AccueilBlogISTSérologie VIH : comment interpréter les résultats ?

Sérologie VIH : comment interpréter les résultats ?

Sérologie VIH : comment interpréter les résultats ?

Il n’est pas toujours facile de réaliser une sérologie VIH : où se rendre ? Quel délai attendre ? Comment lire les résultats ? Que faire en cas de séropositivité ? On vous explique tout sur le dépistage du virus du sida.

VIH : définition et symptômes

Le VIH désigne le virus de l’immunodéficience humaine. Il s’agit d’une infection sexuellement transmissible. Elle se transmet donc par voie sexuelle (pénétration vaginale, anale et sexe oral) mais pas seulement. Le sang peut aussi transmettre le virus.

La plupart du temps, l’infection par le VIH est asymptomatique. Toutefois, il arrive que certains patients ressentent des symptômes similaires à ceux de la grippe. Difficile donc de s’apercevoir qu’il se passe quelque chose ! Et pourtant, le virus s’installe et il s’attaque aux cellules de votre système immunitaire. Cette phase silencieuse mais dévastatrice dure plusieurs années. Ensuite, lorsque votre système immunitaire est affaibli, vous passez au stade final de l’infection : le sida, syndrome d’immunodéficience acquise. Incapable de se protéger, votre organisme est sujet à des pathologies graves et opportunistes qui finissent par causer la mort.

Comme vous l’avez compris, il s’agit d’une infection génitale aux lourdes conséquences dont il est nécessaire de limiter la circulation. Le dépistage régulier du VIH est donc primordial. Cela permet de prendre connaissance de votre infection et donc d’agir pour ne plus la transmettre à vos partenaires sexuels. Mais surtout, un diagnostic précoce permet une meilleure prise en charge de la maladie, freinant l’évolution vers le sida.

La seule façon de dépister le VIH est d’effectuer une sérologie, car c’est dans le sang que l’on peut détecter la présence du virus.

Youtube Video

Comment faire une sérologie VIH ?

Il y a 3 manières d'effectuer un bilan sanguin VIH.

1. Le test ELISA

Le test sanguin ELISA de 4ème génération s'effectue au sein d’un laboratoire d’analyses médicales. Contrairement aux autres tests IST, le dépistage du VIH ne nécessite aucune ordonnance, aucun rendez-vous et aucune avance de frais. La prise de sang et le test ELISA y sont donc gratuits pour tout le monde afin de faciliter l’accès au dépistage du VIH.

On parle de test combiné, car il recherche à la fois les anticorps anti-VIH HIV-1 et HIV-2, et l'antigène P24 (Ag P24) du VIH.

À noter : il n’est pas nécessaire d’être à jeun pour effectuer le prélèvement sanguin.

2. Le TROD

Le TROD désigne le Test Rapide d’Orientation Diagnostique. Il s’agit d’un test qui donne un résultat bien plus rapide que le test ELISA. Il est possible de le réaliser dans les associations de lutte contre le sida ou au sein des CeGIDD. Ils sont alors faits gratuitement par une personne formée et ne nécessitent pas d’ordonnance de dépistage IST. Il est même possible de rester anonyme durant tout le déroulement.

Le TROD ne nécessite qu’une goutte de sang prélevée au bout du doigt pour détecter une infection par le virus.

Le test TROD recherche uniquement la présence des anticorps anti-VIH HIV1 et HIV2, mais cela ne le rend pas moins fiable.

3. L’autotest

L’autotest VIH est en fait un TROD conçu pour être réalisé par le patient lui-même. Il s’agit donc d’un auto-dépistage à domicile. Vous prélevez vous-même une goutte de sang au bout de votre doigt à l’aide d’un auto-piqueur et vous la déposez sur le test. Réalisé correctement (lisez bien la notice !), il est également très fiable.

Les autotests se trouvent en pharmacie. Ils sont en vente libre et coûtent moins de 30 euros. La sécurité sociale ne prend pas en charge l’achat de ces tests VIH en pharmacie.

Quand faire la sérologie VIH ?

Le délai à respecter entre la prise de risque et le test dépend du type de dépistage choisi.

Pour un test ELISA, il faut attendre 6 semaines avant de réaliser le test. Ainsi, s’il n’y a pas eu de nouvelle prise de risque dans ce laps de temps, le résultat du test est fiable.

Pour le TROD et l’autotest, c’est un délai de 3 mois qu’il faut laisser. Là aussi, le test est fiable s’il n’y a pas eu de nouvelle prise de risque entre-temps.

Il est très important de préciser que si votre prise de risque est très récente, c’est-à-dire il y a moins de 48h, il est possible d’agir immédiatement ! Rendez-vous à l’hôpital très rapidement afin d’y recevoir un TPE, Traitement Post-Exposition. N’attendez pas 6 semaines ou 3 mois pour savoir si vous avez contracté le virus ou non… Il est possible de bloquer l’infection, même si vous avez bel et bien été en contact avec le VIH. Plus le TPE est pris rapidement (l’idéal étant dans les heures qui suivent le rapport sexuel non protégé), plus il sera efficace pour éviter une séroconversion.

À lire aussi : quelles sont les 4 IST les plus fréquentes ?

Quel est le délai pour avoir les résultats d’une sérologie VIH ?

Là encore, tout dépend du type de test réalisé.

Pour un test ELISA en laboratoire, il faut compter 1 à 3 jours pour recevoir les conclusions du dépistage. En revanche, pour les TROD et les autotests, le résultat est attendu en 15 minutes seulement, d’où leur qualification de tests rapides.

Comment interpréter les résultats d’une sérologie VIH ?

Si vous avez réalisé un test ELISA en laboratoire, il faut regarder la mention “négatif” ou “positif”.

  • Le test ELISA est négatif => votre sérologie HIV1 et HIV2 est négative. Vous n’avez pas contracté le virus et, ainsi, vous pouvez être rassuré si votre dernière prise de risque remonte à plus de 6 semaines.
  • Le test ELISA est positif => il semble que vous ayez contracté le virus. La séropositivité doit être établie avec un test de confirmation Western-Blot. En effet, même si cela est rare, le risque de faux positif existe car le test ELISA est très sensible.

Si vous avez réalisé un TROD ou un autotest, il faut lire le résultat sur le test, à la manière d’un test de grossesse. Attention, il convient de lire le résultat au bout de 15 minutes. À 10 minutes ou 20 minutes, le résultat n’est pas fiable.

  • Une barre apparaît => le test est négatif, vous êtes séronégatif. Vous pouvez être rassuré si votre dernière prise de risque remonte à plus de 3 mois.
  • Deux barres apparaissent => le test est positif. L’infection par le VIH est à confirmer avec un test ELISA en laboratoire.
Youtube Video

Que signifie l’index sur les tests ELISA ?

Sur les tests ELISA, on peut souvent voir un index (indice ou chiffre) qui n’est pas égal à zéro, bien que le résultat du test soit négatif. De nombreuses personnes pensent à tort que l’index doit être à zéro en cas de séronégativité ; elles s'inquiètent donc de voir un chiffre supérieur à zéro et de là naît une incompréhension quant à leurs résultats.

Rassurez-vous, cet index est purement technique. Il s’agit d’un indice de densité optique. Autrement dit, l’index n’est jamais égal à zéro car nous avons tous des anticorps (autres qu’anti-VIH), ce qui est créé une sorte de “bruit de fond”.

Ainsi, un index inférieur à 0,708 indique une séronégativité ; le patient n’a pas contracté le virus. En revanche, un index supérieur ou égal à 1 indique une infection par le VIH qui doit être confirmée par un second test. Le seuil de positivité du test est donc fixé à 1.

Entre 0,708 et 0,999, on parle de résultat douteux. Il convient alors de le contrôler par une nouvelle sérologie 7 jours plus tard.

N’hésitez pas à questionner votre médecin ou le biologiste ayant réalisé le test si vous êtes face à ce genre d’incompréhensions. Ils sauront vous expliquer.

Que faire si je suis séropositif ?

Tout d’abord, comme nous vous le disions, il faut bien confirmer le diagnostic avec un second test. En effet, les faux positifs existent bien qu’ils soient exceptionnels.

Une fois votre séropositivité avérée avec un second test positif, il convient de consulter votre médecin. Celui-ci vous prescrit alors un examen pour évaluer votre charge virale et demande également la réalisation du bilan IST complet, hépatites virales (VHB, VHC, etc) comprises. Ensuite, le traitement doit débuter au plus vite afin d’être le plus efficace possible. Il s’agit d’une trithérapie, une combinaison d’antiviraux.

Précisons qu’il n’est pas possible de guérir d’une infection par le VIH. Toutefois, le traitement permet de freiner l’évolution vers le sida. Ainsi, la qualité de vie du patient est améliorée et son espérance de vie est prolongée. Parfois même, le traitement permet de rendre la charge virale indétectable. Ainsi, le virus ne peut plus se transmettre et le patient peut avoir des enfants par exemple sans entraîner une contamination de sa partenaire.

Quoi qu’il en soit, une fois que vous connaissez votre statut, il est important de prendre les précautions qui s’imposent pour ne pas contaminer à votre tour, notamment le port systématique du préservatif.

N’hésitez pas à vous rendre sur le site de Sida-info-service afin d’en savoir plus sur cette maladie et de l’appréhender au mieux.

Que faire si je suis séronégatif ?

Bonne nouvelle, vous n’avez pas contracté le VIH lors de votre dernière prise de risque ! Toutefois, cela ne signifie pas que vous y échapperez à chaque fois… L’infection par le VIH est une pathologie très grave qu’il vaut mieux ne jamais croiser.

Ainsi, les professionnels recommandent de porter un préservatif à chaque rapport sexuel. Vous devez l'utiliser lors de pénétrations vaginales mais aussi lors de pénétrations anales, de fellations et de cunnilingus. Vous protéger à l’aide d’un préservatif est le meilleur moyen d’éviter une infection.

Ensuite, si vous avez déjà cru être infecté à de multiples reprises, ou si vous faites partie des populations à haut risque, vous pouvez demander à votre médecin de vous prescrire la PrEP. Il s’agit d’un traitement préventif qui empêche de contracter le VIH, même en cas de contact. Le traitement PrEP s’adresse par exemple aux hommes ayant des rapports sexuels avec d’autres hommes, aux personnes multipartenaires n’utilisant pas systématiquement le préservatif, etc.

Consulter immédiatement un médecin sexologue en ligne

Consultation (téléphone, vidéo ou messagerie privée) avec un médecin sexologue.

Délivrance de fiches conseils et d’une ordonnance  si nécessaire.

Qui veut être mon associé
icone croix
Découvrez nous sur 
M6
Découvrez le passage de Charles.co sur 
M6
Voir le replayfleche-droite-fine-picto