Les 6 erreurs à ne pas faire au lit !

durée idéale rapport sexuel

Hygiène, préservatif, gel lubrifiant ou moyen de contraception… Les bons gestes peuvent parfois vous sauver la vie !

Alors quelles sont les erreurs que nous faisons tous les jours ?

Entre éjaculation « surprise », caresses trop « brusques » ou encore simulations, le sexe à parfois la vie dure (sans mauvais jeu de mots)…

Heureusement, Charles est là pour vous, afin de vous éviter ces déconvenues !

Les erreurs à ne pas faire au lit : ne négligez pas votre hygiène !

Ne pas changer de sous-vêtement – tout en en faisant profiter son partenaire – d’une part ce n’est pas très respectueux, et d’autre part, si vos propres odeurs ne vous gênent pas, mettez vous à la place de celui ou celle qui aura votre sexe sous le nez (ou dans la bouche) !

Donc notre premier conseil : ayez une hygiène impeccable !

Et cela ne passe pas uniquement par les vêtements : attention à l’haleine et à l’odeur corporelle. Pour les hommes, la barbe est un nid à microbe et prend très vite les odeurs : lavez-vous la barbe comme on se lave les cheveux !

Souvenez-vous que les odeurs jouent un rôle essentiel dans notre désir et notre excitation : les êtres humains sont olfactifs, particulièrement sensibles aux phéromones que dégagent nos corps.

C’est presque animal : selon les odeurs, nous aurons plus ou moins d’attirance pour une personne !

Donc ne sous-estimez pas votre hygiène globale : avant un rapport, n’hésitez pas à prendre une petite douche (si possible) ou faire un passage éclair (mais salvateur) au lavabo.

Et bien sûr, des fois les choses nous prennent par surprise : c’est pourquoi garder un petit paquet de chewing-gum peut vous sauver la mise !

Les erreurs à ne pas faire au lit : ne pas oublier le préservatif… Et bien l’utiliser !

C’est souvent très frustrant de se rendre compte au dernier moment qu’on a pas de préservatif : ça casse l’ambiance et pas facile de cacher sa déception…

Donc, ce n’est pas un geste très compliqué : ayez toujours un préservatif avec vous ! Ça évite les mauvaises surprises.

Autre point important : un préservatif est à usage unique et ne se double pas ! Oui, surprenant, mais ce genre d’erreurs existe…

Un préservatif pour un seul rapport donc.

Enfin, un aspect également important, plutôt à destination des filles. Il peut arriver que le préservatif « craque » : pas de panique, il existe des pilules du lendemain (ou qui peuvent même se prendre quelques jours après un rapport à risque).

Et point important, faites un dépistage, car le risque de contracter une IST est hélas présent.

Si cela vous rassure, vous pouvez anticiper et toujours avoir une pilule du lendemain avec vous ; ce n’est pas indispensable, mais ça peut vous sauver la mise si vous êtes dans un endroit isolé.

De même, si vous avez un doute quand au risque d’infection au VIH, il existe un traitement à prendre dans les heures qui suivent ce rapport à risque : le traitement post-exposition (TPE). 

Les erreurs à ne pas faire au lit : attention aux caresses (« préliminaires ») « sèches » : le sexe, c’est mieux quand ça glisse !

Peu importe le moment où vous commencez à vous caresser, n’oubliez pas que ce n’est jamais très agréable « à sec » !

Que vous masturbiez le pénis de votre partenaire ou la vulve de votre chère et tendre, humidifier son sexe est important, afin que cela « glisse » bien.

Nous vous conseillons donc de toujours avoir un gel lubrifiant à base d’eau pas loin, qui fonctionne aussi très bien avec un préservatif – si besoin !

Le conseil low cost à base de salive doit vraiment être la dernière option car n’oubliez pas que la salive peut être un vecteur de certaines IST (herpès par exemple).

Donc pour éviter les douleurs ou la gêne, le gel lubrifiant est l’option la plus safe. Il en existe même avec des goûts pour les plus gourmand.es !

Les erreurs à ne pas faire au lit : l’explosion surprise

À moins que les choses ne soient claires entre vous et votre partenaire (ce qui n’est généralement pas le cas la première fois), n’éjaculez pas sans prévenir !

Même si votre partenaire pourrait aimer ça, dans le doute, mieux vaut prendre ses précautions, et être sûr d’avoir le consentement de son/sa partenaire.

Ça ne demande pas beaucoup d’effort ; même si votre partenaire aime la soumission, la moindre des choses est de prévenir.

Car en plus de surprendre, avoir du sperme dans la bouche (ou ailleurs) sans mise en garde au préalable pourrait en rebuter plus d’un/une. Tous les spermes n’ont par ailleurs pas le même goût ou la même odeur, selon notre alimentation !

Et point essentiel, de nombreuses IST se véhiculent de cette manière.

Bref, laissez votre partenaire décider de l’endroit où il/elle veut évacuer votre orgasme !

Les erreurs à ne pas faire au lit : préférez la douceur lorsque vous ne connaissez pas votre partenaire

Rien ne vous empêchera d’accélérer le rythme plus tard (votre partenaire pourra vous le faire savoir d’ailleurs), mais au départ, commencez doucement : caresses, baisers, pénétration (s’il y a pénétration) ; vous ne connaissez pas votre partenaire.

Prenez le temps de découvrir l’autre, sentir ce qu’il/elle aime ; écoutez ses réactions, ADAPTEZ-VOUS !

Tous les partenaires n’aiment pas les mêmes pratiques avec la même intensité : ce n’est parce que votre partenaire précédent aimait le sexe « musclé » qu’il faut réitérer ça à chaque fois !

Soyez doux ; ni trop rapide, ni trop lentement : et votre partenaire se chargera de vous faire savoir s’il faut accélérer ou ralentir.

Et enfin, ne simulez pas !

Un conseil qui concerne plutôt les femmes : simuler n’est pas une solution ! Nous ne changerons pas les comportements des uns et des autres en simulant… Comment faire des hommes de meilleurs amants si leurs partenaires simulent ?

Les uns ont l’impression de bien faire et les autres se plaignent dans leurs dos ou sont déçues. Résultat : gros malentendus en perspective.

Non, si vous n’aimez pas, ne faites pas semblant ; il ne s’agit pas de dire « j’aime pas » ce qui peut être très vexant… Mais plutôt être naturelle et sincère.

Aucun partenaire n’aimerait apprendre qu’on n’avait pas vraiment envie de faire l’amour et/ou qu’il/elle simulait. Ça marche dans les deux sens : respect et sincérité.

On ne fait pas l’amour pour « faire plaisir à l’autre » sans en avoir réellement envie, tout comme on ne force pas une personne qui n’a pas vraiment envie sur le moment. Particulièrement lorsqu’il s’agit de la première fois.

Cela paraît évident, mais autant le rappeler. Vous êtes maintenant paré.es pour éviter les pièges ; protégez-vous et amusez vous !

À propos de Charles.co

Charles.co est une plateforme de santé dédiée aux hommes. Elle regroupe des spécialistes, médecins sexologues, et pharmaciens français pour construire une solution de qualité, sûre et accessible à tous.

Charles est une société immatriculée 844 332 130 en France au RCS de Paris. Ses données sont collectées et traitées chez un hébergeur agréé et certifié pour les données de santé au sens des dispositions de l’article L. 1111-8 du Code de la santé publique.

La plateforme vous permet de consulter en ligne parmi 15 médecins titulaires d’un DIU en sexologie (voir notre équipe médicale). La consultation en ligne peut se dérouler par messages écrits, téléphone ou visioconférence. Elle regroupe l’ensemble des avantages suivants :

  • Consulter un médecin spécialiste en sexologie (qui traite ce type de troubles quotidiennement)
  • Payer sa consultation 35€ au lieu de 90€ (prix constaté pour des consultations en physique avec un sexologue)
  • Obtenir un RDV en 24h (l’attente moyenne constatée pour obtenir un RDV avec un sexologue en France est de plusieurs mois)
  • Commander votre traitement en ligne et être discrètement livré à domicile par une pharmacie française

Consulter immédiatement un médecin sexologue en ligne sur Charles.co

Consultation (téléphone, vidéo ou messagerie privée) depuis chez vous avec un médecin sexologue français (35€). Délivrance de fiches conseils ainsi que d’une ordonnance pour des traitements si nécessaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *