AccueilBlogSommeilQuel médicament prendre contre l’insomnie ?

Quel médicament prendre contre l’insomnie ?

Quel médicament prendre contre l’insomnie ?

Comme dans tous les troubles, identifier la cause de l’insomnie est la première marche vers le rétablissement de votre bien être. Pour cela, une consultation chez votre médecin traitant devrait être le premier réflexe. Il est le mieux placé pour prendre en compte les différents signaux de votre organisme et envisager un médicament contre l'insomnie adapté.

Vos habitudes de sommeil pourraient être en cause, tout comme certains dysfonctionnements sous-jacents. C’est l’expérience du professionnel de santé qui permettra d’établir un diagnostic clair et d’adopter la thérapie la mieux adaptée à votre physiologie. L’automédication est à éviter.

Si la piste médicamenteuse est celle choisie pour vous soigner, il faudra encore choisir entre les somnifères courants et les médicaments à la mélatonine en fonction de votre mode de vie et de l’intensité de votre trouble.

Quelles sont les causes de l’insomnie ?

L’insomnie regroupe des troubles liés à un endormissement difficile ou à un sommeil de mauvaise qualité. En général, ce sont les désordres induits par notre santé psychique qui font le lit de l’insomnie. On peut citer l’anxiété, le stress ou la dépression par exemple.

Ces causes psychologiques et psychiatriques, lorsqu’elles ne sont pas appréhendées selon leurs racines profondes, s'auto alimentent et aggravent votre insomnie. On se retrouve face à une situation d’insomnie chronique avec des impacts négatifs importants sur la concentration, l’activité professionnelle et la vie sociale.

On peut relever aussi des causes secondaires liées au mode de vie ou à l’environnement.

Youtube Video

Les causes liées au mode de vie ou à la physiologie

Une consommation inappropriée de stimulants comme le café, le tabac ou l’alcool peut affecter la qualité de votre sommeil. Ces excitants perturbent votre horloge biologique, ce faisceau de mécanismes biochimiques agissant comme un métronome ou un chef d’orchestre dans votre organisme.

L’horloge interne définit votre rythme circadien en fonction de votre physiologie et réserve des plages à une activité centrale : le sommeil. En ayant une consommation soutenue de stimulants, votre rythme biologique se modifie. 

Le rythme circadien englobe tous les processus biologiques programmés par votre corps sur une durée de 24 heures. On comprend donc que cette horloge interne qui planifie notre maintien en vie et en bonne santé, soit sensible à notre hygiène de vie.

Certains facteurs hormonaux expliquent par exemple le fait que les femmes souffrent plus souvent de manque de sommeil que les hommes. 

Les causes environnementales

Le sommeil est impacté par le contexte dans lequel il a lieu. Occasionnellement on peut s’accommoder d’un sac de couchage sur un sol dur, entouré de personnes bruyantes. Mais sur la durée, une ambiance de sommeil non propice comme une literie inconfortable, une luminosité trop forte ou un parasitage sonore peuvent induire de l’insomnie. Pensez à changer votre oreiller et renouveler votre literie dès qu'il le faut.

Plus qu’un besoin, le bon sommeil doit être un plaisir recherché. Il accroît votre réactivité et votre productivité. Toutes vos activités seront positivement impactées au lendemain d’un bon sommeil.

Le cas particulier du syndrome de Morvan

Il s’agit d’une maladie neuromusculaire très rare qui affecte le sommeil. Curieusement il n’impacte pas la mémoire ou la capacité d’attention. 

En principe on ne peut survivre plus de 10 jours d'affilée sans sommeil. Mais dans le cas de ce syndrome, les patients atteints d’agrypnie, une perte totale de sommeil, peuvent tenir des mois sans dormir.

Ils sont alors sujets à des tremblements, des hallucinations et délire souvent. C’est une maladie des synapses. Ce trouble du sommeil peut aujourd’hui se soigner grâce à un traitement antiépileptique.

C’est quoi un bon sommeil ?

Un bon sommeil, satisfaisant en quantité et en qualité, détermine votre forme mentale, physique et psychologique au réveil. Le bon sommeil repose, répare, régénère. En fait, une nuit de sommeil est une succession de cycles de 90 à 110 minutes environ qui se décomposent comme suit :

  • Un sommeil léger comprenant une baisse de tonus musculaire et un rythme cardiaque qui ralentit ;
  • Un sommeil lent profond au cours duquel les cellules se régénèrent ;
  • Le sommeil paradoxal fait de récupération nerveuse et psychique, pendant lequel se passent les rêves dont nous nous souvenons le mieux.

Au bout de ces 3 phases survient un réveil nocturne ou alors un autre cycle s’enclenche.

En règle générale, lorsque 85% du temps passé au lit a été consacré à dormir, on peut dire qu’on a eu un bon sommeil. Grâce à une bonne routine de sommeil, l’endormissement survient en moins de 30 minutes et en principe on ne doit pas avoir plus d’un réveil par nuit. Ainsi on se réveille bien régénéré et on n’est pas sujet à de la somnolence diurne.

Le bon sommeil est fortement corrélé à notre activité hormonale puisque c’est la mélatonine, naturellement synthétisée et sécrétée par la glande pinéale, qui permet l’endormissement. Cette hormone du sommeil régule nos rythmes physiologiques naturels pour favoriser un sommeil réparateur. Peu de français arrivent à consacrer 8 heures au sommeil et près de 13% d’entre eux sont sujet à une insomnie chronique.

Les principaux médicaments contre l’insomnie 

Le meilleur traitement contre l’insomnie est de restaurer une bonne hygiène de vie et un équilibre intérieur qui favoriseraient un bon endormissement et un sommeil réparateur. Avant d’envisager les médicaments de type somnifères, vous pouvez explorer des voies plus douces comme la phytothérapie.

Commencez par consulter un médecin spécialiste qui, suite à un diagnostic approprié, va vous prescrire un traitement insomnie adapté à votre cas. Il prendra en compte votre physiologie et votre mode de vie. Dans l'idéal, le traitement doit être court. Par ailleurs, une variété de médicaments permet de remédier à l’insomnie.

  1. Les somnifères

Ce sont des hypnotiques, des médicaments facilitant l’endormissement, et parfois le maintien de l’état de sommeil. En situation de maladie psychique, les antidépresseurs, neuroleptiques ou anxiolytiques peuvent faciliter le sommeil.

Youtube Video
  1. Les sédatifs

Ils calment et apaisent en réduisant la charge mentale et la nervosité. En ce sens, ils facilitent le sommeil mais peuvent aussi induire une certaine somnolence. On les retrouve dans certains médicaments antitussifs, anti douleurs ou dans des traitements contre l’hypertension artérielle. Ils ne doivent pas être combinés entre eux ni associés à de l’alcool.

  1. Les autres voies

L’homéopathie propose des solutions en comprimés ou sirop pour lutter contre les insomnies. Relaxation, méditation, yoga, acupuncture ou psychothérapie brève peuvent aussi aider contre l’insomnie. 

Si on retrouve couramment les hypnotiques antihistaminiques en vente libre, sans ordonnance médicale, ce sont les anxiolytiques et les hypnotiques proches des benzodiazépines qui sont souvent prescrits contre l’insomnie.

Médicament contre l'insomnie n°1 : la phytothérapie

Il existe des plantes relaxantes reconnues de longue date pour soulager le stress et l’anxiété. Plus douces, elles peuvent aussi aider à se sevrer d’un somnifère. Parmi les plus utilisées on retrouve la valériane, l’aubépine, la mélisse et la passiflore. Elles sont efficaces pour traiter l'insomnie liée au stress.

Formulées à partir d’une seule plante ou par combinaison de plusieurs d’entre elles, des médicaments contre l’insomnie, en gélules ou comprimés, existent.

Médicament contre l'insomnie n°2 : les benzodiazépines, des anxiolytiques classiques

Parmi les plus prescrits dans le passé, les molécules de cette classe de médicaments contre l’insomnie ont pour action principale, de diminuer l’anxiété, d’où leur nom d’anxiolytiques. Les plus connues sont le Xanax, le Valium ou le Lexomil. 

Certaines ont une durée d’action courte et conviennent pour traiter des insomnies passagères ou de début de nuit. D’autres ont une durée d’action moyenne et traitent bien les insomnies de milieu de nuit. Les médecins prescrivent les benzodiazépines avec une durée d’action longue contre les insomnies chroniques ou de fin de nuit. 

Prises juste avant le coucher, elles ont un effet notoire sur le sommeil mais ont tendance à réduire la durée des phases profondes du cycle de sommeil. Ces phases sont pourtant les plus reposantes. Ces benzodiazépines sont aussi réputées pour altérer la mémoire et entraîner un état de dépendance.

Malgré leur effet calmant et hypnotique, elles restent longtemps dans l’organisme et affectent l'état d'éveil. Les problèmes d’équilibre dans l’espace, d’élocution ou de confusion sont également des effets secondaires connus de ces molécules.

Médicament contre l'insomnie n°3 : les hypnotiques non-benzodiazépines, la nouvelle génération

Ce sont des somnifères proches des benzodiazépines. Ils sont plus récents et actuellement les plus prescrits contre l'insomnie. Cette classe de médicaments repose sur des molécules dont la structure est assez différente des benzodiazépines. Elles agissent à la fois sur l’anxiété et le sommeil.

Grâce à une action plus ciblée visant des récepteurs spécifiques, elles agissent précisément sur la zone du cerveau qui contrôle et influence le sommeil. Résultat, les patients bénéficient d’une qualité de sommeil nettement améliorée avec un sommeil paradoxal notablement préservé.

Ils entraînent aussi moins de dépendance. De plus, ils permettent un état de veille et de vigilance beaucoup plus satisfaisant pour les patients. Parmi les plus courants on peut citer :

  • Le Zolpidem, dérivé de la famille des imidazopyridines à action hypnotique rapide et limitée dans le temps ;
  • Le Zopiclone, dérivé de la famille des cyclopyrrolones, provoque un endormissement rapide. Néanmoins, il cause aussi de l'amnésie antérograde et peut entrainer une dépendance.

Médicament contre l'insomnie n°4 : les antihistaminiques hypnotiques

Formulés pour traiter des allergies, ces médicaments se révèlent posséder un effet sédatif. Ainsi, ils traitent bien les insomnies occasionnelles, et n’entraînent pas de phénomène d’accoutumance.

Toutefois, des effets secondaires comme une somnolence diurne due à leur action longue, de la constipation ou une sécheresse buccale peuvent survenir.

Médicament contre l'insomnie n°5 : la mélatonine 

Disponibles en comprimés, des médicaments à base de mélatonine sont prescrits dans les cas d’insomnie liée à une insuffisance de mélatonine naturelle. Ils ont une action sédative et se prennent selon des doses allant de mélatonine 1 mg à mélatonine 5 mg dans l’heure précédent le coucher. Par ailleurs, en France, il est possible de se les procurer sans ordonnance jusqu'à un dosage de 2 mg.

Il existe de nombreux compléments alimentaires pour le sommeil. On y retrouve souvent de la mélatonine, associée à des plantes sédatives. Vous trouverez par exemple Arkorelax sommeil, ZzzQuil sommeil ou Ergystress sommeil.

Redécouvrez le sommeil avec un médecin spécialiste sur Charles.co.

Télé-consultation (téléphone, vidéo ou messages) avec un médecin spécialiste du sommeil.

Délivrance d'un plan de traitement personnalisé si nécessaire.

Qui veut être mon associé
Découvrez le passage de Charles.co sur 
M6
Voir le replayfleche-droite-fine-picto