Anaphrodisie : tout savoir sur l’anorexie sexuelle et le manque de désir

Libido

L’anaphrodisie est un trouble du désir sexuel et peut être caractérisée à plus large échelle, comme l’absence d’intérêt pour la sexualité.

On distingue deux cas de figure : une anaphrodisie primaire et une anaphrodisie secondaire ; causée par des événements médicaux, relationnels, psychologiques…

Au sein du couple, l’anaphrodisie peut être une véritable source de souffrance.

Faisons le point sur ce trouble sexuel du désir, sa définition, ses causes et sa prise en charge.

Consultez un médecin et commandez votre traitement depuis une pharmacie dès maintenant sur Charles.co

Consultation (téléphone ou messagerie privée) depuis chez vous avec un médecin sexologue français (35€). Délivrance d’une ordonnance et livraison de médicaments à domicile depuis une pharmacie française.

[Vidéo] : Comment rester en forme et bien vieillir sexuellement ?

Consultez en ligne avec le docteur Gilbert Bou Jaoudé sur Charles.co

Anaphrodisie : définition

L’anaphrodisie, encore nommée anorexie sexuelle, est l’absence de désir et d’intérêt sexuel sous toutes ses formes : coït, caresses, masturbation…

Ce trouble du désir est assez peu fréquent, 1 à 3% chez les hommes de moins de 50 ans, contre 2,5 à 15% chez les femmes. Ces chiffres augmenteraient avec l’âge.

Source de souffrance personnelle ou conjugale, il convient toutefois de ne pas confondre ce trouble sexuel avec d’autres ; comme l’anorgasmie par exemple (l’impossibilité à atteindre l’orgasme).

En réalité, une personne consultant pour anaphrodisie ne souffre pas obligatoirement de difficulté à jouir ; elle peut même prendre du plaisir.

Seul le désir manque : le rapport n’est pas spontané.

[Vidéo] : Quelles sont les causes d’une baisse de libido ?

Anaphrodisie : les causes et les différentes formes

Il existe deux formes d’anaphrodisie : la primaire et la secondaire.

Anaphrodisie : la forme primaire

Il semblerait que l’anaphrodisie primaire survienne en même temps que les premiers rapports sexuels.

Les causes sont souvent physiologiques ou médicales.

Lors de la puberté, le corps et les organes génitaux doivent se développer ; il arrive qu’une pathologie, une carence hormonale, puisse troubler ce bon développement.

Des problème psychologiques peuvent en être également la cause : psychoses, angoisses, stress, traumatismes importants, violences sexuelles…

Enfin, on peut retrouver à l’origine de l’anaphrodisie primaire : l’éducation, le milieu culturel, des représentations négatives de la sexualité, véhiculées souvent par la famille…

Un refoulement de sa sexualité ou de son genre (homosexualité par exemple) peut conduire une personne à complètement inhiber l’ensemble de la sexualité.

Anaphrodisie : la forme secondaire

Un événement déclenche alors souvent cette seconde forme d’anaphrodisie dite secondaire ; un événement médical, psychique ou relationnel…

Le désir semble s’être évaporé d’un seul coup, et de manière durable.

Les causes peuvent être nombreuses : une maladie endocrinienne, souvent causée par un dysfonctionnement hormonal, des infections urinaires ou génitales fréquentes, pouvant entrainer une baisse de désir

De manière générale, n’importe quel trouble sexuel peut conduire à une absence de désir, si ce trouble entretient un rapport d’échec avec la sexualité : une dysfonction érectile persistante et non-prise en charge, par exemple, pousse certains hommes à inhiber complètement leur sexualité.

L’acte sexuel devient effrayant, dangereux, traumatisant : je ne prends plus ce risque et j’occulte la sexualité de ma vie.

Par ailleurs, la consommation de drogues ou d’alcool, ne favorise pas le désir, au contraire ; tout comme les psychotropes ou les médicaments de la classe des antidépresseurs.

Enfin, toute pathologie affectant l’appareil génital peut être traumatisante et donc nuire à la libido.

