparties entre les différentes phases de la digestion.

  • Entre la bouche et l'estomac : environ 3 à 5 heures.
  • Au niveau de l'intestin grêle : environ 6 à 7 heures. 
  • Au niveau du côlon (ou gros intestin) : environ 7 à 53 heures.
  • Et enfin, au niveau du rectum : environ 6 à 7 heures.

Il est important de préciser que l'évacuation des selles ne fait pas réellement partie de la digestion des aliments. Toutefois, c'est elle qui marque la fin du processus (succession de transformations mécaniques et chimiques).

La digestion mécanique est essentielle à la réduction de la taille des particules alimentaires de façon grossière. Elle permet aussi d'augmenter leur surface de contact pour faciliter la digestion chimique. Elle a lieu durant presque tout le processus.

Quant à la digestion chimique, elle est présente tout au long du processus. C'est grâce à elle que les particules sont plus finement réduites et que les nutriments complexes sont transformés en nutriments simples facilement absorbables par l’organisme. Pour mieux comprendre le temps mis pour digérer les aliments, il faut s’intéresser de plus près au déroulement de chaque étape de la digestion.

La mastication : combien de temps dure-t-elle ?

Cette première étape de la digestion se déroule au niveau la bouche et fait principalement intervenir les dents et la salive. La fonction de la mastication est préparatoire. Autrement dit, elle permet de rendre les aliments aptes à poursuivre le processus digestif.

La mastication dure généralement quelques secondes par bouchée. Puisqu'elle a lieu tout au long du repas, sa durée est sensiblement égale au temps total de votre repas. Ainsi, si vous avez l'habitude de manger en une vingtaine de minutes, la durée de votre mastication est d'environ 20 minutes.

La mastication allie à la fois des actions mécaniques (dents) et chimiques (salive). Les aliments mis dans la bouche sont coupés et broyés par les dents. Au même moment, la salive sécrétée par les glandes salivaires humidifie les aliments déchiquetés pour qu’ils deviennent une pâte molle : le bol alimentaire. Cette action est qualifiée d '``insalivation''. 

En outre, la digestion chimique commence déjà au niveau de la bouche grâce à une enzyme contenue dans la salive : l'amylase salivaire. Elle intervient dans la transformation de l'amidon qui est un glucide (ou sucre) complexe.

Quelle est la durée de la déglutition ?

La déglutition est un mécanisme réflexe assurant le transit des aliments et de la salive de la bouche vers l'estomac en passant par le pharynx et l'œsophage. En dehors de la digestion, l’être humain déglutit (avale) 600 à 1 000 fois par jour sans le contrôler.

Pour chaque bouchée, la déglutition dure quelques secondes. Sa durée totale est donc semblable à celle de la mastication. Toutefois, elle peut être prolongée en raison de la nature des aliments ingérés. Ce processus mécanique se déroule en trois principales phases.

  • La phase orale : la langue qui est un muscle puissant propulse le bol alimentaire vers le fond de la bouche (pharynx). Il s'agit d'une phase volontaire.
  • La phase pharyngienne : de façon réflexe, le bol alimentaire passe du pharynx à l'œsophage. Cette phase dure une à dix secondes au cours desquelles la respiration est suspendue. L'épiglotte s'abaisse alors pour refermer le larynx et éviter que les aliments aillent dans les poumons.
  • La phase œsophagienne : le bol alimentaire passe de l'œsophage à l'estomac. Cette phase est assurée par les contractions rythmées de l'œsophage (ondes péristaltiques).

Une fois que le bol alimentaire a franchi le cardia (à l’entrée de l'estomac), on parle de phase cardiale.

La digestion gastrique : quelle est sa durée moyenne ?

Au niveau de la paroi de l'estomac se trouvent les glandes gastriques qui sécrètent le suc gastrique (riche en acide chlorhydrique destiné à la dissolution des nutriments). Il contient également divers enzymes (pepsine, lipase) qui ont pour rôle principal de solubiliser les nutriments dans l'eau.

Afin de protéger l'estomac de son propre suc (acide), un gel appelé mucus tapisse la paroi et la rend résistante à l'acidité. Pour que le bol alimentaire se mélange correctement au suc gastrique, les parois de l’estomac se contractent et créent un mouvement mécanique (brassage). Ce dernier contribue également à la désagrégation des aliments.

À ce niveau, la dégradation des protéines est assurée par la pepsine et la présure. À la sortie de l'estomac, les particules alimentaires sont finement broyées et certains nutriments complexes sont solubilisés. Le bol alimentaire ainsi devenu chyme alimentaire poursuit ensuite son trajet vers le duodénum (première portion de l'intestin).

L'écoulement du chyme vers le duodénum est régulé par le pylore (transition entre l'estomac et le duodénum). Cette structure est dotée d'un sphincter qui se comporte comme une vanne et est contrôlé par les centres nerveux.

Plus le repas est riche et copieux, plus l'écoulement prend du temps. Cela permet d'éviter une surcharge au niveau intestinal. C'est ainsi que la vidange gastrique dure en moyenne deux à quatre heures.

Qu’en est-il de la durée de la digestion intestinale ?

La digestion intestinale est l'étape au cours de laquelle les substances nutritives passent dans la circulation sanguine. Elle dure six à sept heures et commence au niveau de sa portion initiale (duodénum). À ce niveau, les nutriments du chyme sont simplifiés par l’action du suc pancréatique (provenant du pancréas), de la bile (provenant du foie) et du suc intestinal (fabriqué par l'intestin).

Le suc pancréatique contient un très grand nombre d'enzymes (amylases, lipases, protéases, peptidases, etc.). Quant au suc intestinal, il permet la dégradation terminale des grosses molécules grâce à ses enzymes (peptidases, sucrases et phosphatases). Enfin, la bile qui ne contient pas d'enzyme favorise l'absorption des graisses grâce aux sels biliaires : c'est l'émulsification.

L'intestin se contracte et se relâche continuellement, assurant ainsi le mélange et la propulsion des aliments. Cette action mécanique est qualifiée de péristaltisme intestinal et c'est grâce à elle que les restes du chyle (produit de la digestion intestinale) parviennent au côlon.

Une fois que les nutriments sont suffisamment transformés, ils sont absorbés par l'intermédiaire des villosités. Ce sont des millions de replis tapissant la paroi de l'intestin et permettant d’augmenter sa surface absorbante. Ce n'est qu'après l'absorption que les vaisseaux sanguins mènent les substances nutritives jusqu’aux cellules du corps.

La digestion colique : quelle est sa durée ?

Même si elle peut durer jusqu'à 53 heures, la digestion colique prend habituellement six à sept heures. Ici, le côlon absorbe l’eau et compresse les déchets de la digestion pour former la matière fécale (selles). 

Certains glucides complexes ne peuvent pas être digérés et absorbés par l’organisme : ce sont les fibres alimentaires. Elles arrivent donc intactes dans le gros intestin. Grâce à la flore bactérienne de ce dernier, certaines fibres (pectine, cellulose) fermentent et facilitent ainsi le parcours des selles.

Plus simplement, ces fibres ont la capacité de retenir de l'eau et donc d'éviter que les selles soient trop dures. Les selles séjournent ensuite six à sept heures dans le rectum (segment reliant le côlon à l'orifice anal) avant d'être expulsées par l'anus.

A lire aussi : Existe t-il un bon médicament pour une digestion difficile ?

À voir aussi