AccueilBlogSexualitéComment fonctionne l’excitation sexuelle ?

Comment fonctionne l’excitation sexuelle ?

Comment fonctionne l’excitation sexuelle ?

L’excitation sexuelle chez l’homme se traduit par l’érection du pénis et la survenance de l’orgasme ou de l’éjaculation. Plusieurs neurotransmetteurs sont impliqués dans ces mécanismes : dopamine, sérotonine, monoxyde d’azote ou encore ocytocine.

Mais comment différencier le désir sexuel (la libido) de l'excitation sexuelle ? 

Rôle du cerveau dans le désir et l’excitation sexuelle, Charles distingue pour vous ces deux phases de la réponse sexuelle masculine. 


Problèmes d'érection ? Consultez un médecin médecin sexologue en ligne sur Charles.co

Télé-consultation (téléphone, vidéo ou messages) avec un médecin sexologue (35€).

Délivrance d’une ordonnance si nécessaire.


Comment différencier le désir de l’excitation sexuelle ?

Est-ce que je suis excité parce que je désire ? Ou bien est-ce l’excitation qui déclenche le désir ? Cette question a longtemps animé la science et la littérature. 

Au milieu des années 1950, Kaplan d’après les travaux de Masters and Johnson, Freud ou encore Lacan, décrit le désir sexuel comme étant “la première phase de la réponse sexuelle”.

Cette définition implique donc une causalité, une chronologie, entre le désir sexuel et l’excitation sexuelle : c’est le désir sexuel qui ferait naître l’excitation sexuelle. 

Or, d’un point de vue clinique, cette réalité n’est pas toujours observée. 

Autrement dit, il peut arriver que l’acte sexuel débute malgré une absence de désir, mais que le désir se manifeste ensuite une fois que le rapport sexuel déclenche une excitation physiologique (physique et psychologique). 

Donc, la fonction sexuelle ne semble pas forcément suivre un schéma linéaire qui serait :

  • 1) une phase de désir ;
  • et 2) une phase d’excitation (du moins chez la femme). 

En réalité, le désir sexuel semble impliquer de nombreux mécanismes interpersonnels, évolutifs, dont les origines peuvent être complexes. 

Nous savons que des facteurs motivationnels influencent par exemple la libido (désir sexuel) mais aussi l’excitation sexuelle. Que ce soit sur le plan personnel (l’âge, la culture, l’éducation, etc.) ou le plan relationnel (vie de couple par exemple). 

Mais avant de différencier plus précisément le désir sexuel de l’excitation, voyons de plus près comment ils fonctionnent d’un point de vue neurologique et physiologique. 

Définition : désir sexuel

Le désir sexuel est défini comme une expérience subjective, un élan personnel qui pousse quelqu’un à rechercher, débuter une expérience sexuelle, une stimulation sexuelle, ou y être réceptif. 

L’objectif du désir serait donc de donner l’impulsion qui permettra par la suite de satisfaire un plaisir sexuel potentiel. Là encore, Kaplan donne une définition claire du désir sexuel : il s’agit selon elle de “l’augmentation de la fréquence et de l’intensité des pensées (ou des fantasmes) sexuels et du désir sexuel”. 

On distingue également un désir sexuel qui peut être "spontané" ou alors “réactif”. Dans le cas du désir sexuel réactif, c’est ce qui se produit lorsque le désir intervient après qu’une excitation physiologique l’ait déclenchée. 

Plusieurs types de stimulation peuvent par ailleurs déclencher le désir sexuel : l’imaginaire érotique, la mémoire d’expériences passées, des émotions, ou à plus large échelle, la combinaison de l’effet des cinq sens.   

En résumé, il est très difficile de “mesurer” le désir sexuel puisqu’il est avant tout une expérience subjective. Sur un plan neurophysiologique, il implique :

  • Le système limbique, en charge notamment des émotions ;
  • Et l’hypothalamus, qui permet la synthèse et la sécrétion de neurohormones. 

Le désir sexuel se caractérise donc par un jeu complexe, impliquant différentes hormones sexuelles et différents neurotransmetteurs, propres au plaisir et au système de la motivation et de la récompense. Les principales hormones (et neurotransmetteurs) sexuelles sont : la testostérone, la progestérone, l’oestrogène, la dopamine, l’ocytocine ou encore la sérotonine. 

Toutefois, il est encore difficile d’identifier le rôle précis de ces hormones et neurotransmetteurs. Et de savoir lesquels augmentent le désir et lesquels l’inhibent (le diminuent). 

Définition : excitation sexuelle

L’excitation sexuelle est généralement comprise comme la seconde phase de la réponse sexuelle, même si nous avons vu que ce n’était pas toujours si simple. La définition classique de l’excitation sexuelle est la “sensation subjective des plaisirs sexuels, accompagnée des modifications physiologiques”. 

Chez l’homme, ces modifications comprennent par exemple le gonflement et l’érection du pénis. Alors que chez la femme, cette excitation se traduit par la vasocongestion (augmentation du flux sanguin) vers les organes génitaux, la lubrification vaginale ou encore l’élagissement du vagin. 

Donc, l’excitation peut être provoquée par différents stimuli allant des baisers, des mots ou des stimulations manuelles des parties génitales (zones érogènes) et non génitales du corps. 

On remarque également sous l’effet de l’excitation une augmentation des taux de testostérone et de d’ocytocine. Ils semblent que l’hypothalamus et le système limbique soient également impliqués dans les mécanismes de l’excitation.

Pourtant, peu d'études à ce jour se sont encore concentrées sur ces aires cérébrales, ne permettant pas de comprendre de manière précise la différence entre le désir et l’excitation sexuelle. 

Les 4 phases de l’excitation sexuelle

Selon les dernières études scientifiques, l’excitation sexuelle traverserait 4 phases :

  • Une phase autonomique ;
  • Une phase émotionnelle :
  • La phase motivationnelle ;
  • Et la phase cognitive.

Cette dernière phase peut elle-même être composée de différentes composantes : imagerie mentale, mécanismes attentionnels, relationnels, etc. Ces différentes phases de l'excitation sexuelle peuvent par ailleurs interagir entre elles et n’interviennent pas nécessairement dans un ordre chronologique. 

En fonction des stades de l’excitation, plusieurs zones du cerveau seront actives. 

Malgré le développement de l’imagerie fonctionnelle, qui a permis de mettre en évidence les zones du cerveau propres lors des mécanismes de l’excitation sexuelle chez l’homme et la femme (hypothalamus, système limbique, etc..), la distinction précise entre une excitation mentale (subjective), une excitation physique et le désir sexuel reste encore floue.

Comment fonctionne l’excitation sexuelle ?

L’excitation sexuelle peut se produire lors d’une activité sexuelle, en prévision d’une activité sexuelle ou encore par des mécanismes psychologiques (imageries mentales). Donc c’est un mélange subtil entre des stimuli (visuels, physiques, etc.) et des sécrétions hormonales propres au plaisir sexuel. 

L’excitation sexuelle naît généralement du cerveau, à partir d’une pensée ou d’un sentiment d’affection ou de proximité à l’égard d’une personne ; maais elle peut également survenir lorsqu’un.e partenaire stimule l’autre d’une quelconque façon (physique ou mentale) n’incluant pas nécessairement les parties génitales. 

Et d’ailleurs, les sources de l’excitation sexuelle sont spécifiques à chaque personne. 

Pour certain.es, l’attirance (physique, intellectuelle, etc.) est importante ; pour d’autres, une forme d’intérêt pour des zones du corps en particulier, des pratiques, des objets qui suscitent de l’attirance, ou encore le fait de fantasmer sur une personne ou des activités, etc.  

Chez l’homme, les réactions physiologiques de l’excitation sexuelle entraînent l’érection du pénis ; tandis que chez la femme, l’excitation provoque un gonflement des mamelons, de la vulve et du clitoris, ainsi que la lubrification vaginale.

La tension artérielle, la respiration et le rythme cardiaque s’accélèrent, que ce soit chez l’homme ou la femme. Lorsque l'excitation atteint son paroxysme, il est possible d’atteindre l’orgasme. 

Enfin, plein de facteurs peuvent interagir avec l’excitation sexuelle, l'accélérer ou la ralentir. Par exemple, le degré de détente, la fatigue, le stress, le repos, l’alcool, le tabac, les facteurs relationnels, etc.

Ce qu’il faut retenir

Que ce soit chez l’homme et la femme, l’imagerie fonctionnelle révèle l’activation de zones du cerveau bien précises et communes lors de l’excitation sexuelle. 

Pourtant, ces zones cérébrales ne s’activent pas de la même manière, et surtout, pas avec la même intensité ; ce qui suggère que les hommes et les femmes ne soient pas réceptifs de la même manière aux mêmes stimuli (physiques et/ou mentaux). 

En réalité, les mécanismes de l'excitation sexuelle sont très variables d’une personne à l’autre (même si d’un point de vue physiologique, elle répond aux mêmes mécanismes), et impliquent de nombreux facteurs subjectifs, biologiques et physiologiques, ou encore relationnels propres à chacun. 

Consultez immédiatement un médecin sexologue sur Charles.co

Charles.co est une plateforme de santé dédiée aux hommes. Elle regroupe des spécialistes, médecins sexologues, et pharmaciens français pour construire une solution de qualité, sûre et accessible à tous.

Charles est une société immatriculée 844 332 130 en France au RCS de Paris. Ses données sont collectées et traitées chez un hébergeur agréé et certifié pour les données de santé au sens des dispositions de l’article L. 1111-8 du Code de la santé publique.

La plateforme vous permet de consulter en ligne parmi 15 médecins titulaires d'un DIU en sexologie (voir notre équipe médicale). La consultation en ligne peut se dérouler par messages écrits, téléphone ou visioconférence. Elle regroupe l'ensemble des avantages suivants :

  • Consulter un médecin spécialiste en sexologie (qui traite ce type de troubles quotidiennement)
  • Payer sa consultation 35€ au lieu de 90€ (prix constaté pour des consultations en physique avec un sexologue)
  • Obtenir un RDV en 24h (l'attente moyenne constatée pour obtenir un RDV avec un sexologue en France est de 6 mois)
  • Eviter la gêne dans la salle d'attente

Consulter immédiatement un médecin sexologue en ligne

Consultation (téléphone, vidéo ou messagerie privée) avec un médecin sexologue (35€).

Délivrance de fiches conseils et d’une ordonnance  si nécessaire.

Ces articles pourraient également vous intéresser :