Des causes psychologiques sont aussi nombreuses, comme la dépression, un deuil, la perte d’un emploi, des maladies chroniques favorisant le stress ou l’anxiété…

Les conséquences de l’anaphrodisie

Tout d’abord, l’anaphrodisie n’est pas toujours un problème pour la personne concernée, qui peut très bien vivre sa vie sans désir sexuel ; ce cas de figure concerne plutôt l’anaphrodisie primaire.

La personne ne cherche pas spécialement à consulter, car ce trouble, installé depuis toujours, est presque devenu normal.

La personne peut être amenée à consulter par un souci de normalité ou pour construire une relation affective ; l’absence de sexe peut être un problème pour le/la partenaire.

Dans le cadre d’une relation et d’une anaphrodisie secondaire, les problèmes sont plus nombreux et difficiles ; les critiques du partenaire peuvent devenir une source de conflit, perçues comme des agressions, et à l’origine de frustration.

Consulter devient souvent nécessaire, au risque de nuire définitivement à son couple.

Quelles solutions à l’anaphrodisie ?

Généralement, l’anaphrodisie peut se guérir, lorsque la personne est déterminée à changer sa sexualité.

Pour autant, ce n’est pas toujours évident ; il faut identifier les causes, qui peuvent être nombreuses.

Ce trouble est installé depuis longtemps, et peut faire ressurgir des traumatismes anciens liés à l’enfance ou à l’adolescence : abus sexuels, représentations négatives de la sexualité…

La prise en charge avec un médecin sexologue est souvent nécessaire.

Que les causes soient hormonales, psychologiques ou relationnelles, il existe des traitements adéquats : conseils sexologiques, éducation sexuelle, prise en charge psychologique après une opération ou l’annonce d’une maladie, traitements médicamenteux…

Chaque cas est différent et le traitement adapté.

En conclusion

La sexualité joue un rôle important dans la vie, que ce soit d’un point de vue personnel ou en couple.

Il peut être intéressant de consulter si une absence totale de désir sexuel se fait ressentir ; même si on est célibataire et que les choses ne nous dérangent pas.

Que ce soit d’un point de vue hormonal, physiologique ou psychologique, il est important de comprendre cette absence de désir et de la considérer comme un trouble.

Des comportements d’inhibition ou de refus de la sexualité peuvent être dangereux, si on ne cherche pas à en comprendre les causes.

Selon les individus, des solutions efficaces peuvent être apportées.

[Vidéo] : Pourquoi consulter un médecin sexologue ?

Consultez en ligne avec le docteur Gilbert Bou Jaoudé sur Charles.co

Consultez un sexologue en toute sécurité sur Charles.co

Charles.co est une plateforme de santé dédiée aux hommes. Elle regroupe des spécialistes, médecins sexologues, et pharmaciens français pour construire une solution de qualité, sûre et accessible à tous.

Charles est une société immatriculée 844 332 130 en France au RCS de Paris. Ses données sont collectées et traitées chez un hébergeur agréé et certifié pour les données de santé au sens des dispositions de l’article L. 1111-8 du Code de la santé publique.

La plateforme vous permet de consulter en ligne parmi 15 médecins titulaires d’un DIU en sexologie (voir notre équipe médicale). La consultation en ligne peut se dérouler par messages écrits, téléphone ou visioconférence. Elle regroupe l’ensemble des avantages suivants :

  • Consulter un médecin spécialiste en sexologie (qui traite ce type de troubles quotidiennement)
  • Payer sa consultation 35€ au lieu de 90€ (prix constaté pour des consultations en physique avec un sexologue)
  • Obtenir un RDV en 24h (l’attente moyenne constatée pour obtenir un RDV avec un sexologue en France est de plusieurs mois)
  • Commander votre traitement en ligne et être discrètement livré à domicile par une pharmacie française

[Vidéo] : Comment se déroule une télé-consultation sur Charles.co ?

Consultez en ligne avec le docteur Gilbert Bou Jaoudé sur Charles.co

Consultez un médecin et commandez votre traitement depuis une pharmacie dès maintenant sur Charles.co

Consultation (téléphone ou messagerie privée) depuis chez vous avec un médecin sexologue français (35€). Délivrance d’une ordonnance et livraison de médicaments à domicile depuis une pharmacie française.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *